•   
  •   

France À Paris, la Marche pour le climat assombrie par les "black blocs"

22:15  21 septembre  2019
22:15  21 septembre  2019 Source:   europe1.fr

« Gilets jaunes » et black blocs chamboulent l’organisation des Journées du Patrimoine à Paris

« Gilets jaunes » et black blocs chamboulent l’organisation des Journées du Patrimoine à Paris Certains sites ne pourront être visités que sur réservation, tandis que d’autres vont tout simplement garder portes closes.

Par charentelibre.fr, publié le 22 septembre 2019 à 10h34. La Marche pour le climat à Paris a mobilisé samedi 15.000 personnes à Paris mais cette manifestation a été parasitée par des violences: des black blocs se sont mêlés au cortège et des incidents ont éclaté avec les forces de l’ordre

Marche pour le climat à Paris a mobilisé samedi 15.000 personnes à Paris mais cette manifestation a été parasitée par des violences: des black blocs se Environ 15.200 personnes ont participé à la marche pour le climat , selon le cabinet Occurrence, qui a effectué un comptage pour un groupe de

Organisée concomitamment au 45ème samedi de mobilisation des © AFP Organisée concomitamment au 45ème samedi de mobilisation des "gilets jaunes", la manifestation pour le climat a été émaillée de heurts entre manifestants et forces de l'ordre dans la capitale.

Avant le début de la Marche pour le climat, concomitante du 45ème samedi de mobilisation des "gilets jaunes", les organisateurs avaient appelé au calme. "Tout le monde est le bienvenu. On n'oppose pas justice climatique et justice sociale, il faut respecter le consensus d'action non violente", avait lancé une organisatrice. Mais trente minutes plus tard, la situation s'est brusquement tendue, samedi à Paris. La manifestation, qui a rassemblé quelque 15.000 personnes selon le cabinet Occurrence, a ensuite été parasitée par des violences.

Marche des jeunes pour le climat : «Il faut se bouger le cul !»

  Marche des jeunes pour le climat : «Il faut se bouger le cul !» «Libération» s'est rendu dans les cortèges à Paris, Bordeaux et Lyon pour cette troisième mobilisation sur le modèle des «Fridays for Future» initiés par Greta Thunberg. A Paris : «Les grands sont en train de gâcher notre avenir» Au pied de la statue, place de la Nation, en plein milieu des ados hurlant leurs slogans, deux fillettes silencieuses et souriantes brandissent chacune leur pancarte. «Pas de nature, pas de futur», peut-on lire, en surplomb d’un amas de dessins au feutre. Une baleine remplie de plastique, la planète dans un sac, un soleil en colère. Et en guise de sous-titre : «Sauvons la planète.

"Après avoir traité le black bloc [boulevard Saint-Michel] et évité que ça dégénère, l’enjeu était que la manifestation reparte. nous avons fait "Ne prenez aucun risque et quittez la Marche pour le climat . Les conditions d’une marche non-violente ne sont pas réunies", a tweeté Greenpeace, en dénonçant

Des exactions ont été commises par des "individus violents" de la mouvance black bloc au début de la Marche pour le climat à Paris , où 1.000 manifestants Vitrines cassées, banque dégradée, barricades de fortune incendiées des violence ont éclaté dès le début de la marche vers 14h30.

"C'est un sentiment de gâchis"

La marche a été dès le début émaillée d'incidents entre les forces de l'ordre et les black blocs, des manifestants habillés en noir de la tête aux pieds. Ces derniers ont mis le feu à plusieurs scooters garés Boulevard Saint-Michel, brisé les vitrines de magasins, mais aussi des abribus et des kiosques à journaux. Les policiers ont alors répliqué par des tirs nourris de gaz lacrymogène et de grenade de désencerclement.

Prise de panique, la foule a alors fait marche arrière, laissant les manifestants dans une situation d'incompréhension. "C'est un sentiment de gâchis, on vient en musique, faire la fête et interpeller nos décideurs pour qu'on prenne soin de notre planète et accessoirement de l'être humain...", a témoigné au micro d'Europe 1 Houria, qui se trouvait en tête du cortège. "Là, ils nous montrent qu'ils n'en ont rien à faire de l'être humain. Je ne suis absolument ni armée ni casquée et j'ai été gazée."

Climat, gilets jaunes, journées du Patrimoine : recette d’un samedi chaud ?

  Climat, gilets jaunes, journées du Patrimoine : recette d’un samedi chaud ? La France, et tout particulièrement Paris, se prépare à un samedi potentiellement à risque, entre marches pour le climat, acte 45 des « gilets jaunes », Journées du patrimoine et manif contre la réforme des retraites. A Paris, les autorités disent craindre un retour des violences, comme au plus fort du mouvement des « gilets jaunes ». Une source sécuritaire évoque ainsi des risques de « convergence » entre « gilets jaunes » et « black blocs qui veulent tout casser » mais aussi d’« infiltration » de la marche pour le climat.

Militants black blocs à Paris . Marche pour le climat à Grenoble: la Société Générale visée et plus d'un millier de personnes dans les rues. Le Dauphiné Libéré.

Paris - La Marche pour le climat à Paris a mobilisé samedi 15.000 personnes à Paris mais cette manifestation a été parasitée par des violences: des black blocs se sont mêlés au cortège et des incidents ont éclaté avec les forces de l'ordre, massivement mobilisées.

"Macron, pollueur de la Terre"

Patrice, un autre manifestant rencontré après ces heurts, pointait lui la seule responsabilité des "black blocs" : "C'est eux qui arrivent à imposer leur timing. On est obligés de faire demi-tour, c'est quand même du jamais vu et c'est quand même désolant pour cet enjeu climatique essentiel." Interrogé par Europe 1 samedi soir, le directeur de Greenpeace France, Jean-François Julliard, a également dit son sentiment de "gâchis". "On a vu des grenades lacrymogènes arrivées au milieu des manifestants pacifiques et non-violents", estime-t-il. "On n'avait absolument pas besoin de cela. On avait une manifestation familiale, pacifique, avec du monde."

>>> LIRE AUSSI - Marche pour le climat : "Un sentiment de gâchis" pour le directeur de Greenpeace France

À 18 heures, 163 personnes avaient été interpellées et et 395 verbalisées, selon la préfecture de police de Paris, tandis que 99 se trouvaient encore en garvde à vue. Après un moment de confusion dû aux violences, le cortège pour le climat était lui finalement arrivé à son terme, dans le quartier de Bercy, dans une ambiance familiale. Là, des militants écologistes ont bloqué le pont de Tolbiac et la passerelle piétonne Simone de Beauvoir, en y déployant des banderoles. Sur l'une d'elles, on pouvait lire, en anglais, "Macron, pollueur de la Terre".

Des souverains et des princes aux obsèques de Jacques Chirac .
VIDEO L’amour est dans le pré : Marie-Élodie taquine Olivier sur l’origine de son œil au beurre noir

Thématique de la vidéo:

usr: 3
C'est intéressant!