•   
  •   

France Portraits de Macron décrochés : huit militants condamnés à 500 euros d'amende chacun

12:20  16 octobre  2019
12:20  16 octobre  2019 Source:   lexpress.fr

"Notre but, c'est de battre Macron" : ce que ces militants attendent du futur patron de LR

  Le premier tour de l'élection du futur président du parti Les Républicains se déroule ce weekend. Europe 1 est allée à la rencontre de militants, dans la plus grosse fédération du parti, celle des Alpes-Maritimes. Ils sont trois candidats. Christian Jacob, Julien Aubert et Guillaume Larrivé sont en course pour prendre la tête du Parti Les Républicains. Le premier tour de l'élection se déroule ce weekend, de samedi 20h à dimanche 20h, par vote électronique et dans quelques bureaux de vote.L'objectif affiché des candidats : redresser un parti mal en point depuis le score de 8% de la liste LR aux européennes.

Le tribunal de grande instance de Bourg-en-Bresse a condamné , mercredi, six militants d’Action non violente-COP21 à Poursuivis pour avoir retiré le portrait officiel du chef de l’Etat dans la mairie de Jassans-Riottier (Ain), le 3 mars, les six activistes étaient passibles de 2 000 euros d ’ amende , peine

Pour autant, cette amende de 200 euros avec sursis ne l’empêchera pas de poursuivre son activité de C’est le cinquième procès visant des activistes poursuivis pour avoir décroché des portraits Jusqu’à présent, un militant a été condamné à une amende de 250 euros ferme, et 5 autres à 500

Huit militants écologistes ont été condamnés ce mercredi à 500 euros d'amende chacun pour avoir décroché des portraits du président à Paris en février.

Des militants écologistes décrochent le portrait d'Emmanuel Macron, en mairie de Saint-Sébastien, le 4 mars 2019. © AFP Des militants écologistes décrochent le portrait d'Emmanuel Macron, en mairie de Saint-Sébastien, le 4 mars 2019.

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce mercredi huit militants écologistes à 500 euros d'amende chacun pour avoir décroché des portraits d'Emmanuel Macron en février dans des mairies d'arrondissement de la capitale.

La juge unique a considéré que "l'état de nécessité", invoqué il y a un mois à Lyon pour relaxer deux décrocheurs, n'était "pas constitué", et a reconnu coupables ces huit activistes âgés de 23 à 36 ans de "vol en réunion". Ils ont immédiatement annoncé qu'ils allaient faire appel.

A l’aéroport de Barcelone, la police charge des militants indépendantistes

  A l’aéroport de Barcelone, la police charge des militants indépendantistes Plusieurs personnes ont été blessées dans les heurts qui ont éclaté à l’aéroport de Barcelone où manifestaient les militants catalans, après la condamnation de neuf de leurs dirigeants.Dès l’annonce des peines allant de neuf à treize ans de prison, des rassemblements spontanés ont eu lieu dans la métropole catalane avant que les militants ne rejoignent, à l’appel d’un mouvement anonyme baptisé « Tsunami démocratique », l’aéroport pour le bloquer, comme le montre la vidéo ci-dessous :

Des militants écologistes décrochent le portrait d 'Emmanuel Macron , en mairie de Visés par les mêmes chefs, cinq autres militants ont été condamnés à 500 euros avec sursis et ont par ailleurs LIRE AUSSI >> Portrait de Macron décroché : la convocation "surréaliste" d'un journaliste pour "vol".

Et le portrait d ’Emmanuel Macron de la mairie de Saint-Ouen est parti en toute discrétion dans la Les militants , qui revendiquent les décrochages comme une opération de sensibilisation, ont De son côté, le procureur a requis 1 000 euros d ' amende , dont 500 avec sursis pour chacun des prévenus.

LIRE AUSSI>> Décrocheurs du portrait de Macron: "l'état de nécessité", une notion au coeur de la relaxe

Le 11 septembre, le parquet de Paris avait requis des peines d'amende de 1000 euros, dont 500 euros avec sursis, à l'encontre des huit prévenus, au casier judiciaire vierge. La même peine avait été demandée contre un vidéaste de 29 ans, du média associatif "Partager c'est sympa", présent le 21 février lors d'une action de décrochage dans la mairie du Ve arrondissement de Paris, "à 100 % pour (la) filmer, pas y participer", avait-il assuré à la barre. Le tribunal l'a relaxé.

"Devoir moral"

Les huit militants avaient eux reconnu les faits, commis lors de trois actions les 21 et 28 février, dans les mairies des Ve, mais aussi IIIe et IVe arrondissements, dans le cadre d'une campagne nationale "Décrochons Macron", menée par le mouvement Action non-violente COP21 (ANV-COP21).

Comme pour les quelque 130 "réquisitions" symboliques revendiquées par le mouvement, les décrochages s'étaient effectués en quelques minutes, "à visage découvert" et "sans dégradation". Les militants écologistes avaient expliqué avoir agi par "devoir moral" et parce qu'ils n'avaient "d'autre choix" que la "désobéissance civile non-violente", face à "la menace" du réchauffement climatique et "l'inaction" du gouvernement en la matière. Leurs avocats avaient plaidé la relaxe au nom de "l'état de nécessité", qui permet d'écarter la responsabilité pénale "face à un danger actuel et imminent".

Catalogne : scènes de chaos à Barcelone .
De violents affrontements ont éclaté vendredi soir à Barcelone, entre militants indépendantistes radicaux et forces de l'ordre. Ils ont fait suite à une gigantesque manifestation pacifique réunissant un demi-million de personnes dans les rues de la capitale catalane. Quelque 525.000 manifestants - selon la police - dans les rues de Barcelone le jour, des barricades et de violents affrontements le soir. La mobilisation pacifique monstre de soutien aux dirigeants indépendantistes condamnés a laissé place à des scènes de chaos, dans la cité catalane.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 0
C'est intéressant!