•   
  •   

France Énervés par une attaque personnelle, des députés quittent l'hémicycle

00:10  14 juin  2018
00:10  14 juin  2018 Source:   msn.com

France-Le rythme parlementaire intense, une bonne nouvelle-Griveaux

  France-Le rythme parlementaire intense, une bonne nouvelle-Griveaux Le travail intense des parlementaires est une bonne nouvelle après des années d'immobilisme politique, a estimé mercredi le porte-parole du gouvernement en réponse à la grogne des députés dénonçant une surchauffe liée à une "désorganisation générale" des débats au Palais-Bourbon. "C'est une très bonne nouvelle que les députés travaillent beaucoup, ça veut dire qu'ils sont pleinement à leur tâche de transformation du pays", a dit Benjamin Griveaux lors du compte rendu du conseil des ministres.

Un député LREM a raillé le LR Julien Aubert sur l'insuffisance supposée de son travail parlementaire, l'accusant d'être "trop occupé à de futures échéances électorales". 

Énervés par une attaque personnelle, des députés quittent l'hémicycle © Philippe LOPEZ / AFP Énervés par une attaque personnelle, des députés quittent l'hémicycle

Les députés LR, puis d'autres partis, ont quitté mercredi l'hémicycle de l'Assemblée nationale avant la fin de la séance de questions au gouvernement pour protester contre une critique d'un élu LREM visant un député LR Julien Aubert.

Avant d'interroger le ministre de l'Agriculture sur les importations de cerises en provenance de Turquie en lien avec l'interdiction de l'insecticide diméthoate, Adrien Morenas (LREM, Vaucluse) a lâché : "J'aurais aimé y associer mon collègue Julien Aubert (élu LR, également du Vaucluse), absent ce jour, car trop occupé à de futures échéances électorales pour se soucier de ce problème".

LEAD 1-France-Le rythme parlementaire intense, une bonne nouvelle-Griveaux

  LEAD 1-France-Le rythme parlementaire intense, une bonne nouvelle-Griveaux Le travail intense des parlementaires est une bonne nouvelle après des années d'immobilisme politique, a estimé mercredi le porte-parole du gouvernement en réponse à la grogne des députés qui dénonce une surchauffe liée à une "désorganisation générale" des débats au Palais-Bourbon. "C'est une très bonne nouvelle que les députés travaillent beaucoup, ça veut dire qu'ils sont pleinement à leur tâche de transformation du pays", a dit Benjamin Griveaux lors du compte rendu du conseil des ministres.

L'UDI et le RN partent également. Il a affiché un sourire après sa formule, tandis que les LR, furieux, se levaient progressivement pour quitter l'hémicycle. Plusieurs UDI-Agir-Indépendants sont également partis. Les élus RN présents ont aussi pris le chemin de la sortie.

Depuis le perchoir, le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy a alors invité les députés à poser leurs questions "sans interpeller un collègue qui n'a pas la possibilité de répondre" mais aussi à "faire preuve de calme". Prenant à son tour la parole, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a glissé, dans un sourire, que "Monsieur Aubert étant revenu", il pouvait répondre à la question. Le député LR du Vaucluse venait de faire un retour remarqué sur son banc, dépeuplé.

Ivre de colère, Jean Lassalle quitte l'Assemblée nationale en hurlant (VIDEO)

  Ivre de colère, Jean Lassalle quitte l'Assemblée nationale en hurlant (VIDEO) Privé de prise de parole mercredi soir à l'Assemblée, le député pyrénéen Jean Lassalle a piqué une énorme colère. Jean Lassalle claque la porte de l'hémicycle. En plein débat sur la Loi solidarité et renouvellement urbains mercredi soir, l'ex-candidat à la présidentielle a laissé libre cours à sa frustration et sa colère, quand la présidente de séance lui a rappelé que son statut de non-inscrit ne l'autorisait pas à s'exprimer dans ce type de séance. ⋙ "Il serait plus crédible s'il mettait une cravate et une veste !" : Stéphane Bern rhabille François Ruffin pour l'hiver (VIDEO)Micro éteint, l'ancien candidat à la présidentielle s'est levé pour vociférer pendant de longues minutes, à grand renfort de gestes indignés. Pas de quoi infléchir l'autorité de la présidente : "Si vous étiez là au début de la séance, vous auriez entendu que les non-inscrits n'ont plus de droit de parole", l'a t-elle tancé. "C'est une honte", lâche l'élu pyrénéen, hors de lui. De rage, Jean Lassalle quitte finalement l'hémicycle dans un ultime accès de colère : "Mesdames et Messieurs les censeurs, bonsoir !" Le surmenage dont se plaignent bon nombre de députés n'a visiblement pas épargné l'ancien candidat à la présidentielle.

"Les rois du buzz! La droite et le FN s'indignent que Julien Aubert soit interpellé pendant les QAG et quittent l'hémicycle. Puis il revient seul assister au reste de la séance. Quel spectacle pour notre démocratie!", a épinglé Matthieu Orphelin (LREM).

LR demande une sanction disciplinaire. Avant les explications de vote sur la réforme ferroviaire, le chef de file LR Christian Jacob a fait un rappel au règlement pour déplorer une "mise en cause personnelle" d'un élu de son groupe et demander que le bureau de l'Assemblée étudie "une sanction disciplinaire" de l'élu LREM lors de sa prochaine réunion. "Nous pourrons examiner toute question en bureau", a répondu le président de l'Assemblée, soulignant avoir réagi dès la fin de la question ayant ciblé Julien Aubert en rappelant "clairement que les députés qui posaient les questions au gouvernement n'avaient pas à interpeller d'autres députés, qu'ils soient là ou pas".

Les non-inscrits, des élus en marge de l’Assemblée nationale

  Les non-inscrits, des élus en marge de l’Assemblée nationale Le sort des parlementaires sans groupe politique revient régulièrement dans les débats. Ces députés plus ou moins isolés ne peuvent pas bénéficier des logiques collectives qui régissent le Palais Bourbon. © IROZ GAIZKA / AFP Jean Lassalle, le 30 avril à Pau. Les non-inscrits de l’Assemblée, des « sous-députés » ? C’est, en tout cas, en ces termes que la colère de Jean Lassalle a éclaté, mercredi 6 juin en soirée, en plein hémicycle, lors d’un débat sur le projet de loi logement.

Julien Aubert a riposté ensuite à une "provocation politicienne", lançant dans un communiqué qu'"Adrien Morenas ridiculise le Vaucluse à Paris", avec "un comparatif de leurs participations respectives" en commission et dans l'hémicycle sur la base du site nosdéputés.fr.

France-Philippe ne changera "pas d'avis" sur les 80 km/h .
Edouard Philippe a répété mardi qu'il ne changerait "pas d'avis" quant à son choix d'abaisser la vitesse autorisée de 90 km/h à 80 km/h sur les routes secondaires en France pour sauver des vies, qui suscite une levée de boucliers des parlementaires. Le groupe UDI, Agir et Indépendant a annoncé son intention de déposer dans la journée un recours devant le Conseil d'Etat pour tenter d'annuler cette décision prise par décret, appelée à entrer en vigueur le 1er juillet."Il n'y a pas de fatalité en matière de sécurité routière", a dit Edouard Philippe lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale."Non, M.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!