•   
  •   

FranceQui se cache derrière la marche anti-gilets jaunes du 27 janvier ?

17:25  11 janvier  2019
17:25  11 janvier  2019 Source:   nouvelobs.com

"Gilets jaunes": près de 60% des radars routiers dégradés en France

"Près de 60%" des radars routiers ont été dégradés depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", a déclaré jeudi le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. © AFP/Archives - DOMINIQUE FAGET "Gilets jaunes": "près de 60%" des radars routiers dégradés "Près de 60%" des radars routiers ont été dégradés depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", a déclaré jeudi le ministre de l' "Près de 60% des radars aujourd'hui ont été neutralisés, attaqués, détruits par celles et ceux qui se revendiquent de ce mouvement-là", a dit le ministre à la presse après avoir présenté ses voeux

Mais vous aller comprendre que derrière ce mouvement de révolte de Mai 68 se cachait en faite une refonte du système économique capitaliste Français qui de sa sphère national Son but , libérer le marché économique Français de son conservatisme nationale pour l’ ouvrir au marché mondiale .

Qui est derrière cet événement lancé sur Facebook? L'événement Facebook de la marche du 27 janvier . Certains Gilets jaunes , notamment en région, ont déjà laissé entendre qu'il pourrait organiser des contre-événements. A Paris, le 27 janvier , également à 14 heures place de la

Les "Foulards rouges" veulent en finir avec les "débordements, incivilités, agressions et délits" des "gilets jaunes".

Qui se cache derrière la marche anti-gilets jaunes du 27 janvier ? © Copyright 2019, L'Obs Les "Foulards rouges" veulent en finir avec les "débordements, incivilités, agressions et délits" des "gilets jaunes".

Organiser la riposte face aux "gilets jaunes". Tel est l'objectif de Laurent, ingénieur toulousain, et de Théo Poulard, boulanger breton. Les deux hommes préparent la "Marche républicaine des libertés", le 27 janvier à Paris, pour en finir avec les "débordements, incivilités, agressions et délits" des "gilets jaunes".

C'est Laurent, ingénieur dans l'industrie, - il préfère qu'on ne publie pas son nom -, qui a eu l'idée de lancer cette mobilisation. Choqué par les violences des manifestations des samedis précédents, lors des actes 2, 3 et 4 du mouvement, il a d'abord cru à un apaisement après avoir entendu les mesures annoncées, le 10 décembre, par Emmanuel Macron pour répondre aux "gilets jaunes". Au "Monde", qui l'a interrogé, il a raconté avoir été ulcéré lorsqu'il a entendu les "gilets jaunes" interviewés sur les ronds-points dire que le président n’avait rien fait. "Mettre 10 milliards d’euros sur la table, ce n’est pas rien !", s'est-il indigné.

Gilets jaunes: des incidents à Bourges lors de l’acte 9

Gilets jaunes: des incidents à Bourges lors de l’acte 9 Ils étaient environ 5 000 "gilets jaunes" à défiler tranquillement, samedi 12 janvier dans l’après-midi, sur les boulevards entourant la ville de Bourges (Cher). Des manifestants de toutes générations venus afin d’exprimer, une fois de plus, les raisons de leur mécontentement. "Nous ne sommes pas des casseurs", affirment comme un leitmotiv plusieurs d'entre eux. Des affrontements sporadiques pendant tout l’après-midi La préfète du Cher avait interdit tout rassemblement dans le centre-ville de Bourges. La tension est montée d’un cran quand un groupe de "gilets jaunes" a décidé d’entrer dans les rues du centre historique de la ville. C’est d’abord un face-à-face tendu entre manifestants et CRS dans les ruelles de la vieille ville. La situation dégénère rapidement. Tir de grenades lacrymogènes, charges des policiers… Des affrontements sporadiques se sont poursuivis pendant tout l’après-midi. Si quelques feux de poubelles ont eu lieu, pas de voitures brûlées ni de commerces attaqués ne sont à déplorer. 11 personnes ont été blessées, dont deux CRS.

Nous avons reformulé votre question initiale: «Qui est derrière la Marche Républicaine des Libertés du 20 janvier prochain? L’organisateur STOP. Après avoir partagé son évènement de soutien au président de la République dans plusieurs groupes Facebook contre les blocages des gilets jaunes

Son initiateur se défend d'être un opposant aux " gilets jaunes ". Alors qu'un acte 7 des " gilets jaunes " se prépare pour ce samedi 29 décembre, un appel à une marche de soutien à Emmanuel Macron, baptisée " Marche républicaine des libertés", a été lancé sur Facebook pour le 27 janvier prochain.

Fusion d'initiatives

Il crée alors une page Facebook, intitulée "Gilets jaunes, maintenant ça suffit !", qu’il rebaptise très vite : "STOP. Maintenant ça suffit". Puis il lance un appel à manifester en soutien à Emmanuel Macron, qu’il diffuse à Noël auprès de son réseau macroniste  - il a adhéré à En marche ! pendant la campagne présidentielle et reste sympathisant LRM.

Un autre groupe Facebook, "Foulards rouges : riposte face aux gilets jaunes", créé fin novembre, le repère. Animée par Théo Poulard, ouvrier dans une boulangerie près de Quimper (Finistère) et vice-président des "Foulards rouges", constitués en association, cette page Facebook compte aujourd’hui plus de 36.000 membres.

Les "Foulards rouges", en référence au symbole des fêtes de Bayonne,  proposent à Laurent de fusionner leurs initiatives, en insistant sur un point : que la manifestation ne soit pas en soutien à Emmanuel Macron, mais à la République. Laurent accepte aussitôt.

Gilets jaunes : peut-on ficher les casseurs ?

Gilets jaunes : peut-on ficher les casseurs ? Un fichier recensant les manifestants violents : c’est ce que demande le syndicat Alliance, après un nouveau week-end ponctué d’affrontements parfois très violents avec les forces de l’ordre. Faut-il établir un fichier un fichier de manifestants violents ? Après un nouveau week-end de mobilisation des Gilets jaunes France Inter dit ce lundi « favorable à tout ce qui peut permettre de rétablir l’ordre républicain, de prévenir les violences auxquelles on a assisté ». Enfin, Stanislas Guerini, le nouveau délégué général de La République en marche, a plaidé ce lundi pour la création d’un fichier recensant les casseurs.

Les foulards rouges, opposés aux gilets jaunes , et le collectif stop, maintenant, ça suffit ont décidé d'organiser cette manifestation à Paris. Cette manifestation aura lieu le dimanche 27 janvier prochain dès 14 heures place de la République à Paris. Le mouvement des "foulards rouges", qui affirme avoir déclaré cette marche en préfecture, réclame "la Nouvel an derrière les barreaux pour Carlos Ghosn.

16h 27 " Gilets jaunes ": Berger condamne les "factieux". Depuis plusieurs semaines, ceux qui comptent se mobiliser sont invités à la poser derrière le pare-brise de leur véhicule. Mais les dirigeants de ces formations ne manifesteront pas ensemble derrière une grande banderole en tête

Eviter des affrontements avec des "gilets jaunes"

"Il faut que ça puisse toucher un maximum de personnes, chez nous il y en a de tout bord", explique Théo Poulard. "Les 'gilets jaunes' demandent la destitution du président, la remise en question d’un vote démocratique. On ne peut pas accepter cela", insiste-t-il.

"La parole a été donnée aux 'gilets jaunes', mais pas à l'autre partie du peuple. On est d'accord qu'il y a des inégalités sociales, mais ça ne se résout pas comme ça du jour au lendemain. Ce n'est pas en bloquant le pays que la situation économique va se résoudre", explique-t-il devant les caméras de M6.

La Marche républicaine des libertés est prévue dimanche 27 janvier à Paris. Sur RTL, le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, a indiqué que des membres du gouvernement pourraient y participer. Théo Poulard assure qu’un solide service d’ordre sera en place pour éviter des affrontements avec des "gilets jaunes", alors que la bataille fait déjà rage sur les réseaux sociaux : les "foulards rouges" y sont qualifiés de "collabos", de "petits-fils de Pétain".

Après des agressions de journalistes, BFMTV boycotte les Gilets Jaunes ce lundi 7 janvier

Après des agressions de journalistes, BFMTV boycotte les Gilets Jaunes ce lundi 7 janvier Après plusieurs agressions contre des journalistes survenues en marge des manifestations de Gilets Jaunes, les reporters de BFMTV ont décidé de boycotter la couverture du mouvement, ce lundi 7 janvier. © BFMTV Après plusieurs agressions contre des journalistes survenues en marge des manifestations de Gilets Jaunes, les reporters de BFMTV ont décidé de boycotter la couverture du Trop c’est trop pour les journalistes de BFMTV. Depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, de nombreux journalistes ont subi des agressions et des violences.

Ils sont lassés des Gilets jaunes et comptent bien le faire savoir dans la rue. Sur Facebook, une " Marche républicaine des libertés" propose de se mobiliser à Paris, ce dimanche 27 janvier , pour demander "le retour à Il s’agit en effet de la " Marche pour la vie 2019", initié par un collectif anti -IVG.

Des citoyens lassés des blocages des Gilets jaunes ont appelé à une « Marche républicaine de soutien à Emmanuel Macron» le 20 janvier 2019 à Paris Invitation à l'événement de la Marche républicaine pour les libertés à Paris le 20 janvier . Benalla : cette affaire d’Etat que l’on cache aux Français.

Mais d'ici là les "foulards rouges" devront régler un autre problème. Plusieurs associations écologistes ont elles aussi, ce jour-là, choisi la place de la République pour manifester sur le climat. Pour l'instant, aucun des deux mouvements ne veut décaler son événement. La préfecture de Paris doit trancher dans les prochains jours.


AUSSI SUR MSN : "Gilets jaunes" : quel dispositif pour l'acte IX


"Gilets jaunes" : le chef de La République en marche défend l'idée d'un fichier recensant les casseurs.
"Nous avons la capacité pour les hooligans dans les stades d'interdire aux gens d'assister à un match de foot. Il faut une réponse de cette nature-là pour que ceux qui cassent", a déclaré Stanislas Guerini sur CNews. © Fournis par France Télévisions Interrogé sur CNews, Stanislas Guerini, nouveau délégué général de La République en marche, a plaidé lundi 7 janvier pour la création d'un fichier recensant les casseurs, après un nouveau week-end de mobilisation des "gilets jaunes" émaillé de heurts, comme à Paris, ou à Toulon. "C'est une piste qu'il faut creuser", a-t-il déclaré.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!