•   
  •   

France Marc Fesneau : "On ne rend pas assez justice à ce qu'on a fait !"

16:55  29 novembre  2021
16:55  29 novembre  2021 Source:   lexpress.fr

Anne Hidalgo : qui est Denise, sa belle-fille qui énerve ses soutiens ?

  Anne Hidalgo : qui est Denise, sa belle-fille qui énerve ses soutiens ? Comme l’ont rapporté nos confrères de L’Obs, jeudi 18 novembre, Anne Hidalgo a été victime d’un bad buzz en se faisant filmer par sa belle-fille Denise, qui n’a aucune expérience en politique mais semble vouloir participer à la campagne présidentielle de la candidate. En voulant vanter l’importance du service public, il y a quelques semaines, Anne Hidalgo s’est attirée la foudre des internautes.

A quelques heures du lancement d'Ensemble citoyens!, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, numéro 2 du MoDem, rappelle les objectifs de la "Maison commune".

Marc Fesneau évoque auprès de L'Express les objectifs de la © afp.com/Ludovic MARIN Marc Fesneau évoque auprès de L'Express les objectifs de la

Il a été de toutes les réunions préparatoires chez le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, de toutes les tractations entre les différents partis de la majorité. Ministre chargé des Relations avec le Parlement, numéro deux du Mouvement démocrate (MoDem) dirigé par François Bayrou, Marc Fesneau évoque auprès de L'Express les objectifs de la "Maison commune", les écueils auxquels elle devra échapper, la stratégie à adopter pour les prochaines élections législatives... Entretien.

Squad de suicide Tuez la date de sortie de la ligue de la justice: quand est-ce que le jeu sortit?

 Squad de suicide Tuez la date de sortie de la ligue de la justice: quand est-ce que le jeu sortit? SQUAD SUICIDE: Tuez le Justice League est sur la route et les fans de DC du monde entier sont désireux de savoir quand ils peuvent avoir la main sur ce titre extrêmement attendu. © Givemesport Squad de suicide: Tuez la Justice League viendra avec un mode de coopération multijoueur à quatre joueurs.

L'Express : La "Maison commune", nommée "Ensemble citoyens !" et qui a vocation à rassembler toutes les composantes de la majorité, sera officiellement lancée ce lundi soir, à la Mutualité, à Paris. Il s'agit, finalement, davantage d'une bannière que d'un parti : franchement, que change-t-elle, au fond ?

Marc Fesneau : Une bannière serait un simple étendard commun en vue de la prochaine élection présidentielle. Nous allons bien plus loin. Ici, nous créons une association, composée de personnes morales qui sont des partis politiques, ayant la volonté de travailler ensemble. Ces sensibilités politiques s'engagent à soutenir le président de la République s'il décide d'être candidat et à mener le combat des législatives main dans la main. De plus, cette maison commune permet, à l'intérieur, que des partis politiques puissent aller plus loin dans leur coopération. Cette architecture solidifiera ainsi encore l'espace central, par une alliance renforcée entre La République en marche et le Mouvement démocrate. De même que le pôle plus à droite, Agir et Horizons, pourra se consolider. C'est une nouvelle étape qui respecte tout le monde.

Cour suprême recule du Tennessee dans les droits de l'eau Conflexuez avec Mississippi

 Cour suprême recule du Tennessee dans les droits de l'eau Conflexuez avec Mississippi Washington - une Cour suprême unanime à la Cour suprême de Tennessee lundi dans un lundi des années de longue date sur un aquifère les parts d'État avec le Mississippi voisin.

"La confiance se construit dans les combats communs et les intérêts bien compris"

François Bayrou voulait plus d'intégration encore, puis il y a eu une forme de consensus avec Edouard Philippe qui souhaitait, lui, davantage d'indépendance...

Il était hors de question de créer une structure comme le fut l'UMP : nous avions d'ailleurs refusé d'y être associés en 2002, ce n'est pas pour l'accepter aujourd'hui. Si nous avions initié un parti classique, rigide, vous nous auriez dit qu'il y avait en son sein des choux et des carottes... Et vous n'auriez pas tout à fait tort. Les Républicains sont dans un parti unique, mais trouvez-vous des points communs entre Eric Woerth et Guillaume Peltier ? Il faut toujours qu'il y ait du sens à un rassemblement. C'est ce que nous faisons. Nous avons réussi à aller plus loin dans le dépassement et le rassemblement, tout en permettant à chacun de se sentir à l'aise.

Jean-Marc Morandini poursuivi pour corruption de mineurs : nouveau coup dur pour l'animateur

  Jean-Marc Morandini poursuivi pour corruption de mineurs : nouveau coup dur pour l'animateur Jean-Marc Morandini n'en a pas fini avec la justice. Ce mardi 23 novembre 2021, il a été annoncé par BFMTV que l'animateur serait renvoyé devant un tribunal correctionnel pour des faits de "corruption de mineurs". Il s'est donc fait refuser son appel auprès d'un juge d'instruction réalisé en 2020.Jean-Marc Morandini est toujours dans la tourmente et c'est une mauvaise nouvelle pour lui qui est tombée ce mardi 23 novembre 2021. L'animateur s'est vu refuser son appel de l'ordonnance de renvoi réalisé en juillet 2020 dans l'affaire de "corruption de mineurs" qui le touche.

LIRE AUSSI>> Affaire Hulot : Marlène Schiappa, en défense toute !

Vous dites souvent qu'il n'y a pas de dépassement politique sans fortification de l'axe central composé de la République en Marche et du MoDem. Considérez-vous que ces deux partis ont vocation à renforcer encore davantage leurs liens, voire, à terme, fusionner ?

Je suis quelqu'un qui ne confond jamais vitesse et précipitation. Mais ils ont vocation à renforcer leurs liens, bien sûr. Tout le monde a évolué depuis quatre ans ! Au départ, le groupe MoDem que j'ai présidé, et le groupe En marche, étaient des enfants qui ne se connaissaient pas. Ils ont appris à travailler ensemble, ils se sont découvert nombre de points communs et ont parfois traversé des crises. En cinq ans, nous avons beaucoup progressé, y compris, sur le terrain, dans la coopération. Et au fond la relation construite entre Richard Ferrand et François Bayrou est le reflet de ce qui se passe chez les députés et les militants. La confiance se construit dans les combats communs et les intérêts bien compris.

"Pour les législatives à venir, la seule ligne qu'il faut avoir, pour tout le monde, est de consolider la majorité"

Il n'y aura pas de commission d'investiture commune pour les élections législatives de 2022, chaque parti sera amené à choisir ses candidats. Ces investitures, les tractations, les bisbilles seront-elles moins complexes à gérer qu'en 2017, où il y avait eu du grabuge, notamment entre LREM et le MoDem ?

Pourquoi la jeune justice tente de "défier les attentes" de la saison 4, selon le co-showrunner

 Pourquoi la jeune justice tente de Jeune justice a fait ses débuts HBO Max à l'automne avec une saison des fantômes qui prend l'histoire dans une direction différente que jamais avant. Le spectacle a toujours passé des changements de la saison en saison, les développements allant des sauts de temps à des décès de caractère pour même des héros adoptant de nouvelles identités, comme avec le cas de Dick Grayson's Robin devenant nocturne. Jeune Justice: Phantoms - A.K.A.

C'est un exercice toujours compliqué par nature. Nous devons d'abord absolument veiller à protéger les députés sortants, tout en faisant en sorte d'avoir une majorité plus diverse et plus large encore. Ce qui simplifie les choses, en revanche, c'est qu'on se connaît mieux. J'insiste sur le fait que les députés sortants devront être traités comme à part. Nous avons, avec eux, traversé trois immenses crises. Ils n'ont jamais tremblé. Ils ont été solidaires à l'égard des gouvernements successifs. Et ils ont été beaucoup plus loyaux et solides que de précédentes majorités. La moindre des choses qu'on doit à une majorité qui n'a pas ménagé ni son soutien, ni son énergie, c'est de lui dire qu'il n'y a pas de raison qu'on ne la soutienne pas, d'une manière générale, en retour. Pour les législatives à venir, la seule ligne qu'il faut avoir, pour tout le monde, est de consolider la majorité. De choisir partout les meilleurs. On ne fait pas ça pour se compter, ce serait une erreur !

LIRE AUSSI>> Zemmour lâché par un de ses premiers conseillers : "Il est déconnecté du réel"

On imagine à qui vous pouvez penser, Edouard Philippe compte bien avoir un groupe solide à l'Assemblée nationale sous la bannière de son nouveau parti, Horizons...

Nous n'avons pas fait semblant de ne pas le voir. C'est logique et c'est son droit. Et, dans certaines circonscriptions, les meilleurs candidats, les plus adaptés au territoire, ceux qui auront le plus de chance de gagner, seront parfois Horizons, parfois, LREM, ou parfois MoDem. Et parfois, issus d'une autre sensibilité de la majorité comme Territoires de progrès. Il y aura des discussions. La force du président de la République à la fin de ce quinquennat, c'est d'avoir créé une majorité avec des partenaires où la solidarité règne. Regardez dans le rétroviseur : sous Nicolas Sarkozy, il y avait de vraies frictions, sous François Hollande n'en parlons même pas, avec les frondeurs et une majorité qui se faisait la guerre. La majorité n'est pas et ne sera pas une multiplication de rapports de force entre organisations.

Les responsables de Trump peuvent témoigner sur les actions de l'ancien président menant à l'insurrection, le ministère de la Justice décide

 Les responsables de Trump peuvent témoigner sur les actions de l'ancien président menant à l'insurrection, le ministère de la Justice décide Le département de la justice a officiellement refusé d'affirmer le privilège exécutif pour un témoignage potentiel d'au moins certains témoins liés au janvier 6 Capitol Attack , une personne informée la question a dit. © Samuel Corum / Getty Images Les supporters de Pro-Trump Storm The Us Capitol à la suite d'un rassemblement avec le président Donald Trump le 6 janvier 2021.

Le dépassement est-il désormais terminé ?

Depuis 2017, le paysage politique a été profondément bouleversé et je pense qu'il n'a pas fini de l'être. Sur le flanc gauche, le Parti socialiste se retrouve concurrencé ou devancé par les Insoumis et les écologistes, et risque la disparition. La nécessité de traiter les questions écologiques est réelle or les Verts n'offrent pas à ce jour à la gauche une perspective d'arriver au pouvoir. Il n'y a pas de force, à gauche, capable d'être un moteur suffisamment puissant pour accéder au pouvoir aujourd'hui. Donc je ne vois pas comment cette élection présidentielle n'introduira pas des réorganisations de ce côté de l'échiquier car la politique que nous avons menée n'est pas antinomique avec ce qu'une partie des sociodémocrates avaient initié par le passé. Et nous avons besoin d'une gauche avec ses convictions, reconstruite et ouverte.

LIRE AUSSI>> Edouard Philippe et la Macronie, une histoire en clair-obscur

Sur le flanc droit, comme je le disais, il y a des gens qui ne pensent plus du tout pareil : les uns sont dans une obsession anti-Macron, ce n'est jamais un moteur durable dans la vie politique ; et d'autres considèrent que l'intérêt du pays n'est pas de se taper dessus... Et se disent finalement qu'Emmanuel Macron a fait ce qu'ils auraient aimé faire. Il y a donc une capacité d'élargissement à droite.

"Je ne demande pas à Edouard Philippe d'être centriste ou à quelqu'un de gauche d'abjurer sa sensibilité. Et je n'accepterai pas qu'on me demande de ne plus être centriste"

La fameuse "poutre qui travaille", ce n'est pas une question de débauchage individuel. C'est une organisation de la vie politique qui tient compte des évolutions des clivages. Et nous, nous devons créer un lieu pour que les gens qui se posent des questions puissent être accueillis, sans qu'ils se sentent obligés de renoncer à ce qu'ils sont. Je ne demande pas à Edouard Philippe d'être centriste ou à quelqu'un de gauche d'abjurer sa sensibilité. Et je n'accepterai pas qu'on me demande de ne plus être centriste.

Galerie Chenel : quand l’Art déco dialogue avec l’Antique

  Galerie Chenel : quand l’Art déco dialogue avec l’Antique Géorgie: des partisans de l'ex-président emprisonné Saakachvili se rassemblent devant le tribunal

Certes, au cours de ce quinquennat il y a eu la Convention citoyenne, mais aussi l'échec du comité citoyen chargé du suivi de la stratégie vaccinale : le deuxième quinquennat d'Emmanuel Macron, s'il est réélu, devra-t-il aller plus loin en matière de participation citoyenne ?

Sur la Convention citoyenne, comme sur bien d'autres sujets, on ne rend pas assez justice à ce qu'on a fait ! Lors des précédents quinquennats, a-t-on parlé de participation citoyenne ? Jamais. Même avec les socialistes et les Verts, alors qu'il s'agit plutôt de leur culture. Pour le redécoupage des régions, personne n'a pas demandé l'avis des citoyens, pour lesquels cette réforme a été d'une violence inouïe. Typiquement, c'est un sujet sur lequel il aurait été très intéressant qu'un éclairage citoyen apporte sa pierre à l'édifice (qui ne se serait peut-être pas construit ainsi).

Avant même la Convention citoyenne, n'oublions pas qu'il y a d'abord eu le grand débat national. Ce moment d'échanges de "catharsis citoyenne" a été très fort pour essayer de trouver avec les pouvoirs exécutif et législatif des solutions pour sortir de la crise dans laquelle le pays était.

On attend encore de savoir ce que sont devenus, comment ont été utilisés, les cahiers de doléances écrits partout en France...

Les Maisons France Service, la requalification des centres bourgs, les mesures prises pour le déploiement du numérique, le soutien à la reconquête industrielle dans nos territoires... Tout cela procède de ce qui a été dit à travers les cahiers de doléances et le Grand débat lancé par le président de la République. Ces cahiers, pour beaucoup, n'étaient pas des solutions en tant que telles, mais des témoignages de sentiments d'abandon de la part des gens. Et c'est ce à quoi nous avons répondu.

LIRE AUSSI>> Congrès LR, Zemmour, avenir de la droite : Gérard Longuet et Henri Guaino, le débat

Pour revenir à la Convention citoyenne, on en a dit beaucoup de mal et c'est injuste. Des gens se sont impliqués avec force, et la question posée était d'une immense difficulté : comment baisser de -40% les émissions de gaz à effet de serre en 2030 ? On a connu plus simple. La moitié des sujets n'auraient jamais été mis sur la table si la Convention citoyenne n'avait pas été là. Ensuite, dans la mise en oeuvre, il y a des contingences de progressivité et de temporalité à respecter, ce qui a été parfois mal compris, mais l'exercice a été réussi.

Immobilier : “la hausse des prix n’est pas tenable”, selon le président de la Fnaim

  Immobilier : “la hausse des prix n’est pas tenable”, selon le président de la Fnaim Pandémie ou non, les prix de l’immobilier grimpent dans de nombreuses communes… et le nombre de transactions bat des records en 2021 ! L’incroyable frénésie immobilière qui touche les acheteurs depuis plusieurs mois ne sera toutefois pas durable, estime le président de la Fédération nationale de l’immobilier Jean-Marc Torrollion. Entretien. Capital : 2021 sera une année record en nombre de transactions, et même en niveau de prix dans certaines communes. Comment l’expliquer ?Jean-Marc Torrollion : Suite à la pandémie, une vraie redistribution du marché immobilier s’est opérée, au profit des régions de l’Ouest et des zones rurales.

Je me répète : faudra-t-il, pour faire respirer notre démocratie, augmenter le nombre de processus de ce genre ?

Depuis la Convention, on réfléchit "participation citoyenne" sur beaucoup de sujets, beaucoup de thématiques. Ma position est simple : il faut faire de la participation citoyenne quand on connaît précisément la question que l'on pose, quand la méthodologie est claire et fiable, et quand on peut précisément rendre des comptes aux gens que l'on interroge. Il y a des sujets qui ne s'y prêtent pas, notamment à cause de la rapidité avec laquelle il faut prendre des décisions. Par exemple : confine-t-on ou non ? Comment trouver une solution au problème des pêcheurs en ce moment ? Cela me paraît très compliqué de mettre en place un exercice citoyen pour ce genre de problématiques. Mais, pour d'autres, on gagne en réalité du temps avec de la participation citoyenne, notamment en matière d'acceptation : si on chemine avec, si on explicite pourquoi on prend telle mesure ou pourquoi on ne la prend pas, on donne plus de chance à rendre compréhensible et lisible l'action publique.

Dernière chose, très importante : la démocratie participative ne peut pas se substituer ou être mise en opposition avec la démocratie représentative. La participation citoyenne est un outil d'aide à la démocratie représentative, qu'il s'agira également de renforcer.

LIRE AUSSI>> Zemmour lâché par un de ses premiers conseillers : "Il est déconnecté du réel"

La proportionnelle, demandée par François Bayrou dès l'accord d'alliance avec Emmanuel Macron en 2017, "ne résout pas à lui seul le sujet de la démocratie" dites-vous. Faut-il tout de même absolument la mettre en oeuvre ?

Il faut la faire parce qu'elle pourra, durablement, influer sur les comportements politiques nationaux. On peut se parler, sans que les compromis soient vus comme des compromissions ! En Allemagne, le SPD, les libéraux et les Verts se mettent d'accord sur un grand projet parce que leurs institutions leur imposent. En France, la majorité et les oppositions naissent au soir du second tour de l'élection présidentielle... Et après les positions sont figées ! Ne croyez-vous pas que des textes auraient pu être votés par les députés PS et LR ? La proportionnelle est un formidable outil pour essayer de trouver des convergences, elle n'empêche pas pour autant la confrontation d'idées.

En parallèle, le Parlement aura également besoin de voir ses pouvoirs renforcés, non ?

Aujourd'hui, pour exister, les parlementaires en sont souvent réduits à multiplier les amendements, mais ça ne doit pas être le seul moyen pour eux de mettre en avant des positions politiques. C'est pour cela qu'il y a autant d'amendements ! La campagne présidentielle sera l'occasion de manière générale à un débat global sur les propositions en matière de démocratie. Il faut une réforme de nos institutions. Et renforcer le pouvoir du Parlement ne veut pas dire réduire celui du gouvernement.

LIRE AUSSI>> Hésitations, répétitions... Les secrets des entrées au Panthéon sous Emmanuel Macron

Il faudra également questionner le rapport entre les territoires et l'Etat central. Avec la fin du cumul, des fractures entre le niveau local et national se sont créées. Il y a eu une espèce de rébellion du premier vis-à-vis du second, c'est très nouveau de mon point de vue, on ne voyait pas cela avant. En tout cas, pas autant. Or, l'un et l'autre doivent travailler ensemble, coopérer, parce qu'ils représentent chacun à leur manière l'action publique et l'intérêt général. Je regrette que certains élus locaux heureusement rares, se soient ainsi érigés, par exemple pendant le confinement, en opposants à l'Etat au mépris de cet intérêt général.

Faut-il rétablir la possibilité d'être député-maire, ou sénateur-maire ?

Même si j'ai moi-même été maire, il n'y a pas nécessairement besoin d'exercer cette fonction pour comprendre la réalité des gens et heureusement ! Les citoyens qui ne sont pas élus locaux comprennent aussi la vie de leurs concitoyens, il suffit de penser au monde associatif par exemple. Cela étant, nous n'avons pas encore réussi à trouver la voie qui permette de combiner la fin du cumul et la nécessité que les acteurs locaux et nationaux se parlent en continu. On doit se demander comment améliorer le dialogue afin que les uns sachent ce qui se passe au niveau local et les autres au niveau national. Il faut donc ancrer et approfondir la relation, par exemple en permettant à un parlementaire d'exercer une fonction d'adjoint au maire ou de vice-président d'intercommunalité.

LIRE AUSSI>> Parti, soutiens... Comment Eric Zemmour va mener sa campagne présidentielle

Dans le cadre de la présidence française de l'Union européenne (PFUE), la France doit-elle pousser pour davantage de démocratie participative dans une Europe probablement trop opaque pour ses citoyens ?

Ce lundi, avec Clément Beaune (secrétaire d'État chargé des Affaires européennes, NDLR), nous présenterons la restitution de l'exercice de participation citoyenne européenne. Ce sera la contribution française à la Conférence sur l'avenir de l'Europe, que le Président de la République avait proposée à ses partenaires européens. C'est un travail de démocratie participative qui a été mené par 100 citoyens français représentatifs des quelque 900 citoyens mobilisés lors des 18 conférences régionales de métropole et d'outre-mer qui se sont tenues en septembre. Ils ont dit pour leurs attentes à l'égard de l'Europe.

La PFUE et la conférence sur l'avenir de l'Europe seront encore plus intéressantes si on parvient à embarquer les peuples. Les dirigeants européens veulent comprendre les attentes des citoyens. Le sujet européen est un fabuleux sujet d'appropriation pour les citoyens parce que les ensembles démocratiques sont encore trop éloignés des habitants.

Immobilier : “la hausse des prix n’est pas tenable”, selon le président de la Fnaim .
Pandémie ou non, les prix de l’immobilier grimpent dans de nombreuses communes… et le nombre de transactions bat des records en 2021 ! L’incroyable frénésie immobilière qui touche les acheteurs depuis plusieurs mois ne sera toutefois pas durable, estime le président de la Fédération nationale de l’immobilier Jean-Marc Torrollion. Entretien. Capital : 2021 sera une année record en nombre de transactions, et même en niveau de prix dans certaines communes. Comment l’expliquer ?Jean-Marc Torrollion : Suite à la pandémie, une vraie redistribution du marché immobilier s’est opérée, au profit des régions de l’Ouest et des zones rurales.

usr: 1
C'est intéressant!