•   
  •   

Immobilier Placement miracle ou à risque? Le crowdfunding immobilier séduit de plus en plus

09:45  31 mars  2021
09:45  31 mars  2021 Source:   20minutes.fr

Immobilier locatif : prélèvement par acompte de la taxe sur les recettes locatives

  Immobilier locatif : prélèvement par acompte de la taxe sur les recettes locatives Les loyers sont imposés via un système d’acomptes. Si depuis janvier 2019 l’impôt sur le revenu est prélevé à la source par un «tiers payeur», autrement dit par votre employeur, votre caisse de retraite ou les organismes sociaux s’agissant des allocations (maladie, chômage…), la taxation de vos recettes locatives obéit à un dispositif spécial : c’est le fisc qui prélève directement un acompte (chaque mois ou chaque trimestre) sur votre compte bancaire, donc au fur et à mesure de l’encaissement de vos loyers. Explications du mécanisme.

Quels sont les atouts du crowdfunding immobilier ? Quels éléments séduisent les investisseurs particuliers ? Le crowdfunding immobilier est-il pour autant un placement miracle ? Toutes nos explications Le crowdfunding immobilier consiste à pr En effet, de nombreuses plateformes de crowdfunding immobilier travaillent de concert avec des courtiers en assurance et gestion des risques pour proposer en 2021 une nouvelle offre de crowdfunding immobilier garantie en capital.

Avec des promesses de rendements pouvant grimper jusqu’à 10%, les opérations de crowdfunding immobiliers apparaissent comme le nouveau placement en or. Elles recèlent pourtant de pièges pour les investisseurs. Pour plus de sécurité, mieux vaut donc privilégier les petits programmes plus faciles à commercialiser. En revanche, le choix du mode d’investissement n’a pas le même impact sur le plan fiscal.

Ce type de financement participatif, qui consiste à soutenir des projets immobiliers, se développe fortement. Mais il n'est pas sans risque

Construction d'un immeuble d'habitation et d'activités tertiaires à Nantes (illustration). © S.Salom-Gomis/Sipa Construction d'un immeuble d'habitation et d'activités tertiaires à Nantes (illustration). EPARGNE - Ce type de financement participatif, qui consiste à soutenir des projets immobiliers, se développe fortement. Mais il n'est pas sans risque

Elles s’appellent Club Funding, Homunity, Anaxago, Wiseed, Fundimmo ou Koregraf… Peu connues du grand public, ces plateformes Internet affichent pourtant une croissance spectaculaire ces dernières années. Comme une dizaine d’autres start-up, elles bénéficient de l’engouement récent pour le crowdfunding immobilier . Ce mode de financement participatif consiste à prêter de l'argent à un promoteur ou à un marchand de biens afin de l’aider à consolider un programme de logements ou de bureaux. En échange, l’investisseur perçoit une rémunération sous forme d’intérêts et, une fois l’opération bâtie, récupère la mise et les bénéfices.

Si vous vendez un local en sous-sol, vous devez avertir qu’on ne peut y habiter

  Si vous vendez un local en sous-sol, vous devez avertir qu’on ne peut y habiter La justice a condamné un notaire et un agent immobilier à indemniser un acheteur qui n’avait pas été prévenu de l’interdiction d’habiter un local en sous-sol. » LIRE AUSSI - Comment une lettre diffamatoire peut coûter cher à un copropriétaire

Né en 2012 en France, le financement participatif immobilier séduit de plus en plus . Nos conseils pour maximiser la rentabilité tout en limitant les risques . Ce placement étant risqué , il faut s’assurer, avant tout, de la fiabilité de la plateforme, de l’opérateur et du projet proposé. Aussi, les plateformes actives uniquement sur le financement des fonds propres de promoteurs pourraient, à terme, se retrouver en difficulté. « La promotion est une activité cyclique et, si la conjoncture actuelle est plutôt favorable, cela n’a pas toujours été le cas », rappelle Cyril Benchimol.

Le crowdfunding immobilier a le vent en poupe. Cette technique qui consiste à prêter de l’argent, via une plateforme de financement participatif, à un promoteur pour l’aider à financer un programme immobilier , ne cesse de se développer. L’an passé, cette activité a capté 40% des sommes collectées par les En dehors du promoteur Terlat l’an dernier, on déplore parfois certes quelques retards sur le calendrier initial mais dans l’ensemble les débuts de cette toute jeune activité, apparue en France en 2011, sont prometteurs. Cela n’empêche de se montrer vigilant avant de tenter l’aventure du

Et ça plaît : les sommes totales collectées doublent quasiment chaque année en France. Malgré la crise économique et sanitaire, plus de 500 millions d’euros ont été placés l’an passé (+35 % par rapport à 2019). « La plupart des collectes sont bouclées en quelques minutes. Parfois l’Internaute a à peine le temps de se connecter que c’est déjà fini », confirme Laurent Altmayer, fondateur d’ Hellocrowdfunding, un agrégateur de projets crowdfunding immobilier.

Facile d’accès et très rémunérateur

Si le concept attire autant les particuliers, c’est d’abord parce qu’il est facile d’accès. Pas besoin d’avoir un gros portefeuille pour se lancer. « Le ticket d’entrée est très bas. Souvent autour de 1.000 euros. Certains investisseurs expérimentés vont monter bien au-delà de 10.000 euros mais le ticket moyen était de 4.711 euros en 2020 », rapporte Jérémie Benmoussa, président du site Fundimmo. La durée de placement n’est pas non plus très longue, « entre 6 et 36 mois selon les projets », le temps pour le promoteur de boucler la commercialisation et de construire le bâtiment. Autre atout : l’investisseur sait où va son argent. « Il choisit parmi une liste le programme qui lui plaît, le lieu, l’opérateur. L’investissement n’ira pas ailleurs. C’est précis et transparent », assure Jérémie Benmoussa.

Immobilier de luxe: des acheteurs de plus en plus fébriles

  Immobilier de luxe: des acheteurs de plus en plus fébriles Malgré la crise, le marché reste dynamique mais rend les acteurs plus anxieux au moment de franchir le pas. » LIRE AUSSI - Immobilier - placements: comment tirer profit de la crise

Le crowdfunding immobilier séduit de plus en plus les particuliers. Le crowdfunding immobilier relève donc davantage du placement que de l’investissement dans la mesure où le capital investi est engagé sur une Le crowdfunding immobilier doit aussi faire face au risque de commercialisation.

En ces temps de rendements bas, il est un placement qui ne connaît pas la crise: le crowdfunding immobilier . Cela consiste, pour un particulier, à financer le lancement d’un programme immobilier aux côtés d’un promoteur, en échange d’un rendement confortable, autour de 10% par an. L’an passé, les Français ont misé près de 373 millions d’euros sur ces produits, selon le baromètre annuel du crowdfunding en France, publié par l’association Financement participatif France (FPF). C’est peu aux regards des produits d’épargne plus traditionnels, mais la collecte double quasiment chaque année

Mais ce qui fait surtout le succès du crowdfunding immobilier, c’est son rendement : 9,3 % par an en moyenne. Un taux bien supérieur aux produits d’épargne ou assurances vie bien connus des Français. « Ce taux peut surprendre tant il est attractif. Mais il est fixé contractuellement entre les investisseurs et l’opérateur. Son intérêt a lui c’est de lever des fonds assez rapidement », explique le dirigeant de Fundimmo.

Des risques à ne pas négliger

Le crowdfunding immobilier serait-il alors un placement miracle ? « Non, comme tout placement financier, il y a des risques à prendre en compte », avertit Laurent Altmayer. Le risque d’un remboursement retardé, par exemple, si le projet immobilier est freiné par un aléa (technique, climatique, juridique…). L’an passé, 5,7 % des projets souffraient ainsi d’un retard supérieur à 6 mois. « Si l’investisseur est patient, ce n’est pas forcément un problème car ses intérêts continuent de courir », relève Jérémie Bensoussa. Il y a aussi le risque de défaut de remboursement, partiel ou total. En clair, le promoteur n’arrive plus à faire face et se trouve incapable de rembourser l’investisseur, lequel n’a plus que ses yeux pour pleurer. Une situation qui ne concernait que 0,16 % des projets en 2020.

Immobilier : pourquoi les prix des logements neufs ne sont pas près de baisser

  Immobilier : pourquoi les prix des logements neufs ne sont pas près de baisser Dans son numéro de mars, le “Grand jury de la presse immobilière” (Radio immo) auquel participait Capital, recevait Olivier Salleron, le président de la Fédération française du bâtiment (FFB). L’occasion de dresser un bilan de santé du bâtiment, dans ce contexte pandémique. Quand le bâtiment va tout va, dit le proverbe… Et ce n’est pas franchement le cas en ce début d’année 2021. Invité dans le “Grand jury de la presse immobilière” (Radio immo), cette semaine, le président de la Fédération française du bâtiment (FFB), Olivier Salleron, a dressé un bilan de santé pour le moins chaotique du secteur, dans le contexte pandémique.

Ils seront mis en ligne dès qu'ils seront disponibles. La plus-value que vous réalisez en vendant un bien immobilier est imposable sur le revenu, sauf s'il s'agit de votre résidence principale. Vous pouvez bénéficier d'exonérations selon la nature du bien ou votre situation personnelle. Une taxe supplémentaire s'applique en cas de plus -value imposable supérieure à 50 000 €. Le taux varie de 2 % à 6 % selon le montant de la plus-value réalisée. Le formulaire n°2048-IMM-SD contient un tableau permettant d'en établir le montant (en pratique, celui-ci est calculé par le notaire).

Le crowdfunding immobilier : placement miracle ? Café de la Bourse•09.03.2021•11:11. Le crowdfunding immobilier : fonctionnement et risques Jusqu'à récemment, investir dans une • Le crowdfunding séduit de plus en plus les particuliers soucieux de soutenir l'économie réelle tout en

« Pour le moment, ces défauts sont marginaux. Mais on ne mesurera vraiment les effets de la crise économique que dans un an ou deux ans. Forcément, de plus en plus d’opérateurs vont rencontrer des problèmes de commercialisation ou de financement. Il faut donc rester vigilants », prévient Laurent Altmayer.

« Le marché va continuer de grossir »

Pour rassurer les investisseurs potentiels, les plateformes Internet assurent ne sélectionner que les projets les plus fiables. « Après analyse des dossiers, on en conserve seulement un sur trois », indique ainsi le président de Fundimmo. « Certains sites affirment même n’en sélectionner qu’un sur 10. Mais on ne sait pas si c’est vrai. Ce n’est pas parce que la plateforme fait un tri qu’il faut accorder une confiance aveugle au projet », relativise Laurent Altmayer. Il conseille de diversifier ses investissements, « en gros ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ». Il recommande également d’être « bien attentif aux renseignements présentés » sans se « focaliser sur le rendement ».

Malgré ces incertitudes, le crowdfunding immobilier semble avoir de beaux jours devant lui. « Le potentiel de progression reste extrêmement important, estime Jérémie Benmoussa. Le concept va gagner en notoriété et le marché va continuer de grossir. Pour 2021, on table sur un total de collectes compris entre 700 et 900 millions d’euros. » « La crise sera un vrai test pour les acteurs, est convaincu le fondateur d’Hellocrowdfunding. C’est elle qui validera ou non la solidité du marché. »

Immobilier : Comment réussir la vente de son logement ? .
Si le contexte actuel n’augure rien de bon pour le pouvoir d’achat des candidats à la propriété, il n’est parfois pas possible de différer la mise en vente de son bien © IStock / City Presse Dans un contexte difficile, il faut adopter la bonne stratégie pour vendre son bien au mieux. ARGENT - Si le contexte actuel n’augure rien de bon pour le pouvoir d’achat des candidats à la propriété, il n’est parfois pas possible de différe À l’heure de songer à vendre un bien immobilier, il est évidemment recommandé de prendre la température du marché, aussi bien local que national.

usr: 1
C'est intéressant!