•   
  •   

France Vaccination à Lille : C’est au tour des étudiants de se faire vacciner

16:20  08 juin  2021
16:20  08 juin  2021 Source:   20minutes.fr

Les cinq raisons qui poussent le gouvernement à ne pas rendre la vaccination obligatoire

  Les cinq raisons qui poussent le gouvernement à ne pas rendre la vaccination obligatoire L'Académie nationale de médecine estime que l'obligation vaccinale pour certaines professions est essentielle pour atteindre l'immunité collective face au Covid-19. © afp.com/Fred TANNEAU Préparation d'une dose de vaccin Pfizer-BioNtech dans un centre de vaccination à Brest le 11 mai 2021 Faut-il rendre le vaccin contre le Covid-19 obligatoire ? Le débat a été relancé cette semaine par l'Académie nationale de médecine. L'institution a préconisé de nouveau l'obligation vaccinale mardi pour un certain nombre de professions, afin d'atteindre plus rapidement l'immunité collective.

Les 80.000 étudiants de l’université de Lille ont désormais des créneaux réservés dans le plus grand centre de vaccination lillois

Un étudiant se fait vacciner à Lille. © M.Libert / 20 Minutes Un étudiant se fait vacciner à Lille. EPIDEMIE - Les 80.000 étudiants de l’université de Lille ont désormais des créneaux réservés dans le plus grand centre de vaccination lillois

Place aux jeunes. Depuis ce lundi, la moyenne d’âge de la population qui fréquente le centre de vaccination du Zénith de Lille a franchement baissé. L’université de Lille et le Centre hospitalier universitaire (CHU) se sont organisés pour libérer des créneaux réservés aux étudiants. Si les motivations diffèrent entre les intéressés et les institutions, le résultat est le même : ils sont nombreux à venir chercher leur dose.

Vaccination en Seine-Saint-Denis : Un plan Marshall pour rattraper le retard et convaincre les réfractaires

  Vaccination en Seine-Saint-Denis : Un plan Marshall pour rattraper le retard et convaincre les réfractaires Alors qu’au niveau national, plus de 34 % de la population a reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19, ce taux n’est que de 23 % en Seine-Saint-Denis © Christophe ARCHAMBAULT / AFP Une opération de vaccination sous les tours de Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis CORONAVIRUS - Alors qu’au niveau national, plus de 34 % de la population a reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19, ce taux n’est que de 23 % en Seine-Saint-Denis Trente centres de vaccination installés dans les 40 communes que compte la Seine-Saint-Denis, un bus qui sillonne plusieurs fois par semaine les routes du département pour

Il y avait foule, ce mardi matin, à l’entrée du plus grand centre de vaccination lillois, installé dans la grande salle du Zénith. Dans l’organisation, rien n’a changé. En revanche, dans les files d’attente, ça parlait davantage de partiels que de tricot. « Depuis lundi, 200 rendez-vous quotidiens sont affectés à la communauté universitaire pour le temps qu’il faudra », explique le professeur Jean-Christophe Camart, président de l’université de Lille.

« Atteindre un taux de vaccination de 70 % de la population étudiante »

Alors que la vaccination est ouverte aux plus de 18 ans depuis fin mai, l’institution a reconnu qu’il n’était malgré tout pas évident de dégoter un rendez-vous. « Le but est d’atteindre un taux de vaccination de 70 % de la population étudiante, le même qui est nécessaire pour obtenir une immunité collective dans la population en général », annonce le professeur Didier Gosset, conseiller sanitaire du président de l’Université. Il faudrait ainsi vacciner 56.000 étudiants sur les 80.000 concernés, sans compter les 7.500 personnels.

Recommandations de la HAS, 2 milliards de doses dans le monde... Le point sur la pandémie

  Recommandations de la HAS, 2 milliards de doses dans le monde... Le point sur la pandémie La HAS préconise une ouverture par étapes de la vaccination des adolescents, après qu'Emmanuel Macron a annoncé mercredi qu'ils seraient tous éligibles dès la mi-juin. © afp.com/ANDREW CABALLERO-REYNOLDS Un adolescent se fait vacciner contre le Covid-19 à Fairfax (Etats-Unis) le 13 mai 2021 La sortie de la crise sanitaire commence à se préciser, même si la prudence reste de mise. La vaccination s'accélère avec l'espoir de renouer avec une vie normale, et en France, les adolescents seront la prochaine cible éligible.

Thomas, un étudiant en informatique, vient de se faire piquer. « J’avais pas spécialement d’a priori sur le vaccin et je voulais anticiper pour cet été, si je veux partir à l’étranger en vacances », reconnaît-il. Harry, en informatique lui aussi, voit plus large : « Si j’ai le choix, je préfère éviter d’injecter des trucs dans mon corps. Mais si je veux aller dans une salle de sport ou même au resto, je suis tranquille ».

« C’est le prix à payer pour être tranquille »

« Il y a une bonne acceptation chez les étudiants. S’ils ne se vaccinent pas pour eux, ils le font pour leur famille », estime le président de l’université. Et c’est notamment le cas de Fiona, 19 ans, étudiante en commerce : « Ma mère est infirmière et mes grands-parents sont à risque, je fais aussi ça pour eux », déclare-t-elle. Et les questions qu’elle se pose sur le vaccin, « comme tout le monde », ne l’ont pas refroidie : « c’est le prix à payer pour être tranquille et faire ce que je veux, comme voyager », insiste la jeune femme.

Vaccination des adolescents contre le Covid-19 : ces pays qui ont déjà franchi le pas

  Vaccination des adolescents contre le Covid-19 : ces pays qui ont déjà franchi le pas Vaccination des adolescents contre le Covid-19 : ces pays qui ont déjà franchi le pasLa vaccination s’étend encore en France. Après l’ouverture à tous les adultes, sans distinction d’âge, depuis le 31 mai, Emmanuel Macron a annoncé ce mercredi que les enfants et adolescents de 12 à 18 ans pourraient recevoir une dose dès le 15 juin. Cela se fera dans des « conditions d’organisation, sanitaires, de consentement et de bonne information des parents, qui seront précisées dans les prochains jours par les autorités sanitaires », a fait savoir le chef de l’Etat, en déplacement dans le Lot.

Un retour à la vie normale qui passe par la case vaccination. C’est aussi là-dessus que mise l’université de Lille. « On ne va pas demander le pass sanitaire pour la rentrée prochaine. En revanche, on communique sur le fait que se faire vacciner permettra de procéder à une rentrée la plus normale possible », précise Jean-Christophe Camart.

Lille : Une tentative d’attaque a-t-elle été déjouée à l’hôtel de police ? .
Lundi matin, un homme a été interpellé à proximité du commissariat central de Lille au volant d’une voiture contenant des bouteilles de gaz © M.Libert / 20 Minutes L'hôtel de police de Lille (illustration). ENQUETE - Lundi matin, un homme a été interpellé à proximité du commissariat central de Lille au volant d’une voiture c Vers 5 heures, ce lundi matin, un homme de 42 ans a été interpellé aux abords de l’hôtel de police de Lille.

usr: 1
C'est intéressant!