•   
  •   

France Le couvre-feu a-t-il encore un sens ?

17:00  14 juin  2021
17:00  14 juin  2021 Source:   nouvelobs.com

Déconfinement : A quoi ça sert, un couvre-feu à 23 heures ?

  Déconfinement : A quoi ça sert, un couvre-feu à 23 heures ? Pendant trois semaines, entre ce mercredi et le 30 juin, le couvre-feu en France s’étendra de 23 heures à six heures du matin © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP Le couvre-feu passe à 23 heures à partir de ce mercredi 9 juin CORONAVIRUS - Pendant trois semaines, entre ce mercredi et le 30 juin, le couvre-feu en France s’étendra de 2 Ce mercredi, la France entame sa troisième phase du déconfinement, avec notamment la réouverture des salles de sport, des casinos, de l’intérieur des restaurants et bars (avec jauge et distanciation).

  Le couvre-feu a-t-il encore un sens ? © Copyright 2021, L'Obs

Pour l’heure, il devrait nous suivre jusqu’au 30 juin. Mais le couvre-feu a-t-il encore un sens ? D’un point de vue sanitaire, les indicateurs épidémiques sont au vert. Selon les dernières données de Santé publique France, la vaccination progresse, avec 45,2 % de la population totale primo-vaccinée au 13 juin. Le virus circule moins : le nombre de nouvelles contaminations passe sous la barre des 4 000 en moyenne sur la semaine écoulée. Et le taux d’incidence repasse pour la première fois depuis le 25 août 2020 sous la valeur 50, le « seuil d’alerte » initialement fixé l’été dernier.

Déconfinement : Valérie Pécresse plaide pour la fin du couvre-feu

  Déconfinement : Valérie Pécresse plaide pour la fin du couvre-feu En échange, il faudra encore plus respecter les gestes de distanciation, propose la présidente de la région Ile-de-France © Ludovic MARIN / AFP Valérie Pécresse souhaite en finir avec le couvre-feu CORONAVIRUS - En échange, il faudra encore plus respecter les gestes de distanciation, propose la préside Invitée de BFM Politique, la présidente LR de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a réagi aux multiples fêtes sauvages parisiennes constatées ce week-end, notamment aux Invalides. Pour elle, la solution est simple : en finir avec le couvre-feu.

Mais surtout, les terrasses et les restaurants ont rouvert, les cinémas aussi. Les beaux jours reviennent. L’Euro a commencé. Et le couvre-feu, repoussé à 23 heures mercredi 9 juin, semble de plus en plus difficile à faire respecter. Déjà, les Français anticipent sa levée. En témoigne les soirées en extérieur observées aux Invalides, à Paris ou sur la pelouse d’Aguiléra à Biarritz ce week-end. Ou encore la dérogation accordée par l’exécutif lui-même aux spectateurs de la demi-finale de Roland-Garros vendredi soir.

Une stratégie de campagne ?

Face à ces signaux contradictoires, les avis d’élus comme de médecins sur le couvre-feu se multiplient… mais ne se ressemblent pas. La ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa a tenu à rappeler à l’intention des jeunes, dimanche, que « le virus est toujours là », tout en disant comprendre leur « envie de faire la fête ». « La situation s’améliore, la vaccination avance […], mais le virus est toujours là, la pandémie existe encore, donc il y a besoin de respecter les mesures sanitaires » a-t-elle expliqué sur Europe 1.

Déconfinement : Aurore Bergé (LREM) appelle à « respecter » le couvre-feu jusqu’au 30 juin

  Déconfinement : Aurore Bergé (LREM) appelle à « respecter » le couvre-feu jusqu’au 30 juin Le couvre-feu de 23 heures doit s'étendre jusqu'au 30 juin prochain« Il faut respecter » la règle du couvre-feu à 23 heures, a exhorté lundi la présidente déléguée de LREM Aurore Bergé, alors que la présidente de l’Ile-de-France Valérie Pécresse réclame sa suppression. « On a dit que ce serait au 30 juin qu’on pourrait avoir cette levée du couvre-feu, il faut que ça tienne jusque-là et donc il faut à la fois continuer à se faire vacciner (…) et respecter les règles qui existent jusque-là », a fait valoir la députée des Yvelines sur Cnews.

Confinements, couvre-feux… « Pour le cerveau, la dernière contrainte sanitaire est parfois celle de trop »

Face aux mêmes images de fêtes sauvages à Paris, Valérie Pécresse prône, elle, la fin du couvre-feu. « Il faut supprimer le couvre-feu si les conditions sanitaires sont réunies », a indiqué sur BFMTV la présidente de la région Ile-de-France, « et je pense qu’elles le sont ». Proposant une solution « donnant-donnant », la candidate à sa réélection a ajouté vouloir donner « une vraie respiration aux Français ».


Vidéo: Couvre-feu, les Français n'en veulent plus - 02/06 (BFMTV)

Un « assaut de démagogie » de la part de l’opposition en campagne, selon Aurore Bergé, présidente déléguée LREM qui défend le maintien du couvre-feu jusqu’au 30 juin. « Il est toujours plus populaire de dire on va lâcher du lest. Il faut au contraire assumer d’avoir des règles », a-t-elle affirmé ce lundi 14 juin sur CNews.

Pas de dérogation au couvre-feu pour le match France-Allemagne, mardi soir

  Pas de dérogation au couvre-feu pour le match France-Allemagne, mardi soir Au « Parisien », le ministère de l’Intérieur assure qu’il n’y aura ni dérogation ni tolérance au couvre-feu pour ce début d’Euro 2021. Les supporters devront être chez eux à 23 heures.Ce lundi 14 juin, le ministère de l’Intérieur confirme au « Parisien » qu’il n’y aura pas de dérogation ni de tolérance au couvre-feu pour ce début d’Euro 2021. Les supporters, qui avaient prévu de regarder le match en dehors de chez eux devront donc être rentrés à 23 heures, ou bien dormir sur place.

« Sur le plan sanitaire, ça n’a pas énormément de sens », défend pourtant l’épidémiologiste Martin Blachier sur BFM TV.

« Cela ne va pas changer la situation épidémique (…) L’été appuie très fort sur l’épidémie, il n’y a plus trop lieu d’avoir ces étapes les unes après les autres. »

Des messages contradictoires

Jean-Luc Mélenchon résume ainsi le problème : « Plus personne ne comprend rien aux consignes sanitaires données. »« Pourquoi 23 heures plutôt que minuit ? Pourquoi ouvrir un stade et pas d’autres ? Il faut se poser maintenant la question de la levée du couvre-feu », lance sur Twitter le patron de LFI.

Des indications contradictoires décriées aussi par le Pr Gilles Pialoux dans une interview au « Parisien ». Pour lui, « en feignant qu’un retour à la vie normale est possible rapidement, en laissant entendre que la fin du masque est imminente, le gouvernement comme le conseil d’orientation de la stratégie vaccinale [présidé par Alain Fischer, NDLR] entretient une ambiguïté qui pourrait être coupable ». Ces messages encourageraient les Français à « anticiper » la date butoir et à se relâcher avant l’heure.

« In fine, c’est toujours Macron qui tranche » : le président face aux scientifiques

Pas question, pour autant, de lever le couvre-feu avant la date officielle. Pour Gilles Pialoux, « Le couvre-feu permet de limiter les regroupements à domicile, et leur durée. Ce n’est pas rien quand on sait que la source de contamination numéro un est la sphère privée. » « Vingt-trois heures, cela a du sens », juge celui qui prévient que se relâcher « trop vite pourrait nous coûter cher ». D’ici à ce que tout le monde se mette d’accord, le 30 juin devrait être vite arrivé.

Couvre-feu : après 245 jours, dimanche à 6 heures, c’est la quille ! .
Un peu plus de huit mois après son instauration pour cause de pandémie, d’abord dans certains départements avant d’être généralisée, la mesure vie sa dernière soirée ce samedi. Pour de bon, espère-t-on.La dureté a fluctué, la mesure s’appliquant d’abord en région parisienne et dans huit métropoles, avant de s’étendre à l’ensemble du pays le 15 décembre, avec un passage à 20 heures. Le 16 janvier, elle a été ramenée à 18 heures, les longues nuits d’hiver envoyant les Français directement du boulot au dodo sans guère voire la lumière extérieure.

usr: 1
C'est intéressant!