•   
  •   

France Tuerie à la Préfecture : la commission d’enquête parlementaire entame ses travaux

14:30  23 octobre  2019
14:30  23 octobre  2019 Source:   msn.com

Attentat à la préfecture de Paris : les cinq gardes à vue se concluent sans poursuites

  Attentat à la préfecture de Paris : les cinq gardes à vue se concluent sans poursuites Lundi, cinq personnes avaient été placées en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur la tuerie à la préfecture de police de Paris. Elles ont toutes été libérés sans charge mercredi. Les cinq personnes placées en garde à vue lundi dans l'enquête sur la tuerie à la préfecture de police de Paris ont toutes été remises en liberté sans charges retenues contre elles, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.Deux d'entre elles avaient été libérées dès mardi soir, dont un imam fiché pour radicalisation qui officiait dans une salle de prière de Gonesse (Val-d'Oise) fréquentée par le tueur.

Le Parisien © LP/Delphine Goldsztejn Le Parisien

Vingt jours après l’attaque meurtrière de la préfecture de police de Paris, la commission d’enquête parlementaire, annoncée le 8 octobre, va être constituée. Ce mercredi, cette nouvelle commission va élire son bureau. Composée de trente députés de tous bords politiques, elle sera présidée le député LR Éric Ciotti et aura pour rapporteur le député LREM Florent Boudié.

L’objectif de cette nouvelle commission - la 17e depuis le début de la présidence Macron - sera « de faire des propositions concrètes pour élever le niveau de protection des Français », a justifié Éric Ciotti auprès du Monde. « Il n’est pas de transformer cela en tribunal judiciaire ou politique pour déstabiliser le ministre de l’Intérieur », a-t-il ajouté.

Radicalisation : sept policiers désarmés depuis l'attaque de la préfecture de police

  Radicalisation : sept policiers désarmés depuis l'attaque de la préfecture de police Ces policiers ont été désarmés à la suite de signalements pour radicalisation, a annoncé ce mercredi le préfet de police Didier Lallement. © REUTERS/Charles Platiau Des policiers, le 7 janvier 2016 (photo d'illustration). Sept policiers ont été "désarmés" à la suite de signalements pour radicalisation "depuis le 3 octobre", date de l'attaque à la préfecture de police de Paris, a annoncé ce mercredi le préfet Didier Lallement.

Il s’agira avant tout « d’analyser des éléments sur lesquels l’enquête judiciaire ne se penchera pas, comme le processus d’habilitation au secret-défense ou celui de la détection de la radicalisation au sein des forces de l’ordre », a insisté dans La Croix Florent Boudié.

Autre audition attendue : celle de Nuñez

Dès mercredi prochain, précise Le Monde, les parlementaires entameront leurs travaux avec l’audition publique du préfet de police Didier Lallement. La directrice de la DRPP (le service de renseignement où travaillait l’assaillant, Mickaël Harpon), Françoise Bilancini, sera elle aussi entendue ce jour-là, mais à huis clos si elle en formule la demande (comme tous les membres du renseignement qui seront auditionnés).

Parmi les autres auditions particulièrement attendues : celles du secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’intérieur, Laurent Nuñez qui était, lorsque Mickaël Harpon avait salué l’attentat de Charlie Hebdo en 2015, alors le directeur de cabinet du préfet de police de Paris.

Islam : le CFCM charge une commission de définir "les signes de radicalité" .
Le Conseil Français du culte musulman promet des "annonces très fortes" d'ici à la fin de l'année."Nous avons chargé la commission religieuse (...) de définir les grands signes qui permettraient de ne pas faire l'amalgame entre religiosité et radicalité", a déclaré devant la presse Aslam Timol, président de la commission halal du CFCM, promettant "des annonces très fortes" d'ici à la fin d'année.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!