France: Procès Chossat : «Un vrai repenti, c’est quelqu’un qui dit tout et tout de suite» - - PressFrom - France
  •   
  •   

France Procès Chossat : «Un vrai repenti, c’est quelqu’un qui dit tout et tout de suite»

17:30  08 novembre  2019
17:30  08 novembre  2019 Source:   liberation.fr

Claude Chossat condamné à huit ans de prison : "Avec un verdict comme celui-là, les Corses ne parleront plus jamais"

  Claude Chossat condamné à huit ans de prison : Pour la femme de Claude Chossat, interrogée par Europe 1, la condamnation de ce dernier invite au silence tous ceux qui souhaiteraient collaborer avec la justice dans la lutte contre la mafia en Corse. "Repenti" autoproclamé de la bande criminelle corse de la Brise de Mer, Claude Chossat a été condamné vendredi à huit ans de prison par la cour d'assises des Bouches-du-Rhône, pour complicité dans l'assassinat en 2008 de Richard Casanova, un des barons de ce gang. Si le repentir de l’accusé n’a jamais été officiellement reconnu, sa collaboration avec la justice lui a tout de même valu une certaine clémence de la part des jurés.

Procès Chossat : « Un vrai repenti , c ’ est quelqu ’ un qui dit tout et tout de suite ». Inquiétude à Roissy après un mouvement du plafond au terminal 2E. 8 novembre 2019 à 13:21. Lucette Destouches, veuve de l'écrivain Céline, est morte à 107 ans.

Procès Chossat : « Un vrai repenti , c ’ est quelqu ’ un qui dit tout et tout de suite ». 8 novembre 2019 à 13:24. On buvait du champagne et à un moment Emmanuel Macron est passé. J’ai demandé à prendre une photo avec lui pour l’envoyer à ma mère, qui m’a répondu qu’elle s’en fichait, c ’ est pas le

Détails de la cour d'assises des Bouches-du-Rhône à Aix-en-Provence, lors du procès de Claude Chossat, le 28 octobre. © Olivier MONGE Détails de la cour d'assises des Bouches-du-Rhône à Aix-en-Provence, lors du procès de Claude Chossat, le 28 octobre.

Jeudi, devant la cour d’assises des Bouches-du-Rhône, l’avocat général Pierre Cortes s’est attaché à démonter la «vision romantique» que l’ancien chauffeur du parrain corse Francis Mariani a défendue devant les jurés, et requis quinze ans de prison pour complicité d’assassinat en bande organisée.

Claude Chossat a rentré la tête dans ses épaules, croisé les bras, pieds en dedans. En boule, donc, pour accueillir jeudi après-midi le réquisitoire de l’avocat général Pierre Cortes devant la cour d’assises des Bouches-du-Rhône. Pour l’ancien chauffeur et couteau suisse de feu Francis Mariani, chef du gang corse de la Brise de mer décédé en 2009, c’est l’heure des comptes, après neuf jours de procès durant lesquels son statut de «repenti» autoproclamé a aimanté les débats, censés porter sur l’assassinat en 2008 de Richard Casanova, autre éminence du milieu insulaire.

A Aix-en-Provence, le procès Chossat tourne à l'exégèse

  A Aix-en-Provence, le procès Chossat tourne à l'exégèse Au-delà des arguments de droit, partie civile et défense ont tenté, mardi, de convertir les témoins à leur vision du «repenti» corse, «manipulateur» pour les uns, «extraordinaire» pour les autres. Peut-on être rationnel dès lors qu’il s’agit d’un personnage aussi romanesque que Claude Chossat ? Cet ancien membre du milieu corse, 42 ans, comparaît depuis lundi devant la cour d’assises des Bouches-du-Rhône pour l’assassinat en bande organisée de Richard Casanova, pachyderme de l’écosystème mafieux.

Procès Chossat : « Un vrai repenti , c ’ est quelqu ’ un qui dit tout et tout de suite ». 8 novembre 2019 à 13:24. A Montreuil, le 5 novembre. Les Maliens de l'historique «foyer Bara» s'installent dans un squat rue Stalingrad à Montreuil, suite à leur expulsion des anciens locaux de l'Afpa.

C ' est le 30e anniversaire de la Convention internationale des droits des enfants, et les Etats signataires continuent d’empêcher son application en perpétuant les atteintes à l’environnement et aux droits sociaux. Procès Chossat : « Un vrai repenti , c ’ est quelqu ’ un qui dit tout et tout de suite ».

«Syndrome de Stockholm»

Durant le procès, policiers et magistrats se sont succédé à la barre pour rappeler les renseignements «exceptionnels» sur la mécanique du crime organisé délivrés par le second couteau depuis sa garde à vue, un jour de décembre 2009. Faut-il ménager Chossat, qui attribue l’assassinat à son patron d’alors Francis Mariani, parce qu’il a parlé, au nom de tous les possibles repentis à venir ? L’enjeu n’a semble-t-il pas ébranlé Pierre Cortes, qui en a vu d’autres. Notamment un «vrai» repenti, raconte-t-il devant la cour : Patrick Giovannoni, passé lui aussi par les assises d’Aix-en-Provence en 2018. «Un vrai repenti, c’est quelqu’un qui dit tout et tout de suite», a résumé l’avocat général, pour qui Chossat, à qui le statut officiel a été refusé, est plutôt du genre «usurpateur» du rôle. Et de requérir à son encontre quinze ans de prison.

Evacuation de camps de migrants à Paris, camion de la honte, Lafarge... l'essentiel de l'actu du jour

  Evacuation de camps de migrants à Paris, camion de la honte, Lafarge... l'essentiel de l'actu du jour Camion de la honte. La police de l’Essex a confirmé jeudi que les 39 migrants retrouvés morts fin octobre dans un camion frigorifique près de Londres sont de nationalité vietnamienne. Leurs familles ont été prévenues, a précisé la police, refusant de faire de plus amples commentaires. Evacuation. L’opération d’évacuation de deux campements de migrants dans le nord-est de Paris, lancée jeudi matin, a pris fin. «Au total, sur les secteurs de La Chapelle et du président Wilson (à Saint-Denis, ndlr) 1 606 personnes ont été évacuées», a détaillé la préfecture de police. Au total, près de la moitié des campements ont été vidés.

Procès Chossat : « Un vrai repenti , c ’ est quelqu ’ un qui dit tout et tout de suite ». C ' est faux. Mais un reportage météo diffusé le 30 avril 1986 suggérait bien qu'un anticyclone ferait barrage au nuage.

Il aura fallu quatre heures à Cortes pour démonter patiemment la «vision romantique» que Claude Chossat a défendue devant les jurés. «Il a réussi à hystériser les opinions autour de sa sainte figure de repenti, a-t-il tranché. On veut tellement voir en lui l’ange annonciateur du déclin du crime organisé que l’on veut occulter ce qu’il y a d’utilitaire dans sa démarche.» Car si Chossat a parlé, c’est parce qu’il se savait pris, notamment par son ADN «généreusement dispersé», soutient le magistrat, tout en jouant la bonne volonté : «Je reste ouvert à l’idée que vous avez peut-être à un certain moment été touché par la grâce, aveuglé par une lumière venue d’en haut qui n’aurait rien à voir avec les lumières policières. Mais rien, dans ce dossier, ne va dans ce sens.» En témoignent les nombreux «mensonges» disséminés un peu partout par le «repenti» au fil de la procédure. Quant aux éventuelles informations sur le système corse apportées aux policiers, elles sont dérisoires, a assuré le magistrat, n’hésitant pas à parler de «syndrome de Stockholm» pour les hommes de loi venus défendre le contraire à la barre.

Crise au Liban, signes religieux, Brexit encore et toujours... L'essentiel de l'actualité de ce mardi

  Crise au Liban, signes religieux, Brexit encore et toujours... L'essentiel de l'actualité de ce mardi Liban. Le Premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé la démission de son gouvernement, au 13e jour d’une contestation populaire inédite au Liban réclamant le départ de l’ensemble de la classe politique. Brexit. Le parti travailliste a donné son accord à la convocation de législatives anticipées en décembre au Royaume-Uni, apportant un soutien déterminant à la tenue de ces élections voulues par Boris Johnson pour sortir le Brexit de l’impasse. Le nouveau report du Brexit, jusqu’au 31 janvier, a lui été formellement adopté par l’Union européenne. Notre dossier. Attaque de Bayonne.

«C’est le fait du patron»

Il y a au moins une fois où Pierre Cortes accorde le bénéfice du doute à Claude Chossat : l’avocat général suppose, lui aussi, que c’est plutôt Francis Mariani qui a tiré sur Richard Casanova ce 23 avril 2008, sur le parking d’un concessionnaire automobile de Porto-Vecchio. «Peut-on imaginer que Francis Mariani, qui ne déléguait que des tâches subalternes, ait laissé à son poisson pilote le soin d’exécuter les tirs ? C’est le fait du patron», a-t-il déduit, misant sur le désir de vengeance du parrain de la Brise de mer, totalement parano après avoir échappé de peu lui-même à une tentative d’assassinat. Pas de quoi disculper pour autant Claude Chossat, qui reconnaît sa présence sur les lieux de la tuerie mais nie avoir eu connaissance du projet criminel de son patron. «Vous savez qui il est, renvoie l’avocat général à l’accusé. Vous savez qu’il est homme à se venger, qu’il ne pense qu’à ça du matin au soir, en se rasant le matin !» Pourquoi, sinon, lui demander de lui fournir des armes vierges, certaines équipées de lunettes de visée ? «On ne se balade pas avec des armes longues pour se défendre», a évacué le magistrat, balayant la thèse d’un Chossat «misérable vermisseau» embarqué dans cette histoire «à l’insu de son plein gré».

Pierre Cortes sort sa calculette : complicité d’assassinat en bande organisée égale vingt ans, moins le «petit plus» qu’il concède tout de même à Chossat pour sa collaboration avec les autorités. «On me dira, vous l’envoyez au casse-pipe en prison, vu la réputation que ce procès lui a fait. Mais il aura droit aux mêmes dispositions de sécurité que lors de ce procès», promet encore l’avocat général, au cas où la défense lui rappellerait les nombreuses menaces dont le «repenti» dit faire l’objet depuis qu’il a parlé. A la suspension d’audience, l’épouse de Claude Chossat fond en larmes. Au premier jour du procès, elle avait assuré que renvoyer son mari en prison reviendrait à «le mettre dans le couloir de la mort». Aux avocats de Chossat, désormais, d’en convaincre le jury. Leurs plaidoiries devaient occuper toute la matinée.

Deux Syriens mis en accusation pour crime contre l'humanité .
Le parquet fédéral allemand a annoncé ce mardi que deux hommes avaient été mis en accusation pour des exactions commises au début de la décennie dans un centre de détention du régime Assad. Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut C'est une décision qui ouvre la voie au tout premier procès de responsables syriens pour des exactions commises dans le pays. Deux hommes, ex-membres des services secrets de Bachar el-Assad, ont été mis en accusation pour crimes contre l’humanité en Allemagne, a annoncé mardi 29 octobre le parquet fédéral. Ils avaient été arrêtés en février dernier.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 0
C'est intéressant!