France: Les policiers auteurs de violences "illégitimes" doivent être "sanctionnés" - - PressFrom - France
  •   
  •   

FranceLes policiers auteurs de violences "illégitimes" doivent être "sanctionnés"

18:25  31 mai  2019
18:25  31 mai  2019 Source:   lexpress.fr

Suicides dans la police : un appel à la «convivialité» qui passe mal

Suicides dans la police : un appel à la «convivialité» qui passe mal Promouvoir la convivialité, une nouvelle piste pour limiter le nombre de suicides dans la police ? L'idée, qui a fait l'objet d'une note interne diffusée en début de semaine, laisse perplexe notamment dans les rangs des policiers. Briser l'isolement, une priorité Adressée le 27 mai à tous les directeurs de services par Éric Morvan, directeur de la police nationale, cette note, révélée jeudi par Franceinfo, appelle à une forte "mobilisation contre le suicide". On y encourage en outre les cadres à "organiser des temps collectifs de loisirs autour d'un barbecue, d'une sortie sportive ou d'un pique-nique" avec les familles des policiers.

Les policiers auteurs de violences "illégitimes" doivent être "sanctionnés" © afp.com/ludovic MARIN La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye donne une conférence de presse après le Conseil des ministres, le 1er avril 2019 à Paris

Les policiers doivent être "sanctionnés" lorsqu'ils utilisent la violence "de manière illégitime", a souligné ce vendredi sur LCI la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye. Hier, le procureur de Paris avait annoncé que certains mis en cause pour des violences lors de manifestations de gilets jaunes seraient jugés.

"Nos forces de l'ordre samedi après samedi ont été absolument exemplaires" pendant la crise des gilets jaunes, a néanmoins estimé Sibeth Ndiaye. "Dans notre système institutionnel, dans notre démocratie, [policiers et gendarmes] sont ceux qui ont l'autorisation d'user de la violence de manière légitime", a-t-elle poursuivi.

« Gilets jaunes »: des policiers seront jugés pour des violences, assure le procureur de Paris

« Gilets jaunes »: des policiers seront jugés pour des violences, assure le procureur de Paris Dans une interview au « Parisien », Rémy Heitz affirme ne vouloir ni « éluder » ni « minimiser » les violences perpétrées par les forces de l’ordre dans le cadre du mouvement des « gilets jaunes ». Après six mois de mobilisation des « gilets jaunes », le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, dresse dans Le Parisien, jeudi 30 mai, un premier bilan de l’action du parquet qu’il dirige. Depuis la première manifestation, le 17 novembre 2018, « 2 907 personnes ont été placées en garde à vue », précise-t-il, rappelant que parmi celles-ci, « 1 304 ont donné lieu à un classement sans suite, soit 44,8 % des dossiers ».

Aux syndicats qui fustigent une "justice politique", elle a répondu que "la justice en France est indépendante" et que "le gouvernement a toujours été en soutien des forces de l'ordre depuis le début de la crise des gilets jaunes", notamment par "des coups de pouce financiers".

Pas de "flagrant délit" du côté des policiers

Quant à ceux qui évoquent un "deux poids deux mesures" dans le traitement par la justice des dossiers, Sibeth Ndiaye a noté que si les procédures judiciaires sont "plus rapides" pour les manifestants auteurs d'"exactions", c'est qu'ils sont généralement arrêtés "en flagrant délit", quand "les violences utilisées de manière illégitime par les forces de l'ordre" requièrent "souvent des enquêtes plus longues", à partir de faits qui "ne sont pas du flagrant délit".

Depuis le 17 novembre, 2448 personnes ont été blessées côté manifestants et 1797 parmi les forces de l'ordre, selon des chiffres du ministère de l'Intérieur arrêtés au 13 mai.

Selon le procureur de Paris, 171 enquêtes ont été confiées à l'inspection générale de la police nationale (IGPN) et trois à l'inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN). Les investigations sont désormais terminées pour 57 d'entre elles et le parquet doit décider d'éventuelles suites judiciaires.

Lire plus

Violences dans une boutique de Booba : le rappeur Rohff condamné à 5 ans de prison en appel et écroué.
Le rappeur avait pris part à une expédition punitive et passé à tabac le vendeur d’une boutique à Paris en 2014.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!