•   
  •   

France Émeutes aux Antilles : quelle est l'origine des revendications en Guadeloupe et Martinique ?

20:20  23 novembre  2021
20:20  23 novembre  2021 Source:   lefigaro.fr

Coronavirus : Pourquoi les Outre-mer restent réticents à l’obligation vaccinale et au pass sanitaire

  Coronavirus : Pourquoi les Outre-mer restent réticents à l’obligation vaccinale et au pass sanitaire Les opposants à la gestion de la situation sanitaire par les pouvoirs publics se font vivement entendre en Guadeloupe, Martinique, Nouvelle-Calédonie et Polynésie © Carla BERNHARDT / AFP Un camion de pompiers arrive sur les lieux d'un barrage érigé par des militants de l'Union générale des travailleurs de Guadeloupe UGTG, au rond-point de Perrin dans la commune des Abymes, en Guadeloupe, le 17 novembre 2021.

Un véhicule incendié repose sur une route dans le cadre d'un barrage routier au rond-point Perrin aux Abymes, près de Pointe-à-Pitre sur l'île des Caraïbes françaises de Guadeloupe le 22 novembre 2021. © Christophe ARCHAMBAULT / AFP Un véhicule incendié repose sur une route dans le cadre d'un barrage routier au rond-point Perrin aux Abymes, près de Pointe-à-Pitre sur l'île des Caraïbes françaises de Guadeloupe le 22 novembre 2021.

En une semaine, la mobilisation contre l'obligation vaccinale et la suspension de postes de soignants est montée d'un cran. Les barrages autoroutiers se sont transformés en incendies, des tirs à balles réelles sur les véhicules de gendarmes ont été rapportés, ainsi que des pillages de banques et de magasins alimentaires. Des armes de guerre ont également été dérobées dans les locaux de la douane à Pointe-à-Pitre. Si tout part de revendications sanitaires, d'autres griefs historiques profonds reviennent sur la table.

Cinq questions pour comprendre la grève générale en Guadeloupe

  Cinq questions pour comprendre la grève générale en Guadeloupe FOCUS - Depuis une semaine, la Guadeloupe connaît des scènes de violences urbaines, après l'appel à la grève générale contre l'obligation vaccinale et la suspension de centaines de postes. » LIRE AUSSI - Après un week-end de violences, la Guadeloupe au bord de l’embrasement

» LIRE AUSSI - Guadeloupe: l’exécutif sous pression, Lecornu dans le viseur

En effet, les mouvements à la tête des mobilisations ainsi que les élus locaux mettent en avant différents motifs de colère : l'inégalité sociale renforcée par la crise sanitaire, le chômage des jeunes, les conditions de vie, la défiance après le scandale du chlordécone ou encore la baisse pouvoir d'achat. Le Figaro s'est intéressé à ces différents motifs et revendications, avec le spécialiste des Outre-mer, le professeur Olivier Sudrie, maître de conférences à l'Université Paris-Saclay.

Des inégalités sociales renforcées par la crise sanitaire

Tout d'abord, le préavis de grève réclame une hausse des salaires et des minima sociaux, qui connaît de larges inégalités sociales qui ont été renforcées par la crise sanitaire. Que ce soit en Guadeloupe ou en Martinique, d'après le professeur Sudrie, il est possible de retrouver d'un côté de la population les salariés, du privé ou du public, et de l'autre les «out» - en opposition au «in» -, de nombreux actifs qui ne sont pas déclarés. Les salariés du secteur public n'ont pas particulièrement été touchés par la crise sanitaire, et ont continué à percevoir leur salaire, «qui est de 30 à 40% supérieur qu'en métropole», fait savoir le professeur Olivier Sudrie. Les salariés du secteur privé, plus touchés par la crise, ont quant à eux eu accès au dispositif national, comme le chômage partiel, par exemple.

La flambée de violence peut-elle gagner la Martinique ?

  La flambée de violence peut-elle gagner la Martinique ? Cela fait une semaine que la Guadeloupe connaît des violences liées à l'opposition à l'obligation vaccinale et au pass sanitaire. Le mouvement, qui porte également des revendications sociales et économiques, est en train de s'étendre à la Guadeloupe, où une grève générale a été lancée lundi. Depuis une semaine, la Guadeloupe est en proie à une importante vague de violences. A l'origine de ces tensions : l'opposition d'une partie de la population à l'obligation vaccinale et au passe sanitaire. Une grève générale a d'ailleurs été déclarée sur l'île le 15 novembre.

A contrario, les «out» ont particulièrement été touchés par la crise Covid-19. S’ils passent en général sous les radars des statistiques et des études de l'INSEE, ces derniers appartiennent «à une économie invisible mais bien réelle», poursuit Olivier Sudrie. Pendant le Covid-19, n'étant pas déclarés, ils n'ont donc pas pu bénéficier des allocations et du chômage partiel. «C'est une partie des personnes que vous retrouvez aux barricades», commente le professeur.

» LIRE AUSSI - Cinq questions pour comprendre la grève générale en Guadeloupe

Les jeunes cherchent du travail


Vidéo: Guadeloupe: au-delà des revendications sanitaires, les manifestants évoquent le contexte socio-économique (BFMTV)

Dans les DOM, le chômage, particulièrement élevé chez les jeunes, touche 20% de la population. Au-delà de l'étroitesse du marché du travail qui se caractérise en outre par la faiblesse de l'activité, le chômage est lié aux fortes augmentations de la population active et à l'important retard des niveaux de formations, peut-on lire dans un rapport parlementaire en date du 23 novembre 2021.

Martinique : Situation tendue sur l'île où les barrages se multiplient au troisième jour de grève générale

  Martinique : Situation tendue sur l'île où les barrages se multiplient au troisième jour de grève générale L’île de la Martinique est secouée, comme sa voisine la Guadeloupe, par une contestation du vaccin anti-Covid obligatoire, qui tourne à la violence dans certains quartiers © LOIC VENANCE / AFP Illustration d'un barrage routier à en Martinique, le 24 novembre 2021. SOCIAL - L’île de la Martinique est secouée, comme sa voisine la Guadeloupe, par une contestation du vaccin anti-Covid obligatoire, qui tourne à la vi La situation s’envenimait ce mercredi soir en Martinique.

Plus précisément, près de la moitié des jeunes actifs est touchée par le chômage. Selon les statistiques d'Eurostat (2009), le taux de chômage chez les 15-24 ans est de 55,7% en Guadeloupe, de 50% à La Réunion et de 47,8% en Martinique. «Certains jeunes disent se foutre du vaccin et être simplement intéressés pour un travail. C'est un ras-le-bol de la jeunesse, au-delà des problèmes sanitaires», explique Olivier Sudrie. «De nombreux jeunes sont inemployables, souvent éjectés dès l'âge de 16 ans du système éducatif. Aujourd'hui, ils n'ont pas de formation professionnelle. On constate un déterminisme social écrasant», lance le spécialiste.

» LIRE AUSSI - Présidentielle J-139 : l'exécutif pris de court en Guadeloupe, le bras de fer Macron-Bertrand, l'impossible union de la gauche

Le pouvoir d'achat et disparités du niveau de vie

Au chômage chez les jeunes et aux inégalités sociales s'ajoute la baisse du pouvoir d'achat. Alors «qu'aujourd'hui nous assistons à un renchérissement de la vie en métropole et en outre-mer, la crise sanitaire n'a pas aidé. Le taux de fret a particulièrement augmenté, certaines îles ont observé une augmentation de 200%», explique le professeur. Des produits de premières nécessité comme des couches-culottes voient leur prix augmenter considérablement.

Cinq questions sur une autonomie de la Guadeloupe, évoquée par le gouvernement pour calmer la contestation

  Cinq questions sur une autonomie de la Guadeloupe, évoquée par le gouvernement pour calmer la contestation Dans une longue allocution télévisée, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, a a proposé d'ouvrir le débat sur l'autonomie de ce département, s'attirant les foudres d'une partie de l'opposition.Attention, terrain miné. Afin de tenter de calmer les tensions en Guadeloupe, le gouvernement s'est dit "prêt", vendredi 26 novembre, à parler de l'autonomie de ce département, secoué comme la Martinique par une explosion sociale née d'un mouvement contre l'obligation vaccinale pour les soignants. Une proposition qui a instantanément provoqué la controverse dans l'Hexagone, l'opposition de droite dénonçant samedi un recul ou un lâchage de l'exécutif.

Les conditions de vie dans certains quartiers sont également très disparates. Dans certaines zones, il est difficile d'avoir accès à l'eau potable. En Guadeloupe, par exemple, des milliers d'habitants n'ont pas d'eau du robinet depuis plusieurs années. Les habitants subissent des coupures prolongées, même en pleine pandémie de Covid-19.

La prise en charge totale des tests de chlordéconémie

Depuis le scandale du chlordécone, les Ultramarins vivent avec une défiance envers le gouvernement. L'histoire remonte dans les années 70, lorsque la mise sur le marché de ce pesticide est autorisée : «On l'utilise alors sur les terres et les plantations de bananes essentiellement», commente Olivier Sudrie. Alors que les États-Unis avaient interdit la molécule sur leur territoire en 1977, à cause d'intoxications avérées, l'État français avait continué à l'utiliser.

Si une procédure judiciaire est en cours, de nombreux Ultramarins assimilent le scandale du chlordécone au vaccin, en affirmant que ce dernier peut aussi conduire à empoisonnement. Les syndicats réclament la prise en charge totale des tests de chlordéconémie, maladie liée à ce pesticide. «C'est toute cette conjonction des luttes qui a fait que la situation a explosé», conclut le professeur.

Crise aux Antilles : Les tensions persistent mais Sébastien Lecornu prêt à adapter l’application de l’obligation vaccinale .
Après un passage compliqué en Guadeloupe, le ministre des Outre-mer était mardi en Martinique pour trouver une issue à la crise sociale qui secoue les Antilles © AFP Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu lors d'une réunion avec des syndicats de Martinique, à Fort-de-France le 30 novembre 2021. DIALOGUE - Après un passage compliqué en Guadeloupe, le ministre des Outre-mer était mardi en Martinique pour trouver une issue à la crise s Même si la tension est toujours extrême aux Antilles, la journée de mardi a été beaucoup plus axée sur le dialogue comparée à celle de lundi.

usr: 0
C'est intéressant!