France: Paris rapatrie de Syrie des enfants de djihadistes - PressFrom - France
  •   
  •   

FranceParis rapatrie de Syrie des enfants de djihadistes

19:10  15 mars  2019
19:10  15 mars  2019 Source:   lefigaro.fr

Syrie : la coalition s'apprête à donner le coup de grâce à Daesh

Syrie : la coalition s'apprête à donner le coup de grâce à Daesh Les Forces démocratiques syriennes estiment qu'"entre 1.000 et 1.500" combattants de l'EI sont toujours retranchés. Les forces antijihadistes, soutenues par une coalition internationale, pilonnent les derniers djihadistes retranchés dans un camp de fortune à Baghouz, dans l'est de la Syrie, en vue d'asséner le coup de grâce final au "califat" autoproclamé du groupe Etat islamique (EI). Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la proclamation d'un "califat" sur de larges pans de territoire à cheval entre la Syrie et l'Irak, l'EI est désormais sur le point d'être rayé de la carte.

Les enfants mineurs nés de mères djihadistes présumées ou compagnes de djihadistes , retenus en Syrie ou en Irak, seront bientôt rapatriés en France. Leurs mères, elles, seront jugées sur place. La France, toujours embarrassée par l'épineuse question des combattants français en Syrie , a annoncé

La France a annoncé avoir procédé vendredi au rapatriement de plusieurs mineurs orphelins et isolés, âgés de 5 ans ou moins, qui se trouvaient dans des camps du nord-est de la Syrie , selon le ministère français des Affaires étrangères.

Ces orphelins ou mineurs isolés âgés de moins de cinq ans se trouvaient dans des camps ou dans des familles d'accueil au nord-est de la Syrie. L'opération pourrait être renouvelée dans un avenir proche.

Paris rapatrie de Syrie des enfants de djihadistes © BULENT KILIC/AFP Des femmes et des enfants évacués par les Forces démocratiques syriennes (FDS) de territoires aux mains de l'État islamique vers Baghouz, dans la province de Deir Ezzor, le 6 mars.

La décision a été prise par le président de la République: cinq enfants de djihadistes français ont été rapatriés de Syrie vendredi à 13h30. Ces orphelins ou mineurs isolés âgés de moins de cinq ans se trouvaient dans des camps ou dans des familles d'accueil au nord-est de la Syrie. L'un d'eux, blessé, est en mauvais état de santé et pourrait être hospitalisé. L'opération d'exfiltration de ces enfants de djihadistes, compliquée par une mauvaise météo sur place, a été accomplie avec l'aide des Forces démocratiques syriennes (FDS) et des autorités politiques de la région autonome tenus par les Kurdes au nord de la Syrie. Elle a été réalisée par des moyens militaires français. Dans l'immédiat, les autorités françaises ont concentré leurs efforts, affirme une source au Quai d'Orsay, sur «les enfants dont les situations sont les plus périlleuses et les plus vulnérables». L'opération pourrait être renouvelée dans un avenir proche si d'autres enfants ayant perdu leurs parents se retrouvaient dans une situation similaire. Trois enfants de djihadistes avaient déjà été rapatriés d'Irak, mais c'est la première fois que les autorités françaises exfiltrent des orphelins de Syrie. Mais il ne s'agit pas d'en faire une règle.

Filière djihadiste de Trappes: Trois hommes condamnés pour financement

Filière djihadiste de Trappes: Trois hommes condamnés pour financement L’un des trois accusés a été condamné pour association de malfaiteurs à visée terroriste © E. Frisullo / 20 Minutes Illustration police. PROCES - L’un des trois accusés a été condamné pour association de Jusqu’à six ans de prison. Trois hommes originaires de Trappes (Yvelines) ont été condamnés, ce mardi, pour avoir envoyé des fonds à des djihadistes français en Syrie, notamment Walid Hamam, un cadre de l’organisation Etat islamique tué fin 2016.

Selon la chaîne d'information continue, près de 130 djihadistes français détenus par les Kurdes dans le nord-est de la Syrie devraient être rapatriés en S'agissant des enfants , Paris a récemment fait un pas vers leur éventuel rapatriement au nom de leur «intérêt supérieur». Sollicité, le ministère des

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT. Paris : des étudiants se mobilisent pour une manifestation massive contre le changement climatique.

Avec l'annonce du retrait américain de Syrie et la chute imminente des dernières poches du «califat» de l'État islamique, l'épineuse question du retour des djihadistes français se pose de manière urgente à plusieurs capitales occidentales. Des centaines d'entre eux sont aux mains des Kurdes en Syrie, auxquels s'ajoutent les femmes, combattantes ou non combattantes ainsi que les enfants, qu'ils soient venus avec leurs parents ou qu'ils soient nés sur place.

Un casse-tête pour Paris

Le cas des enfants de djihadistes est un casse-tête pour les pays européens et notamment pour la France. La société est divisée, entre ceux qui considèrent qu'il faut refuser le retour de ces enfants de «criminels de guerre» et ceux qui les considèrent comme des «victimes de guerre» risquant, si on les abandonne à leur sort syrien, de se transformer en «bombes à retardement». Plusieurs familles ont ainsi déposé une plainte devant le Comité des droits de l'enfant des Nations unies le 28 février afin de contraindre la France à offrir sa protection à ces mineurs. Emmanuel Macron défend pour l'instant - il l'a redit lors de son déplacement au Kenya - une approche «au cas par cas», une politique «humanitaire» suivie avec «beaucoup de vigilance».

Si la France accepte de rapatrier les enfants isolés et sans protection, sa position vis-à-vis des combattants djihadistes adultes ayant suivi Daech au Levant n'a pas changé: «Ils doivent être jugés sur le territoire où sont commis leurs crimes. C'est une question de justice et de sécurité» affirme un responsable français. Et malgré les protestations de plusieurs organisations non gouvernementales, la doctrine française, même si on la sent encore fragile, n'est pas censée évoluer.


Daech a perdu son dernier territoire en Syrie.
Après un mois de combat, les forces démocratiques syriennes se sont emparées du dernier territoire tenu par les djihadistes de l'EI en Syrie. Le "califat" autoproclamé du groupe Etat islamique (EI) a été totalement éliminé après la conquête par une force arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis du dernier territoire tenu par les djihadistes en Syrie, a annoncé cette force. Mustefa Bali, un porte-parole des FDS, écrit dans un communiqué : "Les Forces démocratiques syriennes (FDS) déclarent la totale élimination du soi-disant califat et une défaite territoriale à 100% de l'EI.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 3
C'est intéressant!