•   
  •   

France Fin de vie : deux tiers des Français n’ont pas accès aux soins palliatifs

08:20  09 décembre  2022
08:20  09 décembre  2022 Source:   europe1.fr

New Butterwick Hospice Boss promet de «développer un nouveau chapitre de l'histoire remarquable de Charity»

 New Butterwick Hospice Boss promet de «développer un nouveau chapitre de l'histoire remarquable de Charity» Un comptable a été nommé nouveau patron d'un hospice Teesside très apprécié. Edward Gorringe prend le relais à la tête des soins palliatifs de Butterwick à une période difficile pour tous les organismes de bienfaisance suivant la pandémie et maintenant la crise du coût de la vie . L'hospice a été créé il y a près de 40 ans par Mary Butterwick, qui a mis toutes ses économies à acheter une propriété en ruine sur Hartburn Lane, à Stockton, pour créer le John Butterwick Day Center en 1984. M.

La loi Claeys-Leonetti, qui autorise l'accès aux soins palliatifs, doit-elle évoluer ? C'est la question que sera posée à 150 Français, tirés au sort, qui débattront de l'avenir de la loi dès ce jeudi. Si la question divise, le constat est accablant : malgré cette loi, près de deux tiers des Français n'a pas accès aux soins palliatifs. © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP La loi Claeys-Leonetti, qui autorise l'accès aux soins palliatifs, doit-elle évoluer ? C'est la question que sera posée à 150 Français, tirés au sort, qui débattront de l'avenir de la loi dès ce jeudi. Si la question divise, le constat est accablant : malgré cette loi, près de deux tiers des Français n'a pas accès aux soins palliatifs.

Faut-il changer la loi sur la fin de vie ? À partir de ce jeudi, 150 Français tirés au sort vont en débattre afin de rendre leurs conclusions sur le sujet au gouvernement au printemps prochain, sans garantie sur leur mise en œuvre. Le but est de réfléchir à l'opportunité de changer, ou pas, la loi existante, dite Claeys-Leonetti, qui interdit euthanasie et suicide assisté. Les anti-euthanasie en France prônent le fait que l'on peut déjà mourir dans la dignité en France, grâce aux unités de soins palliatifs qui permettent de soulager et d'accompagner les personnes jusqu'à la fin, sans mettre un terme à leurs vies volontairement.

Pele «Obtenir des soins palliatifs de fin de vie à l'hôpital»

 Pele «Obtenir des soins palliatifs de fin de vie à l'hôpital» Pelé recevrait des soins palliatifs de fin de vie à l'hôpital. © fourni par Bang Showbiz Pelé L'icône de football, 82 ans, qui subit un traitement de chimiothérapie depuis septembre 2021, ne répondrait plus au traitement alors qu'il lutte contre le cancer de l'intestin. Il a été emmené à l'hôpital mardi et Folha à Sao Paulo déclare qu'il ne sera plus soumis à des tests ou un traitement invasifs.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Mais en France, les soins palliatifs sont totalement insuffisants. Près deux tiers des Français n'ont pas accès aux soins palliatifs et seulement 30% des personnes des personnes qui ont besoin de ces soins peuvent réellement en bénéficier selon les associations. Et pour cause, en France, 26 départements sont totalement dépourvus d'unités de soins palliatifs.

Le sentiment "qu'on meurt mal en France"

"Ces Français là, soit ils ne peuvent pas bénéficier d’un accompagnement de qualité, soit ils sont obligés de partir loin de chez eux et de leurs proches", regrette la médecin et présidente de la société française d'accompagnement et de soins palliatif, Claire Fourcade. "C’est à cause de cette mauvaise diffusion des soins palliatifs en France qu’on a ce sentiment persistant chez nos compatriotes qu’on meurt mal en France", explique-t-elle au micro d'Europe 1.

En France, 7.500 lits sont consacrés à la prise en charge des personnes en fin de vie. Cela représente 2,8 lits pour 100.000 habitants. Il faudrait au moins 5 lits pour 100 000 habitants pour que tout le monde ait accès aux soins palliatifs.

Fin de vie: l'appel des bénévoles en soins palliatifs .
FIGAROVOX/TRIBUNE - Dans une tribune commune, les accompagnants bénévoles en soins palliatifs regroupés dans le «Collectif francilien» font part de leur expérience d'accompagnement de la fin de vie et expriment leurs inquiétudes quant à une éventuelle légalisation de l'euthanasie.Nous sommes des bénévoles qui nous relayons jour après jour auprès de personnes en fin de vie dans un parcours de soins palliatifs. Notre mission est d'accompagner les malades en les écoutant, en les soutenant, avec respect, bienveillance et humanité.

usr: 1
C'est intéressant!