•   
  •   

France "Personne n'a voulu nous écouter" : la fille d'une victime de féminicide s'en prend aux forces de l'ordre

11:25  12 novembre  2019
11:25  12 novembre  2019 Source:   lejdd.fr

« Personne n’a voulu nous écouter » : la colère d’une femme témoin du féminicide de sa mère

  « Personne n’a voulu nous écouter » : la colère d’une femme témoin du féminicide de sa mère La fille de la victime reproche aux gendarmes d’avoir trop tardé à intervenir.Interpellé dimanche dans la soirée, l’homme était toujours en garde à vue lundi en fin d’après-midi, a indiqué cette même source, sans plus de précisions. Selon France Bleu Alsace, le drame se serait produit au domicile du couple, sur fond de séparation.

FÉMINICIDE - Une jeune femme, qui explique que sa mère a été tuée par son conjoint ce dimanche Elle dénonce l’absence "d'aide" de la part des autorités et met notamment en cause l'intervention La jeune femme dénonce la lenteur des forces de l ’ ordre . Elles auraient mis "trois minutes" à arriver

“ Personne n ’ a voulu nous écouter , personne n ’ a voulu nous aider. À part des ‘portez plainte madame’. C’est bien beau de porter plainte mais ça La fille de la victime met également en cause le manque de réaction des forces de l ’ ordre la nuit du drame. “Ma mère m’a appelée cette nuit à 23h

Une femme de 40 ans a été tuée lundi par son mari à Oberhoffen-sur-Moder (Bas-Rhin). La fille de la victime, qui a assisté au drame, déplore l'inaction des forces de l'ordre. © Google Street View

Une femme de 40 ans a été tuée lundi par son mari à Oberhoffen-sur-Moder (Bas-Rhin). La fille de la victime, qui a assisté au drame, déplore l'inaction des forces de l'ordre.

Une femme de 40 ans a été tuée lundi par son mari à Oberhoffen-sur-Moder (Bas-Rhin). La fille de la victime, qui a assisté au drame, déplore l'inaction des forces de l'ordre.

Un homme a été placé en garde à vue dimanche, soupçonné d'avoir mortellement poignardé sa conjointe à Oberhoffen-sur-Moder (Bas-Rhin), a appris lundi l'AFP auprès du parquet de Strasbourg, confirmant une information de France Bleu Alsace. Interpellé dimanche dans la soirée, l'homme était toujours en garde à vue lundi en fin d'après-midi, a indiqué cette même source, sans plus de précisions. Selon France Bleu Alsace, le drame se serait produit au domicile du couple, sur fond de séparation.

Bas-Rhin : "On n'a pas voulu nous écouter", dénonce la fille d'une victime de féminicide

  Bas-Rhin : Dans la nuit de dimanche à lundi, Stella Guitton a assisté, impuissante, à la mort de sa mère. Celle-ci a été tuée de plusieurs coups de couteaux par son conjoint. © Lionel BONAVENTURE / AFP Stella Guitton, fille d'une victime de féminicide, dénonce l'inaction de la police et de la justice face aux multiples appels à l'aide de sa mère. (illustration) "Ça fait trois à quatre ans qu'ils sont ensemble, trois à quatre ans qu'elle est rouée de coups. Qu'elle n'a jamais voulu parler, par peur pour elle, et pour le défendre." La gorge est nouée, mais la voix ferme.

Féminicide à Oberhoffen-sur-Moder : " Personne n ' a voulu nous écouter ". En dépit de la main courante et de la plainte, « personne n ' a voulu nous écouter , personne n ' a voulu nous aider», accuse encore la jeune femme, qui s'étonne que les forces de l ' ordre , qu'elle a prévenues juste

La fille de Sylvia Walter, tuée par son mari dimanche soir à Oberhoffen-sur-Moder (Bas-Rhin) Stella Guitton met en cause l'intervention des force de l ' ordre . Sa mère avait déposé une main courante il y a deux mois, puis une plainte : " Personne n ' a voulu nous écouter , personne n ' a voulu nous aider.

La victime avait déposé une main courante et une plainte

L'homme, âgé de 58 ans, aurait porté plusieurs coups de couteau au niveau du cou et du thorax de sa compagne de 40 ans. Cette dernière aurait alors réussi à sortir du domicile, avant de s'effondrer et de succomber à ses blessures, indique encore la radio, selon laquelle l'homme a ensuite tenté de se suicider mais a été maîtrisé par les gendarmes et placé en garde à vue.

La victime, qui souhaitait divorcer, avait déposé une main courante et une plainte contre son époux pour des faits de violences, selon France Bleu Alsace, qui cite la fille de la victime. "Cela fait trois, quatre ans qu'ils étaient ensemble et trois, quatre ans qu'elle est rouée de coups, qu'elle n'a jamais voulu parler par peur pour elle et pour le défendre. On voit où ça mène aujourd'hui", a témoigné auprès de la radio cette dernière.

Féminicide dans le Bas-Rhin : la gendarmerie assure être intervenue dans « les plus brefs délais »

  Féminicide dans le Bas-Rhin : la gendarmerie assure être intervenue dans « les plus brefs délais » Mises en cause ce lundi par la fille de Sylvia Walter, victime de féminicide à Oberhoffen-sur-Moder (Bas-Rhin), les forces de l’ordre ont déclaré que le temps d’intervention « n’était pas excessif au regard du contexte ». © LE PARISIEN/OLIVIER BOITET Le Parisien Les gendarmes ont-ils mis trop de temps pour secourir Sylvia Walter, 40 ans, tuée par son mari ce dimanche à Oberhoffen-sur-Moder (Bas-Rhin) ? C’est en tout cas ce qu’assure sa fille, accourue sur place, dans un témoignage poignant à France Bleu Alsace. Contactés, les services de gendarmerie nous assurent au contraire qu’ils ont fait au mieux.

" Personne n ' a voulu nous aider", affirme la fille la victime . En dépit de la main courante et de la plainte, " personne n ' a voulu nous écouter , personne n ' a voulu nous aider", accuse encore la jeune femme, qui s'étonne que les forces de l ' ordre , qu'elle a prévenues juste avant de partir pour le

En dépit de la main courante et de la plainte, " personne n ' a voulu nous écouter , personne n ' a voulu nous aider", accuse encore la jeune femme, qui s'étonne que les forces de l ' ordre En 2018, 121 femmes ont été tuées lors de violences conjugales, selon le décompte officiel du ministère de l 'Intérieur.

Sa fille déplore la lenteur des forces de l'ordre

Elle explique que sa mère l'a appelée dimanche à 23h pour lui dire "à l'aide" : "J'ai eu le temps d'escalader le portail, de fracturer la porte pour essayer d'entrer" et "voir ma mère se prendre le dernier coup de couteau dans la carotide. Elle s'est relevée, est venue vers moi et c'était fini".

En dépit de la main courante et de la plainte, "personne n'a voulu nous écouter, personne n'a voulu nous aider", accuse encore la jeune femme, qui s'étonne que les forces de l'ordre, qu'elle a prévenues juste avant de partir pour le domicile de sa mère, aient eu besoin d'une "demi-heure" pour arriver alors qu'elle, en partant de la même ville, a mis "trois minutes". La jeune femme a indiqué vouloir organiser une marche blanche cette semaine en hommage à sa mère, sans toutefois en préciser la date.

Selon le décompte de la page Facebook "Féminicides par compagnons ou ex", il s'agit du 131e féminicide de l'année en France.

Féminicide dans le Bas-Rhin : le conjoint de la victime écroué et mis en examen pour meurtre

  Féminicide dans le Bas-Rhin : le conjoint de la victime écroué et mis en examen pour meurtre La fille de la victime critique le temps d’arrivée des gendarmes, dont l’inspection générale est saisie.Déféré ce 12 novembre à l’issue de sa garde à vue débutée dimanche, l’homme « soupçonné d’avoir mortellement blessé par arme blanche sa conjointe à Oberhoffen-sur-Moder, a été mis en examen du chef de meurtre sur conjoint et placé en détention provisoire », a indiqué le parquet.

En dépit de la main courante et de la plainte, « personne n ' a voulu nous écouter , personne n ' a voulu nous aider», accuse encore la jeune femme, qui s'étonne que les forces de l ' ordre , qu'elle a prévenues juste avant de partir pour le domicile de sa mère, aient eu besoin d ' une «demi-heure» pour

Féminicide à Oberhoffen-sur-Moder : " Personne n ' a voulu nous écouter ". En dépit de la main courante et de la plainte, « personne n ' a voulu nous écouter , personne n ' a voulu nous aider», accuse encore la jeune femme, qui s'étonne que les forces de l ' ordre , qu'elle a prévenues juste

(avec AFP)

Suivez-nous sur Facebook
Téléchargez l'application
Microsoft News
Abonnez-vous à la newsletter

Féminicides : Belloubet reconnaît une « faille » dans les dispositifs de protection .
« Notre système ne fonctionne pas », admet la ministre de la Justice après un nouveau féminicide en Alsace le week-end dernier. « Je ne suis pas en train de dire que nous n’avons rien fait, a expliqué Nicole Belloubet sur LCI. Je ne suis pas en train de dire que les magistrats ont failli, je dis simplement que collectivement notre système ne fonctionne pas pour protéger ces femmes, et que c’est un drame.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!