•   
  •   

France Cinquième vague de Covid-19 : les raisons d’espérer, celles de rester prudent

22:45  18 janvier  2022
22:45  18 janvier  2022 Source:   lemonde.fr

Covid-19: plus de 22 000 patients hospitalisés

  Covid-19: plus de 22 000 patients hospitalisés Cinquième vague, troisième dose, variant omicron, bilan épidémique, nouveaux traitements… Retrouvez les dernières informations sur la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19.- Face aux «quasiment 10 millions de personnes» testées par semaine, le porte-parole de l’exécutif Gabriel Attal a annoncé un «plan de renforcement» des capacités de tests du pays. «Plusieurs centaines» de centre de dépistages devraient notamment ouvrir près des centres de vaccination ou des pharmacies.

Le porte-parole du gouvernement se montre « optimiste » sur l’évolution de la pandémie. Pourtant, 300 000 cas sont dépistés chaque jour et les hôpitaux restent sous tension.

« Il y a des raisons d’être optimiste », a déclaré mardi 18 janvier le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, sur CNews. Alors que le pic de la cinquième vague de Covid-19 que nous traversons n’est pas encore atteint, beaucoup disent apercevoir quelques signes d’espoir dans les indicateurs de suivi de l’épidémie : moindre « gravité » du variant Omicron qui est devenu largement majoritaire, baisse des entrées en soins critiques ou encore amorce de décrue dans certaines régions comme en Ile-de-France… Mais ces signaux positifs ne doivent pas éclipser des aspects toujours préoccupants de la pandémie.

Omicron : alors que le pic épidémique est en vue, un plan pour aider les hôpitaux est finalisé

  Omicron : alors que le pic épidémique est en vue, un plan pour aider les hôpitaux est finalisé Les autorités préparent un plan pour aider les hôpitaux à faire face à un afflux de patients lors du pic de la cinquième vague de Covid-19. Le pic des contaminations de la cinquième vague de Covid-19 semble proche. "On assiste enfin à une vraie baisse de l'incidence de Delta, et pour Omicron, on arrive sur un plateau avec tous les signes précurseurs du pic", décrit-on au ministère de la Santé. Dans les hôpitaux aussi, cette fin de semaine offre une bonne nouvelle : le nombre des patients en service de soins critiques est en légère diminution. Un peu moins de 3.

L'évolution de l'épidémie
Nombre de cas de Covid-19 rapportés à la date des tests, et nombre de morts dues au Covid-19 dans les hôpitaux et en Ehpad. La ligne pointillée indique la période où le nombre de tests positifs est artificiellement bas du fait du manque de matériel.
cas
moyenne glissante sur 7 jours moy. 7 j.
Déplacez ou redimensionnez la période que vous voulez inspecter
morts
moyenne glissante sur 7 jours moy. 7 j.
Source : Santé Publique France

Sur les contaminations

    Des indices laissent penser que cette vague pourrait bientôt atteindre son maximum

Avec 2 926 cas pour 100 000 habitants en moyenne au 13 janvier, le taux d’incidence a atteint des niveaux inédits depuis le début de la pandémie. Mais l’augmentation, vertigineuse depuis la fin de l’année, semble ralentir. « Le pic de la vague n’est pas encore atteint. On est toujours dans une dynamique de croissance de la circulation virale », mettait en garde Isabelle Parent, lors du point de presse hebdomadaire de Santé publique France, vendredi 14 janvier.

« On peut espérer qu’il n’y aura bientôt plus de saturation des hôpitaux », estime Antoine Flahault

  « On peut espérer qu’il n’y aura bientôt plus de saturation des hôpitaux », estime Antoine Flahault Pour l’épidémiologiste, « il est presque certain » que la vague Omicron ne sera pas la dernière. En revanche, notre résistance au virus, considérablement accrue par les doses de vaccin et les contaminations, pourrait éviter le développement de formes graves et l’engorgement des systèmes hospitaliers.« L’Obs » s’est entretenu avec l’épidémiologiste Antoine Flahault, directeur de l’Institut de Santé globale à l’université de Genève, pour savoir si on pouvait espérer une véritable amélioration de la situation sanitaire et l’allégement des restrictions dans les prochaines semaines.

La courbe montre un signe de ralentissement au cours de la semaine écoulée

Dans son avis du 13 janvier, le Conseil scientifique soulignait que le « pic de contaminations devrait être atteint à court terme ». Au niveau national, le nombre de nouveaux cas de Covid-19 détectés augmente toujours, mais la courbe montre un signe de ralentissement au cours de la semaine écoulée (du 10 au 16 janvier) avec une croissance de + 10,8 % par rapport à la semaine précédente, contre + 64,1 % entre les deux semaines précédentes. On recensait ainsi 278 129 nouveaux cas le 16 janvier, contre 296 097 le dimanche précédent.

Dans certaines régions particulièrement touchées par cette cinquième vague, comme l’Ile-de-France, la Corse ou Mayotte, le nombre de cas détectés est désormais en reflux. Dans la région parisienne, où le taux d’incidence a été le plus élevé du pays, ce dernier a commencé un reflux : il était à 4 044 pour 100 000 habitants la semaine du 3 au 9 janvier, contre 3 727 en moyenne pour la semaine écoulée (10 au 16 janvier).

Le Covid "loin d'être terminé", livraisons de Novavax en France... Le point sur la pandémie

  Le Covid La pandémie de Covid-19 "est loin d'être terminée", a averti ce mardi le directeur général de l'OMS, mettant en garde contre l'idée que le variant Omicron est bénin. © afp.com/Prakash SINGH La pandémie de Covid-19 C'est une mise en garde contre tout relâchement. La pandémie de Covid-19 "est loin d'être terminée", a averti ce mardi le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

    … mais la stratégie de test a beaucoup évolué

Le nombre de cas détectés dépend directement de la politique de tests. Ce sont jusqu’à 2,56 millions de personnes qui ont été testées en une seule journée – record atteint le 10 janvier –, provoquant un engorgement des laboratoires et de la base de données SI-Dep. Depuis, le nombre de tests antigéniques et PCR décroît.

Après un pic début janvier, le nombre de test en baisse

Nombre quotidien moyen de patients testés sur les sept derniers jours
Source : Géodes

Avec la rentrée scolaire, le taux de dépistage était en hausse de 26 % lors de la première semaine de janvier, particulièrement chez les 0-9 ans (+ 241 %) et chez les 10-19 ans (+ 87 %). Dans ces deux classes d’âge, les taux d’incidence du virus ont respectivement bondi de 132 % et 104 % au cours de la première semaine de l’année 2022.

La stratégie de dépistage a cependant évolué dès la semaine suivante, avec la fin du recours systématique à des tests antigéniques ou PCR pour les élèves cas contacts à l’école, remplacés par des autotests réalisés à la maison. Or les résultats ne sont pas intégrés au décompte officiel (et on peut supposer que les personnes ayant un autotest positif ne vont pas toutes faire le test RT-PCR ou antigénique de confirmation), ce qui a fait chuter le taux de dépistage chez les enfants.

Nouveaux variants, fin de la 5e vague... Ce que dit le dernier avis de Conseil scientifique

  Nouveaux variants, fin de la 5e vague... Ce que dit le dernier avis de Conseil scientifique Le Conseil scientifique a rendu un avis sur la gestion de la pandémie jeudi, avant les annonces du gouvernement, prédisant une possible décrue en mars ou avril à l'hôpital.

Cette énième modification du protocole sanitaire à l’école n’explique pas à elle seule la baisse du nombre de tests, puisque celui-ci diminue dans toutes les catégories d’âge. Le taux de positivité – ratio du nombre de personnes positives sur le nombre de personnes testées –, croit quant à lui dans toutes les catégories d’âge.

Dans les hôpitaux

    Une légère décrue du nombre d’admissions quotidiennes en soins critiques…

Vidéo: Vaccin Covid: le délai pour le rappel ramené à 4 mois (Castex) (AFP)

Pour la première fois au cours de cette cinquième vague, les admissions quotidiennes dans les services de soins critiques sont en recul de 5,7 % la semaine du 10 au 16 janvier (319,1 en moyenne quotidienne sur les sept derniers jours) par rapport à la semaine précédente (338,6) ; le nombre quotidien d’admissions est en baisse depuis six jours consécutifs.

    … mais des hôpitaux toujours très remplis

Le dernier bilan épidémiologique de SPF fait état d’une « hausse des nouvelles admissions à l’hôpital » qui « accentue sensiblement la tension sur la prise en charge hospitalière ».

Au 16 janvier, le nombre quotidien de nouvelles personnes admises à l’hôpital s’élève à 2 317 (en moyenne sur les sept derniers jours), contre 2 080 une semaine plus tôt (+ 11,4 %). La hausse du nombre d’hospitalisations se poursuit donc, et on compte 24 887 personnes hospitalisées au 16 janvier. Les régions les plus touchées sont l’Ile-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Covid-19 : on vous explique pourquoi le calendrier de levée des restrictions sanitaires est critiqué

  Covid-19 : on vous explique pourquoi le calendrier de levée des restrictions sanitaires est critiqué Plusieurs épidémiologistes ont dénoncé un allègement précipité des mesures sanitaires, alors que la France est toujours en pleine cinquième vague de l'épidémie de coronavirus.Le compte à rebours a commencé. Le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé un calendrier de levée progressive des restrictions sanitaires, jeudi 20 janvier. Dans les prochaines semaines, certaines règles comme le port obligatoire du masque en extérieur, l'interdiction des concerts debout ou la fermeture des discothèques vont être abrogées dans toute la France. Le protocole sanitaire à l'école devrait aussi être allégé fin février.

La tension hospitalière reste forte, avec près de 4 000 personnes hospitalisées en soins critiques en raison du Covid-19 dans toute la France au 16 janvier. A titre de comparaison, on comptait près de 5 000 patients en soins critiques au pic de la deuxième vague, près de 6 000 au pic de la troisième et près de 7 000 lors de la première.

Un niveau toujours élevé de patients en soins critiques

En France, au cours de la cinquième vague
Source : Géodes

Enfin, la mortalité liée à l’épidémie reste significative, avec une moyenne quotidienne de 218 décès pour la semaine du 10 au 16 janvier. On dénombre au total près de 9 000 décès liés à cette cinquième vague (8 842 depuis le 15 novembre 2021).

Sur les effets du variant Omicron

    Les données hospitalières semblent confirmer une moindre dangerosité d’Omicron

Santé publique France relève que « le ratio du nombre de cas hospitalisés, par rapport au nombre de cas symptomatiques, a fortement diminué en décembre 2021 ». Il était de 2 hospitalisations pour 100 cas la première semaine de janvier et la dernière semaine de 2021, contre 6 % au début de la 5e vague, 8 % lors de la 4e vague et 13 % lors de la 3e vague.

Dans sa note du 14 janvier, la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) estime, sur la base d’une modélisation à partir des données françaises, que les durées d’hospitalisation « semblent plus courtes pour le variant Omicron que pour le variant Delta ».

    … mais elles sont encore parcellaires

La Drees précise néanmoins que ces résultats « sont préliminaires. Ils gagneront à être complétés par de nouvelles données dans les semaines à venir ».

Covid-19: près de 400 morts en 24 heures en France

  Covid-19: près de 400 morts en 24 heures en France Variant omicron, pass vaccinal, dose de rappel, bilan épidémique, nouveaux traitements… Retrouvez les dernières informations sur la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19.- Le nombre de patients atteints du Covid-19 hospitalisés en soins critiques est resté quasi stable dimanche avec 3 760 malades contre 3 746 samedi, selon les derniers chiffres de Santé publique France. Les contaminations restent à un niveau élevé avec 360 007 cas quotidiens en moyenne sur la semaine écoulée.

Sur la prédominance de ce nouveau variant

    Omicron est devenu ultra majoritaire

Santé publique France confirme dans son dernier bilan hebdomadaire la progression rapide de la diffusion du variant Omicron en France métropolitaine : la part des prélèvements ayant un résultat de criblage correspondant à une suspicion d’Omicron (délétion 69/70, substitution K417N, substitution S371L-S373P, substitution Q493R) s’élève à environ 95 % au 14 janvier (sur sept jours glissants), contre 75 % à la fin de décembre, et environ 10 % deux semaines plus tôt.

Visualisez la part des variants du SARS-CoV-2 qui circulent actuellement en France
    … mais une remontée de Delta n’est pas exclue

Arnaud Fontanet, directeur de l’unité d’épidémiologie des maladies émergentes à l’Institut Pasteur de Paris, mettait toutefois en garde sur France Inter, lundi 17 janvier :

« On est dans cette phase, qui était attendue, où le variant Omicron allait prendre le dessus sur Delta qui était le variant prédominant partout dans le monde. Il n’est pas dit que cet équilibre va rester là où il s’est installé aujourd’hui avec une très forte prédominance d’Omicron. Il n’est pas exclu que Delta remonte dans les semaines qui viennent. »

D’après les données publiées par la Drees, la part des cas de suspicions de variant Omicron (établie sur la base du criblage) est estimée à un peu plus de 30 % des admissions en soins critiques au cours de la semaine du 3 au 9 janvier 2022, contre près de 70 % pour Delta.

Du côté du Royaume-Uni, qui a deux semaines d’avance sur la France, les nouveaux cas détectés ont été divisés par deux entre le pic atteint au début de janvier et le 15 janvier. Le nombre de décès quotidiens commence, lui, à descendre seulement depuis la mi-janvier, à un niveau toujours élevé de 287 décès quotidiens en moyenne sur sept jours, alors que le pic (392) a été atteint le 12 janvier.

INFOGRAPHIES. Cinquième vague du Covid-19 : les Français se déplacent plus et passent moins de temps chez eux que leurs voisins européens .
Selon les données de déplacements publiées par Google, les Français sont aussi plus mobiles que lors des précédents pics de l'épidémie.Chaque jour, les chiffres s'affolent. Avec en moyenne près de 361 000 nouvelles contaminations quotidiennes au 24 janvier, d'après les données de Santé publique France (FPF), la France fait partie des pays dont le nombre de nouveaux cas de Covid-19 est le plus élevé d'Europe.

usr: 0
C'est intéressant!