•   
  •   

France Gilets jaunes : un capitaine de police parmi les mis en garde à vue samedi

14:30  22 septembre  2019
14:30  22 septembre  2019 Source:   lexpress.fr

Visa pour l'image 2019: photographier la grande fresque des Gilets jaunes

Visa pour l'image 2019: photographier la grande fresque des Gilets jaunes Un grand nombre de dossiers avaient été déposés, et ce sont finalement les leurs qui ont été retenus à Visa pour l'image. Olivier Coret, 47 ans, photographe indépendant, et Éric Hadj, 51 ans, pigiste à Paris Match, présentent jusqu'à ce 15 septembre, dans le cadre du célèbre festival international de photojournalisme de Perpignan, deux séries de clichés réalisées tout au long du mouvement des Gilets jaunes. Entretien croisé. RFI : Visa pour l'image est l'occasion de s'arrêter un instant sur les moments marquants de l'année écoulée.

Samedi à Paris : 163 personnes interpellées, 120 mises en garde à vue et parmi elles , un capitaine de police . interpellé, celui qui se présentait comme un gilet jaune a continué d'insulter les policiers et a été transféré au commissariat du XIVe arrondissement de Paris où il a été placé en

Le capitaine de police a été placé en garde à vue . AFP. Parmi les nombreuses interpellations samedi 21 septembre à la suite des différentes manifestations Capitaine depuis 1995 dans un service du ministère de l'Intérieur. Il n'était pas de service samedi matin, précise toujours Le Parisien.

Photo d'illustration © AFP/Gerard Julien Photo d'illustration

Samedi à Paris : 163 personnes interpellées, 120 mises en garde à vue... et parmi elles, un capitaine de police. Un homme âgé d'une cinquantaine d'années a en effet été arrêté par la brigade anti-criminalité (BAC) alors qu'il manifestait dans les rues de Paris lors du rassemblement de gilets jaunes, comme selon une source judiciaire confirmant une informant du Parisien.

LIRE AUSSI>> À Paris, une convergence gilets jaunes-Marche pour le climat étouffée

Il se trouvait en haut des Champs-Élysées, en fin de matinée, quand il s'en est pris à un escadron motorisé de police, les insultant de manière violente. A la suite de cet incident, il a été interpellé par la BAC. C'est à ce moment que le quinquagénaire a sorti sa carte de police, à la plus grande stupéfaction des forces de l'ordre.

A Paris, l'acte 45 des gilets jaunes anesthésié par la force

  A Paris, l'acte 45 des gilets jaunes anesthésié par la force Plus de 7 500 policiers et gendarmes sont déployés dans la capitale, contrôlant et verbalisant à tour de bras depuis les premiers rassemblements du matin. La démonstration de force n’a pas traîné. Il est à peine 9h15 sur une place de la Madeleine bunkerisée (la plupart des commerces sont fermés et calfeutrés) quand une cinquantaine de motos déboulent vrombissantes, surmontées d’une doublette policière sur le pied de guerre. A l’arrière, ces «voltigeurs» millésime 2019, le visage souvent masqué, exhibent leur équipement : matraques, lanceurs de balles de défense, caméras pour ceux chargés de filmer les visages des manifestants…Un premier passage, puis un second pour tois

Mouvement des " gilets jaunes ". Enquête ouverte après l’agression filmée d’un manifestant « gilet jaune » par un policier. La scène, filmée le 18 janvier à Paris, montre Au total, 60 personnes ont été interpellées, dont 45 placées en garde à vue , selon les autorités, lors de ce rassemblement marqué

à autorisation Dès 10h du matin, le samedi 20 avril, quelques centaines de manifestants tentent de se rassembler sur trois points de rendez-vous, dont Châtelet. Les Gilets Jaunes à Bordeaux lors de l'Acte 24 - Продолжительность: 22:12 Mediacord Productions Vidéo 23 825 просмотров.

Un agent de la sécurité intérieure

L'individu travaille en effet au STSI (Service des technologies et des systèmes d'information de la sécurité intérieure), un service au sein du ministère de l'Intérieur basé à Issy-les-Moulineaux, précise le quotidien. Il est d'ailleurs capitaine depuis 24 ans.

Alors qu'il était interpellé, celui qui se présentait comme un gilet jaune a continué d'insulter les policiers et a été transféré au commissariat du XIVe arrondissement de Paris où il a été placé en garde à vue pour outrage et rébellion. Toutefois, la police a demandé un examen psychiatrique.

L’IGPN saisie après la vidéo d’un CRS frappant un manifestant à Nancy.
L’incident a eu lieu lors de l’acte 44 des « gilets jaunes ». Le CRS serait un commandant. Le procureur de la République de Nancy a indiqué mardi 17 septembre avoir saisi l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) après la diffusion d’une vidéo montrant un CRS frappant avec une matraque un manifestant lors de l’acte 44 des « gilets jaunes » samedi à Nancy. « Je […] confirme avoir saisi hier (lundi) l’antenne de l’IGPN à Metz pour enquête et ce, sur le seul fondement de la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux », a indiqué à l’AFP le magistrat, François Pérain.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 3
C'est intéressant!