France: Jean-Marie Le Pen mis en examen dans l’affaire des emplois fictifs au RN - - PressFrom - France
  •   
  •   

FranceJean-Marie Le Pen mis en examen dans l’affaire des emplois fictifs au RN

00:15  14 septembre  2019
00:15  14 septembre  2019 Source:   nouvelobs.com

RN: Jean-Marie Le Pen mis en examen dans l'enquête sur les emplois présumés fictifs au Parlement européen

RN: Jean-Marie Le Pen mis en examen dans l'enquête sur les emplois présumés fictifs au Parlement européen Le cofondateur du Front national a été interrogé pendant plus de quatre heures sur les emplois de trois de ses assistants © Christophe ARCHAMBAULT / AFP Jean-Marie Le Pen le 10 janvier 2019.

Jean - Marie Le Pen , 91 ans, a été mis en examen dans le cadre de l ’ affaire des emplois présumés fictifs du Rassemblement national, indiquent ses avocats.

La justice aggrave la mise en examen de Marine Le Pen dans l ’ affaire des emplois présumés fictifs du La leader d'extrême droite Marine Le Pen , ici à Rome le 8 octobre 2018 lors d'une rencontre avec le Si la présidente du RN sait qu’elle a une épée de Damoclès au-dessus de la tête, en risquant

Jean-Marie Le Pen mis en examen dans l’affaire des emplois fictifs au RN © Copyright 2019, L'Obs

Jean-Marie Le Pen ne devait guère se faire d’illusion : il vient d’être mis en examen dans l’affaire des emplois présumés fictifs au RN pour « détournement de fonds publics » et « complicité » de ce délit. Le cofondateur du parti, rebaptisé Rassemblement national (RN), a été interrogé pendant plus de quatre heures par les juges d’instruction parisiens Claire Thépaut et Dominique Blanc sur les emplois de trois de ses assistants, selon ses avocats.

Jean-Marie Le Pen, était arrivé vendredi peu avant 14 heures au tribunal de Paris où il était convoqué en vue d’une mise en examen dans l’affaire des emplois présumés fictifs du parti d’extrême droite au Parlement européen, ont constaté des journalistes de l’AFP. Accompagné de ses deux avocats, il s’est dirigé vers le bureau de la juge Claire Thépaut, marchant à l’aide d’une canne.

Affaire des assistants parlementaires du FN : Jean-Marie Le Pen mis en examen vendredi

Affaire des assistants parlementaires du FN : Jean-Marie Le Pen mis en examen vendredi Jean-Marie Le Pen a été mis en examen vendredi pour "détournement de fonds publics" et "complicité" de ce délit dans l'affaire des soupçons d'emplois fictifs du FN. L'ancien président du FN Jean-Marie Le Pen a été mis en examen vendredi pour "détournement de fonds publics" et "complicité" de ce délit dans l'affaire des soupçons d'emplois fictifs du parti d'extrême droite au Parlement européen, a appris l'AFP auprès de ses avocats.

Marine Le Pen en visite dans une prison de Seine-et-Marne. Au même moment ce mercredi, l ' affaire des emplois fictifs du FN au Parlement européen s'est

Jean - Marie Le Pen , l’ex-président du Front national, a confirmé sa convocation par Mme Claire Thépaut juge d’instruction, le 13 septembre prochain, pour être mis en examen dans l ’ affaire des emplois fictifs présumés de son ancien parti au Parlement européen.

Le cofondateur du Front national avait annoncé lui-même le 5 septembre sa convocation par la juge d’instruction en vue d’une mise en examen, liée notamment aux emplois de son ancien garde du corps Thierry Légier et d’un ancien conseiller, Gaël Nofri.

Jean-Marie Le Pen avait alors assuré qu’il se ferait « un plaisir de dire ce qu’(il) pense à Mme Thépaut ». Sa démarche est « tout à fait illégitime » parce que « le pouvoir exécutif qu’elle représente (...) n’a pas la possibilité de s’ingérer dans le législatif », avait-il déclaré.

Refus de se rendre chez les juges

Déjà convoqué le 11 avril dans cette affaire, l’ancien dirigeant du parti frontiste avait refusé de se rendre chez les juges, se considérant encore protégé par son immunité d’eurodéputé. Cette dernière avait pourtant été levée par le Parlement européen, à la demande de la justice française, le 12 mars.

C’est l’heure du BIM : Le Sud enflammé, Le Pen convoqué et Deauville américanisée

C’est l’heure du BIM : Le Sud enflammé, Le Pen convoqué et Deauville américanisée « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM) © AFP Jean-Marie LE Pen à Strasbourg le 16 avril 2019. ACTUALITES - « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bullet Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Jean - Marie Le Pen , l’ex-président du Front national, a confirmé sa convocation par Mme Claire Thépaut juge d’instruction, le 13 septembre prochain, pour être mis en examen dans l ’ affaire des emplois fictifs présumés de son ancien parti au Parlement européen.

Emplois présumés fictifs du RN : Jean - Marie Le Pen convoqué pour être mis en examen . Dans le cadre de cette information judiciaire, initialement ouverte pour "abus de confiance", les juges ont d'ores et déjà procédé à 20 mises en examen , dont celle de Marine Le Pen et de son compagnon Louis

Assistants parlementaires : Jean-Marie Le Pen refuse de se rendre chez le juge

Les magistrats instructeurs soupçonnent le RN et ses dirigeants d’avoir mis en place « de manière concertée et délibérée » un « système de détournement » des enveloppes allouées par l’UE à chaque député pour rémunérer des collaborateurs parlementaires, afin de permettre au parti de faire des économies sur ses salaires.

Le préjudice a été estimé par le Parlement européen à près de 7 millions d’euros pour la période 2009-2017.

Une vingtaine de mises en examen

Dans ce dossier, une vingtaine de mises en examen ont été prononcées, dont celle de Marine Le Pen, présidente du RN et fille de Jean-Marie Le Pen, l’ex-compagnon de cette dernière Louis Aliot ou encore le trésorier du parti Wallerand de Saint-Just, pour « détournement de fonds publics » ou complicité.

Le parti a lui aussi été mis en examen dans cette information judiciaire, qui est également ouverte pour « escroquerie en bande organisée », laissant envisager de possibles mises en examen aggravées.

Lire plus

Soutenu par Emmanuel Macron, Richard Ferrand ne compte pas démissionner malgré sa mise en examen.
Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand a été mis en examen dans la nuit de mercredi à jeudi pour "prise illégale d'intérêts" dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne. Il ne compte pas démissionner. Emmanuel Macron lui a renouvelé sa confiance. Le président En marche de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a été mis en examen dans la nuit de mercredi à jeudi à Lille pour "prise illégale d'intérêts" dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne. Le quatrième personnage de l'Etat a aussitôt annoncé, dans un communiqué, être "déterminé à poursuivre (sa) mission" à la tête de l'Assemblée.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!