•   
  •   

France Attaque au couteau à la préfecture de Paris : Castaner récuse tout « scandale d’Etat » et veut « resserrer le tamis » sur la radicalisation

12:25  07 octobre  2019
12:25  07 octobre  2019 Source:   20minutes.fr

Attaque au couteau à la préfecture de Paris : La légion d’honneur sera remise aux victimes mardi

  Attaque au couteau à la préfecture de Paris : La légion d’honneur sera remise aux victimes mardi Emmanuel Macron prendra la parole au cours d’une cérémonie nationale d’hommage aux quatre victimes © 20 Minutes Ce que l'on sait de l'attaque au couteau à la préfecture de Paris qui a fait 5 morts HOMMAGE - Emmanuel Macron prendra la parole au cours d’une cérémonie nationale La Légion d’honneur sera remise, ce mardi, aux quatre victimes de l’attaque à la Préfecture de police de Paris lors d’une cérémonie nationale d’hommage au cours de laquelle le président Emmanuel Macron prendra la parole, a indiqué l’Elysée, ce lundi.

de Paris : C. Castaner veut automatiser le signalement des radicalisations . de l'ordre après la tuerie de la préfecture de police, qualifiée de " scandale d ' Etat " par une partie de l'opposition. Paris : un employé de la préfecture de police tue 4 personnes au couteau - Продолжительность: 2:13 Le

Christophe Castaner a récusé lundi que la tuerie à la préfecture de police soit révélatrice d’un " scandale d ’ État " et a promis de " resserrer le tamis " pour que tout indice de radicalisation chez les forces de l’ordre fasse l’objet d’un "signalement automatique".

Le ministre de l’Intérieur a de nouveau déploré que les propos de l’assaillant sur les attentats de Charlie Hebdo en 2015 n’aient pas suffisamment suscité l’attention

Christophe Castaner sera auditionné mardi par la commission parlementaire au renseignement sur les « dysfonctionnements » qui ont mené à la tuerie de la préfecture de police de Paris. © CELINE BREGAND/SIPA Christophe Castaner sera auditionné mardi par la commission parlementaire au renseignement sur les « dysfonctionnements » qui ont mené à la tuerie de la préfecture de police de Paris. ENQUETE - Le ministre de l’Intérieur a de nouveau déploré que les propos de l’assaillant sur les attentats de Charlie Hebdo en 2015 n’aient pas suffisamment suscité l’attention

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a déploré ce lundi matin que la radicalisation de Mickaël Harpon, l'assaillant de la préfecture de police de Paris, n’a pas donné lieu à des alertes « au bon niveau, au bon moment ».

Attaque au couteau à la préfecture de Paris : Quelles mesures pour prévenir la radicalisation des fonctionnaires ?

  Attaque au couteau à la préfecture de Paris : Quelles mesures pour prévenir la radicalisation des fonctionnaires ? Jeudi, un employé a tué quatre personnes au couteau en plein coeur de Paris, dans les locaux de la Préfecture de police, avant d'être abattu par les forces de l'ordreUne menace venue de l’intérieur. L’agresseur, qui a tué quatre policiers ce jeudi dans les locaux de la Préfecture de police de Paris, travaillait au service informatique de la Direction du renseignement (DRPP). Les enquêteurs exploraient la piste d’un conflit personnel, mais vendredi soir, le parquet national antiterroriste (PNAT) a annoncé se saisir de l’enquête. Face à la radicalisation, la fonction publique a-t-elle pris toutes les mesures ? 20 Minutes fait le point.

Christophe Castaner a récusé lundi 7 octobre 2019 que la tuerie à la préfecture de police soit révélatrice d’un « scandale d ’ Etat » et a promis de « resserrer le tamis » pour que tout indice de radicalisation chez les forces de l’ordre fasse Castaner veut « resserrer les mailles du filet ».

Christophe Castaner a récusé lundi que la tuerie à la préfecture de police soit révélatrice d’un “ scandale d ’ Etat ” et a promis de “ resserrer le tamis ” pour que tout indice de radicalisation chez les forces de l’ordre fasse l’objet d’un “signalement automatique”.

Interrogé sur France Inter, Christophe Castaner a rappelé que l’homme, qui a tué quatre policiers jeudi, avait justifié les attentats de Charlie Hebdo en 2015 au sein de son service sans faire l’objet d’un « signalement formel ». Il a souhaité que chaque alerte fasse désormais l’objet d’un « signalement automatique ».

Selon un rapport interne révélé dimanche par France Inter, ces déclarations n’ont pas l’objet d’un signalement formel. « Les signaux d’alerte auraient dû être suffisants pour déclencher une enquête en profondeur », a estimé le ministre qui a promis de « resserrer encore les mailles du filet ».

Attaque à Paris : Christophe Castaner dans le collimateur de l'opposition

  Attaque à Paris : Christophe Castaner dans le collimateur de l'opposition Le ministre de l'Intérieur est sous le feu des critiques après la révélation du profil radicalisé de l'assaillant de la préfecture de police. © afp.com/LUDOVIC MARIN Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner quitte le palais de l'Elysée, le 17 juillet 2019 à Paris Tous les regards se tournent vers Christophe Castaner.

Christophe Castaner a récusé lundi que la tuerie à la préfecture de police soit révélatrice d'un " scandale d ' Etat " et a promis de " resserrer le tamis " Un scandale d ' Etat , je ne sais pas à quoi ça correspond", a déclaré sur France Inter le ministre de l'Intérieur, sous le feu des critiques depuis

Christophe Castaner a récusé lundi que la tuerie à la préfecture de police soit révélatrice d'un " scandale d ' Etat " et a promis de " resserrer le tamis " pour que tout indice de radicalisation chez les forces de l'ordre fasse l'objet d'un "signalement automatique".

Pas « d’erreur ou de faux arbitrage »

Selon le locataire de Place Beauvau, la tuerie à la préfecture de police est révélatrice d’un « dysfonctionnement d’État » mais pas d’un « scandale d’État » comme l’affirme l’opposition.

Rejetant une nouvelle fois les appels à sa démission, Christophe Castaner a également assuré sur France Inter qu’il ne cherchait pas à se « dédouaner » mais a estimé ne pas avoir fait « d’erreur ou de faux arbitrage » dans ce dossier. « Dans le dossier de l’auteur de l’attentat, il n’y avait aucune trace, aucun signalement », a-t-il répété. Le ministre de l’Intérieur sera auditionné mardi par la commission parlementaire au renseignement.

Jeudi, entre 12h30 et 13 heures, Mickaël Harpon, un agent administratif de 45 ans, a mené une croisade sanglante au sein même de la Préfecture de police (PP) de Paris. Il a tué à coups de couteau à trois fonctionnaires dans les bureaux de son service, le major Damien E., 50 ans, le gardien de la paix Brice L. et l’adjoint administratif Anthony L., 38 ans tous les deux, puis Aurélia T., une gardienne de la paix de 39 ans, affecté à la DSPAP (direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne), avant d’être abattu.

Tuerie de la «PP» : qu’entend-on exactement par «signes de radicalisation» ?

  Tuerie de la «PP» : qu’entend-on exactement par «signes de radicalisation» ? Moins d’une semaine après la tuerie de la préfecture de police de Paris qui a fait quatre morts, les premiers éléments de l’enquête montrent qu’un djihadiste en puissance était employé par le saint des saints, la très sensible Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP). Très vite, la classe politique a réagi. « Aucun signal de radicalisation ne peut être méconnu, ni rester sans réponse », a recommandé le Premier ministre Edouard Philippe.

Attaque au couteau à la préfecture de police de Paris . Après le drame, une cellule de prise en charge psychologique a été mise en place avec le SAMU. Un gradé de la préfecture résume auprès de L'Express l'atmosphère qui règne au sein de l'institution.

Christophe Castaner , qui n'entend pas démissionner, reconnaît un «dysfonctionnement d ' Etat ». Les questions se multiplient après la tuerie de la préfecture de police survenue le 3 octobre. bien noté et dont le dossier ne mentionnait nullement la radicalisation islamiste à laquelle il était pourtant en proie.

Christophe Castaner liste les signes de radicalisation ? "Vous avez une barbe vous-même", lui répond un député .
Auditionné mardi par la commission des Lois de l'Assemblée nationale, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a listé plusieurs signaux pouvant indiquer une radicalisation religieuse, cinq jours après l'attaque de la préfecture de police. Cinq jours après l'attaque de la préfecture de police de Paris, et tandis que l'enquête se poursuit pour tenter de comprendre le parcours et les motivations de Mickaël Harpon, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner était auditionné mardi par la commission des Lois de l'Assemblée nationale.

usr: 1
C'est intéressant!