•   
  •   

France Pécresse souhaite que la radicalisation puisse être motif de licenciement

14:30  07 octobre  2019
14:30  07 octobre  2019 Source:   parismatch.com

Valérie Pécresse veut que la radicalisation devienne "un motif de licenciement qui ne peut pas être annulé par le juge"

  Valérie Pécresse veut que la radicalisation devienne Au micro d'Europe 1, la présidente de la région Île-de-France a estimé lundi qu'il fallait inscrire dans la loi une liste d'"incompatibilités professionnelles", susceptibles de déclencher un licenciement. Après la tuerie de jeudi au sein de la préfecture de police de Paris, perpétrée par un fonctionnaire employé depuis 2003, Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France, a interpellé les dirigeants de la RATP et de la SNCF pour leur demander de renforcer les contrôles dans ces entreprises.

Valérie Pécresse , présidente de la région Ile- de -France, a souhaité lundi, après l’attaque à la préfecture de police de Paris, que la radicalisation soit considérée comme une "incompatibilité professionnelle" susceptible de déclencher un licenciement . La présidente du mouvement Libres

L’attaque de la préfecture de police de Paris a laissé des traces. Les éléments du rapport de la directrice du renseignement posent vous pouvez être mis de côté » - elle veut aller beaucoup plus loin et que la radicalisation devienne « un motif de licenciement qui ne peut pas être annulé par le

  Pécresse souhaite que la radicalisation puisse être motif de licenciement © REUTERS/Benoit Tessier

Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, a souhaité lundi, après l'attaque à la préfecture de police de Paris, que la radicalisation soit considérée comme une "incompatibilité professionnelle" susceptible de déclencher un licenciement.

La présidente du mouvement Libres! a estimé sur Europe 1 que face à cette "radicalisation islamiste qui nous défie, il va falloir trouver la solution juridique qui nous permette, sans porter atteinte aux droits de l'homme et aux libertés qui nous sont chers, de régler ce problème et de le combattre pied à pied". Pour elle, le fait d'être "un radicalisé islamiste (...), qui pense que la loi religieuse est au-dessus de la loi républicaine (...), ne doit pas être compatible avec l'exercice de certaines fonctions".

Attaque à la préfecture de police de Paris : Pécresse dénonce des "défaillances intolérables"

  Attaque à la préfecture de police de Paris : Pécresse dénonce des La présidente de la région Ile-de-France a réclamé, lundi sur Europe 1, une enquête poussée après l’attaque qui a causé la mort de quatre personnes à la préfecture de police, mardi. Sans demander, pour l’heure, la démission de Christophe Castaner. La polémique ne s’éteint pas, quatre jours après l’attaque à la préfecture de police de Paris, au cours de laquelle quatre personnes ont été tuées à l’arme blanche, en plus de l’assaillant.

La radicalisation d'un musulman est un retour aux sources et aux bases fondamentales de l'islam en appliquant de façon littérale les versets du Coran. Les connaissances, le savoir, la logique, les faits scientifiques peuvent démontrer que les bases et les versets incohérents du Coran ne peuvent être

Les motifs de licenciement justifiant la rupture du contrat de travail à l’initiative de l’employeur sont encadrés par la loi. Ils sont classés en deux catégories : le motif personnel et le motif économique. Focus sur la marge de manœuvre de l’employeur et les différents motifs qui peuvent conduire à un

Il faut "édicter des incompatibilités professionnelles et dans tous les services publics, de santé, éducatifs, évidement de sécurité - police et administration pénitentiaire -, mais aussi dans les collectivités locales, pouvoir engager des procédures de licenciement si les personnes ont des comportements contraires aux valeurs de la République", a-t-elle plaidé.

"Un motif de licenciement possible et que le licenciement ne soit pas annulé par le juge"

A l'heure actuelle, tout agent travaillant par exemple dans les transports et qui "fait l'objet d'une enquête des services antiterroristes pour radicalisation" peut être "mis de côté" mais il faut "aller plus loin", que cette radicalisation "soit un motif de licenciement possible et que le licenciement ne soit pas annulé par le juge".

Radicalisation : Castaner souhaite un "signalement automatique" pour toute alerte

  Radicalisation : Castaner souhaite un Christophe Castaner est revenu ce lundi matin sur le cas du tueur de la préfecture de police de Paris, annonçant une nouvelle mesure pour lutter contre la radicalisation. © afp.com/Thomas SAMSON Le ministre français de l'Intérieur, Christophe Castaner, le 26 juin 2019 à Paris. Christophe Castaner a également expliqué ce lundi matin sur France inter vouloir la mise en place d'un "signalement automatique" pour toute alerte concernant la radicalisation d'un fonctionnaire de l'Etat.

Tout licenciement doit être motivé par une cause réelle et sérieuse. Il y a deux grands types de licenciements : le licenciement pour motif personnel Le motif du licenciement doit être à la fois réel, c' est -à-dire que les faits doivent être exacts et vérifiables, mais aussi sérieux : les faits doivent

Le licenciement est soumis à une procédure stricte, exigée par le droit du travail. Cette procédure énumère les règles de fond et de forme relatives au licenciement . Cependant, à l’issue d’un licenciement , la loi prévoit également certaines prérogatives pour le salarié licencié.

"Je ne parle pas de criminaliser, je parle d'incompatibilité professionnelle", a insisté Valérie Pécresse, notant que "la radicalisation ça se prouve, par la fréquentation de mosquées salafistes, par le refus de serrer la main d'une femme".

Après l'attaque à la préfecture de police au cours de laquelle quatre policiers ont été tués par un employé qui travaillait au sein de la Direction du renseignement et présentait des signes de radicalisation, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé dimanche le lancement de deux missions sur la détection d'éventuels signes de radicalisation islamiste d'agents chargés de la lutte antiterroriste. Un récent rapport parlementaire sur la radicalisation dans les services publics, rédigé par les députés Eric Poulliat (LREM, Gironde) et Eric Diard (LR, Bouches-du-Rhône), évoquait une trentaine de cas soupçonnés mais pas avérés dans les rangs des 130.000 gendarmes et 150.000 policiers.

Radicalisation dans la gendarmerie: une vingtaine de personnes écartées .
"Une vingtaine de personnes ont été écartées" depuis 2013 des rangs de la gendarmerie pour signes de radicalisation et une "quinzaine" sont surveillées", a annoncé lundi le directeur général de la gendarmerie nationale.L'attentat à la préfecture de police de Paris survenu début octobre, au cours duquel l'informaticien de la direction du renseignement (DRPP) Mickaël Harpon a tué quatre collègues avant d'être abattu, a relancé les inquiétudes concernant la lutte complexe contre la radicalisation islamiste au sein des forces de l'ordre.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!