•   
  •   

France Covid-19 : le passe sanitaire est-il vraiment efficace pour lutter contre l'épidémie ?

23:20  25 juillet  2021
23:20  25 juillet  2021 Source:   lexpress.fr

Le front se durcit contre le passe sanitaire

  Le front se durcit contre le passe sanitaire De nombreuses manifestations et plusieurs attaques contre des élus ont eu lieu ce week-end en France.2 500 manifestants à Nantes, 2 000 à Rennes, ou encore 4 500 à Marseille, ils étaient aussi près de 1 000 à Lyon, où des tensions ont eu lieu avec les forces de l’ordre. Recevant des projectiles, ces dernières ont répliqué avec des gaz lacrymogènes. C’est à Paris que s’est tenu le plus important rassemblement avec 18.000 personnes réunies. Dans ce cortège mené par l’ex-FN Florian Philippot et le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, les manifestants ont porté des messages quelque peu différents.

Alors que plusieurs clusters ont été détectés ces derniers jours dans tout le pays, notamment dans des boîtes de nuit, les failles de ce dispositif progressivement étendu interrogent.

Une employée vérifie le pass sanitaire d'un visiteur à l'entrée du zoo d'Amneville, le 22 juilelt 2021 © afp.com/JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN Une employée vérifie le pass sanitaire d'un visiteur à l'entrée du zoo d'Amneville, le 22 juilelt 2021

Une trentaine de cas positifs détectée au sein d'une colonie de vacances dans un camping de Sagone (Corse-du-Sud). Deux foyers de contamination identifiés dans des discothèques situées dans l'est de la France : au Discopolis de Charmes (Vosges), avec 44 personnes identifiées par le contact tracing effectué par l'Assurance maladie, et à Mathay (Doubs), où 85 personnes ont été testées positives après trois soirées au Cario Club. Et à Bordeaux, 81 personnes ont été testées positives après trois soirées organisées mi-juillet dans un club de la ville. Le point commun ? Tous les participants disposaient pourtant d'un passe sanitaire valide.

Fin du masque avec le passe sanitaire, jauge baissée... Le point sur la pandémie

  Fin du masque avec le passe sanitaire, jauge baissée... Le point sur la pandémie Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé ce mardi que le port du masque ne sera plus obligatoire pour le public dans les lieux où l'entrée est conditionnée au passe sanitaire. © afp.com/Olivier MORIN Un passe sanitaire sur un écran de téléphone portable le 4 juillet 2021 Tandis que le nombre de contaminations au Covid-19 continue de progresser en France, le gouvernement encourage toujours plus le public à se faire vacciner.

Malgré l'instauration de ce document - obtenu grâce à un schéma vaccinal complet ou un test négatif de moins de 48 heures - dans un certain nombre de lieux, les clusters se multiplient depuis plusieurs jours dans toute la France. En cause : le variant Delta, nettement plus contagieux que la souche originelle et largement majoritaire. Source de débats et objet de nombreux amendements à l'Assemblée nationale et au Sénat, la présentation d'un passe sanitaire est entrée partiellement en vigueur mercredi. Déjà appliquée dans les lieux culturels et de loisirs, son extension pour les cafés, restaurants et trains est prévue au début du mois d'août. Pour la semaine du 12 au 18 juillet, on observe "une forte hausse du nombre de cas ayant fréquenté des lieux de rassemblements, notamment les bars, où les mesures barrière sont plus difficiles à maintenir", note pour sa part Santé publique France dans son point hebdomadaire publié vendredi.

Pass sanitaire : La référence au nazisme, « une manipulation grave qui relativise les crimes »

  Pass sanitaire : La référence au nazisme, « une manipulation grave qui relativise les crimes » Nazisme, Shoah, apartheid… Jacques Fredj, directeur du Mémorial de la Shoah, appelle les opposants au pass sanitaire à « ne pas faire de raccourcis » © FRED SCHEIBER/SIPA Une personne arbore une étoile jaune lors de la manifestation contre le pass sanitaire, à Toulouse, le 17 juillet.

LIRE AUSSI>> Covid-19 : l'été reste notre allié, mais cela ne suffit pas

Le projet de loi sanitaire, qui prévoit notamment l'extension du passe sanitaire et l'obligation vaccinale pour les soignants, sapeurs-pompiers ou encore les professionnels auprès des personnes âgées, a été adopté en première lecture tôt vendredi matin à l'Assemblée. Actuellement en débat au Sénat, il doit en principe être adopté avant la fin du week-end. Mais les débats pourraient se poursuivre lundi.

Le président du conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, interrogé vendredi matin par BFMTV, s'est "réjoui, au nom du conseil scientifique," de l'adoption du nouveau projet de loi anti-Covid. L'adoption de telles mesures, "c'est urgent, c'est le moment de le faire, c'est là où ça va se jouer pour éviter le retentissement hospitalier (de la quatrième vague) fin août", a-t-il souligné. D'après le gouvernement, le fort rebond épidémique que connaît la France ne laisserait que deux alternatives : le passe sanitaire ou le confinement. "La question qui se pose, ce n'est pas la vie normale ou le passe sanitaire. C'est le confinement ou le passe sanitaire", a déclaré le 13 juillet Olivier Véran sur BFMTV. "Le passe apparaît comme un moyen efficace d'éviter un nouveau confinement et une catastrophe sanitaire", a redit samedi le ministre de la Santé auprès du Parisien.

Covid-19. Nouvelles manifestations prévues en France contre le passe sanitaire ce samedi

  Covid-19. Nouvelles manifestations prévues en France contre le passe sanitaire ce samedi De nouvelles manifestations sont prévues en France, ce samedi 24 juillet, pour protester contre l’extension du passe sanitaire et la vaccination obligatoire pour certaines professions. « Pour la liberté » et « contre la dictature sanitaire » : après une première mobilisation nationale le 17 juillet, des dizaines de manifestations sont à nouveau prévues samedi dans toute la France, contre l’extension du passe sanitaire et la vaccination obligatoi Près de 110 000 manifestants sont attendus sur l’ensemble du territoire, selon les autorités.

Des faux négatifs, et des faux QR Code

L'efficacité de ce dispositif interroge avant son extension progressive. Loin d'être étanche, il suffit d'une faille dans le dispositif pour que des clusters naissent. En premier lieu, le fait qu'une personne testée négative puisse malgré tout être contagieuse au moment de la présentation de son passe sanitaire. Une vaste étude évoquée par Le Monde le 17 juillet révèle l'importance de la charge virale avant les signes d'infection par ce variant Delta. Les résultats indiquent qu'il est en réalité plus infectieux au cours de la phase précoce de l'infection virale, celle précédent les symptômes. De même, des faux négatifs peuvent arriver, c'est-à-dire des personnes testées négatives alors qu'elles étaient positives. "Les tests devraient être une solution temporaire. On pourrait progressivement passer du passe sanitaire au passe vaccinal, mais on doit toujours garder l'option des tests pour certaines personnes qui ne peuvent pas se faire vacciner pour des raisons médicales", affirme auprès de L'Express Bary Pradelski, chercheur du CNRS au Laboratoire d'informatique de Grenoble.

Covid-19 : avec la multiplication des clusters, les discothèques en danger ?

  Covid-19 : avec la multiplication des clusters, les discothèques en danger ? Bordeaux, Lille Les foyers de contaminations au Covid-19 identifiés dans des boîtes de nuit se multiplient et font déjà craindre une possible fermeture de ces établissements. © afp.com/Sylvain THOMAS Si les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet 2021, l'entrée est conditionnée à la présentation du passe sanitaire, comme ici à l'entrée de L'épidémie de Covid-19 connaît un fort rebond dans toute la France. Cette quatrième vague provoquée par le très contagieux variant Delta n'épargne aucun secteur ni lieu.

Pour Hélène Rossinot, médecin spécialiste de Santé publique interrogée par 20minutes, "le test négatif de moins de 48 heures est un sacré trou dans la raquette" car "il ne dit rien du statut de la personne au moment ou elle est dans le lieu public". L'infectiologue Benjamin Davido pense également que la présentation d'un test négatif de moins de 48 heures n'est pas pertinente. "C'est trop, il faut porter cette durée à 24 heures", demande-t-il auprès de Ouest-France. "C'est plus fiable d'avoir un test récent. Chaque jour, tout est remis à zéro. Donc 24 heures me semble être le minimum syndical. À l'hôpital, quand on hospitalise des gens, on a besoin du test PCR du jour même par exemple", poursuit-il. Cette durée de 24 heures a par exemple été mise en place pour les voyageurs de certains pays arrivant en France. Inquiet par la multiplication des clusters dans les discothèques, le milieu de la nuit propose de passer la validité du test dans ces établissements à 12 heures. "Aujourd'hui, nous pensons que le test PCR ou antigénique de 48 heures, c'est peut-être insuffisant, c'est trop long : avec ce variant Delta, vous pouvez être en forme le lundi et malade le mardi", a avancé à l'AFP Thierry Fontaine, président du syndicat patronal Umih nuit.

LIRE AUSSI>> Pr Gilbert Deray. Covid-19 : "Les antivax vous mentent"

Autre "trou dans la raquette" : la possibilité de montrer des faux QR Code, même s'il est très difficile d'en créer un. Depuis l'annonce par Emmanuel Macron de la généralisation du passe sanitaire, les recherches augmentent sur Internet pour obtenir de fausses attestations et des réseaux fleurissent, malgré les sanctions encourues. Plusieurs de ces combines ont été démantelées par la justice. Si les restaurateurs devront contrôler le passe sanitaire à partir du mois d'août, ils ne seront toutefois pas contraints d'exiger la présentation d'une pièce d'identité. De quoi permettre à certaines personnes de contourner les règles.

Passe sanitaire : le gouvernement aidera les entreprises pénalisées

  Passe sanitaire : le gouvernement aidera les entreprises pénalisées Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a ainsi assuré que le gouvernement répondra "présent" pour aider les entreprises dont l'activité sera pénalisée.

Comme le rappelle le journaliste Vincent Glad sur Twitter, le passe sanitaire est en outre loin de couvrir tous les cas potentiels de contamination. Les réunions privées en sont exclues, alors que deux autres dispositifs utilisés à plusieurs reprises par le gouvernement, le confinement et le couvre-feu, visent eux à empêcher ces rassemblements privés.

"Une façon d'inciter à la vaccination"

"Le passe sanitaire ne semble pas parfait mais c'est une façon d'inciter à la vaccination. L'idée, c'est qu'on a la liberté de ne pas se faire vacciner ou de ne pas se faire tester, mais on ne peut pas faire peser le risque aux autres", estime Bary Pradelski. "L'objectif dans tout ça, c'est la vaccination. Comme tout outil, le passe sanitaire a ses limites, mais il amène un retour des libertés pour les gens vaccinés. Si la population joue le jeu, ça peut très bien fonctionner", estime également auprès de L'Express Anne Sénéquier, médecin et chercheuse associée à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), dont elle codirige l'observatoire de la santé.

Pour Jean-François Delfraissy, si "le passe sanitaire aura très clairement une efficacité, elle ne sera pas de 100%, on sait qu'il y aura des trous", a-t-il reconnu sur BFMTV. "Les modalités pratiques du passe sanitaire doivent s'adapter, il faut beaucoup de nuances, il faut écouter les gens et adapter les situations", a-t-il complété. L'objectif : tout faire pour éviter un nouveau confinement, alors que la population est lassée par les nombreuses restrictions en vigueur depuis près d'un an et demi.

Manifestations attendues en France contre le pass sanitaire pour le troisième samedi consécutif

  Manifestations attendues en France contre le pass sanitaire pour le troisième samedi consécutif Selon les résultats d’une étude Harris Interactive x Euros Agency pour LCI publiée vendredi, 4 Français sur 10 déclarent soutenir les manifestations contre l’instauration d’un pass sanitaire. « Ne pas avoir le choix »Parmi les Français qui soutiennent ces manifestations, 65% justifient leur soutien par « l’impression de se voir imposer ce qu’ils doivent faire, de ne pas avoir le choix ».

LIRE AUSSI>> Le Royaume-Uni et Singapour, deux laboratoires du "vivre avec le virus" très observés

"Le débat ne se résume pas forcément à 'passe sanitaire ou confinement'", car la France "pourrait avoir les deux. Le risque est toutefois moindre d'avoir un confinement strict avec le passe sanitaire", veut croire Bary Pradelski. Selon ce chercheur, si la vaccination se poursuit à un niveau élevé, alors le confinement ne "sera pas nécessaire" pense-t-il.

Si Anne Sénéquier n'exclut pas la possibilité d'un reconfinement, elle assure qu'envisager cette idée, comme l'a évoqué Jean Castex mercredi sur TF1, est un moyen de l'éviter, en attendant que le maximum de la population âgée de 12 ans se vaccine. "La mise en place d'un passe sanitaire généralisé revient à décréter pour les personnes non vaccinées quasiment les mêmes restrictions que lors des confinements précédents, puisque l'accès aux bars, restaurants, discothèques, à la vie culturelle, festive, sportive leur est fermé", assure de son côté au Figaro l'épidémiologiste Antoine Flahault. La rentrée scolaire sera décisive. Alors que les élèves retrouveront les bancs de l'école, "il sera important de faire des tests dans les écoles à la rentrée", souligne Bary Pradelski. "Il est important de sécuriser les écoles et il conviendra peut-être d'instaurer la vaccination obligatoire pour les professeurs et aussi pour les parents afin d'éviter des vagues de contaminations dans les écoles", estime-t-il.

Covid-19. Vaccins, masques… On a répondu aux questions posées par les Français à Emmanuel Macron .
Le président de la République a indiqué, dans une vidéo postée ce lundi 2 août, qu’il répondrait toute cette semaine aux questions des internautes sur Snapchat, TikTok et Instagram. L’objectif : répondre aux fausses informations qui circulent sur internet. À 16 h 30, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont interrogé Emmanuel Macron, qui a formulé une première réponse dans la journée. À la suite de son appel aux questions posté ce lundi 2 août sur les réseaux sociaux, Emmanuel Macron a déjà reçu de nombreuses sollicitations via Snapchat, TikTok ou Instagram.

usr: 1
C'est intéressant!