•   
  •   

France Grève de la faim à l'hôpital psychiatrique du Rouvray : les leçons de la sortie de crise

17:05  11 juin  2018
17:05  11 juin  2018 Source:   liberation.fr

Le président de ZTE s'excuse et veut tirer les leçons du passé

  Le président de ZTE s'excuse et veut tirer les leçons du passé Le président de ZTE Yin Yimin s'est excusé auprès du personnel, des associés, des actionnaires et de la clientèle vendredi, l'équipementier des télécommunications chinois devant payer une amende d'un milliard de dollars (845 millions d'euros) aux Etats-Unis pour mettre fin à une interdiction qui a mis l'entreprise à genoux.L'accord passé avec le gouvernement américain et annoncé jeudi prévoit, entre autres, que ZTE change son conseil d'administration et son équipe dirigeante dans les 30 jours, verse une amende d'un milliard de dollars (845 millions d'euros) et place 400 millions de dollars sur un compte séquestre.

Hôpital psychiatrique du Rouvray : fin de la mobilisation après la création de 30 postes. Après dix-sept jours de grève de la faim et une grève «illimitée» de presque trois mois, le personnel médical du centre hospitalier normand vient d'obtenir la création de postes supplémentaires et d’une unité qui

L ' hôpital psychiatrique du Rouvray , situé dans la banlieue de Rouen, est le troisième de France par son nombre de patients. Une cadre de santé de l ' hôpital expliquait cette semaine que "certains patients viennent de leur plein gré, et malgré tout, nous les mettons en chambre d’isolement.

A Sotteville-lès-Rouen, sur le centre hospitalier psychatrique du Rouvray, la semaine dernière. © Martin Colombet A Sotteville-lès-Rouen, sur le centre hospitalier psychatrique du Rouvray, la semaine dernière.

Après deux mois de conflit social, dont deux semaines de grève de la faim, dans un établissement en grave manque de moyens, les autorités ont annoncé la création de trente postes, un geste historique pour la psychiatrie publique, où depuis dix ans les politiques officielles se traduisent par une réduction constante des effectifs.

L’air de rien, ce qui s’est passé à l’hôpital psychiatrique de Rouvray (Seine-Maritime), près de Rouen, où un conflit long de deux semaines s’est achevé ce week-end avec l’annonce de la création de trente postes, est peu banal, voire historique.

Hôpital psychiatrique du Rouvray : un accord trouvé entre l’ARS et le personnel

  Hôpital psychiatrique du Rouvray : un accord trouvé entre l’ARS et le personnel Un compromis a été trouvé entre l’agence régionale de santé (ARS) et les employés de l’hôpital en grève de la faim depuis le 21 mai, qui revendiquaient la création de 52 postes. © CHARLY TRIBALLEAU / AFP Le personnel médical de l’hôpital psychiatrique de Sotteville-lès-Rouen manifeste le 29 mai 2018. L’intersyndicale de l’hôpital psychiatrique de Rouen, où des salariés étaient en grève de la faim pour demander des créations de postes, et l’agence régionale de santé (ARS) ont trouvé un compromis, a annoncé vendredi 8 juin cette dernière. Ce que la Confédération française démocratique du travail (CFDT) a confirmé.

Une grève de la faim ou jeûne de protestation, est un moyen de protestation non violent utilisé entre autres par Gandhi.[réf. insuffisante]. Le jeûne durant une grève de la faim est le plus souvent seulement alimentaire (l'hydratation par boissons étant conservé, notamment l'eau sucrée)

La colère de Bruno, l’un des 7 employés de l ’ Hôpital psychiatrique du Rouvray en grève de la faim depuis 10 jours.

D’abord, les modes d’action : une grève de la faim dans le monde de la santé est rarissime. Il y en avait eu une au CHU de Limoges (Haute-Vienne), il y a deux ans, mais d’ordinaire, les professionnels de santé rechignent à ce type d’actions qui entrent en opposition avec leur éthique. Là, à Rouvray, il y a eu huit grévistes de la faim, l’intersyndicale mettant en avant que les autres formes d’actions n’avaient provoqué aucune réaction de la part des autorités, que ce soit celle de l’hôpital ou de l’Agence régionale de santé. Manifestement, alors que tout le monde pointe le malaise des soignants, le dialogue social n’est pas au plus haut.

Temps de restructuration

Ensuite, le fait que les autorités sanitaires aient lâché sur les emplois, proposant donc trente nouveaux postes, est une première. Depuis des années, au niveau du ministère de la Santé comme au niveau des Agences régionales, il y avait comme une consigne implicite devant chaque conflit social : ne jamais lâcher sur l’emploi. Comme s’il y en avait toujours trop. Comme si les postes étaient mal répartis et qu’en ces temps de restructuration, il ne fallait surtout pas créer d’appel d’air. Là, pour la première fois, ils ont lâché. Et cela intervient en psychiatrie publique, un champ où depuis dix ans les politiques officielles se traduisent par une réduction constante des effectifs.

Air France-Nouveau préavis de grève du 23 au 26 juin

  Air France-Nouveau préavis de grève du 23 au 26 juin L'intersyndicale d'Air France a lancé vendredi un nouveau préavis de grève du 23 au 26 juin, accusant la direction d'être à l'origine d'une fuite dans la presse de sa nouvelle proposition salariale. Selon le site internet de Libération, la direction a proposé aux syndicats une rallonge salariale de 3,65% payable en trois fois et étalée jusqu'en février, ce qu'ils auraient refusé, afin d'éviter une nouvelle grève après les 15 journées de cette année au coût estimé de près de 400 millions d'euros.

Des infirmiers de l ' hôpital psychiatrique du Rouvray sont en grève de la faim depuis 10 jours pour demander plus de moyens. Hugo Clément et Clément Brelet sont allés les rencontrer.

Les salariés de l ' hôpital psychiatrique du Rouvray , près de Rouen (Seine-Maritime) tentent sans succès depuis le 22 mars, malgré plusieurs grèves de la faim , d'obtenir des moyens humains et matériels dans un établissement en cruel sous-effectifs et en sur-occupation.

Outre cette création de postes – 21 en 2018 et 9 au premier semestre 2019 –, l’accord prévoit aussi l’ouverture d’une unité pour adolescents «avec les moyens correspondants, c’est-à-dire des créations de postes», ainsi que celle d’une unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA), c’est-à-dire qui prend en charge des personnes incarcérées nécessitant des soins psychiatriques en hospitalisation complète. Le nombre d’emplois créés dans ces unités sera défini ultérieurement, a ajouté le syndicaliste. Bref, une vraie victoire, même si en ces temps sécuritaires la création d’une UHSA reste problématique.

Enfin, ce conflit a mis en avant la qualité des soins, pointant le fait que faute de personnel suffisant, aides-soignants comme infirmières se retrouvaient à être maltraitants. Ce conflit a été donc porté par le personnel. Et non par le corps médical. Ce qui laisse pantois. «On bourre nos patients de médicaments, on leur donne leur repas et basta», disait à Libération une gréviste. La qualité des soins et de la prise en charge est pourtant de la responsabilité directe des psychiatres. Si la qualité des soins était à ce point ébréchée, comment diable la collectivité médicale pouvait-elle s’en accommoder ? Comme si ces derniers avaient déjà baissé les bras, n’y croyant même plus. Et c’est de ce point de vue une leçon inquiétante.

EDF-La grève de 10 jours pourrait affecter la production .
EDF a annoncé mardi avoir reçu un préavis de grève de ses salariés pour une période de dix jours allant du 19 au 29 juin qui pourrait affecter la production de ses centrales électriques. L'électricien public français n'a pas apporté de précisions sur le mouvement de grève programmé, ni sur les sites susceptibles d'être touchés.Dans un communiqué, la CGT a expliqué que la grève visait à protester contre le projet de l'Etat de privatiser l'énergéticien Engie - la loi Pacte doit lui permettre de descendre sous la barre d'un tiers des droits de vote - et ses plans de réforme du secteur français de l'énergie.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!