France: Mis en examen, Richard Ferrand veut rester au perchoir - PressFrom - France
  •   
  •   

FranceMis en examen, Richard Ferrand veut rester au perchoir

16:20  12 septembre  2019
16:20  12 septembre  2019 Source:   liberation.fr

France: le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand mis en examen

France: le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand mis en examen Le président LREM de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a été mis en examen dans la nuit de mercredi à jeudi à Lille pour prise illégale d'intérêts dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne. L'intéressé nie et entend rester au perchoir. À l'issue d'un « interrogatoire de première comparution » de près de 15 heures au tribunal de grande instance de Lille, où l'affaire a été dépaysée il y a un an, « les trois juges d'instruction saisis du dossier ont décidé de mettre en examen Richard Ferrand pour prise illégale d'intérêts », a indiqué dans la nuit à l'AFP le parquet de Lille.

Richard Ferrand a été mis en examen dans la nuit du 11 au 12 septembre à Lille pour «prise illégale d’intérêts» dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne. Richard Ferrand entend donc bien rester au perchoir , la présidence de l’Assemblée nationale, «déterminé à poursuivre [sa] mission».

Richard Ferrand , le 10 septembre 2019, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, à Paris (image d'illustration). Le président de l'Assemblée nationale a été mis en examen pour «prise illégale d'intérêts» dans l'affaire immobilière des Mutuelles de Bretagne.

S'il prend acte de la décision des juges lillois dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne, le président de l'Assemblée n'entend pas démissionner. La macronie fait bloc derrière le fidèle du chef de l'Etat.

Mis en examen, Richard Ferrand veut rester au perchoir © STEPHANE DE SAKUTIN Richard Ferrand à l'Assemblée nationale lors d'une séance de questions au gouvernement, le 23 juillet.


Touché mais toujours perché. Mis en examen dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne, le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, prend acte de la décision des juges d’instruction lillois qui l’ont entendu mercredi. Il ne compte pas pour autant quitter son perchoir, fauteuil dans lequel il s’est assis il y a un an.

Richard Ferrand mis en examen : Sibeth Ndiaye défend un "homme qui, dans l’exercice de ses fonctions, est absolument irréprochable"

Richard Ferrand mis en examen : Sibeth Ndiaye défend un Alors que Richard Ferrand entend conserver son poste de président de l'Assemblée nationale, malgré sa mise en examen pour "prise illégale d'intérêts", la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, invitée au micro d'Europe 1, a défendu son parcours politique. L’Elysée dit garder sa confiance en Richard Ferrand. Le président de l'Assemblée nationale a été mis en examen dans la nuit de mercredi à jeudi pour "prise illégale d'intérêts" dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne. Dans la foulée, le quatrième personnage de l'Etat a indiqué qu'il n'entendait pas démissionner de son poste, et se disant "déterminé à poursuivre (sa) mission".

Le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand , a été mis en examen dans la nuit de mercredi à Dans un communiqué, Richard Ferrand a assuré qu’il était «déterminé à poursuivre sa mission» et Le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand doit rester dans ses fonctions.

Richard Ferrand compte bien rester au Perchoir quoi qu'il arrive. - guillaume souvant / afp. Richard Ferrand , favori pour accéder à la présidence de l'Assemblée nationale, exclut ce mardi 11 septembre de démissionner s'il est mis en examen , contrairement à la règle posée par

Le communiqué de l’hôtel de Lassay est tombé dans la nuit, annonçant cette mise en examen pour des soupçons de prise illégale d’intérêts, après le classement sans suite d'une première plainte en octobre 2017, et à la suite d’une seconde plainte de l’association Anticor . Richard Ferrand estime que cette mesure qualifiée de «procédurale» va lui permettre de «se défendre en bénéficiant de tous les droits attachés à ce statut». «Le président de l’Assemblée nationale est déterminé à poursuivre la mission que lui ont confiée ses pairs et ses électeurs au service de la représentation nationale et de son pays», conclut le communiqué. Pas question de démissionner ou de se mettre en retrait.

Le souhait du député du Finistère de conserver son costume de quatrième personnage de l’Etat n’est pas une surprise. Tout juste investi par ses collègues LREM, à Tours le 10 septembre 2018, et pas encore élu par l’ensemble de l’hémicycle, celui-ci annonçait la couleur dans une interview à Libération : «Je suis attaché à la séparation des pouvoirs. Ce serait un déséquilibre total si, demain, tous les parlementaires étaient mis dans la main de la seule autorité judiciaire. […] Quoi qu’il en soit, une décision procédurale n’a pas vocation à décider de l’exercice d’un mandat parlementaire.»

Mis en examen, Richard Ferrand veut rester président de l'Assemblée nationale

Mis en examen, Richard Ferrand veut rester président de l'Assemblée nationale Mis en examen mercredi pour "prise illégale d'intérêt" dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne, le président LREM de l'Assemblée nationale française Richard Ferrand entend bien rester à son poste. Le président de l'Assemblée nationale française, Richard Ferrand, a été mis en examen mercredi 11 septembre pour "prise illégale d'intérêts" dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne. Le quatrième personnage de l'État a aussitôt annoncé, dans un communiqué transmis à l'AFP, être "déterminé à poursuivre (sa) mission" à la tête de l'Assemblée.

Après avoir dirigé les députés LREM, Richard Ferrand a accédé l’an dernier au perchoir de l’Assemblée nationale. Il avait à l’époque laissé entendre dans un entretien à Libération qu’il resterait à son poste s’il était mis en examen , en contradiction avec la règle qui vaut pour les ministres du

Richard Ferrand a été mis en examen , dans la nuit de mercredi à jeudi, pour "prise illégale d'intérêts" dans l'affaire immobilière des Mutuelles de Bretagne. Le président de l'Assemblée nationale se dit "déterminé". Mais est-que c'est tenable?

Reste que la détermination de Richard Ferrand à se maintenir ouvre la polémique. Si certains, dans l’opposition, commencent à appeler à sa démission, les responsables de la macronie, respect de la présomption d’innocence en bandoulière, ont affiché leur soutien à ce proche du chef de l’Etat et marcheur de la première heure.

La séparation des pouvoirs en question

Depuis les années 90, l’usage – inauguré par le Premier ministre Pierre Bérégovoy en 1992 puis confirmé par Edouard Balladur, d’où le nom de «jurisprudence Balladur» – s’est installé : une mise en examen d’un ministre entraîne sa démission du gouvernement. Au début du quinquennat d’Emmanuel Macron, plusieurs ministres avaient même quitté leur poste avant même que ce couperet de la mise en examen ne tombe. Ce fut le cas de Richard Ferrand, tout juste nommé à la Cohésion des territoires et épinglé par le Canard enchaîné pour l’affaire immobilière des Mutuelles de Bretagne, ainsi que des ministres Modem – François Bayrou, Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard.

Edouard Philippe exprime son "amitié", son "soutien total" et sa "confiance" à Richard Ferrand

Edouard Philippe exprime son Le Premier ministre a réagi jeudi sur TF1 à la mise en examen du président de l'Assemblée nationale. Richard Ferrand, mis en examen dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne, peut-il se maintenir à son poste de président de l'Assemblée nationale ? Lorsque Gilles Bouleau lui a posé la question jeudi soir, sur le plateau du JT de TF1, Edouard Philippe a simplement répondu : "Je le crois." Avant de témoigner son "amitié", son "soutien total" et sa "confiance" au député LREM.

Richard Ferrand a affirmé qu'il ne quitterait pas le perchoir si il était mis en examen . Le ministère de la justice veut réduire la population carcérale de

Dans la foulée, Richard Ferrand s’est affirmé "déterminé à poursuivre sa mission" de président de l’Assemblée. Il a pris "acte de cette mesure procédurale qui va La mise en examen d’un président de l’Assemblée nationale pendant son passage au perchoir est inédite. Laurent Fabius était déjà mis en

Mais ce qui vaut pour un membre du gouvernement vaut-il pour le président de l’Assemblée nationale ? Au nom de la séparation des pouvoirs, l’exécutif ne peut en tout cas pas exiger sa démission. «Il n’y a pas de logique politique» à ce qu’il quitte son poste, assure Sibeth Ndiaye, sur Europe 1, distinguant un ministre «nommé» et un parlementaire «élu». La porte-parole du gouvernement dirait même plus : «Quand on est président de l’Assemblée nationale, on est élu deux fois», par les électeurs, puis par les députés. Prédisant à Richard Ferrand «des jours encore très longs» à l’hôtel de Lassay, celle-ci ajoute qu’Emmanuel Macron conserve «toute sa confiance» en lui. Ce qui, séparation des pouvoirs législatif et exécutif oblige, n’est, institutionnellement, pas tout à fait le sujet.

Quelques appels à la démission

Ministres et autres responsables de la majorité ont défilé pour prendre sa défense, entre leçon de droit et éloge de son travail à la tête de la chambre basse. «Gardons-nous de confondre instruction et condamnation», exhorte Stanislas Guerini, patron de LREM. «Une démission serait un non-sens absolu, au regard du fond du sujet comme de la situation politique», affirme le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Éducation nationale, Gabriel Attal. «Instruction ne vaut pas jugement», abonde Benjamin Griveaux, candidat LREM pour les municipales à Paris.

Mis en examen, Richard Ferrand s’accroche au perchoir (et c’était un peu prévisible)

Mis en examen, Richard Ferrand s’accroche au perchoir (et c’était un peu prévisible) Il y a un an, il avait déjà laissé entendre qu’il ne quitterait pas son poste en cas de mise en examen. Le gouvernement fait bloc derrière lui.

La mise en examen d'un président de l'Assemblée nationale pendant son passage au perchoir est inédite. Laurent Fabius était déjà mis en examen dans l'affaire du sang contaminé au moment où il est redevenu président de l'Assemblée en 1997. Richard Ferrand "est présumé innocent" et "quand bien

Le président LREM de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand , a été mis en examen dans la nuit de "Évidemment, il peut rester à son poste", a-t-il assuré. Une mise en examen n'aurait "aucune La mise en examen d'un président de l'Assemblée nationale pendant son passage au perchoir est

Mais l’annonce tombe mal, parasitant la séquence «retraites» qu’orchestre ce jeudi le Premier ministre : Edouard Philippe intervenait en fin de matinée au Conseil économique, social et environnemental (Cese) et sera sur le plateau du JT de TF1 dans la soirée.

La majorité guette surtout les réactions de l’opposition. Va-t-elle s’engouffrer massivement dans la controverse ? Invité de France Info, le président du groupe LREM à l’Assemblée, Gilles Le Gendre, veut croire que Richard Ferrand «jouit d’une confiance et d’une estime d’une très large majorité de députés, qui dépasse le groupe majoritaire de La République en marche».

«La mise en examen ne signe pas la culpabilité mais la sérénité du débat public suppose que ceux qui exercent des fonctions institutionnelles nationales démissionnent en attendant la décision de justice», a pourtant tweeté le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure. Invoquant «un devoir d’exemplarité des elu-es», le numéro un du PCF, Fabien Roussel, rappelle que «les Français veulent que nous lavions plus blanc que blanc. C’est normal». Et il conclut que le président de l'Assemblée nationale «doit démissionner».

Si le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, se paye de formules – «macronisme rime avec affairisme» –, d’autres sont plus prudents. Au sein de LR, les avis sont partagés. «Juridiquement, il y a présomption d’innocence. Mais politiquement ? Comment présider, représenter l’institution, diriger des débats… dans ces conditions ?», s’interroge le député Philippe Gosselin. Candidat à la présidence de LR, Julien Aubert ne manque pas de renvoyer à Richard Ferrand ses critiques lors de l’affaire Fillon durant la présidentielle de 2017. «Il est arrosé, comme l’arroseur, pour ne pas dire douché ou rincé», s’amuse le député du Vaucluse. Sans demander sa démission. Compliqué pour ceux qui ont fait la campagne de François Fillon, malgré sa mise en examen, de jouer désormais les chevaliers blancs.

Soutenu par Emmanuel Macron, Richard Ferrand ne compte pas démissionner malgré sa mise en examen

Soutenu par Emmanuel Macron, Richard Ferrand ne compte pas démissionner malgré sa mise en examen Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand a été mis en examen dans la nuit de mercredi à jeudi pour "prise illégale d'intérêts" dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne. Il ne compte pas démissionner. Emmanuel Macron lui a renouvelé sa confiance. Le président En marche de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a été mis en examen dans la nuit de mercredi à jeudi à Lille pour "prise illégale d'intérêts" dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne. Le quatrième personnage de l'Etat a aussitôt annoncé, dans un communiqué, être "déterminé à poursuivre (sa) mission" à la tête de l'Assemblée.

Elle le rattrape aujourd’hui au perchoir de l’Assemblée nationale, où il a été élu en septembre 2018. Leur directeur général de l’époque, Richard Ferrand , en profite pour organiser l’achat de locaux par « Cela fait un an que M. Ferrand se dit blanchi par des décisions de justice, nous voyons aujourd’hui

Le président LREM de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand , a été mis en examen dans la nuit du 11 au 12 septembre à Lille pour «prise illégale d'intérêts» dans l'affaire des Dès son élection au perchoir , il avait déjà averti à demi-mot qu'il ne démissionnerait pas en cas de mise en examen .

Affaire Richard Ferrand: Au tour de sa compagne d'être entendue par les juges dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne.
Après la mise en examen de Richard Ferrand, sa compagne est, à son tour, entendue par les juges au sujet de l’affaire des Mutuelles de Bretagne © Francois Mori/AP/SIPA Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand. ENQUETE - Après la mise en examen de Richard Ferrand, sa compagne est, à son tour, entendue par les juges au sujet de l’aff Après Richard Ferrand, mercredi, c’était au tour de sa compagne d’être entendue, ce jeudi, par les juges lillois. Ces derniers sont en charge de l’aff .

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!