•   
  •   

France Microsiestes à droite, CNews montrée du doigt et Wauquiez à Matignon ?

12:17  05 novembre  2021
12:17  05 novembre  2021 Source:   msn.com

Microsiestes à droite, CNews montrée du doigt et Wauquiez à Matignon ?

  Microsiestes à droite, CNews montrée du doigt et Wauquiez à Matignon ? Le Réveil politique – Faits de campagne, analyses, anecdotes… Chaque matin, « l’Obs » décrypte la campagne présidentielle.Ils sont finalement cinq candidats, à droite, à s’élancer dans la course à l’investiture des Républicains (LR), a annoncé jeudi la direction du parti. Seul faux départ : l’entrepreneur Denis Payre, qui n’a pas su réunir les 250 parrainages requis. La ligne d’arrivée est encore loin pour Michel Barnier, Xavier Bertrand, Eric Ciotti, Philippe Juvin et Valérie Pécresse. Ils devront franchir une première haie dès lundi soir, lors d’un débat sur LCI et RTL.

  Microsiestes à droite, CNews montrée du doigt et Wauquiez à Matignon ? © Copyright 2021, L'Obs

A 169 jours du second tour de l’élection présidentielle, le débat porte sur la compétition à droite, qui requiert une santé de fer.

A droite, cinq candidats dans une course d’endurance

Ils sont finalement cinq candidats, à droite, à s’élancer dans la course à l’investiture des Républicains (LR), a annoncé jeudi la direction du parti. Seul faux départ : l’entrepreneur Denis Payre, qui n’a pas su réunir les 250 parrainages requis. La ligne d’arrivée est encore loin pour Michel Barnier, Xavier Bertrand, Eric Ciotti, Philippe Juvin et Valérie Pécresse. Ils devront franchir une première haie dès lundi soir, lors d’un débat sur LCI et RTL. « Michel Barnier est favori » mais « c’est très difficile de faire un pronostic, il y a une volatilité très forte », selon le patron des députés LR Damien Abad.

#JaiBloquéCNews : les internautes appellent au boycott de la chaîne d'info

  #JaiBloquéCNews : les internautes appellent au boycott de la chaîne d'info Ce mercredi 27 octobre, de nombreux internautes se sont servis du hashtag "J'ai Bloqué CNews" sur Twitter afin d'appeler à un boycott de la chaîne d'information, suite notamment à l'émission de Jean-Marc Morandini durant laquelle Eric Zemmour s'est rendu à Drancy.La semaine a commencé fort pour CNews. Le lundi 25 octobre, Jean-Marc Morandini recevait Eric Zemmour pour le premier numéro de son émission "Face à la Rue". L'animateur a emmené le polémiste, et potentiel candidat à l'élection présidentielle de 2022, à Drancy afin d'aborder plusieurs sujets de société avec les habitants et commerçants de la ville.

Michel Barnier, le « French Joe Biden » qui pourrait créer la surprise

Il s‘agira ensuite de tenir le rythme jusqu’au vote des militants, prévu du 1er au 4 décembre. Un mois de campagne, c’est encore long… D’autant plus que le rythme est effréné, avec parfois jusqu’à trois réunions publiques par jour et des centaines de kilomètres à parcourir. Chacun a sa recette miracle pour gérer l’effort.

« De la coke, y a que ça ! », plaisante un lieutenant, interrogé par « le Parisien/Aujourd’hui en France ». Plus sérieusement, ça commence par un peu de maquillage pour effacer les cernes sous les yeux. Puis par de précieuses minutes de repos, dès qu’on le peut – microsiestes dans la voiture ou le train pour Pécresse et Bertrand – et des moments de relaxation – Pécresse devant la série « The Crown », Juvin le nez dans des polars. Mais aussi « beaucoup de sport », selon l’entourage de Barnier, qui tient à faire savoir que le senior de 70 ans entretient sa forme sur son vélo noir et enchaîne les longueurs de piscine.

CNews met en scène Zemmour, Hidalgo dit non aux Verts, Hollande se moque du PRG

  CNews met en scène Zemmour, Hidalgo dit non aux Verts, Hollande se moque du PRG Le Réveil politique – Faits de campagne, analyses, anecdotes… Chaque matin, « l’Obs » décrypte la campagne présidentielle.Quel est le rôle du groupe médiatique détenu par le milliardaire Vincent Bolloré dans la campagne présidentielle officieuse du polémiste d’extrême droite ? Cette question pourrait finir par s’imposer auprès du CSA, et ce malgré le fait qu’Eric Zemmour n’est plus éditorialiste sur CNews depuis la rentrée.

Wauquiez déjà Premier ministre ?

Est-ce entre deux mouvements de crawl que Michel Barnier a songé à son casting pour Matignon ? Car le Savoyard aurait déjà choisi l’identité de son futur Premier ministre. Selon « le Figaro », Barnier a proposé un ticket à l’ex-président des Républicains Laurent Wauquiez : « Est-ce que tu veux être mon Premier ministre ou le second ? » Wauquiez restant très populaire auprès des militants du parti, c’est habile.

Bertrand veut un référendum sur l’immigration

Pour séduire la droite dure, Xavier Bertrand agit d’une autre façon : il déplace le curseur « à droite toute » en matière d’immigration. Lors d’un déplacement à Calais jeudi, le président des Hauts-de-France a fustigé Emmanuel Macron, qui selon lui a « esquivé la question ».

Bertrand a défendu deux principes : « décider qui peut s’installer sur son sol et qui doit quitter son sol » et que l’immigration « réponde » aux besoins de la France et non l’inverse. Cela passerait par des « quotas d’immigration » fixés chaque année par le Parlement et par une remise en cause de l’immigration familiale. C’est anticonstitutionnel, mais qu’importe, l’ancien ministre se dit prêt à contourner l’obstacle par un référendum. Comme Marine Le Pen.

"J'y vais parce que je suis fou" : le jour où Eric Zemmour a prévenu ses proches

  Avant de devenir un (quasi) candidat à la présidentielle 2022, Eric Zemmour a longtemps hésité. Jusqu'à début 2021 et cette confidence faite à ses premiers soutiens. 1/20 DIAPOSITIVES © Agence/ Panoramic / Bestimage Sarah Knafo à Drancy, le 25 octobre 2021 C'est elle qui dirige la campagne d'Eric Zemmour de A à Z. Jeune énarque, elle a rencontré le polémiste, ami de son père, il y a une dizaine d'années. La militante souverainiste en fait son mentor puis son champion pour la présidentielle 2022.

A Troyes, la droite défile chez Baroin


Vidéo: Présidentielle 2022 - sondages : L'opinion des français est-elle stabilisée ? (France 24)

Dans l’Aube, c’est moins le soutien des adhérents LR (ils ne sont que 300 dans cette petite fédération locale) que celui de l’influent François Baroin que les candidats au congrès viennent chercher. Jeudi soir, devant un public d’une soixantaine de personnes, Valérie Pécresse lui a adressé des clins d’œil appuyés : « François a été mon mentor. Il a été deux fois mon parrain… dans le cénacle parisien, puis quand il était secrétaire général de l’UMP, c’est lui qui m’a nommée porte-parole. »

Un temps pressenti pour porter les couleurs de la droite lors de la prochaine élection présidentielle, François Baroin, qui quittera bientôt ses fonctions à la tête de l’Association des Maires de France, a pourtant glissé à « l’Obs », en fin de meeting : « Je ne soutiendrai aucun candidat, ni à ce stade ni avant le 4 décembre. Que le meilleur gagne ! » A bon entendeur…

Xavier Bertrand est, lui, attendu à Troyes le 9 novembre, après l’hommage collectif des candidats au congrès à Colombey-les-Deux-Eglises lors du 51e anniversaire de la mort du général de Gaulle. Eric Ciotti y viendra, lui, le 13, et Michel Barnier le 23.

Bertrand, Pécresse, Barnier… la liste des candidats qualifiés pour l’investiture de LR à la présidentielle

  Bertrand, Pécresse, Barnier… la liste des candidats qualifiés pour l’investiture de LR à la présidentielle Cinq prétendants seront en lice lors du congrès du parti, au début de décembre. Le suspense autour du casting de cette primaire interne aura duré des mois. Ils seront finalement cinq sur la ligne de départ. Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Michel Barnier, Eric Ciotti et Philippe Juvin ont vu leur candidature validée, jeudi 4 novembre, par le parti Les Républicains (LR) qui a confirmé l’information dans un communiqué.

Pécresse invoque Thatcher et Merkel

Une référence à Margaret Thatcher par-ci, une autre à Angela Merkel par-là… Près de Troyes, jeudi soir, Valérie Pécresse a aussi invité dans son discours plusieurs dirigeantes qui ont marqué les esprits. « Comme le disait Thatcher [Première ministre britannique de 1979 à 1990], si vous voulez qu’une chose soit dite, demandez à un homme. Pour qu’une chose soit faite, demandez à une femme ! » a-t-elle ainsi lancé sous les applaudissements.

Un argument auquel sont sensibles certains électeurs, à l’instar de Corinne Brunet et Myriam Kurowski, deux cadres assises dans la salle : « C’est une femme, c’est un argument de poids pour nous. On le voit dans les entreprises, les femmes qui dirigent sont plus efficaces. Regardez donc Christine Lagarde [à la tête de la BCE, après avoir dirigé le FMI] ! »

Cette gauche encore tentée par Macron

Que reste-t-il des électeurs de gauche ? La récente note de la Fondation Jean-Jaurès intitulée « A gauche, la tentation du vote utile » dissipe les dernières illusions. Selon le sondage BVA réalisé pour le think tank progressiste, 54 % des sympathisants socialistes, 38 % des électeurs écologistes et 25 % des soutiens mélenchonistes envisageraient de voter en faveur d’Emmanuel Macron dès le premier tour. Comme en 2017, 20 % de ceux qui se disent proches du PS affirment même qu’ils le feront assurément !

Ces petits plaisirs que s'offraient Edouard Philippe et sa femme lorsqu'il était à Matignon

  Ces petits plaisirs que s'offraient Edouard Philippe et sa femme lorsqu'il était à Matignon Soucieux de conserver une existence normale, Edouard Philippe s’est accordé quelques moments volés avec son épouse Edith Chabre lorsqu’il était Premier ministre. Sa première pensée, lorsqu'il a su qu’il pouvait devenir le futur locataire de Matignon, fut pour son épouse, raconte Bérengère Bonte dans son livre Le Sioux (L’Archipel) : « Si je deviens Premier ministre, il faut qu’on parle d’Édith et des enfants tout de suite, explique-t-il, comme une priorité à Anne Clerc (NDLR sa future cheffe de cabinet). Il faut les préserver. Trouver le moyen de leur rendre cette vie vivable.

Cette gauche encore tentée par Emmanuel Macron

Pour expliquer ce choix de la raison plutôt que du cœur, Adelaïde Zulfikarpasic, directrice de BVA Opinion, invoque à la fois « l’émiettement de la gauche », la conviction qu’« à court terme le futur se jouera sans elle », la volonté de faire barrage à l’extrême droite et même une évaluation positive du bilan du président sortant.

Comment CNews roule pour Zemmour

On s’en doutait. Mais maintenant les chiffres sont là. Le polémiste et probable candidat à la présidentielle Eric Zemmour a bénéficié d’une extraordinaire promotion médiatique de la part de la chaîne CNews. Exemple au mois de mai : Zemmour y a parlé près de onze heures en tout, selon un décompte des journalistes de« Complément d’enquête » sur France 2. C’est Vincent Bolloré lui-même qui s’est chargé de faire venir Zemmour sur CNews. Et si l’on en croit les sondages, la stratégie n’a pas manqué d’efficacité.

Conquérir les esprits avant de gagner dans les urnes : plongée au cœur de l’offensive réactionnaire

Sans viser explicitement CNews, mais préoccupé par l’influence démesurée des grands groupes de médias – Bolloré a pris le contrôle du « Journal du Dimanche » et de « Paris Match » –, le groupe des sénateurs socialistes a demandé l’ouverture d’une commission d’enquête sur la concentration des médias. Demande acceptée mardi soir. Les sénateurs auront pour mission de « mettre en lumière les processus ayant permis ou pouvant aboutir à une concentration dans les médias en France et d’évaluer l’impact de cette concentration sur la démocratie ». Au travail !

Un récit tragique, des outils rhétoriques éprouvés : on a décrypté le discours d’Eric Zemmour

Des soutiens de Zemmour sortent les fusils

De Zemmour, il est encore question dans une enquête de StreetPress, dont on recommande la lecture. Dans une forêt de l’ouest de la France, des militants d’extrême droite, membres d’un groupuscule baptisé la Famille Gallicane et soutiens actifs du polémiste, s’entraînent au tir sur des caricatures racistes de juifs, de musulmans et de noirs. Glaçant.

“Ils se foutent de votre gueule !” : indigné, Pascal Praud se lâche sur CNews ! .
Ce 4 novembre, Pascal Praud est sorti de ses gonds, dans "L'heure des pros", après une décision de justice qui lui a fait monter la moutarde au nez ! © CNews Ce 4 novembre, Pascal Praud est sorti de ses gonds, dans "L'heure des pros", après une décision de justice qui lui a fa Ce 2 novembre, un policier en civil a été reconnu et frappé dans un train, par quatre individus, au niveau de la gare de Saint-Leu-la-Forêt, dans le Val d'Oise.

usr: 1
C'est intéressant!