•   
  •   

Immobilier Immobilier. Les prix flambent en Ille-et-Vilaine : notre dossier à Rennes et sur le littoral

20:05  21 avril  2021
20:05  21 avril  2021 Source:   ouest-france.fr

Immobilier : Comment réussir la vente de son logement ?

  Immobilier : Comment réussir la vente de son logement ? Si le contexte actuel n’augure rien de bon pour le pouvoir d’achat des candidats à la propriété, il n’est parfois pas possible de différer la mise en vente de son bien © IStock / City Presse Dans un contexte difficile, il faut adopter la bonne stratégie pour vendre son bien au mieux. ARGENT - Si le contexte actuel n’augure rien de bon pour le pouvoir d’achat des candidats à la propriété, il n’est parfois pas possible de différe À l’heure de songer à vendre un bien immobilier, il est évidemment recommandé de prendre la température du marché, aussi bien local que national.

Le port de plaisance de Saint-Briac, près de Dinard. © Marc Ollivier – Ouest-France Le port de plaisance de Saint-Briac, près de Dinard.

Dopé par la crise sanitaire, et l’appétit renforcé des Franciliens pour la Bretagne, le marché de l’immobilier flambe en Ille-et-Vilaine. Les prix continuent de s’envoler à Rennes. Et sur la côte, les appartements, maisons ou terrains partent comme des petits pains. Prix dans l’ancien ou le neuf, dynamiques et profil des acheteurs : on fait le point dans ce dossier sur la métropole rennaise, le pays de Saint-Malo et la Côte d’Emeraude.

À Rennes, la pression immobilière s’accentue. © Ouest-France À Rennes, la pression immobilière s’accentue.

Le marché immobilier en Bretagne est très tendu. « La pression de la demande a des conséquences sur les prix qui s’envolent, notamment dans la métropole de Rennes », constate Damien Ruaud, le président de la Chambre régionale des notaires. Le phénomène s’est accentué avec la crise sanitaire, notamment auprès des acheteurs venus d’Ile-de-France.

Coronavirus dans les Alpes-Maritimes : L'engouement pour l'immobilier dans l’arrière-pays ne se dément pas

  Coronavirus dans les Alpes-Maritimes : L'engouement pour l'immobilier dans l’arrière-pays ne se dément pas Deux phénomènes sont observés depuis la fin du premier confinement : une ruée vers des espaces plus grands et la volonté d’être proche de toutes commodités © E. Martin / ANP / 20 Minutes Une agence immobilière à Nice (Illustration) HABITAT - Deux phénomènes sont observés depuis la fin du premier confinement : une ruée vers des espaces plus grands et la volonté d’êt Besoin de calme, de plus d’espace mais surtout, d’un extérieur. Depuis un an et le premier confinement, ce sont les principaux critères de recherches des acheteurs de biens immobiliers.

Construction de pavillons dans un champ à Brécé, près de Rennes. © Ouest-France Construction de pavillons dans un champ à Brécé, près de Rennes.

Rennes et sa métropole

Alors que les habitants d’Ille-et-Vilaine ont un budget moyen de 335 000 € pour acheter une maison à Rennes, les Franciliens peuvent signer un chèque de près de 600 000 € !

> Une forte pression sur Rennes, où les prix sont toujours à la hausse

Et si Rennes voit les prix de l’immobilier s’envoler, c’est aussi le cas dans sa périphérie. La métropole, surtout dans la proche couronne, est très recherchée par les acquéreurs. Certaines communes affichent des records avec en moyenne 350 000 € pour une maison ancienne dans la première couronne. Et 240 000 € si l’on s’éloigne un peu, en deuxième couronne.

À Saint-Malo, les logements avec vue mer dépassent parfois les 10 000 € au mètre carré. « Cela devient hors normes, on se demande s’il y a encore un prix », observe un professionnel de l’immobilier. © Ouest-France À Saint-Malo, les logements avec vue mer dépassent parfois les 10 000 € au mètre carré. « Cela devient hors normes, on se demande s’il y a encore un prix », observe un professionnel de l’immobilier.

> En périphérie de Rennes, pas facile de trouver un logement à un prix abordable

Rennes métropole. Les élus écolos réclament l’encadrement des loyers : « De quoi avons-nous peur ? »

  Rennes métropole. Les élus écolos réclament l’encadrement des loyers : « De quoi avons-nous peur ? » Débat sur le futur programme local de l’habitat (PLH) de 2022, ce jeudi soir 15 avril, au conseil de Rennes métropole. Les élus écologistes réclament l’encadrement des loyers et des constructions en bois. Des maires souhaitent que la politique du logement s’accompagne de moyens pour développer les services publics dans leurs communes. Combien de logements construire ? Quels logements ? Où ? Les élus de Rennes métropoles ont voté à l’unanimité, ce jeudi soir 15 avril, le lancement de la révision du Programme local de l’habitat (PLH) d’ici 2 022.

Saint-Malo, Dinard et la Côte d’Emeraude

Mais là où la demande explose, et où les offres restent peu nombreuses, c’est à Saint-Malo, et sur la Côte d’Emeraude. Là encore, la crise sanitaire a joué un rôle d’accélérateur, et le marché est sous tension.

Dol-de-Bretagne et sa cathédrale Saint-Samson. © DR Dol-de-Bretagne et sa cathédrale Saint-Samson.

> « On a passé la barre des 10 000 € le m² pour une vue mer » à Saint-Malo

L’offre se raréfie et les acquéreurs se décident de plus en plus vite, avec certaines ventes concluent en un jour.

> Sur la Côte d’Emeraude, des ventes conclues en un jour

Appartements, maisons et terrains à bâtir se vendent comme des petits pains. Les biens les plus rares, avec vue sur mer, s’arrachent à prix d’or.

> Les prix flambent sur la côte d’Émeraude

Dol, Combourg et le pays de Saint-Malo

Dans les terres, le marché de l’immobilier ne monte pas aussi haut que sur la côte, mais de nombreuses communes du pays de Saint-Malo connaissent une belle inflation, qui profite à la première couronne ou à des villes comme Combourg ou Dol, où les prix ont augmenté de 10 à 20 % depuis le premier confinement.

> Le pays de Saint-Malo n’échappe pas à la flambée des prix

Un agent immobilier condamné pour avoir presque doublé le prix d'un bien .
L'homme avait surévalué le montant du bien que ses clients voulaient vendre, alors qu'ils en avaient acheté un nouveau avec lui également. Il a sans doute eu les yeux plus gros que le ventre. Comme le rapporte Le Figaro, un agent immobilier a écopé d'une amende de 30.000 euros pour avoir surestimé le prix d'un bien qu'il devait vendre pour ses clients. Le bien en cause avait été estimé par l'agent à 400.000 euros alors qu'au final, les clients n'ont pu le vendre que 242.000 euros, soit quasiment deux fois moins, deux ans plus tard.

usr: 1
C'est intéressant!