•   
  •   

France Affaire Pegasus : une enquête ouverte à Paris sur l’espionnage de journalistes

15:45  20 juillet  2021
15:45  20 juillet  2021 Source:   ouest-france.fr

Projet Pegasus. Maroc, France, Hongrie... Des journalistes mis sous surveillance

  Projet Pegasus. Maroc, France, Hongrie... Des journalistes mis sous surveillance Plus de 180 journalistes ont été la cible du logiciel espion Pegasus, révèle une enquête publiée dimanche par un consortium de dix-sept médias internationaux nommé « Projet Pegasus ». Parmi eux, des Français dont le fondateur du site d'information Mediapart, Edwy Plenel. Des journalistes du monde entier ont été espionnés grâce au logiciel espion Pegasus mis au point par l'entreprise israélienne NSO Group, selon une enquête publiée dimanche 18 juillet par un consortium de dix-sept médias internationaux, dont font notamment partie Le Monde, la cellule investigation de Radio France, The Guardian et The Washington Post.

Une femme utilise son iPhone devant le bâtiment abritant le groupe israélien NSO « Pegasus », à Herzliya, près de Tel Aviv, le 28 août 2016. © JACK GUEZ/AFP Une femme utilise son iPhone devant le bâtiment abritant le groupe israélien NSO « Pegasus », à Herzliya, près de Tel Aviv, le 28 août 2016.

Le Parquet de Paris a ouvert une enquête, ce mardi 20 juillet, concernant le logiciel Pegasus à la suite de plaintes par plusieurs médias comme Le Canard Enchaîné et Médiapart, dont plusieurs journalistes ont été espionnés.

Le parquet de Paris a ouvert mardi 20 juillet une enquête sur l’espionnage de journalistes français dont l’infiltration de téléphones par le logiciel Pegasus pour le compte de l’État marocain, qui le conteste, a été révélée dimanche par un consortium de médias, a-t-il annoncé dans un communiqué.

Inde: plus de 1000 personnes espionnées par le gouvernement Modi avec Pegasus

  Inde: plus de 1000 personnes espionnées par le gouvernement Modi avec Pegasus En Inde, le gouvernement aurait largement utilisé le logiciel Pegasus pour espionner illégalement des dizaines de journalistes, militants et académiciens. Signe d’un contrôle de plus en plus autoritaire exercé par le gouvernement de Narendra Modi. De notre correspondant à New Delhi, Militants des droits de l’homme, journalistes, avocats, académiciens, hommes d’affaires, politiciens de l’opposition… les téléphones de plus de 1 000 personnes,De notre correspondant à New Delhi,

Dix infractions

Cette enquête a été ouverte pour une longue liste de dix infractions dont « atteinte à la vie privée », « interception de correspondance », « accès frauduleux » à un système informatique et « association de malfaiteurs ». Elle fait suite à la plainte déposée par le site Mediapart, dont deux journalistes ont été espionnés, à laquelle doit s’ajouter une plainte similaire du Canard enchaîné.

L’enquête vise également d’autres infractions d’atteintes à un système informatique, telles que l’introduction, l’extraction et la transmission frauduleuses de données, qui peuvent être potentiellement reprochées aux utilisateurs de Pegasus.

Lire aussi : « Projet Pegasus ». Trois choses à savoir sur ce logiciel espion au cœur d’un immense scandale

Pegasus: l’un des reporters les plus connus en Hongrie à la fois chasseur et cible

  Pegasus: l’un des reporters les plus connus en Hongrie à la fois chasseur et cible C’est l’un des reporters les plus connus en Hongrie, plusieurs fois couronné meilleur journaliste d’investigation du pays (2015, 2016, 2020). Szabolcs Panyi travaille pour le journal en ligne Direkt 36, un média indépendant spécialisé dans les affaires de corruption. Il fait partie du consortium de journalistes qui a révélé l’affaire Pegasus, ce vaste scandale d’espionnage. Son cas est un peu spécial : il est à la fois le chasseur… et la cible ! Car son téléphone a été infecté par le logiciel espion.

Elle concerne aussi la « mise à disposition et détention d’un équipement » permettant des atteintes à un système de données et « l’offre et la vente sans autorisation d’un dispositif de captation de données », qui visent cette fois potentiellement la commercialisation du logiciel et les intermédiaires impliqués.

Des dizaines de journalistes espionnés

Plusieurs médias dont Le Monde, The Guardian et The Washington Post ont révélé dimanche que le fondateur de Mediapart Edwy Plenel et la journaliste de son média Lénaïg Bredoux avaient été espionnés par les services secrets marocains.

Le Canard Enchaîné, lui, aurait été visé notamment à travers son ancienne collaboratrice Dominique Simonnot, aujourd’hui contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, qui a également annoncé qu’elle allait saisir personnellement la justice.

Les investigations ont été confiées à l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC), a précisé le parquet.

Macron n'a pas été ciblé par Pegasus affirme un cadre de NSO

  Macron n'a pas été ciblé par Pegasus affirme un cadre de NSO Un haut responsable du géant israélien de cybersécurité NSO a soutenu mercredi que le président français Emmanuel Macron n'avait pas été ciblé parLes organisations Forbidden Stories et Amnesty International ont obtenu une liste de 50.000 numéros de téléphone, sélectionnés par les clients de NSO depuis 2016 pour être potentiellement surveillés, et l'ont partagée avec un consortium de 17 médias qui ont révélé son existence dimanche.

Selon l’enquête publiée dimanche par un consortium de 17 médias internationaux, le logiciel Pegasus, élaboré par l’entreprise israélienne NSO Group, aurait permis d’espionner les numéros d’au moins 180 journalistes, 600 hommes et femmes politiques, 85 militants des droits humains ou encore 65 chefs d’entreprise de différents pays.

Le logiciel espion Pegasus, introduit dans un smartphone, permet d’en récupérer les messages, photos, contacts et même d’écouter les appels de son propriétaire.

Ces révélations ont suscité l’indignation dans le monde entier d’organisations de défense des droits humains, de médias et de dirigeants politiques.

50 000 numéros de téléphone surveillés

NSO, régulièrement accusé de faire le jeu de régimes autoritaires, assure que son logiciel sert uniquement à obtenir des renseignements contre des réseaux criminels ou terroristes.

Le travail mené par les 17 médias, dont les quotidiens français Le Monde, britannique The Guardian et américain The Washington Post, se fonde sur une liste obtenue par le réseau basé en France Forbidden Stories et l’ONG Amnesty International. Elle compte, selon eux, 50 000 numéros de téléphone sélectionnés par les clients de NSO depuis 2016 pour une surveillance potentielle.

Logiciel Pegasus : Le ministre israélien de la Défense vient s'expliquer à Paris .
Benny Gantz se rend cette semaine à Paris afin de « tenir au courant » les autorités françaises des derniers développements sur cette société de cybersécurité israélienne © Joël Saget L'entreprise israélienne de sécurité informatique NSO est à l'origine du logiciel d'espionnage Pegasus (illustration). DIPLOMATIE - Benny Gantz se rend cette semaine à Paris afin de « tenir au courant » les autorités françaises des derniers développements sur cette sociét Après les révélations, les explications.

usr: 1
C'est intéressant!