•   
  •   

FranceGilets jaunes: le double jeu scandaleux et irresponsable de la CGT

18:25  06 décembre  2018
18:25  06 décembre  2018 Source:   lefigaro.fr

"Gilets jaunes" : Macron "ne confond pas les casseurs avec ceux qui veulent faire passer un message"

Le président s'est exprimé mardi depuis l'Élysée, adoucissant nettement le ton à l'égard des mécontents du mouvement des "gilets jaunes". require(["binding"], function (binding) { binding("wcVideoPlayer", "#video_player_9ce73734-1616-4414-80a0-20040c4cacbd").all(); }); Le changement de ton et de style est net. Mardi, depuis l'Élysée où il s'exprimait pour présenter la trajectoire énergétique de la France, Emmanuel Macron a eu des mots compréhensifs pour les "gilets jaunes".

Quelques coups de gueule citoyens, l’idée d’un gilet jaune et les réseaux sociaux firent le reste : une traînée de La traditionnelle lutte des classes se double désormais d’une lutte des espaces : la « Ce n’est pas là le fait du gouvernement craintif de la mobilisation prévue des gilets jaunes , mais la

Sylvain Moreno, le responsable de la CGT du groupe, aurait aimé que la confédération appuie plus globalement les « gilets jaunes ». Il en a discuté lundi lors d’une réunion à l’union départementale de Haute-Garonne. Sans succès. La confédération reste sur un appel à une grande journée d’action

LE SCAN ÉCO - A deux heures d'intervalles, la centrale dirigée par Philippe Martinez salue la porte ouverte au dialogue par le gouvernement avant de décliner l'invitation de se rendre, vendredi, au ministère du Travail pour discuter d'une sortie de crise. Pis, pas une fois elle ne condamne la violence autre que... gouvernementale.

Gilets jaunes: le double jeu scandaleux et irresponsable de la CGT © Sébastien SORIANO/Le Figaro Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT.

Mais à quoi joue donc Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT? Son attitude tranche en effet avec celle de Laurent Berger, son alter ego de la CFDT, qui se démultiplie depuis trois semaines dans tous les médias pour tenter de trouver une issue à la crise actuelle. Le patron de la centrale de Montreuil est, lui, aux abonnés pour le moins absents depuis le début du mouvement des «gilets jaunes». On ne le voit pas, on ne l'entend presque pas. Certes, Philippe Martinez a réclamé dès la première mobilisation, le 17 novembre, une augmentation du smic -à 1800 euros brut par mois, une vieille revendication- pour tenter de calmer la grogne «légitime» des Français. Certes, il a appelé les citoyens à manifester, comme chaque année, le 1er décembre pour les sans-emploi et sans voir d'un mauvais œil une forme de coagulation des luttes, qu'il appelait d'ailleurs de ses vœux dans un entretien au Figaro pas plus tard qu'il y a deux mois. «Moi, en général, j'ai un gilet rouge, c'est la couleur de la CGT, a-t-il déclaré d'ailleurs sur Franceinfo il y a une semaine. Mais rien ne s'oppose à ce qu'il y ait des gilets rouges à côté de gilets jaunes».

Le bus Nantais bloqué par des gilets jaunes

Le bus Nantais bloqué par des gilets jaunes La vie en jaune. Fessés par Saint-Etienne (3-0) vendredi soir, les Nantais espéraient rentrer tranquillement chez eux. Raté : un barrage de gilets jaunes a forcé les Canaris à une petite halte alors qu’ils prenaient le chemin de l’aéroport. Voyant la foule massée, le chauffeur du bus a bien évidemment freiné : voilà ce qui s'appelle, dans le milieu des routiers, éviter un carton jaune. Descendus du bus, les joueurs et membres du staff ont pu échanger avec les contestataires. Gilets jaunes et tuniques jaunes, la rencontre a donc bien eu lieu.

Dans l’émission de ce jour , nous irons de Montpellier à l’Alsace en passant par Saint Saint-Nazaire pour pour analyser le mouvement des gilets jaunes qui nous revenons sur la soirée , qui se tenait à la Médiathèque Françoise Sagan le 8 Novembre dernier . il fut question de la Présentation du livre La

Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Mais le leader syndical a franchi ce jeudi une ligne (rouge), en affichant au grand jour son double jeu préjudiciable pour ne pas dire irresponsable. D'un côté, le dirigeant de la CGT -qui prépare, il ne faut pas l'oublier, le congrès de Dijon en mai au cours duquel il entend briguer un second mandat- a participé à la réunion des numéros un des centrales syndicales qui s'est déroulée à la CFDT et cosigné, dans la foulée, un communiqué unitaire -seul Solidaires (les syndicats SUD) a refusé de parapher le texte- plutôt apaisant. «Aujourd'hui, dans un climat très dégradé, la mobilisation des gilets jaunes a permis l'expression d'une colère légitime. Le gouvernement, avec beaucoup de retard, a enfin ouvert les portes du dialogue», reconnaît ainsi la déclaration commune signée par la CFDT, FO, la CFE-CGC, la CFTC, l'UNSA, la FSU et donc la CGT (mais que l'on ne trouve pas sur son site).

Gilets jaunes : un fusil d’assaut dérobé par des casseurs

Gilets jaunes : un fusil d’assaut dérobé par des casseurs L’arme appartient à une compagnie de sécurisation et d’intervention qui a été prise à partie, en marge des manifestations. Conformément à une rumeur qui circulait l’après-midi sur les réseaux sociaux, un fusil d’assaut des forces de l’ordre a bien été dérobé par des casseurs, ce samedi, en marge des manifestations de Gilets jaunes à Paris. L’arme, un modèle HK G36, appartient à une compagnie de sécurisation et d’intervention. Celle-ci a été prise à partie près de la station Iéna, dans le XVIe arrondissement. Des casseurs semblent avoir profité de la confusion occasionnée pour voler le fusil.

« Gilets jaunes » : le point de bascule du quinquennat. Jérôme Fenoglio. Directeur du "Monde". Jeux . Elles sont, selon lui, le fait de personnes issues « de l ’ultragauche, de l ’ultradroite et de la radicalisation d’un certain nombre de gens » venant des « gilets jaunes », indique-t-il au Monde.

Organisé par un compte nommé Gilets Jaunes En Colère, l’événement intéresse plus de 43 000 personnes. Sur les Champs-Elysées que des manifestants, sans autorisation préfectorale, ont investis, les forces de l ’ordre ont chargé sans ménagment et gazé avec force lacrymogènes, dès le

Avant de préciser que lesdites organisations «s'y engageront (au dialogue), chacune avec ses propres revendications et propositions, en commun chaque fois que cela sera possible», pointant du doigt «les sujets du pouvoir d'achat, des salaires, du logement, des transports, de la présence et de l'accessibilité des services publics, de la fiscalité» qui devront «trouver enfin des débouchés concrets, créant les conditions sociales d'une transition écologique efficace parce que juste». Un discours responsable visant donc plutôt à calmer le jeu et trouver une sortie positive au conflit actuel.

Mais moins de deux heures plus tard, la CGT a publié, seule, un autre communiqué qui dit tout le contraire et remet de l'huile sur le feu. Son titre, «le gouvernement joue à l'incendiaire social: c'est irresponsable!», résume à lui seul le contenu d'un texte où pas une seule fois les exactions et saccages commis, notamment les deux derniers samedis à Paris, ne sont condamnés. Au contraire. Morceaux choisis. «La CGT s'indigne et condamne fermement l'attitude du gouvernement qui répond par la seule violence aux légitimes exigences qui s'expriment diversement dans tout le pays», commence ainsi par écrire la centrale dirigée par Philippe Martinez, avant de parler de la «répression inadmissible» que subit notmamment la jeunesse. «La CGT ne peut pas accepter que le pouvoir frappe et tape nos enfants, ceux de la République!», poursuit le syndicat qui a perdu, faut-il le rappeler, en 2017 sa place de première organisation représentative dans le privé et joue aujourd'hui même, avec les élections dans la fonction publique, la première place tous secteurs (public et privé) confondus.

France 2 déprogramme DiCaprio ce dimanche pour une soirée spéciale Gilets jaunes

France 2 déprogramme DiCaprio ce dimanche pour une soirée spéciale Gilets jaunes La chaîne a décidé de modifier ses programmes pour proposer une émission sur les Gilets jaunes. Elle sera pilotée par Léa Salamé et Thomas Sotto.

La CGT des Yvelines remontée contre… les Gilets jaunes locaux. La centrale syndicale a publié ce mardi un communiqué pour dénoncer la présence de Dieudonné, samedi soir, au péage de « La présence du propagandiste antisémite est un des éléments qui confirment l’analyse de la CGT . »

Tous condamnent des propos « scandaleux » et « irresponsables ». Un point de vue partagé dans les rangs de La France insoumise qui dénoncent des «propos irresponsables ». «Lors d'un grand événement sportif ou culturel, les participants seraient-ils responsables des actes d'une ultraminorité?

Mais le pire reste à venir... «Gouvernements et patronat, qui depuis des années, restent sourds à tout progrès social, qui s'accaparent les richesses que les travailleurs créent, sont responsables de la désespérance qu'ils tentent de faire payer à la jeunesse», dénonce ensuite immédiatement la centrale qui, après avoir rappelé qu'elle «n'a jamais prôné l'action violente» -et c'est tout!- poursuit en affirmant que «la violence est d'abord sociale» et qu'il y a donc «urgence à augmenter le SMIC à 1800 euros, les pensions, les minima sociaux, le dégel du point d'indice. Urgence à instaurer une réelle justice fiscale qui fasse contribuer les plus riches, à développer des politiques publiques de transport et logement qui répondent aux besoins de la population». Des préalables, précise-t-elle sans sourciller, à toute sortie de crise... On notera, au passage, que pas une fois la CGT ne condamnent les violences autres que policières et gouvernementales, reprenant ainsi la propagande des «gilets jaunes».

La centrale dirigée par Philippe Martinez refuse ensuite l'invitation du gouvernement à la réunion qui doit se tenir ce vendredi au ministère du Travail «pour discuter de la méthode et du calendrier des mises en œuvre et décisions (mais lesquelles?) annoncées par le Premier ministre» et «exige maintenant l'ouverture immédiate de négociations sur l'urgence sociale». Comme les «gilets jaunes», Philippe Martinez réclame mais refuse de discuter, confirmant même «son appel aux travailleurs à se réunir et à décider de l'action sur les lieux de travail». Bref, à faire grève et bloquer le pays, pas plus tard que le 14 décembre, date choisie par la centrale pour l'organisation d'une «journée d'actions nationale» contre le gouvernement.

Gilets jaunes : France 2 déprogramme son prime pour une émission spéciale

Gilets jaunes : France 2 déprogramme son prime pour une émission spéciale L'émission proposée par France 2 sera présentée par Léa Salamé et Thomas Sotto. Un débat sera organisé entre les personnalités politiques, des membres de la société civile et des représentants des Gilets jaunes. Ce dimanche 2 décembre, France 2 a décidé de bouleverser sa grille. La chaîne du service public a déprogrammé son prime pour proposer une émission intitulée "Gilets jaunes : la France en crise" à 20h40. Présentée par Léa Salamé et Thomas Sotto, cette émission spéciale reviendra sur les incidents survenus dans la capitale le samedi 1er décembre. ⋙ Gilets jaunes : Emmanuel Macron réagit après les violences à Paris (VIDEO)Sur le plateau, les deux présentateurs recevront des personnalités politiques mais aussi des représentants du mouvement des gilets jaunes. Outre les évènements qui se sont déroulés ce week-end, ils reviendront également sur les revendications exprimées depuis le début de la mobilisation ainsi que les perspectives de sortie de crise. Un programme chargé donc ! Pour ce qui est de l'émission de Laurent Delahousse qui était initialement prévue ce soir "20h30, le mag", elle sera diffusée en deuxième partie de soirée. Le journaliste recevra Michel Polnareff sur son plateau. ⋙ Gilets jaunes : Hugo Clément blessé après avoir été "percuté par un projectile en plein visage" (PHOTOS)Si France 2 a décidé de se consacrer à l'actualité des gilets jaunes, c'est aussi le cas de TF1 et M6. Tandis que l'émission d'Harry Roselmack, Sept à huit, porte ce dimanche 2 décembre sur les gilets jaunes, la sixième chaîne a également programmé une émission spéciale le 5 décembre prochain.

Une des figures médiatiques de la mobilisation des Gilets jaunes et initiateur du blocage du 17 novembre, Eric Drouet, a estimé sur le plateau de BFM TV ce 5 décembre qu'un des objectifs de la prochaine mobilisation, fixée au 8 décembre, serait de pénétrer dans l'Elysée. Invité à débattre face

Les fédérations CGT et FO du secteur du transport routier ont appelé pour leur part à la grève à partir de dimanche soir pour une durée indéterminée. La situation est également tendue dans les lycées. Trois semaines de blocage. Les premières mesures prises, parmi les plus demandées par les " gilets

AUSSI SUR MSN: "Gilets jaunes" : les syndicats cherchent leur place

"Gilets jaunes": 1.723 personnes interpellées samedi en France.
C'est un bilan sans précédent dans l'histoire récente du maintien de l'ordre : plus de 1.700 personnes ont été interpellées samedi en France. © AFP - BORIS HORVAT "Gilets jaunes": 1.723 personnes interpellées samedi en France Quelque 136.000 personnes ont participé samedi en France aux manifestations liées au mouvement des "Gilets jaunes", qui ont donné lieu sur tout le territoire à 1.723 interpellations, dont 1.220 gardes à vue, selon un bilan consolidé diffusé dimanche par le ministère de l'Intérieur.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!