•   
  •   

France CNews met en scène Zemmour, Hidalgo dit non aux Verts, Hollande se moque du PRG

13:25  26 octobre  2021
13:25  26 octobre  2021 Source:   nouvelobs.com

"Tu vas pas te mettre à faire ta Schiappa !" : cet échange tendu entre Eric Zemmour et sa proche conseillère Sarah Knafo

  Alors qu'Éric Zemmour était au cœur d'une nouvelle polémique ce mercredi 20 octobre, après avoir pointé un fusil sniper sur un journaliste, sa conseillère Sarah Knafo tente de le recadrer. Ce qui n'est pas au goût du polémiste, qui lui intime, au cours d'une discussion crispée de ne pas "faire sa Schiappa".Devant la polémique qui gonfle, Sarah Knafo, la conseillère d'Éric Zemmour tente de recadrer celui-ci : "On te prévient, on prévient le stand… On prend les devants… Tout le monde ne parle que de ça", s'agace-t-elle en privé, alors que le candidat et elle marchent au milieu d'une foule de caméras et de micros.

  CNews met en scène Zemmour, Hidalgo dit non aux Verts, Hollande se moque du PRG © Copyright 2021, L'Obs

A 179 jours du second tour de l’élection présidentielle, il règne une ambiance excellente (non).

CNews met en scène Eric Zemmour « face à la rue »

Quel est le rôle du groupe médiatique détenu par le milliardaire Vincent Bolloré dans la campagne présidentielle officieuse du polémiste d’extrême droite ? Cette question pourrait finir par s’imposer auprès du CSA, et ce malgré le fait qu’Eric Zemmour n’est plus éditorialiste sur CNews depuis la rentrée.

Car il s’est passé quelque chose, ce lundi 25 octobre, sur le canal 16 de la TNT. Jean-Marc Morandini inaugurait son nouveau rendez-vous politique intitulé « Face à la rue », avec comme premier invité celui qui ne dit pas encore qu’il est candidat en 2022. Une émission en forme de synthèse des recettes qui ont fait de CNews une machine à buzz et à audiences.

"J'ai une petite info peut-être..." : Pascal Praud donne une date à l'annonce de candidature d'Eric Zemmour !

  Ce 22 octobre, sur CNews, Pascal Praud recevait le journaliste Geoffroy Lejeune, qui a professé l'élection d'Eric Zemmour à la présidence de la République, il y a 4 ans dans un livre de fiction. Il sort aujourd'hui "Eric Zemmour président", la suite qui se veut encrée dans la réalité. © Cnews Ce 22 octobre, sur CNews, Pascal Praud recevait le journaliste Geoffroy Lejeune, qui a professé l'élection d'Eric Zemmour à la présidence de la République, il y a 4 ans dans un livre de fiction.

Pendant une heure et demie, entre 10h30 et midi, l’animateur a déambulé dans les rues de Drancy (Seine-Saint-Denis) en compagnie d’Eric Zemmour, pour rencontrer une série d’interlocuteurs préalablement sélectionnés, tout en répondant à certaines interpellations de la foule aux alentours. Un format taillé sur mesure pour l’ancien chroniqueur de la chaîne, qui a pu se mettre en scène comme allant au front sur le terrain, sur ses thèmes de prédilection. On l’a ainsi vu réclamer à une femme voilée d’un foulard qu’elle le retire en face de lui, mais aussi pénétrer dans une boucherie hallal en déplorant qu’il y en ait trop. « Ça veut dire qu’on n’est plus en France, on est comme au Maroc », a-t-il estimé. Il a également échangé face à des jeunes venus lui rétorquer : « C’est nous la France, Monsieur. »

Eric Zemmour fait enlever son voile à une femme musulmane - la séquence qui va faire le buzz (VIDEO)

  Eric Zemmour fait enlever son voile à une femme musulmane - la séquence qui va faire le buzz (VIDEO) Ce dimanche 24 octobre, sur RTL, Eric Zemmour a réitéré son opposition au port de signes religieux ostensibles dans l'espace public. Dans les rues de Drancy, et filmé par CNews, le lendemain, il a échangé avec une femme voilée qui a retiré son foulard. © CNews Ce dimanche 24 octobre, sur RTL, Eric Zemmour a réitéré son opposition au port de signes religieux ostensibles dans l'espace public. Dans les rues de Drancy, et filmé par CNews, le lendemain, il a échangé avec une femme vo "Je ne serais pas président des femmes voilées".

Un écrin télégénique et vivant, pour accueillir une rhétorique habituellement déployée depuis les plateaux des studios. Et l’occasion pour Eric Zemmour de dérouler son storytelling, puisque lui-même a passé son enfance à Drancy : « Moi j’ai grandi ici, oui, il faut voir la différence, on n’est plus dans le même pays. » Une opération de communication savamment orchestrée, avec une force de frappe redoutable, ensuite relayée sur les réseaux sociaux, mais aussi sur CNews, où l’ensemble a fait l’objet d’un décryptage séquence par séquence dans l’émission de mi-journée de Sonia Mabrouk. Le show sur le bitume de Morandini aura-t-il des suites et une approche pluraliste des personnalités politiques invitées ? Lundi après-midi sur les réseaux, des personnalités politiques et certains journalistes appelaient déjà le CSA à réagir.

Anne Hidalgo exclut de rallier les Verts… en dépit d’idées communes

C’était samedi à Lille : la maire de Paris a officiellement lancé sa campagne au son de Rachid Taha reprenant les Clash (« Rock the Casbah »), devant un parterre de 1 500 élus et militants, socialistes et enthousiastes. L’occasion de dévoiler quelques mesures de son projet présidentiel, qui demeurait jusqu’ici assez nébuleux.

Une "campagne à la Netflix" : comment Éric Zemmour chamboule la course à l'Élysée

  Une Dans une note de la Fondation Jean Jaurès publiée ce mercredi 27 octobre, Raphaël Llorca décrypte l'impact d'Éric Zemmour dans la campagne présidentielle. Entre attente et rebondissements provoqués par le polémiste, le doctorant compare sa stratégie de campagne aux séries Netflix. Your browser does not support this video Raphaël Llorca a le sens de la formule. Dans une note de la Fondation Jean Jaurès publiée ce mercredi 27 octobre, le communiquant, auteur de La marque Macron (Éditions de l'aube), affirme qu'Éric Zemmour "mène une campagne 'à mort' sur le mode des séries Netflix".

Sauf que parmi celles-ci, on en trouve au moins trois auxquelles seraient aussi favorables d’autres candidats de gauche, et en particulier les écologistes. Préparer une loi sur la fin de vie est également défendu par Yannick Jadot, mais aussi Jean-Luc Mélenchon, tout comme l’instauration du droit de vote à 16 ans. Ce dernier point est même porté par une partie de la majorité, à l’instar du député LREM François Jolivet qui a déposé une proposition de loi en ce sens lundi 25 octobre.

Stéphane Le Foll : « Le Parti socialiste fonce dans le mur en klaxonnant »

Quant à l’ISF climatique, qu’a aussi promis la candidate socialiste, cette idée est issue du programme du maire de Grenoble Eric Piolle, candidat malheureux à la primaire des Verts, et a été reprise par le vainqueur Yannick Jadot. Des résonances bien notées à EELV, puisque la finaliste de la primaire Sandrine Rousseau a interpellé la maire de Paris dimanche en l’appelant à « collaborer » avec le camp écologiste pour 2022.

« Merci, mais je ne le ferai pas dans ces conditions-là », a évacué lundi Anne Hidalgo. En 2022, les électeurs de gauche pourront donc se prononcer en faveur de « l’écologie sociale » des Verts, ou de « la sociale écologie » des socialistes.Ou encore autre chose.

Emmanuel Macron : comment les soucis conjugaux de François Hollande l’ont convaincu de le "trahir"

  Emmanuel Macron : comment les soucis conjugaux de François Hollande l’ont convaincu de le En 2012, Emmanuel Macron a assisté à la détresse de François Hollande, comme le raconte le livre "Les Amateurs" de Jean-Michel Aphatie. En effet, les déboires de la vie privée de l'ancien chef de l'État ont altéré son image. À tel point, que le respect de l'époux de Brigitte Macron s'en est allé jusqu'à le "trahir" à cause de ses problèmes conjugaux. 1/20 DIAPOSITIVES © Tiziano Da Silva / Bestimage Emmanuel et Brigitte Macron devant leur résidence du Touquet, le 15 mars 2020.

Zemmour et le « woke », deux faces d’une même pièce pour la majorité

C’est la rhétorique qui s’impose dans le camp présidentiel. Après avoir renvoyé dos à dos les extrêmes de droite et de gauche, et placé un signe d’équivalence entre l’une et l’autre, il s’agit désormais d’expliquer que « le wokisme est une sorte de zemmourisme à l’envers », comme l’a défendu lundi sur France Inter le député MoDem Jean-Louis Bourlanges.

A la rencontre des fans de Zemmour : « On a peur que ça finisse ici comme au Kosovo »

Le 18 octobre, déjà, le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebarri avait émis l’idée que Zemmour a « une politique assez wokiste ». Quant au ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer, qui a lancé le 13 octobre son think tank intitulé « Le Laboratoire de la République », afin de combattre la culture « woke », il estime carrément que ce sont ces mouvements qui ont porté Donald Trump au pouvoir aux Etats-Unis. Pour résumer, selon la majorité, les mouvements antiracistes alimentent la xénophobie.

« Wokisme » : un « front républicain » contre l’éveil aux injustices

Un sénateur LR prêt à aider Zemmour pour les législatives

A droite, on ne dresse plus une équivalence entre l’extrême droite et l’extrême gauche. Certains, comme Eric Ciotti, affirment déjà qu’ils voteraient pour Eric Zemmour face à Jean-Luc Mélenchon. Alors certes, il n’était pas question que le polémiste participe au vote interne des Républicains pour désigner leur champion pour 2022.

Ce qui n’empêche pas certains membres du parti d’afficher leurs sympathies. Comme le sénateur LR du Val-d’Oise Sébastien Meurant, qui affirme dans le « JDD » qu’il aidera l’ex-chroniqueur de CNews pour les législatives. « Je suis les deux, LR et Zemmour compatible », défend-il. Parler de digues, de barrages et de castors, c’est de plus en plus anachronique.

Le mot du jour : « groupuscules »

C’est ainsi que François Hollande a qualifié le Parti radical de Gauche sur RTL lundi matin. Allié historique du PS, le PRG a cette fois refusé de se ranger tout de suite derrière un candidat, appelant à la rédaction d’un programme commun à gauche. Un fait politique d’une importance plus que relative pour l’ancien chef de l’Etat : « Mais qu’est-ce que ça peut me faire que des groupuscules soient dans une position ou une autre ? » Sympa.

Présidentielle 2022 : La gauche hausse le ton contre Zemmour, une nouvelle stratégie face à l’extrême droite ? .
Anne Hidalgo et Arnaud Montebourg ont semblé remettre au goût du jour une opposition de principe face à l’extrême droite dans plusieurs déclarations © ROBERT/NOSSANT/SIPA Anne Hidalgo et Arnaud Montebourg, en 2014 aux universités d'été du PS à La Rochelle. (archives) GROS CALIBRE - Anne Hidalgo et Arnaud Montebourg ont semblé remettre au goût du jour une opposition de principe face à l’extrême droi On a sorti les grands mots, le week-end dernier, à gauche, pour poser l’affrontement avec Eric Zemmour.

usr: 2
C'est intéressant!