•   
  •   

France Loiret : Une cinquantaine d’élèves d’une même école victimes de troubles digestifs

18:20  03 décembre  2021
18:20  03 décembre  2021 Source:   20minutes.fr

Montpellier : quatre hommes armés d'une barre de fer pénètrent dans une école maternelle

  Montpellier : quatre hommes armés d'une barre de fer pénètrent dans une école maternelle Quatre personnes se sont introduites dans une école maternelle de Montpellier (Hérault), lundi après-midi. Armées de barre de fer, elles ont roué de coups deux hommes. © Fournis par franceinfo Une violente intrusion s'est produite lundi 22 novembre en fin d'après-midi dans une école maternelle de Montpellier, rapporte France Bleu Hérault. Quatre hommes armés d'une barre de fer se sont introduits dans l'établissement Jeanne-Deroin vers 17h30, après la sortie des classes. Ils ont poursuivi un animateur de 35 ans, qu'ils ont frappé à coups de poing avant de l'extraire de l'établissement pour le frapper à nouveau.

Des analyses des repas de la cantine ont permis d'écarter la piste de l'intoxication alimentaire

Une cinquantaine d'écoliers étaient absents ce jeudi. © SYSPEO/SIPA Une cinquantaine d'écoliers étaient absents ce jeudi. SYMPTÔMES - Des analyses des repas de la cantine ont permis d'écarter la piste de l'intoxication alimentaire

Il ne s’agit pas d’une intoxication alimentaire mais bien d’un virus. Ce jeudi, une cinquantaine d’élèves de l' école élémentaire Jean Bonnet de Saint-Jean-le-Blanc (dans le Loiret) est restée chez elle, victime de troubles gastro-intestinaux, rapporte France Bleu Orléans. Certains enfants ont eu de la fièvre, des vomissements pour d’autres.

Lyon : Pourquoi certaines écoles hébergent-elles des familles ?

  Lyon : Pourquoi certaines écoles hébergent-elles des familles ? L’école élémentaire Alix, dans le 2e arrondissement de Lyon, héberge depuis lundi deux familles qui vivaient à la rue. Une cinquantaine d’autres, dont 123 enfants, sont dans le même cas à Lyon, faute de trouver un hébergement d'urgenceA la récréation, la cour de l’école Alix, cours Charlemagne (Lyon 2), résonne de jeux et de cris de joie. Parmi ces enfants rieurs, quelques-uns ne rentreront pas chez eux ce soir. Ils resteront dormir à l’école, avec leurs parents, parce qu’ils n’ont pas de toit.

Seuls des élèves du primaire ont été touchés, parmi lesquels certains enfants ne mangeant pas à la cantine. La piste de l’intoxication alimentaire a donc été écartée. Ce qui a été confirmé par des analyses effectuées sur des échantillons alimentaires.

L’Agence régionale de santé du Centre-Val-de-Loire a indiqué ce vendredi qu’il ne s’agissait pas d’une infection alimentaire collective. Des analyses de l’eau du robinet ont également permis de rassurer à ce niveau-là. Les élèves ont donc été victimes d’une gastro-entérite foudroyante, mais bénigne.

Dépistage du Covid-19 à l’école : une étude de l’Inserm pointe les failles du protocole .
Une étude sur les établissements scolaires insiste sur l’utilité du dépistage des jeunes pour entraver la circulation du Covid-19. Le protocole actuel du gouvernement limite les fermetures de classe mais ne diminue pas la transmission.Une nouvelle fois mal anticipé, le protocole dans les écoles françaises a changé début décembre. Jusque-là, une classe fermait dès qu’un cas était détecté. Désormais, la détection d’un cas déclenche des tests pour tous les élèves de la classe et celle-ci ne ferme qu’au troisième cas avéré.

usr: 0
C'est intéressant!