•   
  •   

France Rennes, Bordeaux, Amiens… Ces villes où la réouverture des terrasses a dérapé

15:00  20 mai  2021
15:00  20 mai  2021 Source:   ouest-france.fr

EN DIRECT - Levée progressive des motifs impérieux pour l'outre-mer, sauf pour la Guyane

  EN DIRECT - Levée progressive des motifs impérieux pour l'outre-mer, sauf pour la Guyane La France a retrouvé un semblant de normalité mercredi soir, avec la réouverture des terrasses. La situation épidémique continue par ailleurs de s’améliorer dans le pays. Il devient aussi progressivement plus facile de voyager dans les outre-mer, sauf en Guyane. Suivez l’évolution de la situation en direct. La France se réveille mercredi matin avec le sentiment d’un certain retour à la normale, au lendemain de la réouverture des terrasses, prises d’assaut, des lieux culturels et des magasins non-essentiels. Un sentiment accompagné par une poursuite de la décrue de patients Covid dans les hôpitaux en et en réanimation.

Des jeunes amassés place Sainte-Anne à Rennes, mercredi 19 mai, pour la réouverture des terrasses. La fête a dégénéré dans la soirée. © Lucie Weeger/Ouest-France Des jeunes amassés place Sainte-Anne à Rennes, mercredi 19 mai, pour la réouverture des terrasses. La fête a dégénéré dans la soirée.

Dans plusieurs villes de France, notamment à Rennes, Bordeaux et Amiens, la réouverture des terrasses de bars et restaurants, mercredi 19 mai, a été marquée par des débordements. Entre tables bondées, non-respect des gestes barrière et fêtes improvisées après le couvre-feu.

Le premier jour de la réouverture des terrasses de bars et restaurants a donné lieu à des débordements dans plusieurs villes de France.

À Rennes, des milliers de personnes ont convergé mercredi soir, à l’heure de l’apéro, vers la rue Saint-Michel, surnommée la rue de la Soif. Distance sociale et port du masque étaient loin d’être respectés, comme le montrent ces images filmées par notre journaliste Samuel Nohra :

Rennes : Pourquoi certains quartiers perdent-ils des habitants quand d’autres en gagnent ?

  Rennes : Pourquoi certains quartiers perdent-ils des habitants quand d’autres en gagnent ? Une étude de l’Insee démontre les disparités entre les différents secteurs de la capitale bretonne © C. Allain / APEI / 20 Minutes Le quartier de la Courrouze à Rennes. DEMOGRAPHIE - Une étude de l’Insee démontre les disparités entre les différents se Le nombre d’habitants à Rennes est bien loin d’exploser. Déjà connue, cette tendance a été confirmée par une étude de l’Insee portant sur une période de près de trente ans. De 1990 à 2017, la capitale bretonne n’a vu sa population augmenter que de 0,6 % par an en moyenne.

Fête improvisée et feu de palettes à Rennes

La situation a dégénéré après 21 h, nouvelle heure du couvre-feu, quand un petit millier de personnes se sont massées place Sainte-Anne pour une fête improvisée, aux allures de rave sauvage.

Les forces de l’ordre sont intervenues vers 22 h, après qu’un feu a été allumé sur la place, avec des palettes, du matériel de chantier et du mobilier de bar.

Pour disperser la foule, la police a lancé du gaz lacrymogène. Des balles de caoutchouc ont aussi été tirées. Les pompiers sont arrivés vers 22 h 30 pour éteindre le brasier.

Chants et danses une bonne partie de la nuit à Bordeaux

À Bordeaux également, la fête s’est poursuivie bien après l’heure autorisée, rapporte France Bleu Gironde. Plus d’une centaine de personnes se sont rassemblées sur la place Lafargue après la fermeture des bars, pour chanter et danser. « Les gestes barrières sont complètement passés à la trappe : pas de distanciation sociale, très peu de masques », écrivent nos confrères.

Certains fêtards sont partis vers 22 h après le passage d’une voiture de police. Mais la fête semble avoir continué « une bonne partie de la nuit » sans intervention majeure des forces de l’ordre.

Trois bars fermés à Amiens

À Amiens, la police a demandé à trois bars de baisser le rideau vers 20 h, une heure avant le couvre-feu, en raison d’une trop grande affluence et du non-respect des règles sanitaires.

Terrasses à Paris : "C'est le chaos sur les trottoirs et Anne Hidalgo s'en lave les mains", tacle Rachida Dati

  Terrasses à Paris : Rachida Dati était l'invitée d'Europe 1 ce jeudi matin. Elle a réagi à la gestion par la mairie de Paris des terrasses, qui ont rouvert ce mercredi, et particulièrement des terrasses éphémères qui s'installent sur les trottoirs. "C'est le chaos", a-t-elle affirmé, ajoutant que la maire, Anne Hidalgo, "s'en lavait les mains".

« En début d’après-midi ça allait, raconte à France Bleu Picardie le patron d’un des établissements fermés. Mais, au fur et à mesure, les tables ont commencé à bouger, et la jauge de six par table parfois a été dépassée. L’alcool empire les choses. »

Ailleurs, les policiers ont dû intervenir pour faire évacuer les terrasses à l’heure du couvre-feu. Ce fut notamment le cas à Paris, place de la Contrescarpe, indique sur Twitter le journaliste de Brut, Rémy Buisine :

Néanmoins, d’après Actu Paris, « aucun débordement n’a été signalé dans la soirée, qui s’est achevée dans le calme ».

À Marseille, les forces de l’ordre ont dressé plusieurs verbalisations à 135 € envers des retardataires du couvre-feu, rapporte LCI.

Face aux excès qui ont émaillé par endroits la réouverture des terrasses, le Premier ministre Jean Castex a appelé à la « discipline collective ».

« C’est notre intérêt collectif à tous de respecter les règles », a déclaré le Premier ministre en déplacement à Blois, ce jeudi 20 mai.

EN DIRECT - Coronavirus : moins de 3.500 patients en soins critiques .
Les signaux de l’épidémie de coronavirus sont toujours au vert en France, avec désormais moins de 3.500 patients en réanimation. L’apparition d’un cluster impliquant un variant préoccupant dans un quartier de Bordeaux inquiète tout de même les autorités. Suivez l’évolution de la situation en direct. Les jours passent, et la France n’en finit plus de franchir des paliers rassurants sur le front de l’épidémie de coronavirus. Depuis lundi, ce sont désormais moins de 3.500 patients qui sont admis dans les services de soins critiquesµ.

usr: 1
C'est intéressant!