•   
  •   

Immobilier C’est à Strasbourg que les prix immobiliers ont le plus grimpé en un an

13:01  01 mars  2021
13:01  01 mars  2021 Source:   lefigaro.fr

Investissement locatif : les atouts du « clé en main »

  Investissement locatif : les atouts du « clé en main » De nouveaux intermédiaires proposent de simplifier les opérations d'investissement locatif en les gérant de A à Z. Intéressant, mais attention à la rentabilité. Se lancer dans un investissement locatif peut, a priori, paraître simple : trouver un appartement, faire éventuellement quelques petits travaux, le mettre en location, toucher ses loyers… et bénéficier ainsi d'un rendement supérieur aux placements classiques, type livrets ou assurance-vie en fonds euros. En pratique, ce type d'opération s'apparente plutôt à un parcours du combattant.

Malgré le Covid, plusieurs villes (ici Strasbourg) ont vu leurs prix immobiliers augmenter en 2020 © Shutterstock/Shutterstock Malgré le Covid, plusieurs villes (ici Strasbourg) ont vu leurs prix immobiliers augmenter en 2020

L’immobilier ne connaît pas la crise. Même le Covid-19 n’a pas été assez fort pour faire plonger le secteur. Outre le volume de transactions qui a bien résisté (plus d’un million de ventes), les prix ont ainsi continué de grimper en France depuis mars 2020: +2% à 2805 euros le m², selon le bilan de Meilleurs Agents. Idem pour les 50 plus grandes métropoles (+1,7%) et les zones rurales (+1,4%). Mais toutes les villes ne sont pas logées à la même enseigne.

» LIRE AUSSI - Notre palmarès des villes où il fait bon vivre

IAD, une nouvelle licorne dans la transaction immobilière

  IAD, une nouvelle licorne dans la transaction immobilière Le fonds américain Insight Partners (Twitter, BlaBlaCar, N26, Vinted) vient d'investir 300 millions d’euros dans le réseau immobilier IAD, fondée en 2008. Pour l'imposer en France et le développer, notamment aux Etats-Unis. Naissance d'une licorne sur un marché de 150 milliards d'euros, celui de la transaction immobilière, qui n'a pas encore été "disrupté".Jeudi soir naissait une licorne. IAD, réseau immobilier sans agences, est désormais estimé près du milliard d’euros. De quoi réjouir les trois fondateurs, Malik Benrejdal, Jérôme Chabin et Jade Benrejdal, et les autres actionnaires, Naxicap, entré en 2012 et IK Investment Partners et Rothschild Five Arrows, entrés en 2016.

C’est notamment le cas dans le top 10 passé au crible par le spécialiste de l’estimation immobilière. Cinq villes ont particulièrement bien tiré leur épingle du jeu: Strasbourg, avec une hausse de plus de 6% des prix (3201 euros le m²) sur un an. Suivent Nantes (+5,1% à 3724 euros) et Rennes (+5,3% à 3795 euros). Et à un degré moindre Lille (+2,5% à 3248 euros) et Marseille (+2% à 3134 euros). «La plupart de ces villes peuvent compter sur un surplus de demande encore élevé», décrypte Thomas Lefebvre, directeur scientifique de Meilleurs Agents.

Ce qui n’est pas le cas des autres villes qui ont pris la crise de plein fouet. Certes, à part Paris (-1,8% sur un an), aucune n’affiche un franc recul des prix depuis mars dernier. Mais si l’on zoome sur les six derniers mois, les grandes perdantes sont plus nombreuses. Citons Toulouse (-,2% depuis septembre 2020) et Nice (-0,8%), dépendantes de l’aéronautique et du tourisme, deux secteurs parmi les plus fragilisés par le Covid-19.

Immobilier: toujours pas de vraies baisses de prix en vue

  Immobilier: toujours pas de vraies baisses de prix en vue Les prix de l’immobilier, en France et à Paris, ont fait mieux résister au Covid en 2020. Mais le ralentissement est en marche.Certes, 2020 a été un bon moins cru que 2019 (1,070 million). Mais d’une part, 2019 avait été une année exceptionnelle; d’autre part, 2020 a été amputée de deux mois, à cause des deux confinements. Ce recul de seulement 4%, alors que ces périodes où le marché a été l’arrêt, auraient dû entraîner une chute de 20% des ventes, apparaît donc comme une remarquable performance. «L’année 2020, pourtant chaotique, confirme que l’immobilier est le placement favori des Français», assure Me Thierry Delesalle, notaire parisien.

» LIRE AUSSI - Immobilier: toujours pas de vraies baisses de prix en vue

Quant à Paris (-2,5%) et Lyon (-1,9%), l’impact de la crise couplé à l’envolée des prix de l’immobilier a plombé le pouvoir d’achat des acheteurs. «L’attentisme est de plus en plus fort du côté des acquéreurs mais aussi des vendeurs qui attendent d’y voir un peu plus clair avant de se lancer dans un nouveau projet immobilier. À moins qu’ils soient forcés de vendre», poursuit Thomas Lefebvre.

Faut-il s’attendre à ce que le marché soit plus morose, après une année 2020 très dynamique? «Je pense que le marché va connaître un petit trou d’air au printemps car la part des ventes «confort» (non forcées) va reculer du fait des incertitudes économique et sanitaire, analyse Thomas Lefebvre. Mais les prix ne vont pas s’effondrer car la faiblesse des taux va continuer de dynamiser le marché mais moins d’acheteurs pourront en profiter, notamment les primo-accédants». Au point d’assister à un rééquilibrage du rapport de force entre acquéreurs et vendeurs. Et à une tension moins forte dans les grandes villes.

Professionnels de l'immobilier d'entreprise : il est temps de revoir vos honoraires à la baisse .
OPINION. Avec une note globale de satisfaction croissante, les agents immobiliers ont la cote. Mais en pleine crise sanitaire et à l'ère de la montée en puissance du digital, la question des honoraires reste une pomme de discorde. (*) Par Emilie Vialle, cofondatrice de Snapkey.2021 promet d'être une année charnière  ! Avec un taux de vacances fort, bailleurs et preneurs sont plus que jamais en quête de flexibilité, de performance et d'une méthodologie de travail optimale. Le contexte actuel met également en exergue la question des honoraires, jugés démesurés. Les clients professionnels sont aujourd'hui en recherche de prix aussi « justes » que compétitifs et d'une expérience client réussie.

usr: 2
C'est intéressant!