•   
  •   

France La mère des fillettes retrouvées mortes dans une caserne déférée pour «assassinats»

07:55  14 juin  2018
07:55  14 juin  2018 Source:   lefigaro.fr

13 novembre: un suspect belge remis à la France

  13 novembre: un suspect belge remis à la France Yassine Atar a été remis aux autorités françaises ce mardi. Il a déjà été mis en cause dans le volet belge de l'enquête pour "assassinats terroristes" notamment.Un suspect belge des attentats du 13 novembre 2015 à Paris a été remis à la France mardi selon le porte-parole du parquet fédéral. Il s'agit de Yassine Atar, frère d'Oussama Atar, autre suspect jamais interpellé. Yassine Atar était incarcéré en Belgique depuis son arrestation à Bruxelles fin mars 2016. "Il a été extradé vers la France en vertu d'un mandat d'arrêt international émis à Paris et va rester là-bas en détention provisoire", a précisé le porte-parole, Eric Van Der Sypt.

Les fillettes, âgées de 6 et 4 ans, ont été retrouvées inanimées dans leur lit, dimanche, à la caserne de gendarmerie de Limonest, dans le Rhône. Leur mère, qui avait prévenu les secours, a été déférée mercredi soir pour «assassinats».

figarofr: Vue des appartements de la gendarmerie où les deux fillettes ont été retrouvées mortes, dimanche à Limonest. © JEFF PACHOUD/AFP Vue des appartements de la gendarmerie où les deux fillettes ont été retrouvées mortes, dimanche à Limonest.

Une enquête a été ouverte pour rechercher les causes de la mort de deux petites filles décédées dans leur chambre, dimanche en fin d'après-midi, dans un appartement de fonction de la brigade de gendarmerie de Limonest, près de Lyon. Selon les premiers éléments disponibles, les deux fillettes, nées en 2012 et 2014, étaient parties se reposer dans leur chambre et c'est leur mère qui les a retrouvées inanimées dans leurs lits, a indiqué la gendarmerie.

Attentats de 2015 : un suspect belge inculpé pour complicité dans la préparation des attaques (parquet de Paris)

  Attentats de 2015 : un suspect belge inculpé pour complicité dans la préparation des attaques (parquet de Paris) Un suspect belge remis à la France mardi a été inculpé pour complicité dans la préparation des attentats jihadistes du 13 novembre 2015 à Paris et écroué, a indiqué le parquet de Paris à l'AFP.Arrêté en mars 2016 en Belgique, Yassine Atar, 31 ans, est le frère d'Oussama Atar, un vétéran du jihad soupçonné d'avoir piloté ces attaques depuis la Syrie et qui n'a jamais été interpellé.

Mercredi soir, la mère des deux fillettes a été déférée au parquet à l'issue de sa garde à vue, selon une source proche de l'enquête. Le parquet, qui a requis le placement en détention, a ouvert une information judiciaire pour «assassinats». Pendant sa garde à vue, la mère des deux fillettes aurait fourni des explications qui n'étaient pas cohérentes avec les éléments «dont disposent les enquêteurs», a précisé cette source proche de l'enquête. Hospitalisée en état de choc dimanche après la découverte des corps, elle est sortie de l'hôpital pour sa garde à vue. 

Les autopsies réalisées lundi après-midi n'ont pour l'heure pas permis de déterminer les causes de la mort des deux enfants, mais des analyses toxicologiques sont en cours. Initialement ouverte pour rechercher l'origine des décès, l'enquête, confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Lyon, avait basculé lundi en enquête pour «homicides».

Rhône : deux fillettes retrouvées mortes dans une caserne de gendarmerie

  Rhône : deux fillettes retrouvées mortes dans une caserne de gendarmerie Dimanche soir, les deux enfants âgés de 3 et 5 ans ont été retrouvées mortes dans leur chambre, une enquête pour "recherches des causes de la mort" a été ouverte, indique "Le Progrès" lundi.Dimanche soir, deux petites filles de 3 et 5 ans ont été découvertes mortes dans un logement de la caserne de gendarmerie de Limonest  dans le Rhône, rapporte lundi Le Progrès. C'est la mère qui a fait la macabre découverte. Une enquête a été ouverte pour "recherches des causes de la mort".

Un possible empoisonnement

Le père des fillettes, un sous-officier de la brigade de gendarmerie de Limonest, était dimanche en déplacement pour une épreuve sportive. Il avait été entendu dans la soirée par les enquêteurs, ainsi que d'autres témoins. Dès lundi, des sources de presse avaient évoqué l'éventualité d'un empoisonnement des deux sœurs par leur mère, en cours de séparation avec son mari gendarme. «C'est une des hypothèses de travail», avait alors indiqué une source proche de l'enquête.

En léger retrait par rapport à la gendarmerie, une douzaine d'appartements de fonction abrités dans un immeuble de deux étages tout en longueur accueillent à Limonest les familles des gendarmes.

Proche de l'autoroute A6 et située à 12 kilomètres au nord-ouest de Lyon, Limonest compte quelque 3500 habitants. Cette commune tranquille de la métropole lyonnaise accueille des familles aisées, attirées par ses espaces naturels, et des sièges sociaux d'entreprises high-tech. Une cellule de crise a été ouverte dès lundi dans l'école où étaient scolarisées les deux fillettes.

Caracas: 17 morts dans un club après une bousculade .
La bousculade s'est déclanchée après une bagarre au cours de laquelle une personne a lancé une grenade lacrymogène. © PASCAL GUYOT Photo d'illustration Dix-sept personnes sont mortes dans une bousculade dans un club de Caracas samedi. Celle-ci s'est déclenchée après une bagarre où une personne a lancé une grenade lacrymogène a annoncé le ministre vénézuélien de l'Intérieur et de la Justice, Nestor Reverol.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!