•   
  •   

France Procès Benalla : "Un passeport diplomatique, c’est juste un bout de papier avec un nom"

21:25  16 septembre  2021
21:25  16 septembre  2021 Source:   europe1.fr

Attentats du 13-Novembre. Qui sont les magistrats qui vont mener le procès durant neuf mois ?

  Attentats du 13-Novembre. Qui sont les magistrats qui vont mener le procès durant neuf mois ? Cinq juges sont mobilisés pour le procès des attentats du 13 novembre 2015 à partir de ce mercredi 8 septembre 2021. Parmi eux, le président de la cour d’assises, Jean-Louis Périès, qui débute le dernier procès de sa carrière. Dans ce procès hors normes, pas moins de trois avocats généraux sont également mobilisés. Un trio qui se connaît bien. Voici ce que l’on sait d’eux. Près de six ans après les faits, le procès des attentats du 13 novembre 2015 s’ouvre pour neuf mois ce mercredi 8 septembre au palais de justice de Paris.

La justice reproche à Alexandre Benalla de ne pas avoir restitué ses deux passeports diplomatiques après son licenciement, en juillet 2018. Il a voyagé avec ces documents de service au Maroc, en Turquie, au Tchad et aux Bahamas à de nombreuses reprises entre août et décembre 2018, © Marion Dubreuil La justice reproche à Alexandre Benalla de ne pas avoir restitué ses deux passeports diplomatiques après son licenciement, en juillet 2018. Il a voyagé avec ces documents de service au Maroc, en Turquie, au Tchad et aux Bahamas à de nombreuses reprises entre août et décembre 2018, "par confort", a-t-il expliqué jeudi, au tribunal.

La tension est palpable, ce jeudi, dans la salle d’audience du deuxième étage du tribunal correctionnel de Paris. Alexandre Benalla, sur le banc des prévenus, évite soigneusement de croiser le regard de son ancien patron, Francois-Xavier Lauch, assis face à lui du côté des parties civiles. Et pour cause : l'ancien chargé de mission à l'Élysée est soupçonné de s’être appuyé sur un faux document administratif pour faire renouveler son passeport, faisant croire que cette démarche était validée par celui qui était alors chef de cabinet du président Emmanuel Macron.

ENTRETIEN. « Le procès Benalla va remettre les oppositions en scène »

  ENTRETIEN. « Le procès Benalla va remettre les oppositions en scène » Jean Garrigues revient sur les erreurs du président de la République dans sa communication sur « l’affaire Benalla ». Le procès qui s’ouvre ce lundi 13 septembre 2021 va relancer les critiques à son égard, estime l’historien. Alexandre Ben alla est jugé à partir de ce lundi 13 septembre 2021 pour avoir frappé et interpellé des manifestants le 1er mai 2018, place de la Contrescarpe à Paris, alors qu’il était censé accompagner les forces de police comme simple observateur ce jour-là.

La présidente, Isabelle Prevost-Deprez, met les pieds dans le plat : "Je ne veux pas semer la brouille entre vous, mais…" Les positions des deux hommes sont irréconciliables, comme leur place dans le tribunal et leur parcours. D’un côté, il y a un préfet énarque et de l’autre un sans-grade débrouillard. Leurs relations n’ont jamais été au beau fixe, avait expliqué Alexandre Benalla pendant l’instruction. Il n’a d’ailleurs pas averti Francois-Xavier Lauch, qui était pourtant son supérieur, qu’il allait suivre la manifestation du 1er-Mai.

Des fonctions minimes pour Benalla ?

Francois-Xavier Lauch affirme aussi qu’il a découvert rétrospectivement qu’Alexandre Benalla s’était fait faire deux passeports pour "incompatibilité de visa". Un acte complètement injustifié, selon l’ex-chef de cabinet du président.

Alexandre Benalla jugé à partir de ce lundi

  Alexandre Benalla jugé à partir de ce lundi Alexandre Benalla, ancien proche collaborateur d'Emmanuel Macron, est jugé lundi à Paris, trois ans après la tempête politique que les révélations sur ses agissements avaient déclenchée. Your browser does not support this video Un ancien proche collaborateur d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, est jugé lundi à Paris, trois ans après la tempête politique que les révélations sur ses a Costume sombre et cravate à pois, masque chirurgical et lunettes rondes, l'ex-proche collaborateur d'Emmanuel Macron, aujourd'hui âgé de 30 ans et reconverti dans le privé, est arrivé au tribunal peu avant

Lauch © Fournis par Europe 1 Lauch

François-Xavier Lauch (Crédits Marion Dubreuil pour Europe 1)


Vidéo: Affaire Benalla : l'ex-chargé de mission de Macron jugé 3 ans après les faits (France 24)

À la barre, si François-Xavier Lauch veut bien reconnaître des qualités à Alexandre Benalla, comme "sa réactivité" ou "sa force de travail", il s’attache surtout à réduire le champ des fonctions alléguées de l’ex-chargé de mission de l’Élysée. Et notamment sur l’absence de voyage à l’étranger, Alexandre Benalla avait la responsabilité des voyages privés du couple présidentiel. Voilà tout.

Le "mur médiatique" et les passeports

"En quoi cette activité nécessite la détention de passeports diplomatiques ou de service ?", demande la présidente à Alexandre Benalla. Le prévenu explique qu'il s'en sert comme justificatifs d'identité, y compris en France "pour acheter un billet de train ou pour louer une voiture". "Louer une voiture pour emmener le président de la République ?", s’étrangle la présidente. Alexandre Benalla cherche à minimiser l’importance d’un passeport diplomatique : "C'est rien du tout, juste un papier qui comporte votre nom, une adresse, une photo. Ça ne permet rien du tout." "On se demande bien pourquoi on se décarcasse pour en avoir", ironise la présidente.

Procès Benalla. Le parcours de l’ancien collaborateur de l’Élysée au menu de la première journée

  Procès Benalla. Le parcours de l’ancien collaborateur de l’Élysée au menu de la première journée Alexandre Benalla, ancien collaborateur d’Emmanuel Macron, est jugé depuis ce lundi 13 septembre pour les violences commises en marge de la manifestation du 1er mai 2018 et pour l’utilisation frauduleuse de ses passeports diplomatiques. Retour sur la première journée du procès. Il avait été recruté pour « régler les problèmes » : trois ans après le retentissant scandale qui a secoué l’Élysée, le procès de l’ancien chargé de mission Alexandre Benalla pour les violences du 1er mai 2018 et l’utilisation frauduleuse de ses passeports diplomatiques a débuté ce lundi 13 septembre à Paris.

Alexandre Benalla reconnaît un usage inapproprié des passeports après l’affaire qui éclate en juillet : "Je prends le mur médiatique c’est un peu le bazar dans ma vie. Je n’ai pas de toit. Je vis au jour le jour", rembobine-t-il. Mais l'ancien conseiller d'Emmanuel Macron conteste l’infraction de faux document. Il risque jusqu'à un an d'emprisonnement et 15.000 euros d'amende pour l'usage des passeports hors autorisation et trois ans de prison et 45.000 euros d'amende pour le délit de faux en écriture.


Aussi sur MSN : Violences lors du 1er-Mai, port d'arme…Devant les juges, Alexandre Benalla se défend

Procès Benalla : «On aurait laissé un agresseur de policier en fuite? » .
Au menu du cinquième jour du procès d’Alexandre Benalla au tribunal correctionnel de Paris: les violences commises lors du 1er mai au Jardin des plantes par l'ex collaborateur de Macron et son compère Vincent Crase.La semaine dernière, avant d’attaquer ce volet et celui relatif à l’utilisation frauduleuse de ses passeports diplomatiques, il avait surtout été question d’armes et de calibres. La présidente du tribunal Isabelle Prevost-Desprez avait cherché comprendre comment l’ancien chargé de mission de l’Elysée s’était retrouvé à en manier autant. Désormais, on entre dans le vif du sujet de l’affaire. Toute la semaine, les débats seront menés par un juge assesseur.

usr: 0
C'est intéressant!