•   
  •   

France Le taux d’incidence surévalué depuis janvier

19:00  20 mai  2021
19:00  20 mai  2021 Source:   liberation.fr

CARTE. Covid-19 : 19 791 nouveaux cas ce mardi et une décrue à l’hôpital, le point par département

  CARTE. Covid-19 : 19 791 nouveaux cas ce mardi et une décrue à l’hôpital, le point par département Santé publique France fait état de 19 791 nouveaux cas de Covid-19 ce mardi 11 mai, un chiffre plus faible que celui de la semaine précédente. Le nombre de patients en réanimation passe à 4 743 malades, un niveau encore élevé mais la baisse est nette. Ce mardi 11 mai, Santé publique France a annoncé 19 791 nouvelles contaminations au Covid-19 recensées pendant ces dernières vingt-quatre heures, un chiffre en diminution d’environ 19 % par rapport à la semaine dernière (24 371 le 4 mai). Tous les indicateurs continuent de baisser. La moyenne du nombre de cas sur sept jours glissants s’établit à 17 113 cas par jour.

Le Premier ministre Jean Castex lors d'une conférence de presse sur la situation sanitaire, le 15 octobre 2020. © Ludovic Marin Le Premier ministre Jean Castex lors d'une conférence de presse sur la situation sanitaire, le 15 octobre 2020.

Un rappel du vaccin anti-Covid nécessaire ? Alors que le nombre de nouveaux cas quotidiens n’a pas été aussi faible depuis un an aux Etats-Unis, des experts médicaux considèrent qu’un rappel douze mois après la première vaccination serait nécessaire. C’est en tout cas ce que pensent le conseiller santé de Joe Biden, Anthony Fauci, et le PDG du laboratoire américain Pfizer, Albert Bourla, rapporte CNN. «Nous savons que l’efficacité du vaccin dure au moins six mois, et probablement beaucoup plus, mais je pense que nous aurons presque certainement besoin d’un rappel dans un délai d’un an environ après avoir reçu le premier vaccin», a déclaré mercredi, Anthony Fauci, aussi directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, qui dépend du ministère de la Santé américain. Le gouvernement britannique a de son côté lancé une étude, mercredi, sur la réponse immunitaire engendrée par une troisième dose de vaccin anti-Covid en vue d’une campagne de rappel, note de son côté The Guardian. Une éventuelle dose «booster» pour prendre de l’avance sur une nouvelle vague hivernale et la diffusion du variant indien. Résultats attendus fin août.

CARTE. 19 461 nouveaux cas ce jeudi et un recul en réanimation, le point par département

  CARTE. 19 461 nouveaux cas ce jeudi et un recul en réanimation, le point par département Santé publique France fait état de 19 461 nouveaux cas du Covid-19 en France pour ce jeudi 13 mai. Tous les indicateurs continuent à baisser. Pour la campagne de vaccination, l’objectif des vingt millions de primo-vaccinés s’approche. Ce jeudi de l’Ascension, Santé publique France annonce 19 461 nouvelles contaminations au Covid-19 recensées pendant ces dernières 24 heures, un chiffre plus faible par rapport à la semaine dernière (21 712 cas le 6 mai). Mais cette valeur est éventuellement sous-estimée avec l’effet du jour férié. La situation de l’épidémie continue à s’améliorer en France.

Pfizer au frigo pour un mois : c’est désormais aussi possible aux Etats-Unis. Trois jours après l’Agence européenne des médicaments, c’est au tour des autorités sanitaires américaines d’autoriser la conservation du vaccin Pfizer-BioNTech au frigo jusqu’à 31 jours. De quoi faciliter la logistique de ce vaccin qui pouvait jusqu’ici n’être conservé que cinq jours au réfrigérateur. Son stockage à long terme avait provoqué un certain nombre de défis techniques et d’importants investissements. Les flacons doivent en effet être conservés entre -60 °C et -80 °C dans des congélateurs ultra-sophistiqués. Désormais et «sur le fondement des données soumises par Pfizer», l’Agence américaine des médicaments (FDA) autorise que «les flacons non dilués et décongelés» du vaccin soient «conservés au réfrigérateur, entre 2 °C et 8 °C, pour une période allant jusqu’à un mois», a-t-elle annoncé mercredi.

BILLS PASSER à l'unanimité MAISON ET SÉNAT POUR AMÉLIORER TAUX TAXE DE TAXE PROPRIÉTÉ TRANSPARENCE

 BILLS PASSER à l'unanimité MAISON ET SÉNAT POUR AMÉLIORER TAUX TAXE DE TAXE PROPRIÉTÉ TRANSPARENCE TEXAS Les contribuables auront un nouvel outil à utiliser lors du processus de fixation du taux d'imposition des biens de l'automne après avoir élargi la transparence du gouvernement et le Sénat à l'unanimité. © Fourni par Washington Examiner HB2723, déposée par l'État Rep. Morgan Meyer, R-Dallas, Président de la Chambre des moyens et des moyens Comité, adopté à l'unanimité en avril par un vote de 144-0.

Pénurie de vaccins au Népal. Plus gros fabricant mondial de vaccin, l’Inde, ravagée par une deuxième vague épidémique depuis deux mois, réserve ses précieuses doses à ses habitants. Mi-mars, le gouvernement décide de limiter les exportations de vaccin provoquant des pénuries dans plusieurs pays de différentes régions du monde. C’est au tour du Népal, bientôt à court de doses. Ainsi 1,5 million de personnes ne peuvent pas recevoir leur seconde dose du vaccin anti-Covid dont 1,3 million de personnes âgées, selon le porte-parole du ministère de la Santé.

Enfants et adolescents ont souffert du premier confinement. Une enquête de Santé publique France auprès de près de 4 000 jeunes de 9 à 18 ans et publiée ce jeudi s’est interrogée sur comment enfants et adolescents ont vécu ce premier confinement. Résultats : celui-ci a eu des impacts sur leur sommeil. Ainsi 30 % des 13-18 ans disent avoir rencontré des difficultés à s’endormir. Il a également eu des conséquences sur leur moral : plus de 10 % des répondants de 13-18 ans à ce questionnaire en ligne se sont dits plus préoccupés et 13,1 % plus nerveux. L’enquête apporte en outre un éclairage socio-économique au sentiment de détresse : les plus touchés psychologiquement «étaient exposés à des conditions de vie plus difficiles». C’est sans compter le fait d’avoir eu un proche infecté par le Covid : «40,1 % des enfants et des adolescents qui ont ressenti de la détresse ont eu quelqu’un dans leur entourage hospitalisé des suites du Covid-19, contre 31,9 % des autres», selon l’étude. Notre article.

À la veille du déconfinement, quelle est la situation de l’épidémie en France ?

  À la veille du déconfinement, quelle est la situation de l’épidémie en France ? Couvre-feu à 21 h, ouverture des terrasses et des commerces non-essentiels : la France adoucit mercredi 19 mai une partie des restrictions mises en place pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Mais, au moment de relâcher la pression, quelle est exactement la situation sanitaire ?Les tables et les chaises des cafés et restaurants sont prêtes, les commerçants « non-essentiels » ​ont apprêté leurs rayons et attendent l’heure de l’ouverture. Ce mercredi 19 mai, une série de restrictions est levée pour un nouveau pas vers un retour à la vie « normale ». C’est l’occasion d’observer les indicateurs de l’épidémie de Covid-19, car le virus est toujours présent.

En Argentine, les travailleurs des cimetières et des crématoriums menacent de faire grève. Ces professionnels, qui enterrent les morts du Covid-19, demandent à recevoir leur dose de vaccin. Le syndicat argentin représentant les travailleurs des cimetières, des crématoriums et des pompes funèbres a menacé de lancer une grève nationale cette semaine s’il ne parvient pas à un accord avec le gouvernement, selon Reuters. «C’est une guerre quotidienne ici», affirme Ernesto Fabián Aguirre, fossoyeur dans un cimetière en banlieue de la capitale Buenos Aires. «La peur est réelle et c’est pourquoi nous voulons que la vaccination nous soit ouverte pour que l’on puisse vivre au moins quelques années de plus.» C’est sans compter l’impact psychologique de consoler chaque jour de nouvelles familles des victimes de la pandémie, selon Juan Polig, le responsable du cimetière. L’Argentine bataille contre une deuxième vague épidémique alors que le nombre de morts quotidiens atteint des niveaux sans précédent depuis le premier pic d’octobre. Pour l’instant, seulement 18 % de la population a reçu au moins une dose d’un vaccin anti-Covid.

Suspect accusé d'un seul des viols sur 20 - Pourquoi le tuteur a-t-il eu cette histoire mal

 Suspect accusé d'un seul des viols sur 20 - Pourquoi le tuteur a-t-il eu cette histoire mal Un peu plus de viol victimes de viol indique que leurs assaillants présumés font face à une action pénale à la suite d'une amélioration marginale des taux de charge de la police - mais 19 dans 20 cas sont toujours fermés sans charges apportées. © Fourni par voie d'actualités Il vient comme le tuteur rapporté à tort dans une histoire de première page du lundi (24 mai) que juste un cas de viol sur 62 a entraîné une accusation en 2020.

44 % de la population éligible au vaccin le déclinerait selon Santé publique France. Le bulletin épidémiologique de Santé publique France, publié le 6 mai, révèle que 44 % des Français interrogés ne souhaitent pas se faire vacciner, dont 22 % «certainement pas» et 22 % «probablement pas». Un chiffre en hausse de 4 points par rapport à juillet 2020, où «seulement» 39 % des personnes interrogées déclaraient ne pas vouloir se faire vacciner. Dans son article, CheckNews explique que ce chiffre doit néanmoins être pris avec des pincettes car il ne prend pas en compte la population déjà vaccinée.

Autotests : «Les élèves et les familles n’adhèrent pas à ce dispositif.» «A peine 5 % à 10 %» des lycéens utilisent les autotests, a affirmé ce jeudi matin à France Info le SNPDEN, le principal syndicat des chefs d’établissement. Son secrétaire général, Bruno Bobkiewicz, également proviseur de la cité scolaire Berlioz de Vincennes (Val-de-Marne), déplore le manque d’adhésion des jeunes et des familles. «Les élèves ont envie d’être présents et n’ont pas envie de prendre le risque d’un éventuel résultat positif qui entraînerait une éviction», explique-t-il. Alors que le dispositif souffrirait, selon lui, «de problèmes logistiques», le secrétaire général du syndicat appelle les établissements à faire davantage de prévention autour de cette opération.

CARTE. Le recul de l’épidémie de Covid-19 se poursuit, le point par département

  CARTE. Le recul de l’épidémie de Covid-19 se poursuit, le point par département Santé publique France fait état de 13 933 nouveaux cas du Covid-19 ce jeudi 27 mai. Tous les indicateurs de l’épidémie se poursuivent une baisse. Du côté vaccination, environ 24,5 millions de Français ont déjà reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19. Selon le bilan quotidien de Santé publique France, ce jeudi 27 mai, 13 933 nouveaux cas du Covid-19 ont été recensés en France ces dernières vingt-quatre heures, une valeur en baisse par rapport au jeudi dernier (15 415 le 20 mai). L’amélioration de l’épidémie continue à se faire sentir dans les chiffres, avec la baisse de tous les indicateurs.

Les vaccins efficaces contre «tous les variants», selon l’OMS. Les vaccins actuellement disponibles sont efficaces «contre tous les variants du virus», a assuré jeudi matin l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Si la situation sanitaire s’améliore en Europe, le directeur de l’OMS Europe, Henri P. Kluge, appelle à la «prudence». Il a affirmé que les voyages internationaux devaient être évités pour l’instant. «Il s’agit de faire face à une menace persistante et de nouvelles incertitudes», a-t-il affirmé, faisant ainsi référence à l’émergence d’un nouveau variant indien. Les voyages essentiels restent pour leur part maintenus.

Au Danemark, les vaccins retirés de la campagne sont proposés aux volontaires. Premier pays européen à avoir retiré les vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson de sa campagne vaccinale, le Danemark a annoncé ce jeudi matin proposer les doses restantes aux volontaires. Réservée aux adultes, l’inoculation de ces vaccins ne sera possible qu’après une rencontre avec un médecin. Un prestataire privé a déjà indiqué être prêt à vacciner 10 000 personnes par jour avec les doses restantes. Dans ce pays nordique de 5,8 millions d’habitants, l’épidémie est considérée comme «sous contrôle» et 18,8 % de la population a déjà reçu deux injections de Pfizer ou Moderna.

Le manque d’anticipation a été le principal frein à une réponse sanitaire efficace pour les collectivités territoriales. C’est ce que révèle une étude d’impact réalisée auprès de 4 022 communes et intercommunalité françaises entre octobre et novembre 2020. 43 % des collectivités interrogées ont affirmé que le premier obstacle rencontré dans la gestion de la crise était «un manque de recul et un défaut d’anticipation face à une situation inédite». Un obstacle qui est arrivé devant le défaut d’équipement de protection (41 %) et les consignes contradictoires de l’Etat (35 %) dans les questionnaires étudiés. «L’enquête révèle que de nombreuses collectivités n’avaient pas, au moment du premier confinement, adopté de plan de continuité d’activité», souligne le document.

Une nouvelle étude scientifique démonte la stratégie française. Agir vite et fort ou maintenir un couvre-feu longtemps et accepter un plateau haut ? Cette question est au cœur des désaccords entre les scientifiques et le gouvernement français. La dernière étude en date de Vittoria Colizza de l’Inserm, enfonce le clou pour le camp des blouses blanches. Pour les chercheurs, clairement, le fait de maintenir le pays sous un couvre-feu depuis plusieurs mois est moins efficace que de fermer un bon coup mais moins longtemps. Surtout, la stratégie des mesures molles mais longues entame plus durement l’adhésion de la population. En terme scientifique, cela donne : «Notre étude montre que favoriser des interventions plus douces par rapport à des approches plus strictes limitées dans le temps sur la base de l’acceptabilité perçue pourrait être préjudiciable à long terme, en particulier avec une observance décroissante.»

#VaccinationPourTous. Jean Castex doit annoncer ce jeudi après-midi l’avancement de quelques jours de l’ouverture à la vaccination contre le Covid-19 pour tous les adultes, prévue initialement le 15 juin, a appris l’AFP de source gouvernementale. Le Premier ministre doit donner la date précise lors d’un déplacement au centre de vaccination de Gagny en Seine-Saint-Denis, en compagnie du ministre de la Santé, Olivier Véran. Il doit aussi y annoncer l’accélération de la campagne de vaccination pour les professions prioritaires, comme les enseignants ou les forces de l’ordre, quel que soit leur âge. Cette accélération du calendrier intervient alors que la France a franchi le 15 mai le cap des 20 millions de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin. Le prochain objectif du gouvernement est d’atteindre les 30 millions de personnes primo-vaccinées au 15 juin.

Le taux d’incidence est faux depuis janvier. Le gouvernement a fait du taux d’incidence l’un des critères principaux pour juger de l’état de la crise sanitaire. Manque de pot, le thermomètre ne mesure pas bien la fièvre. Selon Santé publique France, le taux d’incidence va être rabaissé de 12 %, le taux de positivité de 8 % et le nombre total de cas confirmés de 6 %. Le problème viendrait de résultats de tests rentrés deux fois mais pas exactement sous le même nom (avec ou sans majuscule par exemple) depuis la surveillance renforcée contre les variants. L’indicateur devrait être corrigé dès ce jeudi soir. Le taux d’incidence n’est de toute manière pas une mesure rigoureusement exacte du nombre de personnes infectées en France. Ainsi, le 19 mai, Santé publique France comptabilisait environ 19 000 nouveaux cas. Selon le modèle de l’équipe de modélisation de Samuel Alizon et Mircea Sofonea à l’Université de Montpellier, ce chiffre, calculé à partir des entrées en soin critique serait plutôt de 17 600.

La Turquie commande 60 millions de doses du vaccin Pfizer/BioNTech. Confrontée à une pénurie de vaccins contre le Covid-19, la Turquie a commandé 60 millions de doses supplémentaires de celui de Pfizer et BioNTech. L’accord conclu comprend une option de 30 millions de doses supplémentaires. Ankara avait déjà annoncé en décembre une première commande de 30 millions de doses de ce vaccin. Cette annonce intervient alors que la Turquie, après avoir lancé sa campagne de vaccination sur les chapeaux de roues, a considérablement ralenti la cadence par manque de vaccins disponibles. Signe de cette pénurie, le ministère de la Santé a décidé en avril de porter l’intervalle entre les deux doses du vaccin Pfizer/BioNTech à six ou huit semaines, contre les quatre précédemment en vigueur.

CARTE. Le recul de l’épidémie de Covid-19 se poursuit, le point par département .
Santé publique France fait état de 13 933 nouveaux cas du Covid-19 ce jeudi 27 mai. Tous les indicateurs de l’épidémie se poursuivent une baisse. Du côté vaccination, environ 24,5 millions de Français ont déjà reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19. Selon le bilan quotidien de Santé publique France, ce jeudi 27 mai, 13 933 nouveaux cas du Covid-19 ont été recensés en France ces dernières vingt-quatre heures, une valeur en baisse par rapport au jeudi dernier (15 415 le 20 mai). L’amélioration de l’épidémie continue à se faire sentir dans les chiffres, avec la baisse de tous les indicateurs.

usr: 1
C'est intéressant!