•   
  •   

France Charly, policier parisien radié pour islamisme

20:20  09 octobre  2019
20:20  09 octobre  2019 Source:   msn.com

Marche de la colère policière : "Il est urgent de faire confiance aux flics de terrain"

  Marche de la colère policière : Perte de sens, rigidités managériales et suicides en série sont au coeur des revendications de la police qui défile unie ce mercredi dans les rues de Paris. © afp.com/bertrand GUAY Des policiers portent le cercueil au début de la cérémonie d'hommage national au policier Xavier Jugelé à Paris, le 25 avril 2017 (Photo d'illustration). La mobilisation est inédite. En tout cas depuis 2001. À l'époque, le meurtre de deux policiers au Plessis-Trévise (Val-de-Marne) par un braqueur récidiviste avait provoqué la mobilisation.

Plusieurs policiers ont croisé la route de Charly . Ce policier membre de la 12e Compagnie d'intervention, basée dans le XVIIe arrondissement de Charly , ancien membre de la Compagnie d’intervention 12 à Paris, converti à l’islam, a été radié en 2017, après une enquête de l’IGPN.

Un policier de la prestigieuse Brigade de répression du banditisme (BRB) a été interpellé dimanche en fin de journée, ivre, sur la voie publique à Paris, rapporte Le Parisien . Sur la vidéo tournée par un passant, l'homme est visiblement en état d'ébriété et semble incontrôlable.

Le Parisien © AFP/Christophe Archambault Le Parisien

« Savoir qu’il était armé, ça faisait peur à tout le monde. » Plusieurs policiers ont croisé la route de Charly. Ce policier membre de la Compagnie d’intervention 12, basée dans le XVIIe arrondissement de Paris avait fait l’objet de plusieurs signalements de ses collègues pour radicalisation, avant d’être radié en 2017. « Mais il est resté longtemps en poste », se souvient l’un de ceux qui l’ont côtoyé.

Cet Antillais s’était converti en regardant des vidéos sur les réseaux sociaux. « Aucune ramification n’a jamais pu être mise au jour sur une éventuelle appartenance à un groupe islamiste », affirme une source proche du dossier. « Il était hyper gentil, mais il était un peu renfermé, relate un autre de ses collègues. »

Attaque à la préfecture : le policier qui a tué l’assaillant va recevoir la Légion d’honneur

  Attaque à la préfecture : le policier qui a tué l’assaillant va recevoir la Légion d’honneur Il refuse toujours de sortir de l’anonymat. Mais le policier stagiaire qui a neutralisé l’assaillant de la préfecture de police de Paris va bien connaître son heure de gloire en recevant la Légion d’honneur. L’Elysée en a fait l’annonce ce lundi, sans en donner la date précise. Âgé de 24 ans, ce gardien de la paix a en effet demandé à recevoir cette décoration « à une date ultérieure » et non mardi, jour de la cérémonie d’hommage aux quatre victimes de l’attaque qui sera présidée par Emmanuel Macron.

Lydia Guirous, ancienne porte-parole Les Républicains est l'invitée du matin de Frédéric Rivière (7h50-8h00). Elle nous parle, entre autre, de son livre

Le 24 novembre à Paris, à l'appel de la Fédération autonome Sapeurs-pompiers professionnels - Personnels administratifs et techniques, un millier de pompiers, rejoints par des policiers et des infirmiers, dénonçant l’insécurité, le manque d’effectifs, l’absence de reconnaissance ou encore les

«Entre nous, personne n’était tranquille»

Dans les semaines suivantes, Charly se met à faire des vidéos, parlant de sa foi et les poste sur YouTube. En service, il tient des propos faisant l’apologie du salafisme (pratique rigoriste de l’islam) et qui inquiètent les policiers du boulevard Bessières (Paris XVIIe). Plusieurs d’entre eux demandent qu’une enquête soit menée. L’IGPN auditionne plusieurs membres de sa compagnie. Charly est mis à pied. Mais finit par reprendre du service après intervention des syndicats policiers et d’une association de défense des musulmans. Il est réarmé et installé à la guérite de sécurité.

LIRE AUSSI>Radicalisation islamiste : la liste noire des policiers suivis

« Entre nous, personne n’était tranquille, et sur le ton de la plaisanterie on disait qu’il pouvait faire un carton à tout moment », se souvient un membre de la police judiciaire. Des policiers le voient réciter à haute voix le Coran. A la sortie du métro, dans la rue, lorsqu’il est hors service, il lit de nombreux versets à l’attention des passants. L’enquête interne, qui dure plusieurs mois, se termine fin 2017. Charly est radié.

« En y repensant aujourd’hui, je me dis qu’on a joué avec le feu à le garder armé, dans nos rangs, souligne un policier en poste dans le XVIIe arrondissement de Paris. Depuis quelques années on se méfie, mais avec le drame de la préfecture, je pense aussi que ça peut virer à la chasse aux sorcières. »

Terrorisme, voile, malaise policier... Ce qu'a dit Christophe Castaner jeudi sur France 2 .
Le ministre de l'Intérieur participait à l'émission "Vous avez la parole".

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!