France: Soupçonnés de radicalisation, deux policiers de région parisienne ont été "désarmés" - - PressFrom - France
  •   
  •   

France Soupçonnés de radicalisation, deux policiers de région parisienne ont été "désarmés"

10:30  11 octobre  2019
10:30  11 octobre  2019 Source:   lexpress.fr

Valérie Pécresse veut que la radicalisation devienne "un motif de licenciement qui ne peut pas être annulé par le juge"

  Valérie Pécresse veut que la radicalisation devienne Au micro d'Europe 1, la présidente de la région Île-de-France a estimé lundi qu'il fallait inscrire dans la loi une liste d'"incompatibilités professionnelles", susceptibles de déclencher un licenciement. Après la tuerie de jeudi au sein de la préfecture de police de Paris, perpétrée par un fonctionnaire employé depuis 2003, Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France, a interpellé les dirigeants de la RATP et de la SNCF pour leur demander de renforcer les contrôles dans ces entreprises.

Selon des informations du Parisien , les signalements de collègues radicalisés, ou prétendument radicalisés, se multiplient depuis cet attentat au sein de la PP. Deux policiers auraient ainsi été « désarmés », et l'un d'eux aurait été suspendu à titre provisoire.

Deux policiers soupçonnés de radicalisation désarmés après la tuerie à la préfecture. En poste en région parisienne , ils sont soupçonnés de radicalisation . La psychose gagne les rangs policiers . La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du

À la suite de la tuerie de la préfecture de Paris, les signalements pour radicalisation se multiplient, selon "Le Parisien".

Des policiers bloquent l'accès à la préfecture de police de Paris, le 3 octobre 2019 à Paris © Anadolu Agency Des policiers bloquent l'accès à la préfecture de police de Paris, le 3 octobre 2019 à Paris

Deux agents de police ont été "désarmés" au cours de la semaine, dans le cadre de signalements pour des soupçons de radicalisation islamiste, après la tuerie qui a fait quatre morts à la préfecture de police de Paris le 3 octobre, rapporte Le Parisien ce vendredi.

"Principe de précaution"

Le premier fonctionnaire est un capitaine de police de la PJ parisienne, affecté à la brigade d'exécution des décisions de justice, âgé de 39 ans. Son arme lui a été retirée jeudi matin, et il a été suspendu "par principe de précaution". Il avait été signalé dès 2011, à la suite de son mariage avec une personne de confession musulmane et d'un changement de comportement, se laissant pousser la barbe, priant au travail et refusant les contacts avec les femmes.

Pécresse souhaite que la radicalisation puisse être motif de licenciement

  Pécresse souhaite que la radicalisation puisse être motif de licenciement Après l'attaque à la préfecture de police de Paris, la présidente de la région Ile-de-France souhaite que la radicalisation soit considérée comme une "incompatibilité professionnelle" susceptible de déclencher un licenciement. La présidente du mouvement Libres! a estimé sur Europe 1 que face à cette "radicalisation islamiste qui nous défie, il va falloir trouver la solution juridique qui nous permette, sans porter atteinte aux droits de l'homme et aux libertés qui nous sont chers, de régler ce problème et de le combattre pied à pied". Pour elle, le fait d'être "un radicalisé islamiste (...

Deux policiers soupçonnés de radicalisation désarmés après la tuerie à la préfecture. En poste en région parisienne , ils sont soupçonnés de radicalisation . La psychose gagne les rangs policiers . La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du

Le Parisien -Aujourd'hui en France, 1er quotidien généraliste de France. Franchement le 1er c' est nimp. Si lui il est suspect, vous allez en avoir des wagons de signalements. Eborgné un gilet jaune et un signe de radicalisation ou pas ?

LIRE AUSSI>> "Allah m'a envoyé un signe. Protège les enfants" : les derniers mots de Mickaël Harpon

Une enquête administrative avait pourtant conclu à une absence de radicalisation, et l'agent a depuis changé à nouveau, puisqu'il s'est "séparé depuis de son épouse, s'est rasé la barbe et ne semble plus aussi isolé", explique le quotidien. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a notamment été interrogé sur le cas de ce policier jeudi matin devant la commission des lois du Sénat.

"Les signalements se multiplient depuis l'attentat"

L'autre agent dont l'arme a été retirée, mais sans qu'il soit suspendu pour le coup, est un policier de 34 ans affecté à Villeneuve-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine. Converti à l'islam, il avait été révoqué de la police en septembre 2018 du fait d'un comportement jugé prosélyte. "Il incitait les jeunes adjoints de sécurité à faire la prière et refusait les contacts avec les femmes", ajoute Le Parisien.

Seine-Saint-Denis : six policiers en garde à vue après une interpellation violente en août

  Seine-Saint-Denis : six policiers en garde à vue après une interpellation violente en août Les six fonctionnaires sont accusés d'être impliqués dans l'interpellation violente d'un jeune homme début août à Saint-Ouen, a-t-on appris auprès du parquet de Bobigny. Les six fonctionnaires sont également soupçonnés de "faux en écriture publique" et vol, a précisé cette même source.Sur des images, captées par la vidéosurveillance et une vidéo amateur, largement relayées sur les réseaux sociaux, on apercevait un policier de la compagnie de sécurisation et d'intervention de Seine-Saint-Denis (CSI), en civil, asséner plusieurs coups au visage d'un jeune homme.

Un policier en patrouille devant une grande enseigne parisienne , novembre 2015, illustration. Une loi devait permettre aux forces de l'ordre de conserver leurs armes en dehors de leur service afin de prévenir les attaques terroristes L'amendement que j'avais proposé a été écarté du projet de loi.

Suite à l’attentat de Nice du 14 juillet 2016, la chanson est mise en images sur des vidéos de l’attaque terroriste. Les paroles de la chanson accompagnant les images démarrent par : "Ma kalash est armée, les civils désarmés , j’élimine des Français, c’ est Valls qu’il faut remercier [ ].»

LIRE AUSSI>> Comment la police lutte contre ses "ennemis de l'intérieur"

Il avait également prêté son arme et son badge de police pour une photo à un ami de l'auteur de l'attaque d'une unité Sentinelle à Levallois-Perret en 2017. Entendu par l'IGPN, il avait avoué "une bêtise". Sa révocation de la police avait été annulée début 2019 par un tribunal administratif. Le quotidien affirme encore que "les signalements se multiplient depuis l'attentat".

Mickaël Harpon, l'auteur de la tuerie du 3 octobre, a été présenté par la justice antiterroriste puis par les autorités politiques comme adhérant à l'islam radical. Selon un rapport de la Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP), des signaux qui auraient pu alerter sur son éventuelle radicalisation n'ont pas fait l'objet de signalement administratif en 2015.

Interrogé mardi par la commission des Lois de l'Assemblée, Christophe Castaner a évoqué "une quarantaine d'individus radicalisés au sein de la police, dont la moitié sont partis".

Autriche : quatre recruteurs de Daech, dont un imam, condamnés à de la prison .
Le tribunal a condamné l'imam à sept ans de prison. Les trois autres hommes ont été condamnés à des peines de six ans, cinq ans et cinq mois de prison avec sursis. © afp.com/Dominique FAGET Le quartier de prise en charge de la radicalisation (QPR) à la prison de la Santé le 12 juillet 2019 Un tribunal de Graz, en Autriche, a condamné jeudi un imam et trois autres hommes à des peines de prison pour avoir dirigé un groupe religieux ayant recruté des jeunes gens pour le compte de l'organisation djihadiste État islamique (EI), ou Daech.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!