France: Féminicide dans le Bas-Rhin : la gendarmerie assure être intervenue dans « les plus brefs délais » - - PressFrom - France
  •   
  •   

France Féminicide dans le Bas-Rhin : la gendarmerie assure être intervenue dans « les plus brefs délais »

17:55  12 novembre  2019
17:55  12 novembre  2019 Source:   msn.com

Bas-Rhin : une femme de 40 ans tuée par son mari à Oberhoffen-sur-Moder

  Bas-Rhin : une femme de 40 ans tuée par son mari à Oberhoffen-sur-Moder L'homme lui a asséné quatre coups de couteau avant de tenter de se suicider. Les gendarmes l'en ont empêché.En Alsace, un féminicide a eu lieu dimanche 10 novembre, vers 23 heures à Oberhoffen-sur-Moder (Bas-Rhin), a appris franceinfo de source proche du dossier. Après une dispute, son mari, un homme de 58 ans a porté plusieurs coups de couteau au cou et au thorax de sa compagne, indique aussi France Bleu Alsace.

Nous intervenons dans le Haut-Rhin et le Bas - Rhin à Obernai, Epfig, Barr et Benfeld. Rigueur, qualité de pose, précision : nous mettons tout en Notre équipe est composée d’artisans qui assurent la gestion des travaux de A à Z. Notre engagement ? Vous garantir un travail de qualité, les meilleurs

Composé de plus, bref et délai. dans les plus brefs délais \dɑ̃ le ply bʁɛf de.lɛ\ invariable. (Courant) Le plus vite qu’il sera possible. Lancelot : C’ est regrettable peut- être , mais c’ est comme ça ! J’ai encore quelques restes de mes premières valeurs.

Mises en cause ce lundi par la fille de Sylvia Walter, victime de féminicide à Oberhoffen-sur-Moder (Bas-Rhin), les forces de l’ordre ont déclaré que le temps d’intervention « n’était pas excessif au regard du contexte ».

Le Parisien © LE PARISIEN/OLIVIER BOITET Le Parisien

Les gendarmes ont-ils mis trop de temps pour secourir Sylvia Walter, 40 ans, tuée par son mari ce dimanche à Oberhoffen-sur-Moder (Bas-Rhin) ? C’est en tout cas ce qu’assure sa fille, accourue sur place, dans un témoignage poignant à France Bleu Alsace. Contactés, les services de gendarmerie nous assurent au contraire qu’ils ont fait au mieux.

Ce dimanche donc, Sylvia Walter a reçu plusieurs coups de couteau avant de mourir dans les bras de sa fille Stella Guitton, qui venait d’arriver pour tenter de la secourir. Son mari, Jacqui Walter, 58 ans, a quant à lui tenté de se suicider après son geste fatal, mais il a été maîtrisé par les gendarmes, entre-temps arrivés sur place. Trop tard toutefois, selon Stella Guitton qui ce lundi met en cause les gendarmes de Bischwiller, commune limitrophe, à l’antenne de la radio locale. La jeune femme de 20 ans évoque un temps d’intervention d’« à peu près trente minutes ». Une mise en cause reprise par de nombreuses personnalités féministes sur les réseaux sociaux ce lundi.

Bas-Rhin : "On n'a pas voulu nous écouter", dénonce la fille d'une victime de féminicide

  Bas-Rhin : Dans la nuit de dimanche à lundi, Stella Guitton a assisté, impuissante, à la mort de sa mère. Celle-ci a été tuée de plusieurs coups de couteaux par son conjoint. © Lionel BONAVENTURE / AFP Stella Guitton, fille d'une victime de féminicide, dénonce l'inaction de la police et de la justice face aux multiples appels à l'aide de sa mère. (illustration) "Ça fait trois à quatre ans qu'ils sont ensemble, trois à quatre ans qu'elle est rouée de coups. Qu'elle n'a jamais voulu parler, par peur pour elle, et pour le défendre." La gorge est nouée, mais la voix ferme.

être démantelée après l’abandon du projet d’aéroport, le secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire a promis que “les opérations d’évacuation”, impliquant 25 escadrons de gendarmerie mobile soit 2.500 hommes, seraient “menées dans les plus brefs délais ”

En revanche dans l ’expression critiquée « dans les plus brefs délais » que d’aucuns préfèrent à « dans les meilleurs délais », c’ est le pluriel qui est utilisé même si l’on écrit « à bref délai » au singulier. Ne serait -ce pas une expression calquée sur l’expression « être dans les temps » (respecter les

La gendarmerie se défend de toute défaillance

Ce mardi la gendarmerie conteste ce « timing » et affirme que l’intervention de ses troupes s’est faîte « dans les plus brefs délais » au regard du contexte. « Le temps d’intervention n’est pas du tout excessif au regard de la circonscription. L’intervention s’est faîte une vingtaine de minutes après le premier appel d’urgence » certifie le SIRPA Gendarmerie. « 22 ou 23 minutes au maximum » précisent les services de communication de la Gendarmerie nationale.

« L’intervention initiale porte sur une simple dispute conjugale » tient également à rappeler le service de communication. De fait, le premier appel fait au Centre d’Opérations de la Gendarmerie du département est donné à 23 heures, par le gendre de la victime, selon les forces de l’ordre, et ne fait pas état de l’usage d’une arme dans ce conflit conjugal. Le second appel aux alentours de 23h10, émis par la fille de la victime fait en revanche lui part de la présence d’une arme sur les lieux. L’urgence est alors déclenchée auprès des patrouilles, qui convergent vers les lieux.

Loire-Atlantique : un couple séparé retrouvé mort, la piste du féminicide privilégiée

  Loire-Atlantique : un couple séparé retrouvé mort, la piste du féminicide privilégiée Selon la procureure de la République, les deux quadragénaires étaient séparés depuis deux ans, et étaient parents de trois enfants mineurs. © LP/Olivier Boitet Le Parisien Un homme pendu et une femme dont le corps portait des traces de strangulation ont été retrouvés lundi soir dans une maison de La Plaine-sur-Mer (Loire-Atlantique), selon le parquet de Saint-Nazaire. Le corps de la femme « portait des traces de strangulation et des plaies au thorax par arme blanche », a expliqué à l’AFP la procureure de la République de Saint-Nazaire, Sylvie Canovas-Lagarde.

Le Ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, en visite en Corse huit jours après des intempéries qui ont causé de gros dégâts sans faire de victime, a assuré que l'état de catastrophe naturelle serait déclaré " dans les plus brefs délais ".

Vous cherchez un courtier en Assurances qui saura vous donner les meilleures solutions du marché ? Le cabinet Jemassure a fait ses preuves ! Merci pour votre demande, nous allons la traiter dans les plus brefs délais .

Les gendarmes qui sont intervenus les premiers vont alors maîtriser le suspect avec un taser. « Il tient un couteau en main, il menace de se suicider, l’usage d’un pistolet à impulsion électrique à pour but de l’empêcher de se suicider » précise le SIRPA.

Difficile de mesurer le degré d’urgence

Du côté des services de communication des militaires, on souligne en outre la complexité de ce type d’intervention. Ce soir-là, affirme-t-on, il y a eu onze interventions pour violences interfamiliales dans tout le département du Bas-Rhin. Difficile donc de mesurer le degré d’urgence de cette intervention, du moins au premier appel, selon l’officier joint par le Parisien.

Pour mémoire, la gendarmerie locale était intervenue au domicile de la victime le 8 novembre dernier, là aussi pour « violences conjugales ». Mais Sylvia Walter, en couple depuis 4 ans, n’avait pas souhaité quitter son appartement ni porter plainte contre le suspect, à ce moment-là. Sa fille a d’ailleurs précisé dans son témoignage qu’elle avait peur pour sa mère. « Je lui ai demandé plusieurs fois de venir vivre chez moi, elle n’a pas voulu parce qu’elle a un caractère de cochon ».

La gendarmerie assure avoir bien pris conscience de la réalité du phénomène des féminicides en France et se défend vivement de minorer son traitement. « Bien sûr que c’est une priorité, mais c’est très dur de déterminer ce qui révèle de l’urgence ou pas. C’est toujours au cas par cas. Il faut à chaque fois remettre dans le contexte local ». Il s’agit du sixième féminicide depuis le début de l’année en Alsace. Selon le recensement du collectif Féminicides par compagnons ou ex, il s’agit du 131e féminicide de 2019 dans l’Hexagone.

Féminicides : Belloubet reconnaît une « faille » dans les dispositifs de protection .
« Notre système ne fonctionne pas », admet la ministre de la Justice après un nouveau féminicide en Alsace le week-end dernier. « Je ne suis pas en train de dire que nous n’avons rien fait, a expliqué Nicole Belloubet sur LCI. Je ne suis pas en train de dire que les magistrats ont failli, je dis simplement que collectivement notre système ne fonctionne pas pour protéger ces femmes, et que c’est un drame.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 3
C'est intéressant!