France: Saint-Ouen: Le jeune homme interpellé porte plainte pour actes de torture - PressFrom - France
  •   
  •   

FranceSaint-Ouen: Le jeune homme interpellé porte plainte pour actes de torture

23:25  14 août  2019
23:25  14 août  2019 Source:   20minutes.fr

Un homme décapite un coq vivant avec ses dents, la Fondation Bardot va porter plainte

Un homme décapite un coq vivant avec ses dents, la Fondation Bardot va porter plainte Il risque jusqu'à 30 000 euros d'amende et 2 ans de prison si la plainte pour "actes de cruauté envers un animal" aboutit. © Fournis par France Télévisions C'est une vidéo violente que nous avons choisi de ne pas diffuser. Un homme, identifié comme un champion de pelote basque des Pyrénées-Atlantiques, a été filmé en train de décapiter, avec les dents, un coq vivant. La vidéo, rendue publique vendredi 9 août, a créé une vague d'indignation sur les réseaux sociaux. Dans un tweet, la Fondation Brigitte Bardot a annoncé son intention de porter plainte.

Saint-Ouen: Le jeune homme interpellé porte plainte pour actes de torture © Clément Follain / 20 Minutes Un véhicule de la police nationale (illustration).

VIOLENCES - Il assure avoir reçu «plusieurs coups de pistolet à impulsion électrique (taser) sur ses organes génitaux»

Le jeune homme interpellé vendredi à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) a porté plainte mercredi pour actes de torture contre les policiers qui ont fait usage d’un pistolet à impulsion électrique, a-t-on appris de source judiciaire confirmant une information de France 3. Dans sa plainte consultée par l’AFP, il déclare avoir « reçu des coups de pieds par les fonctionnaires de police » et « plusieurs coups de pistolet à impulsion électrique (taser) sur ses organes génitaux » dans le fourgon de police qui le conduisait au commissariat de Saint-Ouen.

Seine-Saint-Denis: la police accusée de violence lors d'une interpellation, IGPN saisie

Seine-Saint-Denis: la police accusée de violence lors d'une interpellation, IGPN saisie Le parquet de Bobigny a saisi l'IGPN, la police des polices, pour violences présumées lors de l'interpellation, filmée par un témoin, d'un jeune homme de 20 ans vendredi à Saint-Ouen. © Regis Duvignau / Reuters Le parquet de Bobigny a saisi l'IGPN, la police des polices, pour violences présumées lors de l'interpellation, filmée par un témoin, d'un jeune homme de 20 ans vendredi à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), a appris l'AFP dimanche auprès du parquet. Une enquête a été ouverte pour violences par une personne dépositaire de l'autorité publique, a indiqué le parquet, confirmant une information du Parisien.

Une enquête est en cours « pour chercher des éléments permettant de confirmer » les propos de ce jeune homme, a précisé une source judiciaire. Selon la Préfecture de police, « le mis en cause s’est rebellé, entraînant l’intervention de deux policiers […] ainsi que l’usage du pistolet à impulsion électrique ». Le parquet de Bobigny avait saisi vendredi l'IGPN pour des violences par une personne dépositaire de l’autorité publique.

Trois jours d’ITT pour l’interpellé

Sur des images, captées par la vidéosurveillance et une vidéo amateur, on aperçoit un policier en civil de la compagnie de sécurisation et d’intervention de Seine-Saint-Denis (CSI) asséner plusieurs coups au visage du jeune homme interpellé, selon une source proche de l’enquête. Le jeune homme âgé de 20 ans s’était vu prescrire trois jours d’ITT (incapacité totale de travail).

Saint-Ouen : une deuxième enquête ouverte sur une unité de police soupçonnée de violences

Saint-Ouen : une deuxième enquête ouverte sur une unité de police soupçonnée de violences Une deuxième enquête a été ouverte par le Parquet de Bobigny pour des violences policières présumées. Une enquête a été ouverte par le parquet de Bobigny pour des violences présumées commises samedi 10 août par des policiers à Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis, a appris franceinfo. Les fonctionnaires de police mis en cause appartiennent à l'unité qui fait déjà l'objet d'une enquête pour des violences présumées commises lors d'une interpellation vendredi 9 août, dans la même ville.

Il s’agissait d’une intervention de policiers en civil dans une affaire de stupéfiants, a précisé à l’AFP une source policière. Ces policiers de la CSI font l’objet par ailleurs d’une enquête dans une deuxième affaire survenue le même jour. « Deux témoins indiquent que des policiers de la Compagnie de sécurisation et d’intervention 93 ont amené deux jeunes dans un hall pour les frapper », a précisé une source proche de l’enquête. Cette même compagnie est pointée du doigt dans une tout autre affaire survenue fin mai à Saint-Ouen lors d’un contrôle d’identité qui a été filmé. L’IGPN a été saisi, a indiqué le parquet de Bobigny, confirmant une information du Parisien.



AUSSI SUR MSN : Police: nouvelle enquête de l'IGPN

Incendie près de Carcassonne: 500 hectares brûlés, 400 pompiers mobilisés

Incendie près de Carcassonne: 500 hectares brûlés, 400 pompiers mobilisés En milieu de nuit, il n'y avait pas de blessé à déplorer et aucune habitation n'était menacée mais le vent pourrait compliquer la donne jeudi © PREFECTURE AUDE Plus de 500 ha sont partis en fumée dans un incendie près de Carcassonne le 14 août 2019. Quelque 400 pompiers étaient mobilisés dans l’Aude dans la nuit de mercredi à jeudi pour lutter contre un incendie ayant détruit environ 500 hectares de pinèdes et qui continuait de progresser jeudi vers 1h00, sans menacer d’habitations. ????Point de situation N.

Interpellation filmée à Saint-Ouen : une plainte contre la police.
Le jeune homme dont l'arrestation par la police a été filmée, vendredi dernier dans la cité Cordon à Saint-Ouen, a porté plainte mercredi pour «actes de torture et barbarie». L'IGPN s'était immédiatement saisie de l'affaire. L’arrestation avait été filmée, vendredi dernier, dans la cité Cordon, à Saint-Ouen. Sur les images, un jeune homme se rebellait avant de se faire plaquer au sol. «C’est un keuf», s’écrie alors l’auteur de la vidéo, qui croit reconnaître, sous le t-shirt blanc, un policier en civil. «Mais ils sont où les autres ?» demande-t-il. Aussitôt, les renforts arrivent. Déjà au sol, le jeune homme reçoit alors un coup en pleine tête, puis un autre.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 2
C'est intéressant!