•   
  •   

France Patronat et syndicats réunis pour exister

15:40  12 juillet  2018
15:40  12 juillet  2018 Source:   liberation.fr

Réunion "exceptionnelle" des syndicats et du patronat mercredi, une semaine avant l'Elysée

  Réunion Les leaders des huit organisations syndicales et patronales vont se réunir mercredi, une semaine avant d'être reçus à l'Élysée, afin de montrer à l'exécutif que les partenaires sociaux sont "incontournables" mais aussi pour tenter de fixer un agenda social. Les numéros un du Medef, de la CPME et de l'U2P, côté patronat, et ceux de la CGT, de la CFDT, de FO, de la CFE-CGC et de la CFTC, côté syndicats, prévoient de se voir le 11 juillet à partir de 08H00 au Conseil économique et Social (Cese), situé au Palais d'Iéna à Paris, selon des sources patronales et syndicales qui ont confirmé vendredi des informations de presse

De quoi faire front, alors qu'ils seront reçus, le 17 juillet, par le président de la République. Patronat et syndicats réunis pour exister . Ce mercredi, syndicats et patronat étaient réunis au siège du Conseil économique social et environnemental (Cese).

Patronat et syndicats tentent un front uni contre. Par Jean-Baptiste Marot. Diffusion : mercredi 11 juillet 2018. Patronat et syndicats tentent un front uni contre. Les 10 ans de la cellule de crise du Quai d'Orsay. Macron décroche dans l'opinion.

Le format est inédit. Mercredi, les partenaires sociaux se sont rencontrés pour échanger sur l'agenda social, que certains proposent de «reprendre en main». De quoi faire front, alors qu'ils seront reçus, le 17 juillet, par le président de la République.

Le nouveau président du Medef, Geoffroy Roux de Bezieux, le 3 juillet, à Paris. © ERIC PIERMONT Le nouveau président du Medef, Geoffroy Roux de Bezieux, le 3 juillet, à Paris.

Ils se sont donné rendez-vous, à nouveau, «en septembre». Mais ils vont se revoir bien avant. Ce mercredi, syndicats et patronat étaient réunis au siège du Conseil économique social et environnemental (Cese). Un format assez inédit, pour réfléchir à la mise en place d’un agenda social commun. Une idée  notamment portée par FO. Avec, à la clé, des concertations et des négociations non pas imposées par l’exécutif, mais qu’ils choisiraient eux-mêmes. Une proposition qu’ils vont remettre sur la table dès la semaine prochaine, lors de leur rendez-vous avec le président de la République, le 17 juillet. Et qui doit, selon le chef de l’Etat, permettre de «jeter les bases d’un nouveau contrat social, celui du siècle qui s’ouvre».

Grève dans les installations pétrolières norvégiennes

  Grève dans les installations pétrolières norvégiennes Des centaines d'employés de l'industrie norvégienne du pétrole et du gaz seront en grève mardi après le rejet d'une proposition d'accord salarial, perturbant la production d'au moins un gisement, celui de Knarr exploité par Shell. Les discussions visant à rapprocher les positions du patronat et des syndicats Safe et YS ont échoué, a annoncé dans la nuit le médiateur nommé par le gouvernement, Carl Petter Martinsen, après l'expiration de la date butoir de lundi.

Fait inédit, syndicats et patronat se sont réunis afin de créer un front uni face au président Emmanuel Macron.

Philippe Louis (62 ans, CFTC). «Emmanuel Macron est franc: il dit où il veut aller et là où il existe des marges de négociation. Le sujet devra être discuté à la rentrée dans le cadre d'une négociation entre syndicats et patronat sur de nouvelles règles de l'assurance-chômage qui devra respecter un

Pour l’heure, en attendant ce rendez-vous, les partenaires sociaux, au nombre de huit, veulent faire front uni. Et à les écouter, entre eux, les relations sont au beau fixe. «Nous nous sommes rencontrés dans un climat cordial», a résumé Geoffroy Roux de Bézieux, tout fraîchement élu à la tête du Medef, à l’issue de deux heures de discussions. Le climat était «serein», a ajouté Alain Griset, son homologue de l’U2P, représentant les petites entreprises. «Extrêmement serein», a renchéri Laurent Berger, de la CFDT. Un «bon signe», pour Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT.

Reprendre la main

Difficile, en revanche, d’en savoir plus sur le contenu de leurs échanges, et sur les thématiques, donc, sur lesquelles ils souhaiteraient plancher ensemble, à la rentrée. «Le sujet d’aujourd’hui, c’est la façon de faire des partenaires sociaux, ensemble, indépendamment de ce que le gouvernement de son côté a décidé de faire», a déclaré de son côté François Hommeril (CFE-CGC). Mais que mettre au programme ? «On a eu des discussions sur un certain nombre de thèmes, notamment sur les mutations technologiques, les mutations de l’économie», a concédé le numéro un du Medef.

Bousculés par Macron, patronat et syndicats tentent un front uni

  Bousculés par Macron, patronat et syndicats tentent un front uni Pour la première fois, les leaders syndicaux et patronaux se réunissent mercredi pour tenter de trouver des points de convergence afin de présenter un front uni au président de la République. © AFP / Montage Europe1.fr Bousculés par Macron, patronat et syndicats tentent un front uni Les chefs des huit principales organisations patronales et syndicales se mettent mercredi tous ensemble autour de la table pour tenter de trouver des priorités communes et montrer un front uni, rare, au chef de l'État, qui doit les recevoir le 17 juillet à l'Elysée.Une réunion inédite.

Fait inédit, syndicats et patronat se sont réunis afin de créer un front uni face au président Emmanuel Macron.

Patronat et syndicats réunis pour exister . 12 juillet 2018 à 11:00. Episode 12 : L'année où le foot est devenu rock'n roll. Après s’être allié à l’église et au patronat , deux forces anticommunistes, Daniel Ortega revient au pouvoir en 2007.

Mais si les partenaires sociaux réfléchissent à reprendre la main, ils sont aussi contraints par un calendrier gouvernemental bien chargé. Comme «la poursuite de la négociation assurance chômage», puisque le gouvernement a annoncé son intention de leur demander de rouvrir, en septembre, des négociations sur le sujet, afin de revoir les règles d’indemnisation. Et ce alors qu’une réforme est en cours d’examen au Parlement.

«On n’a pas fini les réformes de la France»

Evoquant un «redémarrage du processus», Pascal Pavageau, numéro un de FO, s’est réjoui qu’il y ait «pas mal» de points de convergence entre tous. «La bonne nouvelle c’est qu’on s’est vu», a-t-il ajouté. Preuve que s’ils se sont sentis maintes fois sur la sellette depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron, les partenaires sociaux résistent. «C’est déjà une bonne nouvelle, a abondé Laurent Berger, le leader de la CFDT, ça veut dire que nous sommes là et que nous existons.»

Signe d’ouverture, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, en marge des Rencontres économiques d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), a déclaré, samedi : «L’idée c’est quand même à la rentrée d’avoir un agenda social consistant et de qualité […] On n’a pas fini les réformes de la France, on n’a pas fini de faire réussir la France, on n’a pas fini de lutter contre le chômage de masse, c’est de tout ça qu’on va discuter avec les partenaires sociaux.» Mais motus, là aussi, sur les sujets en question.

France-La SNCF prévoit un trafic normal jeudi malgré une grève .
Le trafic ferroviaire sera normal jeudi partout en France en dépit d'un appel à la grève lancé par la CGT seule, selon les prévisions communiquées mercredi par la direction de la SNCF. Contactée par Reuters, la compagnie n'a donné aucune estimation du taux de grévistes.L'appel lancé le 6 juillet par la CGT, premier syndicat chez les cheminots, n'a été relayé par aucune des trois autres organisations représentatives - Unsa, Sud et CFDT - qui avaient mené avec elle le mouvement de grève du printemps contre le projet de réforme de la SNCF.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!