•   
  •   

France« L’Etat français a réussi à tuer Vincent Lambert » : la violente charge de Houellebecq

13:35  11 juillet  2019
13:35  11 juillet  2019 Source:   nouvelobs.com

Une autopsie va être pratiquée sur le corps de Vincent Lambert, «une grave erreur» selon l'avocat de Rachel Lambert

Une autopsie va être pratiquée sur le corps de Vincent Lambert, «une grave erreur» selon l'avocat de Rachel Lambert L'avocat de Rachel Lambert explique, jeudi sur franceinfo, ne pas comprendre cette décision, prise dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte à la suite de la plainte des parents Lambert pour "tentative d’homicide volontaire en bande organisée". © Fournis par France Télévisions Maître Francis Fossier ne "souhaitait pas réagir" après l'annonce de la mort de Vincent Lambert, jeudi 11 juillet. Mais l'avocat de Rachel Lambert, la femme de ce patient tétraplégique en état végétatif depuis 2008, a été averti que "le procureur de la République a décidé d'autopsier le corps de Vincent Lambert et d'auditionner Rachel Lambert".

« L’Etat français a réussi à tuer Vincent Lambert » : la violente charge de Houellebecq © Copyright 2019, L'Obs

La charge est violente. Dans une tribune publiée par « Le Monde », ce jeudi 11 juillet (mais écrite, précise le journal, avant le décès de Vincent Lambert), Michel Houellebecq attaque frontalement l’Etat, et notamment la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, qu’il accuse d’une forme d’ingérence dans le traitement du cas de cet homme, tétraplégique resté en état végétatif pendant presque 11 ans.

Vincent Lambert est décédé

« L’Etat français a réussi à faire ce à quoi s’acharnait, depuis des années, la plus grande partie de sa famille : tuer Vincent Lambert », lance l’écrivain au tout début de son texte. L’auteur des « Particules élémentaires » sous-tend que l’attitude de l’Etat dans ce dossier a été dicté par des considérations purement financières.

Vincent Lambert est mort

Vincent Lambert est mort Vincent Lambert, patient tétraplégique en état végétatif depuis presque 11 ans et dont les traitements ont été interrompus la semaine dernière, est décédé jeudi matin, ont annoncé à l’AFP plusieurs membres de sa famille.«Vincent est décédé à 8H24 ce matin» au CHU de Reims, a précisé son neveu François. Le médecin de Vincent Lambert, hospitalisé au CHU de Reims après un accident de voiture en 2008, avait engagé mardi 2 juillet un nouvel arrêt des traitements, effectif depuis mercredi soir. Après des années de combat judiciaire, les parents de Vincent Lambert, se sont résignés lundi à la mort «inéluctable» de leur fils.

« L’hôpital public avait autre chose à foutre que de maintenir en vie des handicapés. L’hôpital public est sur-char-gé, s’il commence à y avoir trop de Vincent Lambert ça va coûter un pognon de dingue. »

« Vincent Lambert, ajoute-t-il, n’était nullement en proie à des souffrances insoutenables, il n’était en proie à aucune souffrance du tout. Il n’était même pas en fin de vie. Il vivait dans un état mental particulier, dont le plus honnête serait de dire qu’on ne connaît à peu près rien ».

Vincent Lambert, la mort en direct

Dans cette tribune, Michel Houellebecq s’en prend à la ministre de la Santé, et à l’écho médiatique de cette affaire.

« Il m’est difficile de me défaire de l’impression gênante que Vincent Lambert est mort d’une médiatisation excessive, d’être malgré lui devenu un symbole ; qu’il s’agissait, pour la ministre de la Santé “et des solidarités”, de faire un exemple. D’“ouvrir une brèche”, de “faire évoluer les mentalités” »

.

Affaire Vincent Lambert : des catholiques protestent contre l'arrêt des traitements

Affaire Vincent Lambert : des catholiques protestent contre l'arrêt des traitements Ils étaient une vingtaine mardi soir devant le centre hospitalier de Reims. Des personnes ont manifesté contre l'arrêt des traitements de Vincent Lambert, patient tétraplégique en état végétatif depuis presque 11 ans. Ces personnes, accompagnées d'enfants en bas âge, se sont réunies à l'appel des "Veilleurs de Reims", un groupe né en 2013 à la suite de la Manif pour tous, "pour une veillée de réflexion et de solidarité avec le combat des parents de Vincent Lambert", fervents catholiques farouchement opposés à l'arrêt des traitements. "On ne pouvait pas être autre part qu'ici ce soir", a expliqué Remy Blondet qui affirme osciller entre "désespoir et colère".

L’écrivain revient également sur la notion de « dignité », dont il a beaucoup été question au fil des débats sur cette affaire. « La dignité, si elle peut être altérée par divers actes moralement répréhensibles, ne peut en aucun cas l’être par une dégradation, aussi catastrophique soit-elle, de son état de santé », dénonce-t-il. Et d’ajouter :

« Ou alors c’est qu’il y a eu une “évolution des mentalités”. Je ne pense pas qu’il y ait lieu de s’en réjouir. »

Sur le même sujet :

Vincent Lambert, portrait d’un homme devenu «affaire»

«Il y a des centaines de Vincent Lambert dans les hôpitaux et dans les maisons de soins»

AUSSI SUR MSN - François Lambert : «C'est un soulagement»

Lire plus

L'affaire Vincent Lambert en sept chapitres.
La famille de l'ancien infirmier, en état végétatif depuis un accident de voiture, s'est déchirée pendant de longues années autour de la question de l'arrêt des soins, jusqu'à sa mort ce 11 juillet. Retour en sept dates sur une affaire hors normes. Septembre 2008, l’accident Vincent Lambert a 32 ans, il est infirmier psychiatrique et vient d’avoir un enfant. Sa femme, Rachel, est aussi infirmière. Un accident de voiture a lieu en pleine journée

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!