•   
  •   

France Hauts-de-France. Face à « la saturation éolienne », une trentaine d’associations demandent un moratoire

00:45  17 juin  2021
00:45  17 juin  2021 Source:   ouest-france.fr

De faux militants invités à un meeting de Valérie Pécresse à Brive en 2019

  De faux militants invités à un meeting de Valérie Pécresse à Brive en 2019 La présidente de la région Ile-de-France est accusée par Mediapart d’avoir fait venir de faux militants issus d’associations communautaires de la région, pour grossir les rangs d’un meeting politique à Brive en 2019.En apparence, c’est un succès. « Nous sommes plus de 1 500 ! » se réjouit la présidente de la région Ile-de-France sur scène. 1 500, peut-être… Mais « militants de droite », comme le lancent au micro les porte-parole de Valérie Pécresse ? Non, du moins, pas tous.

Parmi les principales revendications des associations figurent un moratoire sur l'éolien dans la région et une révision de la distance minimale des 500 mètres d'éloignement vis-à-vis des habitations. © FRANCK DUBRAY / OUEST FRANCE Parmi les principales revendications des associations figurent un moratoire sur l'éolien dans la région et une révision de la distance minimale des 500 mètres d'éloignement vis-à-vis des habitations.

Une trentaine d’associations des Hauts-de-France, avec le soutien de conseillers municipaux et parlementaires, se plaignent d’accueillir près du tiers de l’éolien national sur leur territoire. Elles demandent notamment au gouvernement une réglementation sur la saturation et l’encerclement des communes.

Hauts-de-France : Le conseil régional défend son action pour la transition écologique

  Hauts-de-France : Le conseil régional défend son action pour la transition écologique Pointé du doigt par l’Enviroscore de Générations futures, le Conseil régional des Hauts-de-France dénonce une méthodologie qui ne reflète pas les politiques mises en œuvre © Gilles Durand / 20 Minutes L'hémicycle du conseil régional des Hauts-de-France. ENVIRONNEMENT - Pointé du doigt par l’Enviroscore de Générations futures, le Conseil régional des Hauts-de-France dénonce une méthodologie qui ne reflète pas Il y a quelques semaines, soutenu par l’association Générations futures, le premier « Enviroscore » des régions était publié en ligne.

Une trentaine d’associations et collectifs picards et du Nord-Pas-de-Calais dénoncent « une saturation » de leur région en éoliennes et demandent « un moratoire » sur ces équipements.

Port du masque : comment s'y retrouver dans le casse-tête des exceptions locales ?

  Port du masque : comment s'y retrouver dans le casse-tête des exceptions locales ? FOCUS - Si au niveau national, le port du masque reste obligatoire jusqu'à fin juin, plusieurs départements ont autorisé leurs habitants à le retirer dans certaines zones ou certains jours uniquement. Le Figaro fait le point sur ces règles locales - souvent d'une complexité kafkaïenne... Hauts-de-Seine : port du masque facultatif dans les forêts hors week-end et jours fériés, et dans les zones de certaines communes En Île-de-France, le port du masque obligatoire dans la rue et les espaces ouverts au public a été prolongé jusqu'à la fin du mois de juin à Paris, en Seine-Saint-Denis ou encore en Seine-et-Marne.

« Face à la saturation éolienne en région, nos associations et élus des Hauts-de-France demandent à être entendus par le gouvernement », écrivent-ils dans un communiqué mercredi 16 juin, avec le soutien d’une dizaine de conseillers municipaux et parlementaires.

« Nous ne pouvons que constater la saturation de notre région, avec déjà près du tiers de l’éolien national et plus de 2 600 éoliennes autorisées », écrivent les signataires.

Encerclement des communes

Parmi leurs principales revendications figurent « un moratoire sur l’éolien dans la région », « une révision de la distance minimale des 500 mètres d’éloignement vis-à-vis des habitations », une loi ou réglementation sur la saturation et l’encerclement des communes.

Ils demandent à être reçus par la préfecture de région pour « faire part à la fois des réalités du terrain, ainsi que des différentes alternatives » proposées.

« Ce phénomène de saturation de l’éolien industriel s’étend sans fin annoncée sur toute la région, à terre et désormais en mer […] Et cependant, population comme élus ne possèdent aucun pouvoir de décision lors du montage de ces projets », ajoutent les associations.

Opposés à « l’encerclement » des villages par les éoliennes, ils déclarent ne plus vouloir « subir, mais être acteurs de la transition écologique ».

TRIBUNE. "Nous appelons à faire de la drépanocytose la grande cause nationale de 2022" .
A l'occasion de la Journée mondiale de la drépanocytose, 45 professionnels de santé, associations de patients, élus nationaux et locaux et chercheurs estiment "qu'il est temps d'agir". "La drépanocytose fait figure de grande oubliée, de maladie inconnue du grand public", regrettent-ils.La tribune : "Pourquoi ne parle-t-on jamais de la première maladie génétique en France, sauf à l'occasion de la journée mondiale de la drépanocytose? Pourquoi n'est-elle pas encore considérée comme un enjeu de santé publique? Pourquoi reste-t-elle assimilée à une maladie de l'étranger alors qu'elle touche aujourd'hui plus de 20.

usr: 6
C'est intéressant!