•   
  •   

FranceMineurs étrangers : lacunes majeures

16:20  11 septembre  2019
16:20  11 septembre  2019 Source:   liberation.fr

Nord : Ni mineurs ni majeurs, ces jeunes migrants n'ont droit à rien

Nord : Ni mineurs ni majeurs, ces jeunes migrants n'ont droit à rien Une quarantaine de jeunes immigrés hébergés à Armentières sont à l’aube de se retrouver de nouveau à la rue © M.Libert / 20 Minutes Le sort de ces jeunes est entre les mains de la justice (illustration). IMMIGRATION - Une quarantaine de jeunes immigrés hébergés à Armentières sont à l’aube de se De jeunes Africains bien encombrants. Au début du mois de juin dernier, les autorités ont procédé à l’évacuation du « squat cinq étoiles », à Lille.

Mineurs étrangers : lacunes majeures . Tout enfant a le droit d’être protégé, c’est le droit international qui le dit. «Depuis l’ouverture du centre de Pantin [Seine-Saint-Denis, ndlr] en décembre 2017 [où sont pris en charge des jeunes étrangers en attente d’être reconnus ou non mineurs ], nos équipes

Or, durant cette période, des jeunes qui seront finalement reconnus mineurs , se trouvent dans un entre-deux qui rend leur survie périlleuse : ni mineurs ni majeurs , ils passent entre les mailles des dispositifs de santé ou d’hébergement qu’ils pourraient solliciter. […]

Mineurs étrangers : lacunes majeures © Cyril ZANNETTACCI Au foyer Bellevue de Châlons-en-Champagne, le 5 février 2017.

Médecins sans frontières et Human Rights Watch publient chacun un rapport sur le traitement des mineurs non accompagnés en France. Et s'inquiètent que le système échoue à tous les prendre en charge.

Tout enfant a le droit d’être protégé, c’est le droit international qui le dit. En France, certains ne le sont cependant pas, d’après deux associations, Médecins sans frontières et Human Rights Watch (HRW), qui publient ces jours-ci deux rapports sur ceux que l’on appelle les «mineurs non accompagnés» ou «mineurs étrangers isolés». Ces quelques milliers de jeunes, très majoritairement des garçons, arrivés sur le territoire sans accompagnateur (parents, oncle ou tante, etc.), doivent être pris en charge par l’Etat… à condition que leur qualité de mineur soit reconnue.

Afrique du Sud: «les étrangers amènent de nouvelles compétences et des idées»

Afrique du Sud: «les étrangers amènent de nouvelles compétences et des idées» Le calme est revenu en Afrique du Sud, après les violences xénophobes qui ont éclaté en début de semaine et ont fait au moins dix morts. Selon une étude de l’OCDE, il est impossible d’affirmer que les migrants volent le travail des Sud-Africains, et font grimper la criminalité. Et c’est aussi l’avis de certains participants du Forum économique mondial pour l’Afrique, qui s’est terminé au Cap en fin de semaine. Rya Kuewor travaille au Ghana pour aider l’intégration des réfugiés, et pour lui, il est important de changer les mentalités sud-africaines sur ces populations.

Il est donc recommandé aux mineurs voyageant à l’ étranger de conserver sur eux un document (ou photocopie) prouvant leur nationalité : passeport, carte Cette fiche s’adresse à tous les organisateurs de séjours de mineurs à l’ étranger , quel que soit le mode d’hébergement. Ne sont toutefois visés ni

Alors que 93 % des 12 000 mineurs arrivés en Italie depuis l'Afrique au premier semestre 2017 ont voyagé seuls, l'étude publiée ce 27 juillet détaille leurs profils, motivations et expériences migratoires. Il en ressort trois conclusions majeures : les violences domestiques sont le premier facteur d'exil, ils ont

C’est là que le bât blesse (ce qui n’est pas nouveau) : selon les rapports des deux organisations, le processus d’évaluation de l’âge, qui n’est pas harmonisé au niveau national, peut durer de nombreux mois, au cours desquels le jeune n’est pas forcément pris en charge par la collectivité. Or, durant cette période, des jeunes qui seront finalement reconnus mineurs, se trouvent dans un entre-deux qui rend leur survie périlleuse : ni mineurs ni majeurs, ils passent entre les mailles des dispositifs de santé ou d’hébergement qu’ils pourraient solliciter.

«Depuis l’ouverture du centre de Pantin [Seine-Saint-Denis, ndlr] en décembre 2017 [où sont pris en charge des jeunes étrangers en attente d’être reconnus ou non mineurs], nos équipes sont témoins au quotidien des nombreuses violations de l’accès aux soins, des entraves aux droits fondamentaux, des dysfonctionnements de prise en charge, des lacunes administratives, des failles juridiques, dont sont victimes ces mineurs», indique ainsi Corinne Torre, cheffe de mission France de Médecins sans frontières (MSF), qui a mis en place un réseau de familles pour accueillir ces jeunes en attendant qu’ils ne soient pris en charge, comme il se doit, par un département.

Flambée de violences xénophobes en Afrique du Sud : que s’est-il passé ?

Flambée de violences xénophobes en Afrique du Sud : que s’est-il passé ? Les violences ont visé les communautés africaines immigrées, notamment nigérianes, accusées d’être responsable du taux de chômage élevé du pays. A Johannesburg, le retour à la normale s’amorce progressivement. Depuis dimanche, la plus grande ville du pays était le théâtre de graves violences et d’émeutes xénophobes. Cinq personnes ont été tuées. Si plus de 200 autres ont été arrêtées, les forces de l’ordre et le gouvernement ont néanmoins peiné à endiguer les événements.

Cet accompagnement a permis à Gurpreet de s’inscrire en CAP boulangerie et d’obtenir un logement grâce à la convention signée entre l’ALJT et la Croix Rouge Française pour l’accueil de Mineurs Isolés Étrangers (MIE) issus de l’Aide Sociale à l’Enfance et inscrits dans un parcours de formation.

Direction Vannes pour faire le point sur l'accueil des mineurs étrangers isolés dans le Morbihan. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur

Sur le plan de la santé, la situation est kafkaïenne, selon MSF : parmi les jeunes interrogés dans son centre de Pantin, 87 % ont déclaré avoir subi des violences, tortures ou maltraitances lors de leur parcours migratoire. Il faut donc les prendre en charge sur le plan somatique comme psychologique. Or, n’étant pas officiellement mineurs, ils n’ont pas accès à la protection maladie universelle (Puma). Mais lorsqu’ils se présentent à l’hôpital ou chez le médecin, munis de leurs documents d’identité faisant mention de leur âge, on leur demande l’accord de leur représentant légal pour pratiquer un acte médical sur eux. «Seules les situations d’urgence permettent d’être dispensé de cette autorisation. En dehors de ces cas, les hôpitaux et centres de santé sont placés face à un dilemme […]. Comment soigner un jeune qui n’est "ni mineur ni majeur" ?», interroge encore MSF.

Sur le plan de l’hébergement, le tableau dressé par les associations n’est guère plus réjouissant : si, théoriquement, les jeunes demandant à être reconnus mineurs doivent être mis à l’abri par le département durant 5 jours, 13 % de ceux arrivés au centre de MSF à Pantin après avoir entamé une procédure de reconnaissance de minorité n’avaient été mis à l’abri à aucun moment, et près de la moitié (45,9 %) n’avaient été mise à l’abri par le département qu’une seule journée. Et 51 % des jeunes qui se sont présentés au centre avaient toujours vécu dans la rue depuis leur arrivée en France.

Les crânes T. Rex avaient la climatisation intégrée

 Les crânes T. Rex avaient la climatisation intégrée Lorsque vous regardez un crâne fossilisé du puissant Tyrannosaurus rex, il y a quelques choses que vous remarquerez immédiatement. Pour commencer, il est énorme par rapport au reste de son corps, avec des proportions presque caricaturales.

Plusieurs mineurs ayant déposé une requête de protection auprès de l'aide à l'enfance ont ainsi été refoulés de l'autre côté de la frontière, ont «Ces personnes doivent être immédiatement reconduites dans le pays dont elles ne sont jamais sorties, qu'il s'agisse de majeurs ou de mineurs », a affirmé le

37 - DCEM – Document de circulation pour étranger mineur . - Du service des Étrangers en France de la Préfecture de Nanterre (page momentanément indisponible, veuillez vous reconnecter ultérieurement.

«Un tiers des jeunes affirment avoir des difficultés pour se nourrir, et près de la moitié dit n’avoir aucun soutien, ni matériel ni moral», ajoutent les auteures du rapport de MSF.

Pour être reconnu mineur, il faut toutefois d’abord pénétrer sur le territoire, ce qui n’est pas chose aisée, selon un rapport de HRW paru la semaine dernière : l’association «a recueilli neuf témoignages d’enfants qui nous ont dit avoir été sommairement renvoyés en Italie par la police aux frontières française», s’indigne-t-elle. HRW ajoute : «Nous avons aussi eu connaissance de six cas des lesquels la police aux frontières a accepté l’âge déclaré des enfants. Le cadre de ces décisions n’apparaît pas de manière évidente : certains des enfants acceptés par la police avaient des actes de naissance, d’autres non.»

Lire plus

Immigration: neuf personnalités préparent une "réécriture du droit des étrangers".
Une législation inadaptée, qui "alimente une sourde crise de confiance démocratique" et satisfait "les partisans du désordre": un collège d'experts des questions migratoires a annoncé mardi dans une tribune au journal Le Monde avoir lancé une "réécriture du droit des étrangers en France". Publié à deux semaines du débat sur la politique migratoire voulu par le président Emmanuel Macron, le texte, signé par neuf "praticiens du droit du séjour", dont notamment l'ancien directeur de l'Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) Pascal Brice, le préfet Jean-François Carenco ou encore Luc Derepas, ancien directeur des étrangers en France, est le fruit

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!