France: Mélenchon va marcher contre l'islamophobie dimanche et répond à Marine Le Pen - - PressFrom - France
  •   
  •   

France Mélenchon va marcher contre l'islamophobie dimanche et répond à Marine Le Pen

19:20  09 novembre  2019
19:20  09 novembre  2019 Source:   europe1.fr

Pour Marine Le Pen, ceux qui marcheront contre l’islamophobie seront « main dans la main avec les islamistes »

  Pour Marine Le Pen, ceux qui marcheront contre l’islamophobie seront « main dans la main avec les islamistes » La présidente du RN a également accusé Jean-Luc Mélenchon, qui a signé l’appel à manifester, de trahison. « C’est une manifestation organisée par les islamistes. Tous ceux qui vont se rendre à cette manifestation seront main dans la main avec les islamistes, c’est-à-dire ceux qui développent dans notre pays une idéologie totalitaire qui vise à combattre les lois de la République française », a déclaré Marine Le Pen à la presse, en marge d’une visite au salon « Made in France » à Paris.

Les personnes qui iront manifester dimanche 10 novembre contre l ' islamophobie , notamment de La France Insoumise, seront «main dans la main avec les «Je me souviens d'un Jean-Luc Mélenchon il y a de nombreuses années qui luttait contre le fondamentalisme islamiste, a déclaré Marine le Pen

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a estimé samedi que les personnes qui iront manifester dimanche contre l ' islamophobie , notamment de La Mme Le Pen . Jeudi dans un billet de blog, M. Mélenchon a jugé qu'"il faut savoir faire bloc quand l'essentiel est en jeu", soutenant une

Critiqué par la présidente du RN pour son éventuelle participation au rassemblement qui divise la classe politique, Jean-Luc Mélenchon a confirmé qu'il participerait bien à la manifestation. © Eric CABANIS / AFP Critiqué par la présidente du RN pour son éventuelle participation au rassemblement qui divise la classe politique, Jean-Luc Mélenchon a confirmé qu'il participerait bien à la manifestation.

Le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a confirmé samedi qu'il participerait à la manifestation contre l'islamophobie le lendemain, avant de répondre à Marine Le Pen qui l'a accusé d'être "main dans la main avec les islamistes".

LIRE AUSSI -Comment la manifestation contre l'islamophobie divise la gauche

"Bien sûr que je vais participer, j'ai signé un texte", a indiqué le patron des députés Insoumis, interrogé par la presse à Marseille avant une marche en hommage aux victimes des effondrements d'immeubles de la rue d'Aubagne, il y a un an. "Il y a évidemment des mots (du texte) qui ne me conviennent pas, c'est le propre de tout compromis", a-t-il ajouté, citant "islamophobie", qu'une partie des Insoumis "n'utilisaient pas" pour "ne pas donner l'impression qu'on s'interdit de critiquer une religion".

Marche controversée contre l’islamophobie : "Le mot d’ordre, les conditions d’organisation sont trop ambigus pour être utiles"

  Marche controversée contre l’islamophobie : Pour Frédéric Potier, le délégué interministériel à la lutte contre le racisme, invité dimanche d'Europe 1, la marche contre l'islamophobie organisée dimanche à Paris répond en partie à un "agenda politique"."Je n’irai pas. Le mot d’ordre, les conditions d’organisation de cette marche sont trop ambigus pour être utiles", a expliqué dimanche au micro de Bernard Poirette, sur Europe 1, Frédéric Potier, le délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT.

Jean-Luc Mélenchon a indiqué ce samedi qu'il allait bien se rendre à la manifestation contre l ' islamophobie organisée dimanche à Paris. Il a tenu également à répondre à Marine Le Pen . La présidente du Rassemblement national a porté de lourdes accusations contre la France Insoumise

La présidente du Rassemblement national a pris partie ce samedi contre la marche contre l ' islamophobie qui doit se tenir ce dimanche , étrillant au passage le leader de la France insoumise et ses Marine Le Pen s'en est prise à jean-Luc Mélenchon ce samedi matin - Capture d'écran BFMTV.

Une cinquantaine de personnalités ont lancé un appel à manifester le 10 novembre à Paris pour dire "STOP à l'islamophobie", après l'attaque d'une mosquée et de nouvelles tensions autour du voile. Les termes utilisés et l'identité de certains initiateurs soupçonnés d'être proches de l'islam politique ont conduit une partie de la gauche à ne pas s'associer à l'appel publié le 1er novembre dans Libération, comme le PS ou le secrétaire national du PCF, et une autre partie à relativiser son soutien initial, comme Yannick Jadot (EELV) et François Ruffin (LFI).

"Marine Le Pen tourne le dos à la France"

"Tous ceux qui vont se rendre à cette manifestation seront main dans la main avec les islamistes", a dénoncé samedi matin la présidente du Rassemblement national, attaquant en particulier Jean-Luc Mélenchon. L'Insoumis a en réponse critiqué, samedi après-midi, des "propos indignes" : "Madame Le Pen tourne le dos à la France parce qu'elle n'a pas compris qu'il s'agit d'une marche d'unité républicaine des Français".

Comment la manifestation contre l'islamophobie divise la gauche

  Comment la manifestation contre l'islamophobie divise la gauche Prévue dimanche à Paris, la manifestation contre l'islamophobie divise la gauche. Le PS ne participera pas, ni certaines figures de LFI ou du PCF. Au départ, ils étaient nombreux à avoir signé la tribune pour dénoncer la stigmatisation des musulmans, à l'origine de cette manifestation. Mais la présence d'une personne soupçonnée d'être proche des Frères musulmans, ou encore une petite phrase dans le texte qui dénonce des lois liberticides en France, ont semé le doute à tel point que la gauche désormais s'éparpille et se divise sur sa participation à la manifestation contre l'islamophobie, prévue dimanche à Paris.

Eric Coquerel et Jean-Luc Mélenchon ont longuement justifié leur signature de la tribune anti- islamophobie de "Libération". Les Insoumis, qui brandissent leur présence à la marche contre l 'antisémitisme en mars 2018 pour s'étonner du tollé provoqué par celle de ce dimanche contre

Jean-Luc Mélenchon appelle à défiler dimanche à Paris ; une prise de position qui fait débat au sein de LFI. Thomas samson/afp. De Jean-Luc Mélenchon à Esther Benbassa, en passant par Yassine Belattar et Edwy Plenel, plusieurs personnalités appellent à défiler «pour dire stop à l ’ islamophobie ».

Selon lui, la présidente du parti d'extrême droite "n'aime qu'une catégorie de Français et pas les autres". "Quand nos compatriotes musulmans, qui représentent la deuxième religion de ce pays, sont aujourd'hui montrés du doigt, insultés, menacés physiquement, c'est notre devoir de venir à la rescousse", a-t-il ajouté.

Il a ensuite fait allusion à l'attaque de la mosquée à Bayonne, dont l'auteur présumé est un ancien candidat frontiste aux élections départementales : "Madame Le Pen devrait au minimum présenter des excuses d'avoir compté dans ses rangs quelqu'un qui a cherché à assassiner d'autres personnes à la porte d'une mosquée". Jean-Luc Mélenchon s'est ensuite "adressé aux électeurs du Front national" (ancien nom du RN): "Beaucoup d'entre vous aiment la patrie républicaine, (...) alors faites preuve d'amour, montrez qu'il n'y a pas, pour vous, de Français qu'on tienne à part".

Marche contre l’islamophobie : face aux divisions, Mélenchon insiste sur « la valeur de la cause » .
La marche a créé des tensions au sein de la gauche. « Dans des moments comme cela, il ne faut pas confondre quelques personnes avec la valeur de la cause qui est servie », a estimé Jean-Luc Mélenchon lors d’une conférence de presse. Faisant valoir que « dans d’autres manifestations il y a des personnes indésirables », le député de Marseille a aussi déploré que l’on finisse « par oublier l’événement fondateur » de cette manifestation, à savoir « la tentative de meurtres devant la mosquée de Bayonne » qui a fait deux blessés par balle fin octobre. Le tireur présumé est un ancien candidat du Front national aux cantonales.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 4
C'est intéressant!