•   
  •   

France Manifestation contre l'islamophobie : 3 moments qui ont fait polémique

15:35  11 novembre  2019
15:35  11 novembre  2019 Source:   lejdd.fr

Comment la manifestation contre l'islamophobie divise la gauche

  Comment la manifestation contre l'islamophobie divise la gauche Prévue dimanche à Paris, la manifestation contre l'islamophobie divise la gauche. Le PS ne participera pas, ni certaines figures de LFI ou du PCF. Au départ, ils étaient nombreux à avoir signé la tribune pour dénoncer la stigmatisation des musulmans, à l'origine de cette manifestation. Mais la présence d'une personne soupçonnée d'être proche des Frères musulmans, ou encore une petite phrase dans le texte qui dénonce des lois liberticides en France, ont semé le doute à tel point que la gauche désormais s'éparpille et se divise sur sa participation à la manifestation contre l'islamophobie, prévue dimanche à Paris.

La manifestation suscite toutefois la polémique , notamment en raison du terme "islamophobie", qui divise la gauche, dont certains représentants "Cette manifestation , sous couvert de lutte contre l ' islamophobie ( ) est en fait une manifestation contre la laïcité, puisque, d'après de ce que j'ai pu

Les sujets du moment . Selon le cabinet Occurrence, 13 500 personnes ont manifesté dimanche 10 novembre dans les rues de Paris contre l ' islamophobie . Les politiques manifestent en rang désordonné. Ce texte polémique a poussé certaines personnalités politiques au rétropédalage.

Des milliers de personnes ont défilé dimanche à Paris contre l'islamophobie. La manifestation, qui s'est déroulée dans le calme, a néanmoins été marquée par plusieurs controverses. © Sipa

Des milliers de personnes ont défilé dimanche à Paris contre l'islamophobie. La manifestation, qui s'est déroulée dans le calme, a néanmoins été marquée par plusieurs controverses.

Plusieurs milliers de personnes ont défilé dimanche à Paris lors d'une marche contre l'islamophobie. "Oui à la critique de la religion, non à la haine du croyant", "stop à l'islamophobie", "vivre ensemble, c'est urgent", pouvait-on lire sur des pancartes de manifestants au milieu de nombreux drapeaux français. "Solidarité avec les femmes voilées", ont aussi scandé des participants. La manifestation s'est déroulée dans le calme mais plusieurs moments relevés par des journalistes ou des politiques ont provoqué la controverse sur les réseaux sociaux. Le JDD fait le point.

Pour Marine Le Pen, ceux qui marcheront contre l’islamophobie seront « main dans la main avec les islamistes »

  Pour Marine Le Pen, ceux qui marcheront contre l’islamophobie seront « main dans la main avec les islamistes » La présidente du RN a également accusé Jean-Luc Mélenchon, qui a signé l’appel à manifester, de trahison. « C’est une manifestation organisée par les islamistes. Tous ceux qui vont se rendre à cette manifestation seront main dans la main avec les islamistes, c’est-à-dire ceux qui développent dans notre pays une idéologie totalitaire qui vise à combattre les lois de la République française », a déclaré Marine Le Pen à la presse, en marge d’une visite au salon « Made in France » à Paris.

Signé par une cinquantaine de personnalités, sociologues, sportifs et politiques, le texte publié le 1er novembre qui appelait à « dire stop à l ’ islamophobie » n’en finit pas de faire polémique . Plusieurs personnalités ont d’ailleurs depuis pris leurs distances avec cet appel.

En ce moment . Si le succès d’une manifestation se mesure au nombre de participants, il s’évalue également aux leaders d’opinion qui font le déplacement. L’ancien sénateur socialiste estime ainsi que la cause de lutte contre l ’ islamophobie dépasse les différends sémantiques à propos des « lois

Lire aussi - Marche contre l'islamophobie : mise en cause de la laïcité ou lutte contre une discrimination?

1 - Une étoile jaune arborée par des manifestants

La photo a été tweetée par la sénatrice EELV de Paris Esther Benbassa avec cette légende : "Alors, cette marche contre l'islamophobie? Calme, bon enfant, chaleureuse. Citoyenne, en un mot."

Sur la photo, on voit pourtant un groupe de personnes et une petite fille arborant une étoile jaune. Contrairement à celle portée par les Juifs durant la seconde guerre mondiale, elle n'a que 5 branches (et non 6 comme l'étoile de David). Au centre de l'étoile, le mot "muslim" et à côté, un croissant jaune. L'étoile à 5 branches est l'un des symboles de l'Islam. Selon un journaliste de La Croix, "l’étoile portée par cette petite fille a été distribuée assez largement".

Marche contre l'islamophobie : 13 500 personnes ont défilé dans le calme à Paris

  Marche contre l'islamophobie : 13 500 personnes ont défilé dans le calme à Paris Le décompte a été effectué par un cabinet indépendant, sur fond de polémique au sein de la classe politique quant aux participants à cette marche. © Xose Bouzas / Hans Lucas Tête de la manifestation lors de la marche contre l?islamophobie, à Paris, le 10 novembre 2019. "Vivre ensemble, c'est urgent" : plusieurs milliers de personnes défilaient ce dimanche à Paris pour une marche controversée contre l'islamophobie, qui a déchiré la gauche et provoqué une levée de boucliers du gouvernement et de l'extrême droite.

La manifestation a eu lieu à l’appel de nombre de personnalités et organisations dont le « Rassemblement contre l ’ Islamophobie en France« . L’appel à l’organisation de cette manifestation a été lancé au début du mois de novembre courant sur les pages de Libération quatre jours après

La manifestation suscite toutefois la polémique , notamment en raison du terme “islamophobie”, qui divise la gauche, dont certains représentants “Cette manifestation , sous couvert de lutte contre l ’ islamophobie ( ) est en fait une manifestation contre la laïcité, puisque, d’après de ce que j’ai pu

Des manifestants contre l'islamophobie dimanche à Paris avec la sénatrice Esther Benbassa. (Esther Benbassa/Twitter) © Michaël Bloch (Esther Benbassa/Twitter) Des manifestants contre l'islamophobie dimanche à Paris avec la sénatrice Esther Benbassa. (Esther Benbassa/Twitter)

De nombreux politiques, déjà vent debout contre la marche, ont réagi à la publication de la photo. Pour la députée En marche Aurore Bergé, "la comparaison est indécente". "La situation des musulmans de notre pays n'est en rien comparable avec celle des juifs dans les années 30/40", a-t-elle tweeté.

Certains à gauche s'en sont également émus, comme le sénateur socialiste de Paris, David Assouline qui dit "chercher ses mots pour dire son écoeurement". L'ancien ministre et député François de Rugy a tweeté : "Comment peut-on laisser penser que le sort des Musulmans en France en 2019 équivaut au sort des Juifs sous le régime de Pétain en utilisant ainsi l’étoile jaune? A fortiori avec un enfant. C’est honteux! Défendons les valeurs de la République face à l’islamisme et aux extrêmes".

Marche contre l'islamophobie : 13.500 manifestants à Paris, selon le cabinet Occurrence

  Marche contre l'islamophobie : 13.500 manifestants à Paris, selon le cabinet Occurrence 13.500 personnes ont participé dimanche dans les rues de Paris à la marche contre l'islamophobie, selon un comptage réalisé par le cabinet Occurence. La marche contre l'islamophobie a rassemblé 13.500 personnes dimanche à Paris, selon un comptage réalisé par le cabinet Occurence pour un collectif de médias, dont l'AFP. Émanant de plusieurs personnalités et organisations comme le Collectif contre l'islamophobie en France, cet appel a provoqué une polémique au sein de la classe politique sur fond de débat ravivé sur le port du voile et la laïcité depuis plusieurs semaines.

Ralentir le temps, profiter du moment . L'équipe de France vient de réaliser son rêve en s'offrant la Fed Cup, la 3 e de "Je ne pensais pas vivre d'aussi fortes émotions sur le banc et j'ai vécu des moments qui seront gravés à jamais, donc Manifestation contre l ' islamophobie : une marche polémique .

La manifestation aura cabré le monde politique et syndical français. La marche contre l ’ islamophobie s’est lancée de gare du Nord Enfin, certains députés ont fait marche arrière, comme l’Insoumis François Ruffin, qui a reconnu sur France Inter ne pas avoir pesé les termes du texte avant de signer.

L'imam de la mosquée de Bordeaux Tareq Oubrou a qualifié lundi de "dérapage" le port ce cette étoile jaune."Les gens qui ont arboré cette étoile jaune ne connaissent pas l'histoire des juifs en France. On ne peut pas faire des comparaisons comme ça, on n'est pas dans les années 30", a-t-il déclaré sur France Info.

De son côté, Esther Benbassa s'est défendue, au travers de plusieurs tweets. "Je n'avais pas remarqué ces insignes" explique-t-elle avant d'écrire : "Que nos contemporains stigmatisés s'identifient à ces souffrances passées est tout à fait compréhensible. Personne ne vole ici sa souffrance à personne". "Quant au port de cette étoile, et s'il n'était qu'un hommage aux souffrances passées des juifs et une mise en garde contre toute possible dérive?", a-t-elle ajouté.

2 - Le slogan Allahou Akhbar entonné par la foule

Ancien directeur du collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), le statisticien Marwan Muhammad a fait entonner par la foule le slogan religieux Allahou Akhbar. "On dit 'Allahou Akbar' parce qu'on est fier d'être musulmans et d'être citoyens français", dit-il. Puis il ajoute : "On dit 'Allahou Akbar' car on en a marre que des médias fassent passer cette expression religieuse pour une expression de guerre". Allahou Akhbar, qui signifie "Dieu est grand" est utilisé quotidiennement par les musulmans au moment des prières journalières. Il n'est pas un symbole guerrier. Il a été néanmoins utilisé à de nombreuses reprises par des terroristes islamistes au moment de commettre des attentats. Ce qui a pu en dévoyer le sens aux yeux du grand public.

Étoile jaune à la marche contre l'islamophobie : un "dérapage", selon l'imam de Bordeaux

  Étoile jaune à la marche contre l'islamophobie : un L'image d'une fillette portant une étoile jaune lors de la manifestation de dimanche a déclenché de nombreuses réactions indignées. © afp.com/GEOFFROY VAN DER HASSELT Manifestation contre l'islamophobie, le 10 novembre 2019 à Paris L'image fait polémique depuis dimanche: l'imam de la mosquée de Bordeaux Tareq Oubrou a qualifié lundi de "dérapage" le port d'une étoile jaune par un groupe de personnes, dont une fillette, lors de la marche contre l'islamophobie."Les gens qui ont arboré cette étoile jaune ne connaissent pas l'histoire des juifs en France.

Manifestation contre l ' islamophobie : organisateurs, polémique Un rassemblement qui fait parler. Depuis, la polémique fait rage au sein de la gauche. La marche soulève en effet des débats, notamment sur les Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage.

La manifestation a été organisée à l’appel d’une cinquantaine de personnalités et de plusieurs organisations, dont le Collectif contre l ’ islamophobie en France (CCIF). “Depuis bien trop longtemps, les musulmanes et les musulmans en France sont la cible de discours venant parfois de

A droite et à l'extrême droite, l'expression a choqué : "M. Muhammad fait aujourd’hui scander 'Allahou Akbar' à la foule, et se plaint qu’on regarde cette incantation comme une déclaration de guerre. Mais les responsables en sont les terroristes islamistes qui, en criant ces mots, ont tué 263 personnes en France, en moins de dix ans", a tweeté le député européen Les Républicains François-Xavier Bellamy. "Allahou Akbar entonné dans une manifestation publique en France, l'islam politique ne se cache plus et s'empare de la rue", a renchéri le député des Républicains Eric Ciotti. "La foule scande 'Allahou Akbar' sous l'impulsion de l'activiste islamiste Marwan Muhammad. Jean-Luc Mélenchon et autres élus 'de gauche' n'ont-ils pas honte de défiler à leurs côtés?!", a également lancé le député du Rassemblement national Nicolas Bay.

3 - Des personnalités prises à partie

Initiateur de la marche, le journaliste militant Taha Bouhafs a lancé plusieurs slogans qui ont fait polémique. On l'entend notamment invectiver l'ancienne journaliste de Charlie Hebdo et pourfendeuse de l'islamisme Zineb El Rhazaoui. "Si t'aimes pas Zineb El Rhazoui tape dans tes mains, si t'aimes pas Zineb El Rhazoui tape dans tes mains...", lance-t-il.

Invitée la semaine dernière à réagir aux violences urbaines de Mantes-la-Jolie et Chanteloup-les-Vignes, Zineb El Rhazoui avait fait polémique en estimant qu'il fallait "que la police tire à balles réelles dans ces cas-là". Le politologue et militant de la laïcité Laurent Bouvet a également été visé dimanche.

Paris : faible mobilisation à la manifestation d’extrême droite «contre l’islamisme» .
Selon les organisateurs, la manifestation se voulait être une réponse au rassemblement contre l’islamophobie, qui avait réuni plus de 13 000 personnes, dimanche dernier. © AFP/Philippe Lopez Le Parisien Entre 300 et 400 militants d’extrême droite ont défilé dimanche, à Paris, entre la place Denfert-Rochereau et la rue de Cambronne « contre le refus de la soumission de la classe politique à l’islamisme ».

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 3
C'est intéressant!