•   
  •   

France Chantal Jouanno : « Allier transition écologique et démocratie est le défi des années à venir »

11:35  20 janvier  2022
11:35  20 janvier  2022 Source:   lemonde.fr

Sanctions et contre-sanctions entre le Mali et les dirigeants ouest-africains

  Sanctions et contre-sanctions entre le Mali et les dirigeants ouest-africains Le Mali condamne les sanctions prises par les chefs d'Etats ouest-africains. La Cédéao a mis la pression sur la junte au pouvoir à Bamako, accusée de faire traîner la période de transition. View on euronews © ISSOUF SANOGO (AFP) / Harandane Diko (AP Photo) A g. : dirigeants oust-africains lors d'un sommet à Ouagadougou le 14/09/2019 / A dr. : le Col. Assimi Goïta, président de la transition malienne, à Bamako le 24/10/2021 Le Mali condamne les sanctions prises par les chefs d'Etats ouest-africains.

La France est une pionnière de la démocratie . L’aspiration démocratique des personnes qui vivent dans nos territoires est une constante que les taux d’abstention aux élections ne doivent pas masquer. La citoyenneté est vivace et nous devons nous en réjouir, y compris lorsqu’elle s’exprime en Depuis trente ans, il était une constante que ce droit soit progressivement étendu et renforcé. Mais ce mouvement continu connaît depuis quelques années des reculs importants, qu’il convient d’additionner pour en mesurer la portée. Défaut de confiance. La liste de ces reculs – dénoncés par la CNDP, la

La France est une pionnière de la démocratie . L’aspiration démocratique des personnes qui vivent dans nos territoires est une constante que les taux d’abstention aux élections ne doivent pas masquer. La citoyenneté est vivace et nous devons nous en réjouir, y compris lorsqu’elle s’exprime en Depuis trente ans, il était une constante que ce droit soit progressivement étendu et renforcé. Mais ce mouvement continu connaît depuis quelques années des reculs importants, qu’il convient d’additionner pour en mesurer la portée. Défaut de confiance. La liste de ces reculs – dénoncés par la CNDP, la

Les changements radicaux exigés par la lutte contre le dérèglement climatique passent par un dialogue démocratique sincère entre citoyens et gouvernants, rappelle la présidente de la Commission nationale du débat public dans une tribune au « Monde ».

Depuis vingt-cinq ans, les procédures de participation du public aux décisions n’ont cessé de se multiplier. La loi de 2005, qui institutionnalise le principe du débat public, avait, à l’évidence, une double ambition. Une ambition démocratique tout d’abord : la convention d’Aarhus de 1998 visant à accompagner la transition démocratique des pays de l’Est avait posé le principe de l’association du public aux décisions dans le champ de l’environnement. Et une ambition plus utilitariste : multiplier la participation pour limiter les conflits et contentieux. Pour autant, ce droit de la participation est d’abord une conquête citoyenne. Il n’est pas uniquement né de la volonté des parlementaires.

Feehery: Les préoccupations de faux de gauche sur la démocratie, la guerre civile

 Feehery: Les préoccupations de faux de gauche sur la démocratie, la guerre civile © Greg Nash Un isoloir est vu à un bureau de vote de vote par anticipation au centre du gouvernement du comté de Fairfax à Fairfax, en Virginie, le vendredi 17 Septembre 2021. . Un est que nous entrons dans notre troisième année de panique Covid-19, il ne fait aucun doute que le peuple américain se sont nourris avec le non-sens qui vomit de façon continue par les soi-disant experts.

Ce projet est une façon de sensibiliser nos clients, directeur de la communication du groupe. Car le grand magasin est ce lieu où l’on vient acheter, mais aussi humer l’air du temps et quelquefois s’éduquer ». Aujourd’hui, le temple de la consommation s’affiche écolo. Longue à venir , la prise en compte des enjeux environnementaux par l’industrie du vêtement émerge enfin, depuis une courte décennie. « Jusqu’au milieu des années 2000, les problématiques qui agitaient le secteur étaient plutôt sociales, sur l’exploitation des salariés et des sous-traitants, retrace Nathalie Ruelle, professeure à

France Relance c’ est déjà… + de 500 000 demandes MaPrimeRénov’. + de 420 000 bonus écologiques ou primes à la conversion. + de 5 000 bornes de recharge électriques installées dans les aires d’autoroutes. 2 000 dossiers déposés par des PME pour les aides financières Tremplin pour la transition écologique . Pour favoriser l’acquisition de véhicules plus propres et accélérer le renouvellement du parc automobile, le bonus écologique et la prime à conversion ont été renforcés dans le cadre de France Relance pour inciter financièrement à l'achat de véhicules moins émetteurs.

Dans les années 1990, les conflits se multiplient autour des grands projets. Un groupe de personnes ayant « découvert » par la presse le projet de TGV Méditerranée s’auto-organise pour créer ce qui sera le premier débat public. Ce groupe interroge les pouvoirs publics, collecte de l’information, se forge sa propre opinion sur le projet, organise des débats où chaque personne a le même temps de parole. Cette initiative a clairement inspiré la création de la Commission nationale du débat public (CNDP).

A Lyon, la mairie multiplie les expérimentations pour un exercice partagé du pouvoir local

Après vingt-cinq ans d’existence, nous pouvons affirmer que le débat public a un impact réel sur les décisions. Les statistiques l’attestent puisque 58 % des projets sortent profondément modifiés d’un débat public. Nous entretenons un dialogue démocratique quotidien, sur le terrain, ancré dans les territoires grâce aux 150 concertations et débats publics que nous organisons chaque année. Cet historique et cette présence concrète nous permettent de revendiquer une expertise et une expérience unique en matière de participation citoyenne. Nous connaissons les règles à respecter et les erreurs à ne pas commettre. Nous savons que la défiance à l’égard des responsables n’est que le reflet de celle dont ces derniers font preuve à l’égard du public.

Les Maliens ont manifesté en masse à Bamako et dans les autres grandes villes du pays

  Les Maliens ont manifesté en masse à Bamako et dans les autres grandes villes du pays Une foule monstre dans les rues de Bamako et des rassemblements également dans les autres grandes villes du pays, ce vendredi 14 janvier 2022 au Mali. Les Maliens ont répondu ainsi massivement à l'appel des autorités de la Transition qui, dans un communiqué lu dimanche dernier à la télévision nationale, ont lancé un appel à la mobilisation pour dire non aux sanctions de la Cédéao. Avec notre correspondant à Bamako, Kaourou Magassa En cette finAvec notre correspondant à Bamako, Kaourou Magassa

En communication, tout est question de méthode. Pour préparer une présentation, il est nécessaire de se poser les bonnes questions dans le bon ordre, définir un message, structurer son exposé… C’ est à cela que servent les mots de transition : aider votre public à se repérer dans votre présentation et suivre votre raisonnement. Et quand vous communiquez pour convaincre, à des fins pédagogiques ou lorsque vous faites de la vulgarisation scientifique, les mots de transition sont absolument incontournables.

Notre enquête est le produit d’une prise de conscience en deux temps du danger – existentiel – que les manipulations de l’information font peser sur nos démocraties . Leur actualité récente est liée à la combinaison de deux facteurs : d’une part, les capacités inédites de diffusion rapide et de viralité offertes par internet et les réseaux sociaux, couplées, d’autre part, à la crise de confiance que vivent nos démocraties et qui dévalue la parole publique allant jusqu’à relativiser la notion même de vérité.

Gouverner avec sincérité


Vidéo: Présidentielle: les sondages d’opinion influencent-ils les électeurs sur le choix de leur candidat? (Le Figaro)

La démocratie du quotidien est fragile, et son instrumentalisation politique dangereuse. Elle est fragile, car elle exige que les responsables soient sincères, qu’ils aient réellement l’intention de partager la décision avec le public, que les règles du jeu soient claires, garanties par la loi et par une instance indépendante de toutes les parties prenantes. La démocratie exige des règles et un défenseur de ces règles pour que toute personne ait la confiance qui l’incitera à « jouer le jeu ».

Gouverner autrement, c’est gouverner avec sincérité, avec clarté, avec le plus grand respect de chaque personne y compris les plus fervents opposants. C’est considérer que les bonnes décisions ne sont pas uniquement celles des expertes ou des experts, mais aussi celles nourries de l’expertise du quotidien, celles éclairées par la parole des personnes concernées. Cette exigence démocratique s’impose à toutes les personnes élues comme à l’ensemble des responsables, et notamment à celles et ceux qui se disent expertes ou experts.

Qui a le courage de résister à la règle autoritaire?

 Qui a le courage de résister à la règle autoritaire? © Greg Nash Le Capitol est vu de la Plaza avant-direction au coucher du soleil le mercredi 5 janvier 2022. Il y a plus de trente-deux ans, Haut-parleur de la maison Tom Foley (D-Wash.) ME PRÉSIDENT PRÉSIDENT D'UN SPÉCIAL BI- Le groupe de travail partisan House pour aider les parlements d'Europe centrale et orientale à convertir de la règle communiste autoritaire à la démocratie après la chute du mur de Berlin.

Il est le plus grand architecte français de la Renaissance. Il vécut au 16eme siècle et ses travaux principaux étaient le château d'Anet et le pont du château de Chenonceau, et il a également achevé le palais de Fontainebleau. Le XVIII siècle de l'histoire a été appelé le Siècle des Lumières, car c' est au XVIIIe siècle que les connaissances scientifiques qui ne possédaient et n' étaient disponibles que pour un cercle limité de personnes se sont répandues de l'extérieur. Pourquoi est né le mouvement de la Réforme en France ?

Quelle nouvelle activité est proposée cette année au salon ? 6. Pour un adulte, quel est le prix d’une entrée achetée sur place ? Guide d’achat de l’ordinateur portable. Utile dans la vie privée et pro-fessionnelle, quel est l ’ordina-teur portable idéal ? Suivez nos conseils ! Comparez ! Avant de faire cet achat, vous devez compa-rer les ordinateurs en fonction du poids, de la taille, etc. Bref : réfléchir à l’utilisation que vous allez en faire et non pas en fonction du prix, même mini !

La démocratie représentative et la démocratie participative s’enrichissent mutuellement et les responsables politiques de terrain portent de nombreuses initiatives. Par contre, les personnes dites expertes ont une relation plus suspicieuse à l’égard de la démocratie participative considérant que l’expertise est le préalable incontournable à toute bonne décision. Cette République de l’expertise, si puissante en France, renvoie trop souvent une image de défiance, parfois de mépris, à l’égard des publics.

C’est une situation dangereuse à l’heure des changements radicaux exigés par la nécessaire transition écologique. Cette transition doit définir dans un temps rapide un nouveau modèle de société. Elle peut rassembler ou profondément diviser car ce modèle peut être choisi ou imposé par les exigences de l’expertise. Il peut être démocratique ou non. Allier transition écologique et démocratie est le défi des années à venir, un défi que la Commission nationale du débat public contribue à éclairer.

Cynthia Fleury : « Concentrons-nous sur le droit d’expérimentation démocratique »

Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public

Cet article est réalisé dans le cadre de l’événement « Place de la république », en partenariat avec la Ville de Lyon.

«Pour l'acquittement de Saïd Djabelkhir et la liberté scientifique en Algérie» .
FIGAROVOX/TRIBUNE - Dix-neuf intellectuels et essayistes, parmi lesquels Boualem Sansal, Chantal Delsol et Rémi Brague invitent la Cour constitutionnelle algérienne à censurer la loi ayant conduit à la condamnation de l'islamologue pour «blasphème».Dans les prochaines semaines, la Cour constitutionnelle algérienne jugera le cas de l'islamologue Saïd Djabelkhir, condamné le 21 avril 2021 à une peine de trois ans de prison et à une amende de 50 000 dinars pour « offense à l'islam » et « dénigrement du dogme » et « des préceptes de l'islam » en vertu de l'article 144 bis du Code pénal algérien réprimant le blasphème.

usr: 1
C'est intéressant!