•   
  •   

FranceDîners, HLM, travaux... les affaires qui touchent François de Rugy et son entourage

15:20  11 juillet  2019
15:20  11 juillet  2019 Source:   liberation.fr

Affaire des dîners privés : François de Rugy tente de se justifier et s’en prend à Mediapart

Affaire des dîners privés : François de Rugy tente de se justifier et s’en prend à Mediapart « C’étaient des dîners de travail informels avec des personnes qui ont des relations avec une autorité politique », explique le ministre de la Transition écologique. Mis en cause par Mediapart pour des dîners privés à l’Assemblée nationale, François de Rugy s’est expliqué lors d’une conférence de presse, mercredi 10 juillet, à l’Elysée.

Rien ne va plus pour François de Rugy . Les révélations de Mediapart, le 10 juillet, ont ouvert la boîte de Pandore, et l’ancien président de l’Assemblée nationale se voit, depuis, touché par une succession de révélations. Le Figaro revient sur ces différentes affaires qui mettent en cause le ministre de

François de Rugy a décidé de quitter son poste après une série de révélations portant notamment sur des dîners fastueux lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale. Il a dénoncé un "lynchage médiatique" alors qu'il s'apprêtait à défendre le projet de loi énergie et climat.

Dîners, HLM, travaux... les affaires qui touchent François de Rugy et son entourage © LUDOVIC MARIN François de Rugy, mercredi à l'Elysée.

Il s'en est passé des choses en vingt-quatre heures autour du ministre de l'Ecologie.

Des dîners fastueux à l’Assemblée nationale, une directrice de cabinet qui a conservé un logement HLM sans y habiter, des travaux de confort dans un appartement aux frais des contribuables… Petit retour sur vingt-quatre heures dans la vie de François de Rugy.

Mercredi 10 juillet, 8 heures : la vie de château

Mediapart publie une enquête révélant que lorsqu’il présidait l’Assemblée nationale, en 2017 et 2018, l’actuel ministre de la Transition écologique a organisé à plusieurs reprises des dîners fastueux aux frais de l’Etat. La photo d’un alignement de homards, accompagnés d’un Château d’Yquem, suggère qu’on s’est bien fait plaisir. Lui se défend en évoquant des «dîners informels liés à l’exercice de ses fonctions avec des personnalités issues de la société civile». Mais la photo le montrant attablé pour la Saint-Valentin permet d’en douter. «On retrouvait ainsi, pêle-mêle, à la table du président de l’Assemblée nationale et de son épouse des copains et copines de la communication et du journalisme, des réalisateurs, des producteurs, de gens la finance, des actrices ou des écrivains de seconde zone…» écrit Mediapart.

François de Rugy reste ministre, mais s'engage à rembourser «chaque euro contesté»

François de Rugy reste ministre, mais s'engage à rembourser «chaque euro contesté» Inquiété pour des dîners organisés à l'Assemblée nationale et pour la rénovation de son appartement au ministère de l'Ecologie, François de Rugy a été maintenu à son poste par le Premier ministre, Edouard Philippe. Il est rentré d'un déplacement dans les Deux-Sèvres pour s'entretenir sans délai avec Edouard Philippe, à Matignon. Finalement, François de Rugy a été maintenu à son poste jeudi. Le ministre de l'Ecologie est mis en cause par Mediapart pour des dîners organisés à l'Assemblée nationale et pour la rénovation de son logement de fonction  au ministère.

François de Rugy est donc maintenu à son poste, malgré les révélations de Mediapart sur les dîners fastueux organisés à l'Assemblée Nationale alors qu'il en était président, mais aussi sur des travaux réalisés dans la résidence de Lassay, et sur sa directrice de cabinet, limogée ce jeudi, qui a occupé

Sur Facebook, François de Rugy avait souligné, le 10 juillet, que «l’ensemble de ces travaux ont été Selon des premières indications de source proche de l'enquête parlementaire, celle-ci dédouane également l'ancien titulaire du perchoir pour ses dîners somptueux qui étaient bien «professionnels».

Certains dans l’opposition, comme la députée Delphine Batho, qui a précédé Rugy à l’Ecologie, demandent sa démission. Mais dans l’après-midi, à l’issue du conseil des ministres, la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye assure devant la presse que le ministre conserve «toute la confiance» de l’exécutif. Celui-ci se défend ensuite, reprochant à Mediapart une «présentation tendancieuse des choses» et réaffirmant qu’il n’y a «pas eu de dîners entre amis» à l’hôtel de Lassay, assurant que «c’étaient des dîners de travail informels avec des personnes qui ont des relations avec une autorité politique».

Mercredi 10 juillet, 20 heures : le logement HLM inoccupé de la directrice de cabinet

Mediapart, encore, dégaine une autre enquête. Celle-ci révèle que Nicole Klein, haute fonctionnaire qui dirige le cabinet de François de Rugy depuis 2018, est depuis 2001 l’heureuse locataire d’un logement social à Paris. Sauf qu’entre 2006 et 2018, elle a continué de «l’occuper» sans y résider, puisqu’elle a enchaîné les postes dans plusieurs préfectures départementales. Elle se défend en expliquant sa situation est «légale» et qu’elle va chercher un autre hébergement, ce qu’elle n’avait pas fait jusqu’alors par manque de temps.

Au gouvernement comme dans la majorité, Rugy de plus en plus isolé face aux affaires

Au gouvernement comme dans la majorité, Rugy de plus en plus isolé face aux affaires "Ça n'est pas illégal, mais c'est moralement répréhensible", estiment en substance les rares membres de l’exécutif qui osent un commentaire sur les affaires visant le ministre. Malgré les révélations de Mediapart sur les dîners qu'il organisait à l'Assemblée nationale et les rénovations de son logement, François de Rugy a sauvé son poste, jeudi, après un entretien avec Édouard Philippe. Mais le ministre de la Transition écologique, qui "s'engage à rembourser chaque euro contesté", tandis que Matignon lance une enquête à son sujet, apparaît plus que jamais isolé au sein du gouvernement comme de la majorité.

François de Rugy et Edouard Philippe « sont convenus ensemble de la nécessité de répondre à toutes les questions que se posent M. de Rugy s’est également dit prêt à soumettre à « une autorité de contrôle de l’Assemblée » nationale les frais engagés pour des dîners lorsqu’il en était président.

À lire aussi : Dîners , appartement, travaux ce qu'il faut savoir sur l ' affaire François de Rugy . Après son départ, l’ancienne directrice de cabinet confie avoir reçu plusieurs soutiens, dont un appel de la ministre de la Cohésion des Territoires, Jacqueline Gourault, pour lui dire qu’elle était «désolée

Cette fois, les conséquences ne se font pas attendre : en fin de soirée, on apprend par le Point et Ouest-France que Nicole Klein a démissionné, à la demande de François de Rugy. Qui publie dans le même temps, sur sa page Facebook, les réponses qu’il a adressées à Mediapart dans le cadre d’un autre article…

Jeudi 11 juillet, 8 heures : les 63 000 euros de travaux

qui paraît ce jeudi matin. Il s’intéresse cette fois aux travaux de rénovation commandés par François de Rugy dans les appartements privés du ministère. Il y en aurait eu, entre fin 2018 et début 2019, pour 63 000 euros. Le ministre a fait refaire la peinture (35 000 euros), des moquettes et parquets (4 700 euros), des salles de bains (6 000 euros) et a fait installer un dressing qui vaut pas moins de 17 000 euros. Sa femme, Séverine Servat-de Rugy, explique : «Ce n’est pas vraiment un dressing, ce sont des placards. Et quand on est arrivé, il n’y en avait pas !» Autre fait à charge, selon Mediapart, le ministre n’a pas privilégié les devis les moins élevés.

François de Rugy n'a pas payé d'impôts sur le revenu en 2015 et s'en explique

François de Rugy n'a pas payé d'impôts sur le revenu en 2015 et s'en explique Le ministre n'a pas payé d'impôts sur le revenu en 2015, révèle Mediapart. Cette situation est conforme à la loi de l'époque, précise le site d'information. © afp.com/Thomas SAMSON Le ministre de la Transition écologique François de Rugy à l'Assemblée nationale à Paris le 26 juin 2019 C'est un nouvel épisode de l'affaire Rugy. Dans un nouvel article publié vendredi, Mediapart explique que François de Rugy n'a pas été imposable en 2015 pour ses revenus déclarés de 2014. Le site d'information a en effet eu accès à l'avis d'imposition de l'année 2015 de l'actuel ministre de la Transition écologique.

« François de Rugy fait l’objet d’une protection adaptée au niveau de menace UCLAT important pesant sur sa personne. Les véhicules automobiles sont un élément à part entière du dispositif de protection nécessaire pour assurer la sécurité des personnalités concernées par ce niveau de menace.

«Je comprends très bien que François de Rugy se sente harcelé et dénonce, de son point de vue, une tentative de démolition», a-t-elle affirmé. «Mais je pense qu’il faut prendre de la hauteur, et prendre le point de vue du journaliste d’enquête qui fait son travail . Je crois qu’on ne peut pas plaider pour la

A l’AFP, le prédécesseur de Rugy, Nicolas Hulot, explique : «Ce que je peux dire de cet appartement de fonction, c’est qu’il baignait dans son jus. Personnellement je m’en fichais complètement, je n’ai pas fait de travaux, je savais que je n’étais que de passage. Mais je peux comprendre qu’une famille qui s’y installe ait pu souhaiter le rafraîchir un peu.»

Pendant ce temps, la macronie semble un peu abandonner le ministre. Sur LCI, Marlène Schiappa, la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, dit comprendre «l’émotion et l’indignation» suscitées par les dîners de son collègue, d’autant qu’elle a pris, elle, comme mesure dans son ministère de faire servir «de l’eau en carafe» et «des plats simples». Sur RTL, le délégué général adjoint de LREM, Pierre Person, tente de défendre Rugy en expliquant que «quand vous êtes président de l’Assemblée nationale, vous êtes président d’une institution, vous représentez tous les Français. Et donc, c’est normal que les services de l’État mettent à disposition à la fois la culture culinaire française». Mais invite aussi le ministre à apporter «tous les justificatifs», sans quoi «c’est au Premier ministre d’en tirer les conséquences».

François de Rugy a utilisé son indemnité de frais de mandat pour payer ses cotisations d’élu à EELV, selon Mediapart

François de Rugy a utilisé son indemnité de frais de mandat pour payer ses cotisations d’élu à EELV, selon Mediapart Au total, le ministre démissionnaire est accusé d'avoir versé illégalement dans les caisses de son parti, Europe Ecologie-Les Verts, 9 200 euros puisés dans son indemnité représentative de frais de mandat. © Fournis par France Télévisions "Ces informations ont fini de fragiliser François de Rugy." Mardi 16 juillet, Mediapart a publié de nouvelles révélations concernant l'ancien ministre de la Transition écologique, François de Rugy, quelques minutes à peine après l'annonce de sa démission en début d'après-midi.

Aussi sur MSN:

Houellebecq: «L’État français a réussi à tuer V. Lambert» (L’Obs)
Marc Veyrat veut quitter le guide Michelin qui refuse (L'Express)
Procès d’El Chapo: le parquet réclame la prison à vie (Le Parisien)

AUSSI SUR MSN : EELV demande à son tour la démission de François de Rugy


Lire plus

Les dîners de François de Rugy étaient tous « professionnels », dit l’Assemblée.
Le rapport d’enquête doit être rendu public mardi prochain. Les dîners fastueux de François de Rugy, révélés par Mediapart et qui ont causé la démission du ministre, étaient tous d’ordre « professionnel », a indiqué vendredi une source proche de l’enquête en cours à l’Assemblée, confirmant une information de France Info. « Que des dîners professionnels, c’est ça la tournure, c’est avéré », a confié cette source, alors que le rapport, « en cours d’écriture », doit être rendu public mardi 23 juillet.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 3
C'est intéressant!