•   
  •   

France Affaire Benalla : le préfet de police a-t-il menti sous serment ?

14:55  07 août  2018
14:55  07 août  2018 Source:   liberation.fr

Affaire Benalla : 150 manifestants à Paris pour "aller chercher Macron"

  Affaire Benalla : 150 manifestants à Paris pour Dix jours après le début de l'affaire Benalla, environ 150 personnes ont manifesté samedi, près du siège de la République en marche à Paris pour "chercher" le chef de l'État.Environ 150 personnes ont manifesté samedi près du siège de La République en marche (LREM) à Paris pour "aller chercher Macron", dix jours après le début de l'affaire Benalla, l'ex-collaborateur du président de la République filmé molestant des manifestants le 1er mai.

Information aussi retrouvée dans la bouche du préfet de police de Paris lui -même, Michel Delpuech. Auditionné sous serment par la commission des lois de l ’Assemblée nationale le 23 juillet, le haut gradé avait Affaire Benalla : « Le parquet aurait probablement dû saisir l 'IGPN dès le mois de mai».

Pour les articles homonymes, voir Benalla . L ' affaire Benalla est une affaire judiciaire et politico-médiatique française. Son déclencheur et principal protagoniste est Alexandre Benalla , chargé de mission

Michel Delpuech lors de son audition à l'Assemblée nationale le 23 juillet. © Corentin FOHLEN Michel Delpuech lors de son audition à l'Assemblée nationale le 23 juillet.

«Le Monde» révèle le contenu des réponses des services de police au procureur de la République de Paris, qui avait demandé la raison pour laquelle le couple molesté par Benalla le 1er mai n’avait pas été interpellé. Et l’une des réponses met à mal une déclaration de Michel Delpuech.

Deux semaines après les questions, le temps des réponses. Le 25 juillet, le procureur de la République de Paris, François Molins, avait adressé un courrier, révélé par le Monde, au directeur de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP). L’objet de la missive était de comprendre pourquoi aucune charge n’avait été retenue à l’encontre du couple molesté par Alexandre Benalla le 1er mai, sur la place de la Contrescarpe à Paris. Sur une vidéo révélée par Libération, on pouvait voir des manifestants – parmi lesquels ces deux jeunes gens – lancer des projectiles en direction des forces de l’ordre. Des instants qui se situent en amont de l’interpellation musclée opérée par l’ex-chargé de mission à l’Elysée. Le parquet de Paris avait dans la foulée ouvert une enquête préliminaire sur les violences commises sur les policiers.

Affaire Benalla : l'entourage de Collomb sur le grill de la commission du Sénat

  Affaire Benalla : l'entourage de Collomb sur le grill de la commission du Sénat Dans le cadre de l'affaire Benalla, le chef de cabinet du ministre de l'Intérieur, Jean-Marie Girier, est auditionné par les sénateurs lundi. Mardi, ce sera au tour de Christophe Castaner, le patron d'En Marche, de s'expliquer.Les auditions continuent dans l'affaire Benalla.  Lundi, c’est l’entourage du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, qui est prié de s'expliquer sous serment. La commission d’enquête du Sénat entendra mardi matin, Christophe Castaner, le délégué général de la République En Marche.

Le préfet de police dit alors avoir estimé que le cas Benalla avait été "traité" par le cabinet de l 'Elysée. Affaire Benala: sous serment , un cadre de la préfecture étrille la version de l 'Elysée - Продолжительность: 3:01 Danyell Yoo 36 просмотров.

Interrogé par la commission d'enquête parlementaire, le ministre de l 'Intérieur a démenti connaitre Alexandre Benalla et nié toute faute dans la gestion des

«Pas la même intensité»

Le Monde révèle dans son édition de mardi le contenu des réponses de la police au magistrat. Et selon les forces de l’ordre, la raison pour laquelle le couple n’a pas été inquiété tient essentiellement aux circonstances du 1er mai. Ce soir-là, selon le directeur de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne, Frédéric Dupuch, les locaux du commissariat de police situés près de la gare du Nord, destinés à accueillir les personnes arrêtées au cours de la journée, étaient saturés en raison des nombreuses interpellations. «Priorité [avait] été donnée aux individus suspectés d’avoir participé aux actions les plus violentes, porteurs d’armes, de vêtements noirs, foulards, accessoires de dissimulation, c’est-à-dire les potentiels membres des Black Blocs», a répondu le directeur de la DSPAP, cité par le quotidien du soir. Le directeur de la sécurité aurait néanmoins déploré cette absence de poursuites à l’encontre du couple, avant de détailler le contexte : «Les violences de la place de la Contrescarpe ne revêtaient pas la même intensité» que les faits commis plus tôt dans la journée, comme l’incendie du McDonald de la Gare d’Austerlitz, a étayé Frédéric Dupuch.

Affaire Benalla : Collomb a reçu les syndicats de police

  Affaire Benalla : Collomb a reçu les syndicats de police Sur fond de malaise et dans un contexte où les éléments sur l'affaire Benalla continuent de voir le jour, le ministre de l'Intérieur a tenu à rassurer les syndicats de police.   © AFP Affaire Benalla : Collomb a reçu les syndicats de police Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a reçu et "rassuré" mardi les syndicats de police, ulcérés par les agissements d'Alexandre Benalla et inquiets des "répercussions très négatives" de cette affaire "sur le travail des forces de l'ordre", ont indiqué les syndicats et la place Beauvau.

REPLAY - Affaire BENALLA : Audition de Michel Delpuech, Préfet de police de Paris - Продолжительность: 19:01 FRANCE 24 11 713 просмотров. Affaire Benalla : le porte-parole de l’Élysée a - t - il menti jeudi?

Le ministre de l 'Intérieur, particulièrement sous pression, s'est dédouané de toute responsabilité dans la crise Benalla , soulignant que c'était L 'opposition accuse le pouvoir d'avoir voulu étouffer l ' affaire . L 'audition du préfet de police de Paris, Michel Delpuech, à l 'Assemblée nationale, est quant à elle

Véritable identité

Le responsable policier fait aussi valoir le fait que le couple de trentenaires n’avait «aucun antécédent au TAJ», le fichier de traitement d’antécédents judiciaires commun à la police et à la gendarmerie nationales. Cette réponse n’aurait pourtant pas contenté François Molins, poursuit le Monde, qui s’est ensuite tourné vers les policiers de la Sûreté territoriale de Paris. Si ce service corrobore la priorité qui fut donnée le 1er mai aux personnes suspectées d’appartenir aux Black Blocs, il fournit d’autres détails.

Selon le rapport des officiers de police judiciaire, les personnes relâchées ce soir-là sont celles qui n’avaient pas porté «d’atteintes particulières ou dangereuses» à l’encontre des policiers. La Sûreté territoriale vient surtout contredire une information qui avait été relayée par plusieurs médias, selon laquelle le couple avait tenté de dissimuler sa véritable identité lors de son interpellation.

Information aussi retrouvée dans la bouche du préfet de police de Paris lui-même, Michel Delpuech. Auditionné sous serment par la commission des lois de l’Assemblée nationale le 23 juillet, le haut gradé avait assuré aux députés que les deux jeunes gens n’avaient pas leurs papiers d’identité au moment de l’interpellation et qu’ils avaient fait état de «fausses identités». Pourtant, selon les éléments que la Sûreté territoriale a communiqués à François Molins, dévoilés par le Monde, le jeune homme a obtempéré et décliné son identité, à l’instar de sa compagne qui a présenté ses papiers.

Ces témoignages de police qui fragilisent un peu plus la version de Benalla .
<p>Selon les témoignages de police recueillis par le procureur de la République François Molins, le couple molesté par Alexandre Benalla sur la place de la Contrescarpe n'avait pas commis de violences "graves" ou "répétées" contre les CRS.</p>Ce sont de nouveaux témoignages qui fragilisent un peu plus la ligne de défense d'Alexandre Benalla. Dans des courriers adressés au procureur de la République de Paris, François Molins, auxquels Le Monde a eu accès, deux services de polices contredisent la version du chargé de mission de l'Elysée sur les événements intervenus place de la Contrescarpe à Paris, le 1er-Mai 2018.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!