•   
  •   

France Press Libery Watchdog appelle à la libération de Journaliste du Zimbabween

12:27  29 mai  2021
12:27  29 mai  2021 Source:   aljazeera.com

WatchDog Group poursuit le Sénat Arizona pour Maricopa Audit Records

 WatchDog Group poursuit le Sénat Arizona pour Maricopa Audit Records A Le groupe de Watchdog Le groupe mercredi a poursuivi mercredi le Arizona Sénat des documents relatifs à l'audit "partisan" de l'élection du comté de Maricopa 2020. © fourni par Washington Examiner Le dépôt vient après la surveillance américaine a déclaré en avril, il a demandé aux documents sur Cyber ​​Ninjas, la société privée menant à l'enquête, les techniques de financement et d'enquête de l'audit et d'autres questions.

Un chien de garde de la liberté de la presse a appelé les autorités zimbabwéens à libérer immédiatement un journaliste local qui était renvoyé en détention de la loi sur les lois sur l'immigration du pays afin de faciliter un voyage de compte rendu de deux collègues étrangers.

a man sitting on a bench in front of a brick building: Zimbabwean journalist Jeffrey Moyo [File: Al Jazeera] © Zimbabwean journaliste Jeffrey Moyo [Fichier: Al Jazeera] Jamannist Zimbabwean Jeffrey Moyo [Fichier: Al Jazeera]

Le Comité basé à New York pour protéger les journalistes (CPJ) a annoncé vendredi les accusations " sans fond " contre Jeffrey Moyo, Un Freelancer de New York Times a également travaillé pour d'autres médias internationaux, y compris le globe et le courrier, devrait être supprimé.

Le Bélarus sanctionné, «coup de force» au Mali, trêve entre Israël et le Hamas… L’actu de ce mardi matin

  Le Bélarus sanctionné, «coup de force» au Mali, trêve entre Israël et le Hamas… L’actu de ce mardi matin L’actu de ce mardi matin.

Moyo, 37 ans, a été arrêté mercredi dans la capitale, Harare. Son avocat, Doug Coltart, a déclaré que le CPJ Moyo était chargé de violer l'article 36 de la Loi sur l'immigration pour avoir présenté de fausses informations aux responsables de l'immigration pour aider deux journalistes de New York Times entrer dans le pays.

Selon Coltart, les deux collègues - Christina Goldbaum et Joao Silva - qui sont arrivés dans la ville méridionale de Bulawayo d'Afrique du Sud le 5 mai ont été déportés le 8 mai car ils auraient eu une accréditation adéquate de la Commission des médias du Zimbabwe (ZMC) .

"Quatre jours dans leur voyage, les journalistes invités ont été condamnés à laisser après que les responsables de l'immigration leur ont conseillé et M. Moyo que l'avis officiel de leurs diplômes d'accréditation n'avait pas été reçu des autorités nécessaires", a rapporté le de New York .

GROUPE DE WATCHDOG SUITS POUR LE TRUPUPT OBSTRUCTION MEMO Soups DOJ Pour tenter de bloquer la libération

 GROUPE DE WATCHDOG SUITS POUR LE TRUPUPT OBSTRUCTION MEMO Soups DOJ Pour tenter de bloquer la libération Le groupe de surveillance libéral qui se bat au tribunal pour obtenir des documents internes du ministère de la Justice (DOJ) de l'ARA de Trump a critiqué le mardi de l'administration de Biden pour avoir essayé de Bloquer la libération d'un mémo juridique qui a été utilisé pour effacer l'ancien président d'actes répréhensibles à la suite de l'enquête Mueller.

Le journal cité Coltart telle que M. Moyo a été arrêté par la suite avec un officiel de ZMC, car les responsables de l'immigration "disent maintenant que ces cartes d'accréditation étaient fausses".

Dans une déclaration sur Facebook, la ZMC a déclaré que les deux journalistes de New York Times ont demandé une autorisation de travailler dans le pays, mais leur demande a été refusée par les autorités responsables.

"Cependant, les deux avaient procédé à venir dans le pays de toute façon", a-t-il déclaré. "Les numéros de carte d'accréditation et les recettes représentant une preuve de paiement pour l'accréditation qu'ils ont produites étaient des casseries claires."

Moyo a nié les allégations, selon son avocat.

Appel à sa sortie, Angela Quintal, coordonnateur du programme Afrique de la CPJ, a déclaré que le journaliste "n'aurait jamais dû être détenu, encore moins chargé".

Le projet de loi «confiance» adopté à l’Assemblée, le Bélarus isolé, deuxième putsch au Mali... l’actu de ce mardi

  Le projet de loi «confiance» adopté à l’Assemblée, le Bélarus isolé, deuxième putsch au Mali... l’actu de ce mardi Retrouvez ici l’essentiel de l’actualité de ce mardi.L’Assemblée adopte en première lecture le projet de loi Justice de Dupond-Moretti. Dans un contexte de fortes tensions entre policiers et juges, l’Assemblée nationale a voté mardi en première lecture le projet de loi pour la «confiance dans l’institution judiciaire» d’Eric Dupond-Moretti, qui comprend une palette de nouvelles mesures, comme des procès filmés, des droits renforcés dès l’enquête préliminaire, un élargissement du secret des avocats ou encore la fin des réductions de peine automatiques. Adopté sans les voix de la gauche ni de la droite, le texte devrait être examiné au Sénat en septembre.

"Le fait qu'il ait été arrêté et que ses collègues de New York Times ont obligé de quitter le pays, montrent que le Zimbabwe continue de violer le droit à la liberté de la presse et au droit du public de savoir."

Le New York Times a déclaré dans une déclaration: «Nous sommes profondément préoccupés par l'arrestation de Jeffrey Moyo et aident ses avocats à assurer sa libération rapide.»

Il a décrit Moyo comme "journaliste largement respecté" avec de nombreuses années d'expérience en matière de rapport au Zimbabwe. "Sa détention soulève des questions troublantes sur l'état de la liberté de la presse au Zimbabwe", a ajouté.

Reporters sans frontières ne classe que Zimbabwe 130ème sur 180 pays de son indice mondial de la liberté de la presse.

Moyo jeudi parmi le tribunal de la magistrature à Bulawayo, avec son coaccusé, officiel de ZMC Thabang Manhika. Une demande initiale de caution a été refusée, avec une autre décision attendue lundi.

Panne des numéros d’urgence, Donald Trump suspendu de Facebook, attentat manqué de Notre-Dame... L’actu de ce vendredi .
Panne des numéros d’urgence, Donald Trump suspendu de Facebook, attentat manqué de Notre-Dame L’actu de ce vendrediPanne des numéros d’urgence : le gouvernement lance un audit d’Orange. Quarante-huit heures après la panne qui a limité l’accès aux numéros d’urgence, et fait quatre victimes - pour l’instant -, deux choses sont certaines. «La situation est redevenue sous contrôle», a assuré Jean Castex, et Orange devra rendre des comptes. Le ministère de l’Intérieur a annoncé ce vendredi qu’un audit «de contrôle de la sécurité et de l’intégrité du réseau et des services» de l’opérateur serait piloté par l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi).

usr: 1
C'est intéressant!