•   
  •   

France Migrants : un rapport dénonce l'enfermement d'enfants dans les centres de rétention

09:05  14 juin  2018
09:05  14 juin  2018 Source:   lefigaro.fr

Les enfants migrants séparés de leurs parents choquent l'Amérique

  Les enfants migrants séparés de leurs parents choquent l'Amérique Depuis deux mois, l'administration Trump envoie systématiquement les immigrés illégaux en prison, et les mineurs en centre de rétention. Une application stricte de la loi américaine qui scandalise et déplaît jusque dans le camp républicain. Saint Paul, qui selon la légende avait dû fuir avec ses parents les violences de l’armée romaine, a dû se retourner dans sa tombe. Jeff Sessions, ministre de la Justice américain, l’a appelé à la rescousse pour justifier la décision de séparer les enfants de leurs parents arrêtés à la frontière : «Je pourrais vous renvoyer à l’apôtre Paul et à son commandement clair et sage […] qu’il faut obéir aux lois du gouvernement car Dieu les a décrétées afin d’assurer l’ordre.

figarofr: Un migrant en situation irrégulière, au centre de rétention administrative du Canet, le 31 janvier 2014. © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP Un migrant en situation irrégulière, au centre de rétention administrative du Canet, le 31 janvier 2014.

Dans un avis rendu public ce jeudi, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté s'inquiète des conséquences psychiques de l'enfermement d'enfants de migrants dans des centres de rétention administrative, une pratique en forte hausse dans l'Hexagone.

Les centres de rétention administrative sont dans le viseur du Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL). Dans un avis du 9 mai 2018 et publié jeudi au Journal officiel, l'autorité administrative, dirigée par Adeline Hazan, pointe du doigt la hausse constante du nombre d'enfants enfermés dans ces lieux. Créés en 1981 après l'élection de François Mitterrand, les CRA permettent de retenir jusqu'à 45 jours les étrangers interdits de séjour afin de procéder à leur éloignement, souvent dans leur pays d'origine. On en compte vingt-quatre dans l'Hexagone.

France-Le projet de loi asile et immigration devant le Sénat

  France-Le projet de loi asile et immigration devant le Sénat Les sénateurs entament ce mardi l'examen du projet de loi asile et immigration en séance publique, nouvel épisode législatif d'un des textes les plus controversés du gouvernement contre lequel les acteurs de terrain renouvellent leur opposition. Deux jours après l'arrivée des migrants de l'Aquarius sur les côtes espagnoles, la question migratoire sera au centre du sommet franco-allemand entre Emmanuel Macron et Angela Merkel ce mardi, à l'approche d'un Conseil européen appelé à statuer sur une réponse européenne, passant notamment par une harmonisation des taux de succès de la demande d'asile selon la nationalité.

Fin 2017, l'association La Cimade avait d'ores et déjà noté une «explosion de l'enfermement» dans ces lieux. Mais cette fois, ce sont les enfants qui sont concernés: 304 d'entre eux ont été placés dans des CRA en 2017, contre seulement 41 quatre ans plus tôt. Et la tendance se poursuit: pour les quatre premiers mois de l'année 2018, 77 enfants y ont été enfermés, principalement à Metz et Mesnil-Amelot. «Cette situation suscite l'inquiétude du CGLPL au regard des effets contraires aux droits fondamentaux de ces enfants qu'un tel traitement entraîne», observe Adeline Hazan.

Troubles psychiques

Et ce n'est pas tout. Selon le contrôleur général, de nombreuses familles ont été placées dans des CRA «pour y passer la nuit avant leur transport le lendemain matin vers l'aéroport». Un hébergement censé ne durer que quelques heures, mais parfois prolongé jusqu'à deux semaines. «Cette mesure est surtout destinée à faciliter le travail de l'administration en vue de l'éloignement des familles, car elle évite un déplacement au petit matin au domicile de la famille», note le CGLPL. L'autorité administrative relève que cette situation concerne majoritairement deux centres, à Metz-Queuleu et Mesnil-Amelot: ces derniers ont accueilli 140 des 148 familles en CRA en 2017. «Le choix d'enfermer des enfants est donc à l'évidence lié aux pratiques locales, et aux relations entre les préfectures et les services chargés des éloignements. Or un placement en CRA, ne serait-ce que pour une nuit, constitue une mesure privative de liberté et ne saurait, dès lors, être décidé pour des raisons d'organisation ou de commodité pratique», dénonce-t-on.

Trump va rencontrer des élus républicains sur la politique migratoire

  Trump va rencontrer des élus républicains sur la politique migratoire Le président Donald Trump, critiqué pour la séparation forcée entre les migrants et leurs enfants à la frontière américano-mexicaine, doit rencontrer mardi soir au Capitole des élus républicains avant les votes prévus cette semaine au Congrès sur la politique migratoire. Les démocrates ont dénoncé le traitement "barbare" réservé selon eux aux enfants de migrants, dont près de 2.000 ont été séparés de leurs parents entre la mi-avril et la fin mai.Des élus républicains souhaitent pour leur part que la législation soit assouplie pour limiter, voire supprimer totalement de telles pratiques.

Au cours de ces dernières années, les agents du CGLPL ont procédé à plusieurs visites et enquêtes dans des centres habilités à recevoir des familles. Si les conditions matérielles d'hébergement «s'améliorent», l'autorité craint qu'enfermer des enfants dans ces lieux ne constitue «une atteinte à leur intégrité psychique». «Plongés dans un univers quasi pénitentiaire, anxiogène, entourés de murs, de grilles et de barbelés, ils sont témoins de tous les actes de la vie du CRA. Il ressort des témoignages reçus que nombre des enfants exposés à un tel traitement ont ensuite nourri durablement des angoisses et subi des troubles du sommeil, du langage ou de l'alimentation», déplore le CGLPL, qui recommande l'interdiction de cette pratique.

Ces différentes observations ont été transmises au ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb. Ce dernier devrait réagir dans les prochains jours.

Migrants: Matteo Salvini dénonce l'«arrogance» d'Emmanuel Macron .
Le président français avait dénoncé la « lèpre » nationaliste qui monte en Europe et s’était dit favorable à des sanctions contre les pays qui refusent d’accueillir des réfugiés ... © Andrea Ronchini/NurPhoto Les débats s’annoncent tendus, à quelques heures d’un mini-sommet européen sur les migrations.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!