•   
  •   

FranceIncendies en Amazonie : la France participe-t-elle à la déforestation ?

08:50  28 août  2019
08:50  28 août  2019 Source:   francetvinfo.fr

Amazonie : levée de boucliers contre Bolsonaro après ses déclarations sur les incendies

Amazonie : levée de boucliers contre Bolsonaro après ses déclarations sur les incendies Le président brésilien a insinué que les ONG pourraient avoir provoqué les feux qui ravagent depuis des semaines la forêt amazonienne, afin "d'attirer l'attention". "Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs". Depuis lundi, sur Twitter, des images impressionnantes d'incendies, brûlant à une vitesse folle des pans entiers de la forêt amazonienne, ont déclenché l'indignation des internautes et des associations de protection de l'environnement.

À LA LOUPE – En proie à de multiples incendies et départs de feu, la Pour les défenseurs de l'environnement, cette situation est le résultat de décennies de déforestation au profit de la culture Mais dans quelle mesure la France participe - t - elle au développement de cette production de soja

Jordi Miro | Agence France -Presse. La hausse dramatique du nombre d' incendies en Amazonie brésilienne est avant tout causée par la progression de la déforestation , explique à l 'AFP Paulo Moutinho, chercheur à l 'Institut de recherche environnementale sur l 'Amazonie (IPAM).

La forêt amazonienne est aussi victime du déboisement en Guyane française, mais dans une bien moindre mesure qu'au Brésil. En revanche, la France est grande consommatrice de soja brésilien.

Incendies en Amazonie : la France participe-t-elle à la déforestation ? © Fournis par France Télévisions

"On ne peut pas soutenir un modèle (…) qui favorise la déforestation de l’Amazonie et se prétendre le gardien de l’Amazonie." Le ton de l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot s'est fait accusateur, lundi 26 août, au micro de franceinfo, alors qu'Emmanuel Macron affichait sa volonté de prendre la tête d'une mobilisation internationale contre les incendies qui ravagent la forêt amazonienne, au grand dam de son homologue brésilien, Jair Bolsonaro.

Incendie en Amazonie : Les solutions des ONG pour protéger la forêt

Incendie en Amazonie : Les solutions des ONG pour protéger la forêt La forêt amazonienne est en proie aux flammes, du fait de la déforestation galopante et de ses conséquences sur le climat local. Pourtant il y a des solutions pour protéger le poumon vert de l’humanité © Ben Cawthra/REX/SIPA Ici à Londres, la communauté brésilienne s'inquiète. CATASTROPHE - La forêt amazonienne est en proie aux flammes, du fait de la déforestation galopante et de ses conséquences sur le climat local. Pourtant il y a des solutions pour protége Le poumon vert de la planète crache de la fumée. Les incendies qui ravagent en ce moment l’Amazonie inquiètent, à raison.

Trésor de biodiversité, elle est menacée par la déforestation due principalement à l ’agriculture, l ’élevage Fondée par les Portugais en 1669 sur les rives du Rio Negro, à proximité de son confluent avec l ’ Amazone , la ville compte 1,8 million d’habitants. La déforestation , avec les défrichements

Les incendies qui touchent la zone ne doivent rien au hasard, mais tout à l 'exploitation forestière qui a Vivre les plus beaux villages de France La crise du football français Du micro à l ’écran. Envoyer l 'article à un ami. Amazonie : des incendies liés à la déforestation . Merci d'avoir partagé cet article

"La France participe de la déforestation en Guyane", a affirmé le député européen, avant d'ajouter : "La France favorise le développement d’un élevage où les animaux (…) sont nourris au soja brésilien." Sur France 2, Emmanuel Macron lui a donné en partie raison, reconnaissant que, sur la question des importations de soja brésilien, "on a une part de complicité". Des affirmations à remettre en perspective.

En Guyane, une déforestation limitée

La Guyane est le territoire le plus boisé de France. La forêt s'étend sur 8 millions d'hectares et recouvre environ 96% des terres, indique l'Office national des forêts (ONF). Cette forêt tropicale est publique à 99,4%. Elle est même domaniale, c'est-à-dire propriété de l'Etat, à 30%. Et seule une infime partie (0,6%) est privée, contrôlée par le Centre national d'études spatiales (Cnes) et le Centre spatial guyanais. Depuis 2007, la Guyane compte aussi le plus grand parc national de France, le Parc amazonien de Guyane, qui couvre 3,4 millions d'hectares. La responsabilité de la puissance publique dans la gestion de cet espace est donc quasi totale.

Incendies en Amazonie : le président brésilien Jair Bolsonaro autorise l'envoi de l'armée

Incendies en Amazonie : le président brésilien Jair Bolsonaro autorise l'envoi de l'armée L'armée pourra être utilisée pendant un mois pour "l'identification et la lutte contre les foyers d'incendies", ainsi que pour "des actions préventives et répressives contre les délits environnementaux". © afp.com/MAURO PIMENTEL Le président brésilien Jair Bolsonaro, le 8 mai 2019 à Rio de Janeiro Le président brésilien Jair Bolsonaro a autorisé vendredi la mobilisation de l'armée en Amazonie pour lutter contre les incendies, mais a estimé que ces feux ne pouvaient "servir de prétexte" à des sanctions internationales.

Ces chiffres montraient que la déforestation en juillet avait été quasiment quatre fois supérieure à ce qu' elle avait été au même mois de 2018. Une manifestation pour dénoncer l 'inaction de Jair Bolsonaro face aux incendies de la forêt amazonienne, à Rio de Janeiro le vendredi 23 août.

La déforestation s’intensifie en Amazonie. Les acteurs du déboisement sont accusés d’avoir profité du Covid-19 pour accélérer leurs opérations. En avril, la déforestation a progressé de 65 % au Brésil en comparaison avec le même mois l ’an dernier (ici, le 29 avril, un incendie dans la zone

"Le plateau des Guyanes, qui comporte notamment la Guyane française, le Guyana et le Suriname, a des taux de déforestation extrêmement faibles et a maintenu un couvert forestier quasi intact par rapport à d'autres parties de l'Amazonie, aux zones andines ou brésiliennes", observe Laurent Kelle, responsable du WWF en Guyane.

En Guyane, on est très, très loin du reste de l'Amazonie, où on casse la forêt et on voit après ce qu'on fait.

Pierre Courtiade, coordinateur du pôle énergie de l'Ademe en Guyane

à franceinfo

Entre 1990 et 2012, entre 3 000 et 3 300 hectares de cette forêt ont disparu chaque année, victimes de la la déforestation, d'après l'Institut géographique national (IGN). L'expansion de l'agriculture et de l'élevage est responsable de la disparition de 1 500 à 2 000 hectares par an, détaille la revue Territoire en mouvement. L'orpaillage, légal comme clandestin, entraîne la perte de 800 à 1 000 hectares par an – à parts égales, d'après Laurent Kelle. Et la construction d'infrastructures, routières mais aussi urbaines, cause le déboisement de quelque 400 hectares chaque année.

Le Grand conseil coutumier des peuples amérindiens dénonce la duplicité de Macron sur l’Amazonie

Le Grand conseil coutumier des peuples amérindiens dénonce la duplicité de Macron sur l’Amazonie Le président français « dénonce la destruction de l’Amazonie brésilienne ou bolivienne mais parallèlement attribue 360 000 hectares de forêt aux multinationales minières, en Guyane, en Amazonie française », déplore l’organisme, qui défend les intérêts des peuples amérindien et bushinengé de Guyane. En première ligne dans les pressions exercées sur Jair Bolsonaro pour la lutte contre les incendies en Amazonie, la France est pourtant loin d’être exemplaire en ce qui concerne la protection de cette zone, dénonce le Grand conseil coutumier des peuples amérindiens, dans une tribune publiée sur Franceinfo.

Mais la déforestation la menace gravement. Plus du cinquième de la forêt a déjà été détruit, essentiellement pour produire de la nourriture pour le bétail. Des menaces encore plus sérieuses depuis l 'arrivée au Brésil du climatosceptique Jair Bolsonaro, qui entend ouvrir les territoires des

L 'Agence spatiale brésilienne (INPE) dit avoir répertorié 72.843 incendies dans la forêt amazonienne depuis le début de l 'année, soit une hausse de 83% par rapport à la même période l 'an dernier et un record depuis qu' elle a commencé à recueillir de telles données en 2013. La déforestation au Brésil

"Cela peut paraître beaucoup vu de métropole, mais c'est très peu à l'échelle amazonienne", relativise Lilian Blanc, chercheur en écologie forestière au Centre de coopération internationale en recherche agronomique (Cirad). Ces 3 000 à 3 300 hectares de forêt rasés annuellement représentent environ 0,04% du territoire guyanais. "La déforestation en Guyane n'a rien à voir avec le contexte brésilien", insiste l'écologue. Au Brésil, la déforestation opère à une tout autre échelle. En 2018, ce sont 1,3 million d'hectares de forêt tropicale primaire qui y ont disparu, selon le World Resources Institute. Soit environ 0,4% de la forêt amazonienne restante au Brésil, déjà réduite de 20% depuis 1970.

Une exploitation forestière encadrée

"La forêt guyanaise est certainement la forêt tropicale la mieux gérée du monde, assure Lilian Blanc. Et sa gestion est planifiée et encadrée par l'ONF." Depuis 2012, l'office s'est d'ailleurs engagé dans une démarche de certification de la forêt guyanaise, afin de garantir une gestion durable de la ressource. "En Guyane, les exploitants forestiers ne prélèvent que quatre à cinq arbres à l'hectare contre dix au Brésil. Et les forestiers ne passent sur une parcelle que tous les 65 ans. Les arbres ont le temps de se régénérer et la biodiversité est préservée, expose l'écologue du Cirad. Au Brésil, les passages se font tous les cinq ou dix ans. C'est cette rapidité qui rend la forêt si vulnérable au feu. Et c'est cette forêt-là qui brûle aujourd'hui."

Incendies en Amazonie : «Nous avons eu une bonne discussion»... Le chef Raoni a rencontré Emmanuel Macron

Incendies en Amazonie : «Nous avons eu une bonne discussion»... Le chef Raoni a rencontré Emmanuel Macron « Les forêts et les terres du Brésil aident toute la planète à vivre », a rappelé Raoni Metuktire © AFP Le chef Raoni Raoni Metuktire, issu de la tribu Kayapo, à Bidart (Pyrénées-Atlantiques), le 26 août 2019. Ils se sont rencontrés juste après la fin du sommet du G7. Le président français Emmanuel Macron a rencontré lundi soir le chef Raoni Metuktire, figure de la lutte contre la déforestation en Amazonie. Le chef indigène, défenseur de l’environnement, s’est dit satisfait de cette rencontre, avant d’avoir des mots très durs pour le président brésilien Jair Bolsonaro.

Face aux incendies et à la déforestation qui ravagent l ’Amazonie, le débat s’amplifie, à l ’international, sur cette crise environnementale. Une telle perception pèserait sur les exportations agricoles du Brésil, qui sont d’une importance considérable pour le commerce extérieur du pays.

En quoi la déforestation contribue- t - elle au changement climatique ? Les incendies de tourbières sont particulièrement graves… La déforestation est une problématique complexe. Le secteur privé, les producteurs de matières premières jouent un rôle clé et peuvent prendre une part importante dans

La production de bois est faible en Guyane, de l'ordre de 90 000 mètres cubes par an. A titre de comparaison, dans les Landes, elle atteint un million de mètres cubes.

Lilian Blanc, chercheur en écologie forestière au Cirad

à franceinfo

En Guyane, la forêt amazonienne n'est pas non plus grignotée par l'agriculture et l'élevage, comme au Brésil. Dans cette région d'outre-mer, "il n'y a pas de volonté de pousser les grandes installations comme au Brésil, et ces implantations agricoles sont parfaitement contrôlées par l'Etat", explique Pierre Courtiade, qui constate cependant "une demande et une volonté légitime de développer l'agriculture et l'élevage". "En Guyane, la population double tous les quinze ans, il manque actuellement 7 000 logements et l'autosuffisance alimentaire ne dépasse pas 20%. On ne peut pas laisser les gens vivre dans des bidonvilles et il faut bien les nourrir. Les exploitations agricoles couvrent 30 000 hectares aujourd'hui. Et il en faudrait 50 000 hectares d'ici quinze ans pour nourrir tout le monde", chiffre le responsable de l'Ademe.

Mais une politique à géométrie variable

"L'Etat n'a pas toujours mis en avant comme une priorité la préservation de la forêt amazonienne en Guyane", pointe toutefois l'écologue Lilian Blanc. En 2015, lorsqu'il était ministre de l'Economie, Emmanuel Macron a ainsi soutenu le gigantesque et controversé projet minier Montagne d'or. Un soutien qu'il a confirmé en 2017, après son arrivée à l'Elysée. L'exécutif a finalement annoncé son abandon, en mai. Mais le président de la compagnie minière ne s'avoue pas vaincu, arguant que le projet n'est pas finalisé.

Pourquoi les scientifiques s’inquiètent des incendies de l’Amazonie

Pourquoi les scientifiques s’inquiètent des incendies de l’Amazonie Les feux en cours dans la forêt amazonienne sont plus importants et plus fréquents cette année et continuent de fragiliser un des plus riches écosystèmes terrestres. © CARLOS FABAL / AFP Une zone détruite par les incendies, près de Porto Velho, dans l’Etat du Rondonia, au Brésil, le 24 août. Les incendies qui frappent la forêt amazonienne ces dernières semaines se sont invités jusqu’au G7, sommet réunissant quelques-unes des plus grandes économies du monde à Biarritz, entre le 24 et le 26 août.

"Depuis 2014-2015, il y a énormément de spéculation de la part de multinationales autour des ressources minières guyanaises. Les demandes de permis d'exploration sont en hausse et concernent des milliers d'hectares", observe Laurent Kelle, responsable du WWF en Guyane. Des cartes de ces installations minières d'exploration ou d'exploitation qui mitent la forêt guyanaise sont consultables sur le cadastre minier officiel, mais aussi sur Panoramine, à l'initiative de l'association Ingénieurs sans frontières. D'après les ONG comme le collectif Or de question, opposé aux méga-projets d'extraction en Guyane, les activités minières, légales ou non, occupent 360 000 hectares de forêt.

"Il y aurait une incohérence à continuer d'octroyer des titres de prospection miniers, voire à terme des permis d'exploitation, et d'afficher une volonté de protéger l'Amazonie. Si, demain, on autorise une industrie minière en Guyane, on aura une activité économique incompatible avec la protection de l'environnement", prévient Laurent Kelle.

En 2019, on a encore recensé 132 sites miniers illégaux dans le parc national guyanais. La création de ce parc a contribué à lutter et à limiter l'impact de l'orpaillage illégal, mais on ne peut pas se satisfaire de ce bilan.

Laurent Kelle, responsable du WWF en Guyane

à franceinfo

"Le gouvernement oscille entre deux tendances, au gré des pressions locales, nationales et internationales", analyse Lilian Blanc. D'un côté, les partisans d'une préservation totale de la forêt. De l'autre, les tenants de son utilisation comme outil de développement économique. En 2017, lors de la dernière grande crise sociale guyanaise contre la vie chère, l'Etat a lâché du lest face aux seconds. "Aujourd'hui, c'est plutôt le courant conservationniste [favorable à la préservation de la forêt] qu'on entend", estime l'écologue.

Incendies en Amazonie : "Vous qui venez d'autres mondes, aidez-nous !", implorent les indigènes de la tribu des Karitiana

Incendies en Amazonie : Alors que les incendies continuent de ravager la forêt amazonienne, la petite tribu brésilienne des Karitiana se sent acculée. "Ces incendies ont un impact sur la santé de notre communauté", déplore le cacique Antonio-José, chef de la tribu des Karitiana. Ils sont encore 500 membres de cette communauté indigène à vivre dans la forêt amazonienne, à 90 kilomètres de la ville de Porto Velho au Brésil. Leur village, leur culture et leur mode de vie sont aujourd'hui menacés par les incendies et la déforestation.

Et des importations de soja brésilien

Mais la France n'est pas seulement directement responsable des dommages qu'elle peut faire subir à la forêt amazonienne en Guyane, elle est aussi indirectement comptable de la déforestation en Amazonie brésilienne, notamment. Selon un rapport publié en juin par Greenpeace, s'appuyant sur la base de données Comtrade des Nations unies sur le commerce mondial, la France importe chaque année quelque 2 millions de tonnes de soja en provenance du Brésil, qui en a produit plus de 113 millions de tonnes en 2019, selon l'AFP. En 2017, le soja brésilien représentait ainsi 61% de l'ensemble du soja importé par la France, faisant du Brésil le premier fournisseur de soja de l'Hexagone, d'après Greenpeace. Ce soja était principalement destiné à l'alimentation animale dans les élevages, selon l'ONG.

Mais si la culture du soja, dont le Brésil est le premier exportateur mondial devant les Etats-Unis, a été l'une des principales causes de déforestation en Amazonie brésilienne, le moratoire entré en vigueur en 2006 a permis d'y mettre un quasi coup d'arrêt. La culture du soja n'est plus responsable que de 1% du déboisement contre 30% il y a trois ans, soit tout de même plus de 2 millions d'hectares, d'après Mighty Earth. L'ONG note toutefois que des géants du secteur ont reporté leur expansion sur les pays voisins, l'Argentine, le Paraguay ou la Bolivie.

Ces activités agricoles n'occupent d'ailleurs qu'environ 6,5% de la surface déboisée au Brésil. "L'élevage bovin extensif est le principal facteur de déforestation de l'Amazonie. Un peu plus de 65% des terres déboisées en Amazonie sont aujourd'hui occupées par des pâturages", pointe à l'AFP Romulo Batista, chercheur chez Greenpeace. Des entreprises françaises portent en outre une part de responsabilité dans l'exploitation illégale du bois de la forêt amazonienne au Brésil, d'après Greenpeace. Dans une enquête parue en 2018, l'ONG a accusé 19 sociétés d'avoir été complices de ce trafic en 2016 et 2017 en s'approvisionnant en bois exotique extrait de concessions dont les plans d'exploitation étaient frauduleux.

Un sommet sur l'Amazonie pour tenter d'éteindre l'incendie

Un sommet sur l'Amazonie pour tenter d'éteindre l'incendie Un sommet sur l’Amazonie a lieu vendredi sous le signe de la lutte contre la déforestation. À son issue, six pays doivent signer un pacte régional pour préserver la forêt. Ce pacte existe toutefois depuis plus de 40 ans déjà, sans réel impact. À l’approche du sommet d’urgence sur l’Amazonie, qui se tient vendredi 6 septembre à Leticia, au sud de la Colombie, le président colombien Ivan Duque a annoncé l’adoption d’un pacte régional pour protéger la plus grande forêt tropicale du monde. Un texte qui sera par la suite présenté à l’Assemblée générale des Nations unies.

L'association Envol Vert a calculé l'"empreinte forêt" des Français. Elle estime qu'il faut raser en moyenne 352 m2 de forêt par Français pour répondre à nos habitudes de consommation. Le soja compte à lui seul pour 206 m2. Cela représente 2,4 millions d'hectares d'arbres arrachés pour l'ensemble de la population française, soit presque la superficie de la Bretagne. Des forêts qui disparaissent à cause de nos modes de vie en Amérique du Sud, mais aussi en Asie du Sud-Est et en Afrique.

MSN vous conseille:
  • LR: C. Jacob appelle à sortir des «petites chapelles» (20 Minutes)
  • Y. Moix avoue la création de dessins et textes antisémites (Liberation)
  • Les francs-maçons secoués par une polémique avec le Crif (Le Parisien)
  • Marseille: tollé autour d'une ligne de bus «secrète» (BFMTV)

Aussi sur MSN - Amazonie : dans l'État de Rondônia, des colonnes de fumées à perte de vue

Incendies en Amazonie : la France participe-t-elle à la déforestation ?
Lire plus

Un sommet sur l'Amazonie pour tenter d'éteindre l'incendie.
Un sommet sur l’Amazonie a lieu vendredi sous le signe de la lutte contre la déforestation. À son issue, six pays doivent signer un pacte régional pour préserver la forêt. Ce pacte existe toutefois depuis plus de 40 ans déjà, sans réel impact. À l’approche du sommet d’urgence sur l’Amazonie, qui se tient vendredi 6 septembre à Leticia, au sud de la Colombie, le président colombien Ivan Duque a annoncé l’adoption d’un pacte régional pour protéger la plus grande forêt tropicale du monde. Un texte qui sera par la suite présenté à l’Assemblée générale des Nations unies.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 3
C'est intéressant!